fallait-il la Révolution française ou fut-ce une erreur?

Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Hilarant en effet. J'imagine que celui qui a lu cette lettre a du poliment lui proposer d'aller se faire voir chez les grecs.

N'empêche que la Restauration ça a du provoquer pas mal de trucs dans ce genre, et pas mal de décéptions de la part de la noblesse qui espérait récupérer ses anciennes charges et à qui on opposa bien souvent une fin de non-recevoir. Mine de rien, si on ne sait pas ça, beaucoup de choses deviennent incompréhensibles. é commencer par les différents courants de la droite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Même Victor Hugo, devenu républicain, déclara (en référence au Comte de Chambord, prétendant au trône sous le nom de Henri V, qui refusa de gouverner une France avec un drapeau tricolore) :

"C'est bien! l'homme est viril et fort qui se décide

A changer sa fin triste en un fier suicide,

Qui sait tout abdiquer, hormis son vieil honneur,

Et qui se sentant grand, surtout comme fantôme,

Ne vend pas son drapeau, même au prix d'un royaume."

Le 1er février 1875, à 6h45 de l'après-midi, la République est fondée grâce à la proclamation de l'amendement Wallon par 353 voix contre 352!

Une France républicaine à une voix de majorité!

Quand on y pense, cette république a des bases bien fragiles...

Le Comte de Chambord qui aurait pu s'emparer du trône de France préféra y renoncer plutôt que de

mettre le drapeau blanc au placard :

"Je ne laisserai pas arracher de mes mains l'étendard d'Henri IV, de François 1er et de Jeanne D'Arc. C'est avec lui que s'est faite l'unité nationale (...). Je l'ai reçu comme un dépôt sacré du vieux roi mon aïeul mourant en exil ; il a toujours été pour moi inséparable du souvenir de la patrie absente ; il a flotté sur mon berceau, je veux qu'il ombrage ma tombe. Dans les plis glorieux de cet étendart sans tache, je vous apporterai l'ordre et la liberté. Français, Henri V ne peut abandonner le drapeau blanc d'Henri IV."

Le sort de la France s'est joué à la couleur d'un drapeau!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
usagi Membre+ 240 635 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)
Même Victor Hugo, devenu républicain, déclara (en référence au Comte de Chambord, prétendant au trône sous le nom de Henri V, qui refusa de gouverner une France avec un drapeau tricolore) :

"C'est bien! l'homme est viril et fort qui se décide

A changer sa fin triste en un fier suicide,

Qui sait tout abdiquer, hormis son vieil honneur,

Et qui se sentant grand, surtout comme fantôme,

Ne vend pas son drapeau, même au prix d'un royaume."

Le 1er février 1875, à 6h45 de l'après-midi, la République est fondée grâce à la proclamation de l'amendement Wallon par 353 voix contre 352!

Une France républicaine à une voix de majorité!

Quand on y pense, cette république a des bases bien fragiles...

Le Comte de Chambord qui aurait pu s'emparer du trône de France préféra y renoncer plutôt que de

mettre le drapeau blanc au placard :

"Je ne laisserai pas arracher de mes mains l'étendard d'Henri IV, de François 1er et de Jeanne D'Arc. C'est avec lui que s'est faite l'unité nationale (...). Je l'ai reçu comme un dépôt sacré du vieux roi mon aïeul mourant en exil ; il a toujours été pour moi inséparable du souvenir de la patrie absente ; il a flotté sur mon berceau, je veux qu'il ombrage ma tombe. Dans les plis glorieux de cet étendart sans tache, je vous apporterai l'ordre et la liberté. Français, Henri V ne peut abandonner le drapeau blanc d'Henri IV."

Le sort de la France s'est joué à la couleur d'un drapeau!

:snif: mouais , mais , Henri 1e est mort assassiné , Henri II est mort apres avoir reçu une lance dans l'oeil , Henri III a etait poignardé et Henri IV aussi , l'etait p'tete supersticieux le zig qui aurait du s'appeler Henri V ??? :snif:;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
Même Victor Hugo, devenu républicain, déclara (en référence au Comte de Chambord, prétendant au trône sous le nom de Henri V, qui refusa de gouverner une France avec un drapeau tricolore) :

"C'est bien! l'homme est viril et fort qui se décide

A changer sa fin triste en un fier suicide,

Qui sait tout abdiquer, hormis son vieil honneur,

Et qui se sentant grand, surtout comme fantôme,

Ne vend pas son drapeau, même au prix d'un royaume."

Le 1er février 1875, à 6h45 de l'après-midi, la République est fondée grâce à la proclamation de l'amendement Wallon par 353 voix contre 352!

Une France républicaine à une voix de majorité!

Quand on y pense, cette république a des bases bien fragiles...

Le Comte de Chambord qui aurait pu s'emparer du trône de France préféra y renoncer plutôt que de

mettre le drapeau blanc au placard :

"Je ne laisserai pas arracher de mes mains l'étendard d'Henri IV, de François 1er et de Jeanne D'Arc. C'est avec lui que s'est faite l'unité nationale (...). Je l'ai reçu comme un dépôt sacré du vieux roi mon aïeul mourant en exil ; il a toujours été pour moi inséparable du souvenir de la patrie absente ; il a flotté sur mon berceau, je veux qu'il ombrage ma tombe. Dans les plis glorieux de cet étendart sans tache, je vous apporterai l'ordre et la liberté. Français, Henri V ne peut abandonner le drapeau blanc d'Henri IV."

Le sort de la France s'est joué à la couleur d'un drapeau!

Faudrait pas l'oublier. Base fragile, facile à renverser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Usagi : c'est pas drôle! :snif:

Seth : tu ne crois pas si bien dire...j'ai bon espoir! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

L'espoir n'est jamais perdu.

Souvenons nous de l'Italie de 1922 :snif: Souvenons nous du 6 février 34 :snif:;)

Plus sérieusement, il faut se rappeler qu'en politique comme dans la vie en général, rien n'est définitif. Et ça vaut pour la République. Et il n'en faut pas beaucoup pour provoquer une nouvelle "marche sur Rome".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité steph2208
Invité steph2208 Invités 0 message
Posté(e)

Je pense que même si il n'y avait pas eu la révolution en 1789, la France aurait de toute façon évolué vers une démocratie, comme les autres pays européens

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eryx VIP 8 660 messages
Dresseur d'ours‚ 45ans
Posté(e)

Evoluer et démocratie sont-ils des mots qui sont dans le même champs d'entendement?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 138 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)

La Révolution Française a t'elle été une erreur ?

Si l'on s'intéresse à la période elle-même, les bains de sang et autres, la terreur, on peut trouver nombres critiques. Mais comme sur bien d'autres périodes de notre histoire.

Bref, se demander si une guerre, une révolte ou une guerre civile est une erreur ou non, c'est un peu inutile : elle a eu lieu, tout simplement.

Maintenant, si l'on doit s'intéresser, sur le long terme, des conséquences, positives ou négatives de la révolution, c'est un autre débat.

Pour moi, la révolution a eut un impact notable sur notre société, a vu l'officialisation des droits de l'homme, et surtout de l'abolition des privilèges.

Même s'il a fallu du temps par la suite, d'autres conflits, la révolution a été un élément déterminant dans notre histoire, sous-jacent à d'autres luttes ou idéologie, encore de nos jours.

Il est très facile, après coup, de critiquer un événement qui a procuré une avancée, en expliquant que cette avancée aurait eut lieu de toute façon : je ne partage cette observation bien optimiste au regard de la nature humaine et de son histoire.

Modifié par Pheldwyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité steph2208
Invité steph2208 Invités 0 message
Posté(e)

une chose qui a été horrible lors de la révolution, c'est que le roi a été décapité :snif:

et ça les hommes politiques devraient le rappeler davantages (heureusement que Nicolas Sarkozy l'a rappelé)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
Il est très facile, après coup, de critiquer un événement qui a procuré une avancée, en expliquant que cette avancée aurait eut lieu de toute façon : je ne partage cette observation bien optimiste au regard de la nature humaine et de son histoire.

Ce que je critique c'est la façon dont ça s'est passé, et très franchement si ça pouvait pas s'être passé autrement, j'aurais préféré que ça se passe pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dabord Membre 861 messages
Forumeur accro‚ 39ans
Posté(e)

il est très commun de dire que la révolution française a fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui (sous-entendu, que l'on vit mieux maintenant grâce à la révolution). La preuve? Il n'y en a pas même en décrivant la société pré révolutionnaire on ne peut pas présager que le sort de la France aurait été pire ou meilleur.

Je pense que la révolution française s'est très mal déroulée et les principaux acteurs étaient avides de pouvoir et ne souhaitaient pas "libérer" le peuple. Les idées sont ce qu'elles sont et ne sont pas bonnes en elles mêmes.

N'oublions pas les crimes perpétrés par les révolutionnaires. La révolution violente et sanguinaire n'est pas une bonne solution (bon c'est facile de dire ça maintenant ok).

Je pense que nous avons d'autres moyens de nous faire entendre et je ne veux pas aduler des révolutionnaires du 18ème siècle sous prétexte qu'ils auraient permis la libération du peuple. Pour moi, la révolution n'est ni une bonne chose ni une mauvaise chose, il ne me semble pas important de la commémorer et d'en faire ce qu'elle n'était pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 138 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)

Tu penses sincérement que les aristocrates allaient décider, comme cela, d'un commun d'accord, de nier leurs privilèges de caste ? Et pour quelles raisons ?

Et est-ce tant un hasard si la déclaration universelle des droits de l'homme reprend les base de notre déclaration ?

Même si l'oeuvre n'est que symbolique, n'est-ce pas la continuité d'un élan idéologique ?

Qui nous dit que cet élan, s'il avait été coupé à l'une des racine, pourrait de nos jours exister ?

Que la révolution ait été sanguinaire, récupérée, etc ... bien évidemment, l'homme est-ce qu'il est.

Mais qu'un conflit rappelle aux dirigeants que le peuple peut se rappeller à eux, que ce concept même voit le jour (même si ce n'était pas une première, mais plutôt un autre pas en ce sens), n'était-ce pas une étape importante ?

Comment être autant optimiste et croire en je ne sais quelle utopie selon laquelle l'homme serait par nature bon, surtout l'homme d'état, surtout un monarque ?

Dans quelles situations inédites de l'histoire des groupes ayant les pleins pouvoirs ont-ils décidé de les céder, ou ne serait-ce qu'une parcelle, par humanisme ?

Quelle avancée sociale ou humaniste ne se serait pas faite dans une lutte, quelque que soit sa forme ?

Modifié par Pheldwyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Les droits de l'homme seraient nés, même sous un régime monarchique : il fallait juste laisser le temps au temps.

La France fut le seul pays d'Europe à se démarquer de la sorte au 18 ème siècle, en coupant le lien qui l'unissait à la royauté.

Nos voisins ont su appliquer des droits identiques aux nôtres, sans pour autant couper des têtes.

Cette révolution fut voulue.Ce fut une conspiration extrêmement bien pensée, habilement préméditée.

La misère du peuple ne fut qu'une basse excuse.

La Révolution ne fut qu'un vulgaire coup d'état.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Slumpy
Invité Slumpy Invités 0 message
Posté(e)

C'est vrai que tu étais présente au moment des faits

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Tout comme toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Slumpy
Invité Slumpy Invités 0 message
Posté(e)

Considérer que le peuple, mourant de faim, était tout un prétexte, c'est qu'il fallait vraiment connaitre ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

Au lieu d'interpréter mes écrits de façon décousue (tout cela dans le but de provoquer), place ton écran bien en face de tes orbites et lis :

La Bourgeoisie s'est servie du peuple pour s'emparer d'un pouvoir longtemps convoité, mais détenu par les gens de robe et d'épée.

C'est une technique bien connue que de "chauffer"les esprits pour les mener où l'on le souhaite.

Voltaire te raconterait mieux que moi la complicité sournoise de la Perfide Albion pour détrôner Louis XVI et affaiblir un royaume déjà bien fragilisé.

Mais je ne vais pas te débiter un cours d'histoire, les livres font cela mieux moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Exactement. S'imaginer que la RF fut une révolution populaire avec le peuple en liesse fonçant droit sur la bastille, c'est une carabistouille sans nom, comme on dit chez nos amis les Belges (:snif:). Les bourgeois, blasés de devoir continuer à cirer les pompes des aristocrates et surtout voulant apporter les idées libéralistes (HAHA !) des anglais, à commencer par les idées de Smith et de Mills, ce qui allait devenir le... capitalisme. Poilant pour une révolution !

Et par PITIE ! N'appelez pas la RF "Révolution Nationale" comme j'entend souvent. Révolution Nationale, c'est autre chose, qui est totalement différent, hin hin : c'est comme ça que Pétain et sa clique ont baptisé leur prise du pouvoir en 40.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Tu penses sincérement que les aristocrates allaient décider, comme cela, d'un commun d'accord, de nier leurs privilèges de caste ? Et pour quelles raisons ?

Et est-ce tant un hasard si la déclaration universelle des droits de l'homme reprend les base de notre déclaration ?

Même si l'oeuvre n'est que symbolique, n'est-ce pas la continuité d'un élan idéologique ?

Qui nous dit que cet élan, s'il avait été coupé à l'une des racine, pourrait de nos jours exister ?

Que la révolution ait été sanguinaire, récupérée, etc ... bien évidemment, l'homme est-ce qu'il est.

Mais qu'un conflit rappelle aux dirigeants que le peuple peut se rappeller à eux, que ce concept même voit le jour (même si ce n'était pas une première, mais plutôt un autre pas en ce sens), n'était-ce pas une étape importante ?

Comment être autant optimiste et croire en je ne sais quelle utopie selon laquelle l'homme serait par nature bon, surtout l'homme d'état, surtout un monarque ?

Dans quelles situations inédites de l'histoire des groupes ayant les pleins pouvoirs ont-ils décidé de les céder, ou ne serait-ce qu'une parcelle, par humanisme ?

Quelle avancée sociale ou humaniste ne se serait pas faite dans une lutte, quelque que soit sa forme ?

Je pense également que la Révolution est essentiellement anti-aristocratique et non anti-monarchique dans son essence (ce sont les événements qui ont supprimé le Roi, non une volonté initiale).

En revanche, le but séculaire du pouvoir royal n'a jamais été rien d'autre q'un abaissement des féodaux et la construction d'un Etat unitaire au pouvoir centralisé. Seule la faiblesse de Louis XVI avait permis à la noblesse de relever la tête (cf le cancer de l'opposition des parlements à toute réforme). Mais la nuit du 4 août, moment magique comme on n'en verra sans doute plus, est un aboutissement d'une très longue politique et non une création ex nihilo !

Voltaire te raconterait mieux que moi la complicité sournoise de la Perfide Albion pour détrôner Louis XVI et affaiblir un royaume déjà bien fragilisé.

Mais je ne vais pas te débiter un cours d'histoire, les livres font cela mieux moi.

Là je n'aquiesce pas. Si dans un premier temps la Grande Bretagne a vu sans déplaisir la puissance française s'étioler, elle n'a pas regardé d'un bon oeil des événements qui lui ont rappelé le souvenir maudit de ses propres guerres civiles et a craint une contamination. La Grande Bretagne a été la seule puissance consciente, lors du Congrès de Vienne, de la nécessité d'une France stable et débarassée de tout gouvernement proto ou post révolutionnaire ainsi que d'une France à qui on ne devait arracher aucun territoire lui appartenant avant 1789. Le génie de Talleyrand fut de confirmer les Anglais dans cette vision et d'y raccrocher l'Autriche de Metternich.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant