Kosovo et Tibet: Deux poids, deux mesures.


Jimmy Olsen Membre 7 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Il y a quelques semaines, les Etats-Unis, une grande majorité de l'Union européenne (hormis la Grèce, la Roumanie et la Bulgarie) ont reconnu un Etat qui n'a aucune viabilité économique, sociologique, insitutionnelle et historique, qui s'appelle le Kosovo, et cela en violant le droit internationale. A présent, au Tibet, une révolte est en cours contre l'occupation chinoise et contre la politique d'assimitation par le peuplement. Ce pays, qui en est réellement un, veut son indépendance et devrait l'obtenir au regard du droit international. Alors pourquoi le Kosovo l'a obtenu en toute illogisme et que le Tibet ne l'obtient pas en dépit de toute logique ?

Pour le Kosovo, il est évident que son positionnement en Europe est stratégique et surtout il est voisin de la Serbie qui est considéré comme la tête de pont de la Russie dans la région. Il fallait donc contrer l'influence grandissante de la Russie qui se rapproche de plus en plus de la Grèce, de la Roumanie et de la Bulgarie. Ces trois pays sont d'ailleurs parties prenantes du projet de Gazoduque qui doit relier la Mer Noire à la Serbie via ces pays. D'aillieurs, il y a deux mois, la Russie a damé le pion à l'Union européenne en convainquant la Grèce que ses avions de combat étaient meilleurs que leurs homologues américains et européens. Donc, l'Union européenne a reconnu l'indépendance du Kosovo pour ouvrir un pare feu face à la menace slave. En représaille, la Russie a investi massivement dans l'économie serbe, lui fourni du gaz à prix réduit, a signé des contrats d'armements avec Belgrade, et a décidé qu'il y aurait des augmentations conséquents du tarifs du gaz pour les seuls pays européens qui ont reconnu le Kosovo. Mauvais calcul d'une Union européenne dont la somme des pays est égale à la pire cacophonie que l'histoire européenne ait connu.

Le cas du Tibet est plus délicat. Qu'est-ce que la Chine ? La manufacture du monde dont le marché domestique s'ouvre aux produits et aux investisseurs occidentaux. Pire, avec 1 800 milliards de fonds souverains, Beijing rachète par compagnies semi-privées ou publiques interposées des fleurons des industries européennes et américaines. Pire, avec la grave crise économique qui s'en vient pour cause de dollar sous-évalué, de prix du baril qui ne cessera pas de grimper en 2008, de manque de liquidité du système financier mondial, les faillites bancaires, la consommation occidentale qui va se réduire, aucun pays occidenal ne peut trop protester contre la répression chinoise au Tibet. Concrètement, Beijing tient l'occident pieds et poings liés. Non seulement l'occident ne peut pas trop protester avec virulence (quelques déclarations timides et quasi confidentielles), mais il ne peut même plus s'opposer à l'explosion du budget militaire chinois et à l'hégémonie de l'Empire du Milieu qui nait en Afrique (pillage des matières premières, importation massive de travailleurs chinois au détriment des africains -d'où mes pogroms anti-chinois au Sénégal et au Gabon cet été) et aussi en Asie où l'objectif à moyen terme est de museler la Corée du Sud et le Japon, puis de les pousser à s'écarter de la protection américaine pour pouvoir ensuite "récupérer" Taïwan, y compris par la force.

Pourquoi comparer le Kosovo et le Tibet ? Tout simplement parce que le défit posé par l'Union européenne à la Russie dans les Balkans poussent aujourd'hui Moscou de se rapprocher de Beijning et de soutenir la Chine et sa répression. L'impuissance occidentale est telle est qu'un boycotte (qui n'est, en somme, qu'une action symbolique) des Jeux Olympiques de Pekin n'est plus possible. Nous nous trouvons bien loin du boycotte des JO de Moscou en représailles de l'invasion soviétique en Afghanistan.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

La question qu'il faut se poser est "Qu'est ce qui fait un état ?".

Car il est bien beau de parler in abstracto, mais il vaut mieux regarder la réalité du terrain.

Dans les faits, aucune "autorité" ne créé les Etat. Un Etat existe à partir du moment où il est capable d'assurer son existence. La définition d'Etat est assez floue.Ensuite, un Etat constitué peut chercher à obtenir une reconnaissance internationnale (ce qui n'est pas toujours le cas).

Pour certains état, la situation est claire (France, Russie, Brésil, etc...) pour d'autre, elle est plus limite.

Quelques exemples d'états "limite" :

  • Sealand : un état autoproclamé, c'est une petite île, pas reconnue internationalement
  • Le Sahara Occidental (que le Maroc revendique comme étant sien)
  • Le Vatican (qui n'existe que par l'Italie)
  • Taiwan, qui a tous les attribus d'un Etat, mais n'est pas reconnu nternationalement

Parmi les caractéristiques d'un Etat, il y a notamment le fait de contrôler un territoire (aucun état sans territoire n'est reconnu). Le gouvernement Tibétain contrôle-t-il un territoire ?

Dans ce cas, est-il possible de le reconnaître comme un Etat ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant