Siège du gouvernement bloqué à Kiev


marielle Membre 1 921 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
getafpmedia.phtml?id=539492

Les partisans de Iouchtchenko bloquent le siège du gouvernement à Kiev


29 décembre 2004-15h

Les partisans du vainqueur annoncé de la présidentielle ukrainienne Viktor Iouchtchenko ont bloqué mercredi matin les entrées du siège du gouvernement pour empêcher la tenue d'une réunion ministérielle présidée par le Premier ministre Viktor Ianoukovitch.


Des véhicules ont été installés devant les entrées du bâtiment où se trouvaient un millier de partisans de M. Iouchtchenko. Ces derniers laissaient passer les fonctionnaires, ne bloquant l'entrée que pour M. Ianoukovitch, le candidat malheureux du scrutin de dimanche qui refuse de reconnaître sa défaite. M. Iouchtchenko avait appelé la veille ses partisans à assiéger le siège du gouvernement pour empêcher la tenue de la première réunion du gouvernement "illégitime" présidé par M. Ianoukovitch, de retour d'un congé de trois semaines pris pour mener sa campagne électorale. Le Parlement avait voté pendant la crise fin novembre une motion de défiance contre M. Ianoukovitch que le président sortant Léonid Koutchma a refusé de signer. "Je demande à tous de renforcer le blocus du gouvernement dès le matin (...) Aucune réunion du gouvernement illégitime ne doit avoir lieu", avait déclaré M. Iouchtchenko devant des dizaines de milliers de partisans rassemblés sur la Place de l'Indépendance, mardi au coeur de Kiev. Le Parlement avait voté le 1er décembre, pendant la crise née de l'élection frauduleuse du 21 novembre, remportée par M. Ianoukovitch, une motion de défiance contre Viktor Ianoukovitch que le président sortant, Léonid Koutchma, a refusé de signer.

M. Iouchtchenko a par ailleurs invité ses partisans à assister à son "investiture civile qui aura lieu sur la Place de l'Indépendance où les Ukrainiens ont lutté pour la liberté et la démocratie". Il a déclaré que son investiture pourrait avoir lieu après le 10 janvier. Mais la date de cette "investiture" demeure incertaine alors qu'on attend toujours l'annonce officielle de sa victoire même si tous les bulletins ont été dépouillés, donnant 51,99% à M. Iouchtchenko et 44,19% à son rival pro-russe. De "très nombreuses plaintes ont été déposées à la Commission électorale centrale, selon son président Iaroslav Davidovitch qui a implicitement accusé le camp de Viktor Ianoukovitch d'être derrière cette "manoeuvre politique" risquant de retarder l'annonce du résultat définitif. Celui-ci ne peut être annoncé qu'après l'examen de toutes les plaintes. "Cela ressemble aux messages des travailleurs" de l'époque soviétique, a-t-il estimé en citant l'envoi dans un intervalle d'une minute de 200 télégrammes avec le même texte mais signés de noms différents, de la région de Mykolaïv (sud, qui a majoritairement voté pour Viktor Ianoukovitch).
M. Ianoukovitch, qui a dénoncé des "violations à la Constitution" lors du scrutin, avait jusqu'à minuit pour porter plainte auprès de la Cour suprême contre les irrégularités intervenues le jour du scrutin. S'il ne le faisait pas, il pourrait cependant contester le résultat du vote après sa publication.

Mais le Premier ministre, qui a repris ses fonctions mardi après son congé qui le mettait à l'abri d'un limogeage, semblait de plus en plus isolé dans son combat contre les "violations" du scrutin. Le premier vice-Premier ministre Mykola Azarov a estimé que le scrutin avait été "démocratique" et s'était "passé comme aurait dû se dérouler" celui du 21 novembre annulé par la Cour suprême en raison des fraudes massives.De son côté, le ministère des Affaires étrangères a remercié "la communauté internationale" pour avoir permis une "élection démocratique et transparente" en Ukraine, tout en s'en prenant à certains observateurs de l'ex-URSS ayant mis en doute la légitimité du scrutin. Plus de 12.000 observateurs étrangers, un record, ont veillé au scrutin de dimanche qui a été salué à l'unisson par les Etats-Unis et les Européens.
Dans sa première réaction officielle, la Russie qui avait jugé le scrutin du 21 novembre "transparent" et félicité M. Ianoukovitch, a dénoncé le manque d'objectivité des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Autre signe de l'évolution de la situation en Ukraine, le quotidien à grand tirage Sevodnia, contrôlé par l'"oligarque" de Donetsk Rinat Akhmetov, accordait peu de chances aux tentatives de M. Ianoukovitch d'aller en justice pour renverser le verdict des urnes.

Proche alliée de M. Iouchtchenko, Ioulia Timochenko, a annoncé qu'elle se rendait mercredi à Donetsk, ville minière de l'est russophone du pays qui a voté dimanche à plus de 90% pour M. Ianoukovitch. Mme Timochenko doit notamment avoir un entretien avec M. Akhmetov considéré comme le chef du clan Donetsk contrôlant l'économie du Donbass.
Enfin, le Parquet a ouvert une enquête sur le "suicide forcé" du ministre des Transports Heorhiy Kirpa, retrouvé lundi dans sa datcha de Kiev. Selon l'opposition, sa mort pourrait être liée à la participation présumée de son ministère au financement de la campagne électorale de M. Ianoukovitch.



Source: La Libre Belgique

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Benbow69
Invité Benbow69 Invités 0 message
Posté(e)

A l'époque, la belle Ioulia semblait veiller à éviter la partition du pays, se rendant à Donetsk pour négocier de façon raisonnable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lycan77 Membre 6 980 messages
Dictateur du forum‚ 39ans
Posté(e)

"négocier de façon raisonnable".

:smile2:

A la mode Putin ? Avec des chars, de l'artillerie et des troupes d'invasion ? :smile2:

Comme tu es drôle ma ptite chérie ! Une vraie petite bille de clown ! :smile2:

Voilà que tu encourages à céder au chantage à la menace militaire et à la prise d'otage ! Typique de la mentalité des munichois de la fin des années 1930, parmi lesquels on trouvait bon nombre des futurs collabos du maréchal Pétain .... :o°

Avec de tels patriotes, plus besoin d'ennemis !

Tu nous expliqueras donc tout aussi doctement qu'il fallait "négocier raisonnablement" avec Amédy Coulibali !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Benbow69
Invité Benbow69 Invités 0 message
Posté(e)

Ce qui est pratique, avec Lycan, c'est que son explication complotiste (le démoniaque Poutine, omniscient, omnipotent et visant à l'imperium mundi) dispense de toute réflexion sérieuse. On lui explique que la belle Ioulia, en 2004, avait eu l'intelligence de négocier politiquement avec les Russophones de l'Est, il nous renvoie à Poutine. Comme si le refus de la russophobie de l'actuel gouvernement n'avait aucune base socio-politique dans la partie orientale et que la guerre civile actuelle s'expliquait pa les "supers pouvoirs" de Poutine. Bref, une" explication" à la zelig et à la lycan, c'est à dire inepte et s'appuyant juste sur la pleurnicherie du "mon beau-frère m'a dit".:p

Sinon, pour ton point Godwin, si tu lis Simon Epstein, tu t'apercevras que la collaboration fut principalement le fait de personnes qui appartenaient idéologiquement à des gens comme... oh mais ceux que je viens de citer.:dev:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lycan77 Membre 6 980 messages
Dictateur du forum‚ 39ans
Posté(e)

Ce qui est pratique, avec Lycan, c'est que son explication complotiste (le démoniaque Poutine, omniscient, omnipotent et visant à l'imperium mundi) dispense de toute réflexion sérieuse. On lui explique que la belle Ioulia, en 2004, avait eu l'intelligence de négocier politiquement avec les Russophones de l'Est, il nous renvoie à Poutine. Comme si le refus de la russophobie de l'actuel gouvernement n'avait aucune base socio-politique dans la partie orientale et que la guerre civile actuelle s'expliquait pa les "supers pouvoirs" de Poutine. Bref, une" explication" à la zelig et à la lycan, c'est à dire inepte et s'appuyant juste sur la pleurnicherie du "mon beau-frère m'a dit".:p

Sinon, pour ton point Godwin, si tu lis Simon Epstein, tu t'apercevras que la collaboration fut principalement le fait de personnes qui appartenaient idéologiquement à des gens comme... oh mais ceux que je viens de citer.:dev:

Parce que Putin est la colonne vertébrale de cette prise en otage géopolitique orchestrée par le Kremlin qui instrumentalise sciemment la question des minorités russophones dans les pays de l'Est, afin de les maintenir dans son giron.

Il l'a fait en Géorgie, il l'a fait pour la Transnistrie, il l'a fait dans les états Baltes et il le fait actuellement en Ukraine.

Sauf que, là, il l'a méchamment dans le cul, parce que sa prise d'otage est en train de méchamment lui péter à la gueule.

C'est fini désormais, les ptites magouilles du père Putin. Et, comme il fallait s'y attendre avec cet homme animé d'une haine froide et d'une brutalité implacable, il répond désormais par la violence hors de ses frontières.

Sauf que l'étranger n'a nullement l'intention de se conformer aux désiderata de monsieur Putin. Il a commis la folie, l'irresponsabilité stupéfiante de lancer une agression militaire caractérisée brutale, meurtrière en Ukraine, qui vient de coûter la vie à plus de 5000 citoyens ukrainiens, sans compter les près de 300 malheureux civils occidentaux et asiatiques massacrés au missile Buke par ses hommes dans le MH-17, il va devoir en payer un prix politique très lourd.

Amissa Somnium disait que Putin agissait de la sorte parce que "nous sommes faibles". C'est en partie vrai. Disons simplement que nous sommes lents à nous conscientiser face au danger direct qui nous menace. Mais, une fois celui-ci identifié, nous frappons. Adolf Hitler l'a appris à ses dépends. Putin est en train de l'apprendre à ses dépends lui-aussi.

Désormais, et parce qu'il n'a pas su prévoir la fin de ses petites combines néo-fascistes, parce qu'il n'a pas su prévoir qu'il ne pourrait pas aller plus avant surtout après l'humiliation qu'il a fait subir aux américains en Syrie, à s'opposer avec ses veto successifs en dépit de la monstruosité des crimes contre l'humanité commis par son protégé El Assad, il s'est enfermé lui-même dans son propre piège.

Et il essaye désespérément d'en sortir par les armes. Mais, il faut être le dernier des cons pour croire que cette stratégie lui permettra de se sauver ! Car, que va t-il se passer après ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant