Pièges ou curiosités de la langue française

Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Finalement les deux sens se rejoignent et justifient de venir du même mot: cela désigne quelque chose qui est "entre deux". Medium a donné des noms comme "intermédiaire", "médiation" où il toujours question de quelque chose ou de quelqu'un qui est entre deux choses ou deux personnes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Je reviens aujourd'hui sur des expressions parfois détournées et, du coup, mal employées.

Soulever un lièvre: on mélange ici "soulever une question" (embarrassante par exemple) et "lever un lièvre" qui signifie qui fait sortir un lièvre de son gîte.

Un goulot d'étranglement: à l'origine goulet et goulot ont le même sens (XVIIe s.), donc, même si "goulet d'étranglement" est l'expression initiale, on pourrait accepter l'autre expression. Le réel problème vient finalement du fait qu'on a ici un pléonasme: un goulet est un passage étroit, donc forcement ce resserrement est un étranglement! :snif:

Hollande n'est pas la même chose que Pays-Bas: le premier terme désigne une partie seulement du pays (d'ailleurs il existe une Hollande-septentrionale (autour d'Amsterdam) et une Hollande-méridionale (autour de La Haye).

Partir en Suisse n'est pas d'un français rigoureux: il faut dire "partir pour la Suisse", "partir pour l'Afrique". Utiliser le en sert à être vague: "partir en mer", "partir en voyage", etc.

Soi-disant (et non soit-disant) ne s'applique que pour une personne (ex.: un soi-disant cuisinier, un soi-disant médecin...). Il est pourtant invariable (il s'utilise aussi en tant qu'adverbe, mais toujours pour des personnes). Mais au sujet d'un évènement, d'un fait, etc. On doit lui préférer notamment prétendu (ex.: un prétendu conflit, une prétendue conversation...) qui est variable. On pourra donc dire autant "un soi-disant escroc" qu'un "prétendu escroc", mais pas un "soi-disant recours".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Intéressant... :snif:

Pour la Hollande, en effet : d'ailleurs, on peut citer la Zélande comme étant une autre province des Pays-Bas... :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Intéressant... :snif:

Pour la Hollande, en effet : d'ailleurs, on peut citer la Zélande comme étant une autre province des Pays-Bas... :snif:

Ma prof d'allemand avait pensé que la Belgique faisait partie des Pays-Bas,

la grosse nulle en géo! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Est-ce que j'ai mal lu ou il n'y a pas encore la deuxième partie sur les mots dont on ne sait pas trop s'ils sont au masculin ou au féminin ?

1-hymne :n.m. 1/chez les Anciens, chant, poème à la gloire des dieux et des héros, souvent associé à un rituel religieux. 2/ chant, poème lyrique à la gloire d'un personnage, d'une grande idée.

hymne national : chant patriotique associé aux cérémonies publiques.

2-hymne :n.f. chant latin à strophes, poème religieux qui, dans la liturgie chrétienne, fait partie de l'office divin.

Je ne savais pas qu'il était des deux genres.

Qu'en est-il du mot texto au pluriel ? Mon dictionnaire étant trop vieux (2005 :snif: ) je n'ai pas pu vérifier l'info.

Fred Vargas soulève le problème dans son dernier roman, Un lieu incertain. Danglard, l'un des enquêteurs, qui est une encyclopédie vivante, déclare que texto, au pluriel donne texti et non textos.

  • Rédaction d'un message sur un téléphone portable : voir Short message service (SMS). Le mot texto, qui est marque déposée, a été inventé par SFR, mais son usage a tendance à se généraliser en France. Il est employé aussi au Québec mais son usage tarde à se répandre dans les autres pays de langue française comme par exemple en Belgique.

  • Texto est également l'ancien nom d'un logiciel de documentation, aujourd'hui Cindoc, qui a dû renoncer à son premier nom devant les menaces de procès de SFR, pourtant utilisateur du mot dans un contexte différent et bien après la société éditrice de Cindoc.

(sources : Wikipédia)
Modifié par chirona

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Pour ce qui est de texto, je ne suis pas d'accord avec Fred Vargas à travers son personnage: "texti" serait plausible si le mot était d'origine italienne, mais ce n'est pas le cas comme le démontre Chirona. C'est un néologisme, donc son usage prête encore à confusion. Je mettrai "textos" pour les raisons que j'ai évoquées, mais je n'ai pas trouvé la réponse, seulement ça:

(MAJ du 05/02 après envoi du jugement par le Museedesmarques.org)

Le terme Texto, marque déposée en 2001 par SFR, ferait-il à ce point partie du langage courant pour désigner un SMS qu'il ne pourrait pas faire l'objet d'une appropriation ? C'est ce qui ressort d'un jugement du 29 janvier 2008 émanant du Tribunal de grande instance de Paris (Société Française du Radiotéléphone (SFR) c/ Sarl One Texto, Monsieur Jacob M.).

Alors que l'opérateur de téléphonie mobile, SFR, poursuivait la société One texto devant le tribunal pour contrefaçon par imitation de la marque susvisée, ce dernier en a prononcé la nullité du fait d'un « manque de distinctivité ».

Il semble pourtant, à la décharge de la société SFR, qu'elle ait fait de réels efforts pour protéger ce qu'elle considère comme un signe distinctif, que ce soit en formant opposition dès la publication de nouvelles marques ou même à l'endroit des dictionnaires, ainsi qu'il est d'usage en matière de surveillance de marques.

Toutefois en l'espèce, il ne s'agirait pas d'un phénomène d'antonomase [fr.wikipedia.org], c'est-à-dire de substitution du nom commun, texto, au nom propre, Texto®, ou de la dégénérescence de la marque par un excès de notoriété. Selon la décision, en effet, ce terme aurait déjà été usuel lors de l'enregistrement de la marque (C. Manara, Sfr : Marque Supprimée ?, Museedesmarques.org, 3 février 2008). Il est en effet établi, pour les juges, « qu'au jour du dépôt le terme texto était employé comme un terme usuel désignant les messages courts envoyés par le biais d'un téléphone portable. »

Les magistrats ont ainsi fait application de l'article L711-2 a) du Code de la propriété intellectuelle, selon lequel, sont dépourvus de caractère distinctif :

« a) Les signes ou dénominations qui, dans le langage courant ou professionnel, sont exclusivement la désignation nécessaire, générique ou usuelle du produit ou du service ».

Ledit terme se trouve d'ailleurs défini de la manière suivante sur le site de la société [sfr.fr]: « Le Texto, également appelé SMS » [est un message écrit (jusqu'à 160 caractères) ¿]. Une présentation à l'aide de mots qui semblent interchangeables (Texto et SMS), qui ne plaiderait pas en faveur de prétentions privatives. L'on notera cependant le T majuscule mis pour signifier la marque.

Les magistrats en profitent, en outre, pour indiquer l'un des critères témoignant de la lexicalisation qui menace un mot pris pour marque : « il est même utilisé au pluriel ¿textos¿ ce qui démontre nécessairement son caractère usuel ».

Le jugement annule par la même occasion une autre marque, déposée par la société SFR en 1998, et qui était notamment mise en avant pour défendre la première en ce qu'elle intégrait, avant 2001, le terme « Texto », à savoir « TEXTO, dites le en toutes lettres, dites le texto ». Les juges considèrent cette deuxième marque également nulle au motif qu'elle est « totalement descriptive au regard du service désigné la messagerie écrite par téléphone portable puisqu'elle décrit précisément la façon d'envoyer le message ».

SFR déclare faire appel de la décision. A quand les appels par texto ?

source: juriscom.net

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Merci à Chirona d'avoir pris le relais avec hymne, mais j'aurais bien aimé plus... :o

Du coup, il faut que je mette la suite. ;)

hypallage: masculin, bien que Queneau ait mis "hypallages subtils".

hypogée: masculin

ictère: masculin

idole: uniquement féminin ;)

immondice: féminin ;) . Le singulier est rare, mais existe.

imposte: féminin

imposteur: n'a pas de féminin :snif:

inceste: masculin quand le mot désigne un rapport ou un sentiment incestueux ; mais il existait autrefois un féminin quand le mot désignait la personne qui le commettait.

infusoire: masculin

insigne (substantif): masculin

interligne: masculin quand il désigne un espace entre deux lignes ; féminin quand il désigne, en imprimerie, une "lame d'espacement".

interlude: masculin

intermède: masculin

interstice: masculin

intervalle: masculin

isthme: masculin

jade et jaspe: masculins

jute: masculin

laque: féminin quand il désigne le produit qui fixe les cheveux; masculin quand il désigne le vernis pour meubles ou un objet d'art laqué.

lazurite: féminin

légume: n'est féminin que dans l'expression "une grosse légume".

lévite: masculin quand il désigne un membre de la tribu de Lévi ; féminin quand il désigne une redingote.

lignite: masculin

macaroni ou macaronis: masculin, bien que ce soit des pâtes.

manipule: masculin

mannequin: n'a pas de féminin :snif:

matricule: féminin quand il désigne un registre (ex.: inscription sur la matricule) ; masculin quand il désigne le numéro sous lequel une personne est inscrite dans un registre.

méandre: masculin

mémoire: féminin quand il désigne la faculté de se souvenir ; masculin dans toutes les autres acceptions.

merci: masculin au sens de "remerciement" ; féminin quand il désigne le "bon vouloir".

météore: masculin. Il existe un féminin avec météorite.

module: masculin

myrte: masculin / myrrhe: féminin

naphte: masculin

neurone: masculin ;)

oasis: féminin

obélisque: masculin

obole: féminin

octave: féminin

office: féminin quand il désigne "le lieu où les domestiques préparent le repas" ; masculin pour toutes les autres acceptions.

ombre: masculin quand il désigne un poisson, sinon c'est un substantif féminin.

opuscule: masculin

orbe: masculin, à ne pas confondre avec orbite, féminin.

ordonnance: féminin, sauf quand il désigne un "soldat au service d'un officier".

oriflamme: féminin.

otage: toujours masculin :snif:

ouvrage: féminin seulement dans l'expression "Voilà de la belle ouvrage!".

ovaire: masculin

ove: masculin

ovule: masculin :o

palabre: masculin et féminin.... mais le plus souvent au pluriel. :snif:

palissandre: masculin

Pâque: féminin quand il désigne la fête juive / Pâques: masculin quand il désigne la fête chrétienne (majuscule obligatoire), mais féminin quand il est accompagné d'une épithète (ex.: l'herbe est douce à Pâques fleuries, de Brassens). ;)

pariétaire: féminin

parricide: masculin quand il désigne "le meurtre du père ou de la mère" ; féminin ou masculin quand il désigne la personne qui le commet.

passe: masculin seulement quand il est l'abréviation de passe-partout.

pendule: féminin quand il s'agit d'une petite horloge ; masculin quand il s'agit d'un système oscillant ou une masse mobile suspendue à un point fixe.

pêne: masculin

penne: féminin

pétale: masculin

phalène: féminin

plastique: masculin quand il s'agit de la matière :snif: ; féminin quand il s'agit d'un art, une représentation.

platine: masculin quand il s'agit du métal ; féminin au sens de "plaque ou support plat".

pore: masculin :o

praire: féminin

précurseur et prédécesseur: pas de féminin.

psyché: féminin

réglisse: féminin

relâche: masculin quand il s'agit d'une interruption dans une production, un exercice ; féminin quand il désigne "l'action de faire halte dans un endroit quelconque".

romance: masculin au sens de "composition poétique formée d'octosyllabes, genre typiquement espagnol"; féminin au sens de "composition musicale, plus ou moins sentimentale".

socque: masculin

solfatare: féminin

souillon: masculin ou féminin... mais désigne toujours une femme. :snif:

statuaire: féminin

stère: masculin

stigmate: masculin

succube: masculin (alors que c'est un démon femelle ;) ).

sulfamide: masculin

synopis: féminin ou masculin, ce dernier l'emportant la plupart du temps.

syrte: féminin

thermos: masculin ou féminin puisqu'au départ une s'agit d'une bouteille thermos.

tubercule: masculin

vicomté: féminin

vigie: féminin

viscère: masculin

voyelles: masculin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Merci pour la suite du genre de certains mots. Il y en a pas mal pour lesquels j'aurai hésité. Le fait d'utiliser la plupart avec l' n'aide pas à se souvenir du genre.

Pour en revenir à texto, en fait, je n'ai pas réussi à trouver l'info même sur Internet. Il est vrai que c'est un mot inventé, dans ce cas, tu as raison, il n'y a pas de raison qu'on le traite comme un mot italien. C'est peut-être le côté perfectionniste du personnage qui veut qu'il soit mis au pluriel selon la grammaire italienne. Mais, d'un autre côté, il (ou Mme Vargas :snif: ) aurait dû savoir que c'est un néologisme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Voici un petit topo sur le mot macchabée dont je ne connaissais pas du tout l'étymologie :

Les Macchabées (Makabim en hébreu) sont une famille juive qui mena la résistance contre la politique d'hellénisation forcée pratiquée par les Séleucides au IIe siècle av. J.-C. Ils fondèrent la dynastie des Hasmonéens. Le surnom de « Macchabée » est celui de Juda, troisième fils du prêtre Mattathias. L'étymologie en est controversée. Il s'agit soit de l'acronyme « MaKaBi » formé des premières lettres du verset biblique « Mi Kamo'ha Ba-elim Hachem » qui veut dire : « Qui est comme Toi entre les dieux, Seigneur », soit du mot MaQaB, qui signifie « marteau ». De nombreux clubs sportifs israéliens portent ce nom car « marteau » prend le sens de « mouvement ».

Dans la tradition chrétienne, le nom de Macchabées est réservé aux sept fils et à leur valeureuse mère, dont le martyre est rapporté au chapitre 7 du deuxième Livre des Macchabées. L'insistance de ce deuxième livre sur le martyre et sur la résurrection des morts est probablement à l'origine du sens dérivé de « cadavre » qu'a pris le mot Macchabée.

sources : Wikipédia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Le mot balade est trop souvent écrit avec deux L. Deux sens et orthographes possibles:

1/ balade= promenade,

2/ ballade= poème chanté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Un petit rappel sur certains accords sujet-verbe. :snif:

  • Lorsque les sujets ne sont pas de la même personne:
    Le verbe s'accorde au pluriel sur la personne qui vient la première dans la conjugaison (moi l'emporte sur toi, nous sur vous, etc.).
    Toi et moi serons unis pour la vie. Ses frères et lui vont déménager.
  • Avec moins de deux l'accord se fait au pluriel.
    Moins de deux trains sont passés depuis deux heures.
  • Avec le peu de et peu de, l'accord se fait sur le complément de nom.
    Peu de personnes étaient invitées à ce mariage.
    Mais tout dépend du sens: ainsi, si cela signifie "une petite quantité", l'accord se fera sur le complément (ex.: le peu d'électeurs participants ne donneront pas une majorité significative) ; si le peu de a le sens de "manque", l'accord se fait sur peu (ex.: Le peu de soldats qu'ils ont envoyés en renfort n'a pas suffit ce jour-là).
  • Avec plus de la moitié, plus du quart, plus du tiers, l'accord se fait au singulier si le complément est au singulier et au pluriel si le complément est au pluriel.
    Plus du quart des spectateurs s'étaient endormis à la fin du second acte. Plus de la moitié du public s'est mis à applaudir bruyamment.
  • La plupart est toujours suivi du pluriel.

  • Les pourcentages et les fractions:
    Avec moitié, tiers et quart suivis d'un complément au pluriel, l'accord se fait au singulier si la somme est très précise. Mais comme c'est trop vague dans la plupart des cas, le pluriel est plus courant. Si la fraction est précédée d'un article indéfini le pluriel reste de mise, tandis qu'avec un article défini, le verbe reste au singulier.
    Un tiers de ses fans seulement sont des hommes. Le tiers de ses fans est masculin.
  • Avec plus d'un, le verbe s'accorde au singulier.
    Plus d'un sujet sujet sur trois se trouve dans la rubrique "Asile".
    Sauf si plus d'un est répété, s'il est suivi d'un complément au pluriel ou si l'on insiste sur la réciprocité (ex.: plus d'un garçon se battaient l'un avec l'autre dans la cour de l'école).
  • Les sujets coordonnés par ou:
    Si l'un des sujets est au pluriel, l'accord se fait au pluriel ; si le second sujet est synonyme du premier, l'accord se fait au singulier ; si les deux sujets sont au singulier mais que l'action se rapporte aux deux sujets, l'accord se fait au pluriel, mais si l'un des sujet l'emporte en importance, le singulier l'emporte (on utilise les virgules pour faire sentir la nuance).
    Les arts martiaux ou la boxe sont de plus en plus prisés par les filles. Notre journaliste ou notre caméraman seraient sur les lieux en ce moment. Notre journaliste, ou le caméraman, serait sur les lieux en ce moment.
  • Les sujets coordonnés par ni:
    Le sujet au pluriel l'emporte sur l'autre, tandis que si les deux sujets sont au singulier, l'accord se fait au pluriel si l'ensemble forme un groupe.
    Ni les fans ni son imprésario ne l'ont vu sortir de sa suite pendant quatre jours. Ni Dupont ni Dupond n'a compris le professeur Tournesol.
    Là encore, on utilisera les virgules pour minorer ou majorer l'un des deux sujets et le singulier l'emporte.
    Ni le ministre, ni le secrétaire d'Etat, ne pouvait prévoir l'impact de cette loi. Ni ce professeur, ni à plus forte raison le proviseur, ne pouvait prévoir la réaction de Fabien.
  • Lorsque le sujet est un groupe de mots singulier formant un sujet dit collectif:
    L'accord se choisit en fonction du sens, c'est pourquoi si l'idée de masse l'emporte, on opte pour le singulier, si l'article est défini (donc précis) on optera pour le singulier tandis qu'avec un article indéfini (ou pas d'article) le pluriel sera préférable.
    La foule envahissait les rues. Un bon nombre de gens ne comprenaient rien à son discours. Combien de marins, combien de capitaines, qui sont partis joyeux, dans des courses lointaines...(V. Hugo).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

Voici une autre étymologie intéressante qu'Amélie Nothomb évoque dans son roman Le fait du prince.

C'est le mot améthyste :n.f. (du grec amethustos qui signifie "pierre qui préserve de l'ivresse"). Pierre fine, variété violette de quartz.

Modifié par chirona

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Heu,

juste une question qui me taraude:

qui fixe de nos jours les règles de grammaire, valide les néologismes?

Parce que tous les jours la langue française évolue (langue vivante n'est-il pas? :snif:).

Par ailleurs, certains mots sont aussi bien considérés du genre masculin ou féminin.

N'est il pas possible de faire un inventaire de ces mots et arrêter une solution.

Exemple: interview qui peut aussi bien être du genre masculin ou féminin, dixit le Larousse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

L'Académie française, fondée en 1635 sous le règne du roi Louis XIII, par le cardinal de Richelieu, et composée de quarante membres élus par leurs pairs, est chargée de veiller sur la langue française. C'est cette assemblée qui en définit le bon usage en premier. Elle établit aussi un dictionnaire de référence: de 1694 à nos jours, il y a eu huit éditions (1718, 1740, 1762, 1798, 1835, 1878, 1932-1935, 1992), une neuvième est en cours.

Les éditeurs de dictionnaire, principalement Larousse et Le Robert, s'assurent également de faire figurer des néologismes dans leurs parutions, quitte à ce que le comité éditorial prenne une décision (ce qui explique au passage pourquoi l'on ne trouve pas forcément les mêmes orthographes d'un dictionnaire à l'autre).

En 1990, il y a eu une réforme partielle de l'orthographe, parue au Journal Officiel du 6 décembre 1990. Malheureusement, il est difficile de s'y plier quand on a pris des habitudes, c'est pourquoi les anciennes graphies sont tolérées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Merci beaucoup pour cette information.

C'est concis et précis.

Ca se dit?

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

On m'a demandé de faire un résumé sur l'orthographe des fêtes religieuses. Il s'agit surtout de l'emploi des capitales. Je vais voir ici le domaine religieux en général:

Les religions prennent la minuscule: bouddhisme, christianisme, judaïsme, animisme, etc. Mais on parlera de l'Islam ou de la Chrétienté pour les "zones" religieuses.

Les pratiquants prennent la minuscule: anglicans, chrétiens, hindous, juifs, israélites, musulmans, etc. Les Juifs, avec une majuscule, désigne le peuple de l'Antiquité cité dans la bible.

Au sein du christianisme, on met une majuscule à l'église en tant que pouvoir spirituel: la sainte église, un homme d'église, l'église anglicane, etc. il s'écrit avec une minuscule quand il représente un lieu de culte, édifice ou monument (une église gothique, féquenter l'église, l'église Saint-Germain-des-Près, l'église Notre-Dame-de-Lourdes, etc), une école ou un groupe de personne professant la même doctrine: une église très fermée, l'église hugolienne, etc.

Les dieux et divinités prennent une majuscule: Baal, Brahma, Jéhovah, Odin, Vichnou, etc... Mais le terme générique garde la minuscule: les dieux, Dieu.

Les noms pluriels portent aussi des capitales: les Amazones, les Gorgones, les Cyclopes, les Walkyries, les trois Parques, les Titans, etc. MAIS ils gardent la minuscule s'ils concernent des catégories entières d'êtres mythologiques ou légendaires constituant autant de noms communs: les gorgones, les lémures, les farfadets, les gnomes, les sirènes, les nymphes, etc.

Les noms des dieux et divinités deviennent des noms communs quand ils indiquent plus les personnages eux-mêmes: un amour d'enfant, une junon, le dieu du hasard, une furie, une mégère, etc. Ou quand ils servent à désigner des objets: un christ en bronze, une feuille jésus. Mais la capitale sera conservée lorsqu'il s'agira d'une représentation de la divinité ou une allusion à elle: un Christ de Titien, un travail de Titan, la Vénus de Milo, etc.

Les titres des livres constituant la Bible ne sont pas en italique mais prennent une capitale: La Genèse, l'Exode, le Cantique des cantiques, le Lévitique, etc. les numéros des livres s'écrivent en chiffres romains grandes capitales avec les paragraphes en chiffres arabes: Corinthiens, XV, 1-17.

Les noms de fêtes civiles et religieuses s'écrivent avec une capitale initiale au nom et à l'adjectif qui éventuellement le précède: la fête des Mères, la fête du Travail, le mercredi des cendres, la Mi-Carême, la Saint-jean, le 11 novembre, le 14 juillet, la Saint-Valentin, les Saturnales, le Vendredi Saint, Pâques (pour les chrétiens), la Pâque (pour les juifs), le Nouvel An, la Pentecôte, l'Assomption, les Grandes Dynonisies, le Premier de l'An, le jour des Morts, etc.

Saint s'écrit avec une minuscule:

  • quand il désigne le personnage lui-même: un saint, la fête de saint Nicolas, etc.
  • quand il est employé comme simple adjectif: les Lieux saints, le saint sacrement, la sainte église, la sainte famille, la sainte messe, la Ville sainte, etc.
  • quand il fait partie des noms communs composés (avec un trait d'union): des saint-bernard, des saint-cyriens, du saint-émilion, des saint-simoniens, des saint-paulin, etc.

Saint s'écrit avec une majuscule:

  • quand il entre dans la composition des noms propres de personnes, de lieux, de monuments, de rues, de fêtes et d'ordres: le duc et le comte de Saint-Simon, la Saint-Nicolas, les feux de la Saint-jean, l'ordre de Saint-Michel, la croix de Saint-André, etc.
  • dans certaines expressions traditionnelles historiques ou religieuses: la Sainte-Alliance, le Saint-Office, le Saint-Esprit, la Sainte-Trinité, le Saint-Siège, le Saint-Empire, etc.

Il y a des exceptions: la Sainte Vierge, le saint-père (le pape), des saintes nitouches. Le mot ne s'abrège qu'exceptionnellement dans les noms propres (notamment pour gagner de la place) sous la forme St et Ste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Nom de Dieu, c'est complexe.

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Lili grey_cat

Pourrais tu m'expliquer les règles à suivre pour "tel": comme tel, telles filles, comme telles?

Enfin j'ai du mal. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Tel

  • s'accorde en genre et en nombre avec le mot qui suit : tel maître, tel valet ; pourquoi de telles insultes?
  • s'accorde en genre et en nombre avec le mot qui précède: Elle partit tel l'éclair ; certaines nations telles la France...

Tel que

  • en tant que pronom il est invariable: tel qui rit vendredi... ; rien de tel que... ; redis-le tel quel.
  • en tant qu'adjectif il s'accorde avec ce qui précède: certaines maladies telles que la rougeole ; vous me demandez des explications telles que celle que je vous ai déjà donnée hier ; ce refus, tel que vous le formulez...

Comme tel

Le tel s'accorde avec le nom dont il est attribut: La tortue est une espèce en voie de disparition et comme telle, elle doit être protégée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

anomalies orthographiques:

absorber, absorption

agrandir, aggraver

alléger, alourdir

antisepsie, antiseptique

apercevoir, apparaître

appauvrir, aplatir

artisanat, paysannat

asepsie, aseptique

atterir, amerrir

attrouper, atermoyer

barrique, baril

battu, courbatu

nobomme, bonhomie

busard, lézard

cantonal, cantonnier

carbone, charbonnier

charrette, chariot

chatière, chatterie

chope, échoppe

ciller, desiller

citronnade, limonade

clôture, claustration

collerette, encolure

combattant, combatif

concourir, concurrence

connexion, connecter

consonne, consonnance

coreligionnaire, corrélation

cotte, cotillon

coureur, courrier

dindonneau, saumoneau

donner, donation

ébouriffer, bourrer

égoutter, égoutier

épître, pupitre

exclu, inclus

faisane, paysanne

faner, tanner

follet, folichon

grattoir, gratin

honneur, honoraire

hutte, cahute

hypothèse, hypoténuse

imbécile, imbécillité

interpeller, appeler

invaincu, invincible

irascible, irrité

japper, laper

mamelle, mammifère

millionnaire, millionième

mufle, buffle

nommer, nomination

nourrice, nourrisson

nullité, annuler

panneau, panonceau

patronage, patronner

patronne, matrone

pontonnier, timonier

poulain, pouliner

prud'hommes, prud'homal

psychose, métempsycose

relais, délai

remontoir, promontoire

résorber, résorption

rubané, enrubanné

salami, salmigondis

siffler, persifler

souffle, moufle

souffler, boursoufler

sonner, dissoner

spacieux, spatial

tâtonner, tatilloner

tonnerre, détonation

trappe, trapu

tutelle, tutélaire

vaisselle, vaisselier

vallée, avalanche

verglas, verglacer

vermisseau, souriceau

vraiment, gaiement

curieux, hein? :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant