Perpignan à l'heure des règlements de comptes


Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)
40px-Escut_de_Perpinyà.svg.png

Perpignan à l'heure des règlements de comptes


Samedi 22 mars - 11:58

La suspicion de fraude a pesé hier sur la séance de réélection de Jean-Paul Alduy.



«On nous a volé la joie de notre victoire.» C'est au milieu de ses partisans que Jean-Paul Alduy, sénateur maire sortant UMP de Perpignan, a clôturé cette folle semaine et sa reconduction au fauteuil de maire. Sans surprise, il a obtenu 41 voix contre 2 au FN Louis Aliot après s'être imposé au second tour avec 574 voix d'avance sur la coalition de toute la gauche et du MoDem. Hier, cette désignation s'est déroulée dans un climat houleux et vindicatif, dans le prolongement de la suspicion de fraude électorale après que le président du bureau n° 4 a été retrouvé avec des bulletins de vote de la liste UMP dans ses chaussettes.

Les ténors de la liste de gauche et du MoDem ont attaqué. «Sur le bureau numéro 8, nous avons 80 bulletins de plus que d'émargements. 74 dans le bureau 14, 50 dans le bureau 13 et 49 dans le numéro 19. Sur quatre bureaux de vote, le mécompte atteint 253 bulletins. Il y a eu de la distraction ou bien des grandes chaussettes. Et je ne compte même pas les émargements douteux. Cessons cette mascarade», martèle Jacqueline Amiel-Donat, arrivée en séance avec les livres d'émargement. «On amène de la France entière des étudiants pour observer ici, à Perpignan, les pratiques clientélistes. Il y a un passé que personne n'ignore et un système que tout le monde connaît», a poursuivi le DVG Jean Codognès dans une ambiance électrique.




Claude Belmont
Suite de l'article...
Source: Le Figaro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

Maintenant, il y a plus qu'une suspicion de fraude, la question est : qui a fraudé ?

Quelques articles sur cette question :

Ainsi, sur le bureau N°4 où le président, Georges Garcia, a été surpris avec des bulletins dans ses chaussettes lors du dépouillement, il y a 74 bulletins de plus que le nombre de paraphes sur les listes d'émargement. La vérification des bureaux 8, 13 et 19 a donné respectivement des chiffres supérieurs de 80, 50 et 49 bulletins. «De plus, de nombreuses signatures constatées sont des croix», précise Jacqueline Amiel-Donat. «C'est une preuve supplémentaire des fortes présomptions de bourrage d'urnes lors du scrutin de dimanche», insiste-t-elle.

De son côté, Georges Garcia, le président du bureau de vote mis en examen a reconnu, dans le quotidien L'Indépendant, avoir commis «plusieurs conneries» en voulant «faire coïncider» le nombre d'enveloppes et de signatures. Georges Garcia, frère d'un colistier de Jean-Paul Alduy, a par ailleurs indiqué n'avoir «fait de demande à personne» pour être président de bureau.

Qu'avez-vous découvert?

"J'ai réussi à convaincre des employés municipaux de témoigner sous X, devant huissier. Ils révèlent un incroyable système de fraude. Par exemple, j'ai rencontré un agent qui, en me regardant droit dans les yeux, m'a dit: "J'ai fraudé devant vous et vous n'avez rien vu"! Ce genre de chose a eu lieu dans plusieurs bureaux de vote. J'ai aussi découvert qu'avant le début des élections, des personnes briefent les employés pour leur dire comment frauder."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

On se croirait dans une république bananière :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
france.jpg

L'élection municipale de Perpignan annulée pour "fraude à la chaussette"


7 oct. 2008

Le tribunal administratif de Montpellier a annulé mardi l'élection municipale de Perpignan...



PERPIGNAN (AFP) ¿ Le tribunal administratif de Montpellier a annulé mardi l'élection municipale de Perpignan, remportée par le sénateur UMP Jean-Paul Alduy, estimant que la fraude "à la chaussette" était avérée et que le faible écart de voix entre les candidats pouvait altérer la sincérité du résultat.

Le tribunal n'a pas suivi les recommandations du commissaire du gouvernement qui s'était prononcé le 23 septembre pour le rejet de la requête de la candidate PS, Jacqueline Amiel-Donat, dont la liste d'union de la gauche et du MoDem avait été battue de 574 voix par celle du maire sortant.



[ Lire la suite de l'Article.. ]


Source: AFP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant