L'histoire dont vous êtes le héros

Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

Dem'ange était perplexe quant-à cet oiseau au pouvoirs particuliers.

Dam'ange avait le pouvoir de contrôler ses deux côtés ombre et lumière en même temps, une forme de don d'ubiquité qu'elle tenait d'un chamane qu'elle avait rencontré à l'Abbaye du Thoronet où elle pratiquait la méditation transidérale en écoutant les chants grégoriens.

L'oiseau, forme sous laquelle l'âme quitte le corps, messager divin, l'oiseau conduisant les âmes des défunts vers les cieux, enfin, comment un oiseau pourrait-il se séparé de sa part d'ombre accidentellement ?? cet animal pouvait il régresser à ce point ?? Quelle magie s'était emparée de celui-ci ?

Etrange qu'il vienne justement s'endormir sur l'épaule d'Alan. Attendait-il son âme ? mais nous n'étions pas prêtes à la lui laisser prendre !! non !!

quel dessein avait l'ombre d'Auréliane en saisissant celle de l'oiseau ?? Dem'ange y voyait une recherche d'aide, ces ombres semblaient affaiblies.

La connaissance du pouvoir de Yop! de réunifier les corps, comme il l'avait fait pour Alan, leur avait fait prendre conscience que l'heure n'était pas des plus favorable pour les ombres.

Dem'ange insufflat ses déductions à Alan qui pourrait ainsi distinguer ses différents corps et l'ombre de la lumière. tout en se reposant, son esprit pourrait l'alerter si besoin est.

Il fallait maintenant rejoindre Auréliane

Modifié par dem'ange

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Liligreycat reprit ses esprits. Elle était furieuse contre elle-même: "je ne devrais pas en avoir peur, il n'est rien!". Elle ramassa le téléphone tombé dans l'herbe et répondit à son interlocuteur surpris: "Il est là. Qui? Yop, voyons! Il faut le neutraliser ; il a trouvé le Livre et son nouveau propriétaire. Il a blessé Elaïs, je le sens. Je savais qu'elle le trouverait, mais je crains qu'il ne nous échappe de nouveau. Oui, venez vite."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

Oui LiliGreycat, demande de l'aide, espère que nous relâchions notre attention !

Dem'ange peut sembler loin, elle ne l'est pas, avec Auréliane nos chakras en psycho-télépathie créent une onde de force et un canal sensoriel parfait.

Alan récupère ses forces peu à peu, nous lui insufflons doucement de nouveaux pouvoirs. Et quant-au livre, il reste dans notre champs protectionnel.

Pour Dem'ange une méditation de subincarnation s'imposait.

Yop! était puissant mais où étaient ses réelles limites de force ? de son goût du pouvoir ? de la résistance de son ego - pour ne parler ici que d'ego - aux perversions féminines ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Yop! mit de longues minutes avant de retrouver la totale possession de son corps de chair. Il fit bouger ses doigts, s'efforça de ressentir chaque particule de son être physique.

A force de changer de corps, il fallait à chaque fois refaire tout un travail de localisation matérielle. Un peu comme lorsque qu'on conduit un gros break alors qu'on était habitué à sa petite 2CV; il fallait retrouver quel espace nous était autorisé.

De plus, la conscience de Yop! pouvait facilement habiter un millier de corps. Il était un peu à l'étroit.

Il se prit à trépigner d'impatience quant au déroulement relativement lent des événements. Il se surprit même à penser à tuer lui-même son corps de chair pour accélérer l'arrivée de sa forme primale.

Il finit sa bouteille d'eau et ses idées se remirent en place.

Bon, il avait laissé les deux soeurs dans une situation délicate mais il leur faisait confiance. D'autant plus qu'Alan semblait bien au-dessus du lot de branques précédents. La petite Elaïs lui avait malgré tout fait bonne impression. Surtout ses petits seins, en fait.

Tout déroulait assez bien.

A part le chat, mais justement, il décida qu'il était temps de "déblayer".

Il descendit dans la rue et fit fluctuer son aura. Dans quelques instants, les ombres, irrésistiblement attirées, allaient accourir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xenops Membre 792 messages
Forumeur accro‚ 107ans
Posté(e)

L'oiseau avait lâché son ombre... Peu importait la manière, et l'ombre avec ses flips et ses flops avait lu à la vitesse de la lumière les pages du livre du temps. Personne ne semblait s'en être aperçu, et l'oiseau savait maintenant. Il savait parce qu'il existe une autre fonctionnalité que la pensée, les sons ou les gestes pour communiquer, et son ombre serait son messager...L'oiseau s'envola dans la fôret, là où les arbres grincent parce qu'ils sont trop serrés. Et il attendit.

L'ombre de l'oiseau s'éveilla et vit le tableau dans son ensemble : toutes ces consciences différentes, ils les vivait. Il voyait les moments du temps se succéder et c'était comme si l'ombre avait eu une multitude de vies simultanées. L'ombre avala une bouffée de surexistence et se concentra sur ces ondes par milliards qu'elle pouvait capter toutes distinctement et simultanément. Dans toutes ces ondes, il y avait ce Yop étrange qui s'éclatait dans la magie des voyages astraux, un peu brusque et ambitieux, ce chat inoffensif qui ne pouvait bouffer son ombre - tant mieux -, ce dem'ange qui se posait de bonnes questions, cette Auréliane qui avait souvent mal à la tête, cette Elaïs si humaine, et cet Alan vers lequel l'ombre de l'oiseau se sentait tellement mystérieusement attiré, mais alors tellement mystérieusement attiré...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Elaïs s'éveilla en sursaut. Sensation de cauchemar , comme avant. Un regard circulaire rapide lui fit se resituer dans la maison d'Alan.

Elle le vit, marchand vers une des fenêtres, les yeux rivés sur l'ombre d'un oiseau. Un oiseau ? C'était le chant d'un oiseau qui l'avait tiré de sa terrible rêverie. Elle voulue se lever, ce qu'elle découvrit alors la fit se rasseoir instantanément :

« Merde ma jambe ! »

Et toutes les images de son songe lui revinrent : elle se souvint de Yop ! Devant elle, d'une sorte de brouillard filant droit en direction de son front, d'un éclair, puis du silence. Un silence pesant, dans une sorte de trou noir, elle se retourne alors et voient des ombres flottantes, sous des capelines noires qui virevoltent entre elles en s'approchant dangereusement, puis sa grand-mère de l'autre coté, lumineuse, rayonnante, auréolé d'un éclair bleuté qui essaie de lui parler mais le silence étourdissant des ombres l'empêchent de l'entendre. Elle court vers la lumière, entend les cris aigues et déchirants des morts qui s'élèvent, réclamant leur du.

Au moment où son corps entre dans le halo bleuté, elle sent les griffes de la mort s'accrocher à sa jambes et transpercer sa chaire. Elaïs est en plein élan, elle finit son passage et s'arrête net entre les deux mondes, regardant en arrière les ombres s'entremêler de rage et hurlantes puis recherche sa grand-mère. Il n'y a plus personne. Elle est seule dans cet espace bleuté qui semble sans contours. C'est alors qu'une femme apparaît, d'une beauté sans égal. Elle n'a pas d'âge et pourtant son regard semble avoir vu l'humanité se construire, au moment où celle-ci plante ses yeux dans ceux d'Elaïs , Elaïs voit l'orange translucide de ces pupilles devenir opaque, dans l'¿il gauche apparaît yop ! et elle le voit lui enfoncer la main dans le crâne, dans le droit elle voit aureliane et dem'ange regarder perplexes la scène, puis tout défile, les Yeux devenus noirs lui déroulent le fil des événement. Puis les yeux deviennent vitreux , elle peut alors y contempler un oiseau qui vole, l'éclair bleu d'auréliane détachant l'ombre du volatil, les yeux se voilent, passent au vert. C'est alors que devant l'incrédulité d'Elaïs, va se dérouler l'avenir.

Elle voient des ombres menaçantes sortirent de la terre au milieu d'une foret, la foret ornant la maison d'Alan peut être ? les ombres semblent foncer vers le même point, avec une détermination qui ne laisse aucun doute sur la fait qu'elles savent ou elles doivent se rendre. Au moment ou Elaïs croit discerner la maison d'Alan au loin, un air de tyrolienne semble casser la liaison avec les yeux de verre de la femme. Celle-ci ouvre sa bouche sans fond, et au moment même ou Elais semble y être aspirée, elle ouvre grand les yeux dans le salon d'Alan.

Elaïs toujours assise, contemple la nouvelle cicatrice de sa jambe et d'une voix métallique annonce l'arrivée des ombres au trio stupéfait.

« Et elles n'ont pas l'air commodes ! » rajoute-t-elle indifférente.

Au moment où elle se lève, une rumeur se fait entendre, le jour semble alors décliner à une vitesse irréaliste.

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xenops Membre 792 messages
Forumeur accro‚ 107ans
Posté(e)

Celui là, c'était un filao. Xénops, perché sur sa cime, l'aimait particulièrement car cet arbre lui rappelait l'odeur du sapin de son nid d'antan. Il ferma les yeux tout à sa rêverie mais ce qu'il sentit alors l'expulsa de sa torpeur : Elaïs et ces ombres s'étaient connectées, ou plutôt, elle était devenue très sensible à l'approche de ces ombres et elle ne se doutait de rien. ..Elaïs en danger pour l'éternité, mais que faisait cette bande de..., enfin ce trio qu'ils avaient envoyés? Et ce Yop, qu'attendait-il ?

L'ombre de l'oiseau au même instant rejoua sa tyrolienne et Alan sursauta. Ce n'était pas l'oiseau qui chantait, mais à la fois lui et l'oiseau. C'était étrange... A chaque fois que l'ombre oiseau approchait, cela recommençait ! Il avait l'impression de devenir l'oiseau et de rester lui même en même temps, c'était comme s'il existait un tout ou une énorme soupe où l'oiseau l'entraînait par sa simple présence et il arrivait alors à percevoir les choses comme s'il était ce tout lui même... ou alors il pensait dans ce tout...impossible à expliquer ! Il y avait Alan, ses dédoublements, ses consciences multiples et Alan dans le tout. Cela devenait vraiment compliqué...

Modifié par xenops

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

Dem'ange avait tous ses sens en éveils, quelle agitation dans le monde des ombres !! une double attraction les perturbait. Les ombres yin captaient le chant éthérique de Yop! les ombres yang, plus soumises à celui qui leur parvenait d'Elaïs voulaient la rejoindre.

Xenops voyait donc ce tourbillonnement des ombres qui devait restées solidaires, mais ne parvenaient à s'accorder.

L'ombre de Dem'ange, consciente par sa reliance à son corps lumière, libéra ses forces yin capto-sensorielles, brouilla les appels d'Elaïs.

Elle compris qu'en réalité Elaïs et Yop! se recharchaient dans l'astral, attirés qu'ils étaient l'un vers l'autre !! Les ombres aspirées dans ce canal avaient leurs instincts primaires qui prenaient le dessus.

Dans la maison d'Alan Les deux soeurs, devaient se servir de ce canal d'énergies. Elles y envoyèrent des vibrations transhormonales, désexualisant les ombres.. Cela suffirait-il à les arrêter ?? elles seront au moins calmées un moment.

On ne pouvait se permettre de combattre avant qu'Alan ait réunifié ses forces, et accepté sa mission avec foi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aureliane Membre 707 messages
Forumeur forcené‚ 109ans
Posté(e)

Auréliane se demandait d'ou pouvait bien provenir cet oiseau. Elle éprouvait de la méfiance à son égard. Elle avait marqué une victoire sur sa propre ombre en lui montrant qu'elle était prête à se sacrifier pour la tuer. Yop! avait surgi au bon moment et les avait ramené vers la lumière, Alan et elle. Alors l'oiseau semblait en avoir profité pour s'insinuer dans les couloirs innombrables et les rejoindre.

Le hasard? Elle en doutait. Quelle force occulte avait conduit l'oiseau chez Alan? Lors de la cérémonie des ombres, elle s'était demandé si Alan lui-même n'était pas commandé par une main toute-puissante. Qui était cette femme dont elle avait entrevu le regard terrifiant? Qui était réellement Elaïs? Elle ne reconnaissait plus sa petite soeur. Les êtres semblaient se scinder en entités invisibles qui lui échappaient.

Elle regarda Dem'ange et s'aperçut qu'elle aussi était assaillie de doutes et de questions. Elle voyait les curieuses pantomines d'Alan et de l'oiseau. Elle s'unit à Dem'ange pour effectuer la scission des énergies mauvaises, elles y parvinrent mais cela n'était que temporaire, elle le savait. Dans sa tête bourdonnait une rumeur qui n'allait pas tarder à s'amplifier. Les ombres galopaient. Tout une armée en route, au souffle rauque, aux yeux creux et noirs traversés d'éclairs. Le même mugissement qu'elle avait entendu dans la forêt.

Cela ne se passait pas comme d'habitude. Une conscience semblait avoir émergé et uni les ombres pour les rassembler en une force plus puissante et indestructible. Cette conscience avait un regard effrayant, mutant de l'orange au noir, de l'opaque au translucide. Elle semblait muter selon les événements et s'adapter pour les arranger à son avantage.

Elle bondit et attrapa l'oiseau. Au moment où elle allait lui tordre le cou, Alan poussa un hurlement et se jeta sur elle. Elle eut le temps de voir l'éclat orange de ses yeux.

Modifié par Aureliane

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xenops Membre 792 messages
Forumeur accro‚ 107ans
Posté(e)

Quand elle saisit l'ombre oiseau, Alan hurla et un grondement déchira la forêt entière puis la terre se mit à trembler de soubresauts tectoniques. Des vagues d'ondes magnétiques firent palpiter la terre et couvrirent le sol de lézardes qui craquelèrent jusqu'à la maison d'Alan. Dedans, c'était la panique et le chaos: Dem'ange évita de justesse un pot de confiture de barbadine et Elaïs entraîna tout le monde dehors pour contempler aussitôt un autre phénomène: l'ombre de l'oiseau, coupée en deux, continuait maintenant une démultiplication exponentielle tout en époumonant sa tyrolienne. Bientôt, il y eut autant de noir dans le ciel que de battements d'ailes...et le jour s' obscurcit peu à peu.

Xénops, perché sur son arbre, ne se souvenait pas de ce passage: quelqu'un était-il en train de changer le cours du temps ?

Comble d'incongruité, l'oiseau avait saisi un crayon dans chacune de ses pattes et s'était mis à prendre des doubles notes. D'une patte il semblait écrire en désordre: " mon amour, mon amour, l'aile de l'oiseau qui construit l'univers n'est pas loin" et de l'autre :"les gens qui s'aiment ne sont là pour personne et leurs ombres seulement tremblent dans la nuit".

Xénops était -il devenu fou ?

Modifié par xenops

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Un petit souffle de vent vint soulever la poussière dans la rue déserte.

Derrière lui, Yop! sentit le ciel s'obscurcir mais il n'avait pas le temps de s'en occuper. Devant lui se dressait une armée d'ombres grognantes, sifflantes et menaçantes. Le ciel aussi était obscurcit de ce côté.

Au cri perçant d'une des leurs, une lame sombre et tranchante jaillit de leur masse compacte et vint transpercer Yop! en plein ventre. Il tomba à genoux, empalé par une dague de ténèbre.

Au moment où la masse de chair meurtrie toucha le sol, une onde de choc arriva par derrière et fit reculer le tas d'ombres.

Yop! se releva. Enfin, quelquechose d'un noir opaque et impénétrable ayant la silhouette de Yop!.

" Alan commence à laisser parler sa force !" pensa-t'il. " C'est bien !"

Il avança à pas lents vers les ombres. Elles étaient un peu décontenancées et se regardaient, cherchant une réponse aux questions qui les taraudaient toutes : pourquoi cet homme n'était pas mort ? et surtout : comment se fait-il qu'il soit beaucoup plus sombre que nous ?

Yop! ouvrit la bouche et commença à aspirer les ombres. Un tourbillon se forma et grossit, prenant les créatures anthracite dans son sillage.

Ailleurs, Alan se releva aussi. Il se tint debout, les bras tendus horizontalement et commença à siffler un air alpin et jovial. Les oiseaux vinrent se poser sur lui, le recouvrant de leur robe charbonneuse.

Assis sur un nuage, fumant un cigare, la Yop! astrale regardait ce spectacle avec enthousiasme et satisfaction.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aureliane Membre 707 messages
Forumeur forcené‚ 109ans
Posté(e)

Pendant ce temps là, Alan et Auréliane luttaient sur le tapis. Dem'ange avait tenté en vain de les séparer puis était partie se balader dans la rue. Chaque coup que portait Auréliane aboutissait dans le vide, car Alan semblait se liquéfier à chaque fois. Son image devenait floue ou diaphane, ou bien se démultipliait, et la main d'Auréliane passait à travers Alan. Elle n'avait aucune prise sur lui. Il disparaissait parfois, totalement transparent et resurgissait quelques mètres plus loin dans le salon, la narguant.

Alan tentait d'aspirer Auréliane comme l'avait fait le tourbillon de la forêt. Ses yeux passaient du bleu à la braise, son souffle était chaud.

"Alan, nous sommes venues te sauver!" cria Auréliane. Elle essaya de placer le livre du temps dans les mains d'Alan. Yop!! Par pitié replace-le à la bonne page! Remontons le temps pour empecher l'unification des ombres qui nous rejoignent par milliers! Imposons-leur auparavant un Dieu uni qui les fera plier! Appelle le 3615! Fais quelque chose!!!

Puis elle ressentit un léger agacement et décocha un coup de pied dans les valseuses d'Alan qui s'ecroula.

Elle rejoignit Elais et Demange dans le jardin, laissant Alan groggy, les bras tendus horizontalement en train de siffler un air alpin et jovial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 149 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)

Alan cru d'abord qu'il avait mal au dos. Ou du moins à l'un de ses dos, celui qui lui semblait le plus proche de celui qu'il semblait être. Mais aussitôt, une autre douleur lancinante pris lentement le dessus, et elle n'avait pas ce dos - ou un autre - pour origine, mais il pouvait tout aussi bien en identifier les origines profondes, et le souvenir du regard mi-agacé, mi-paniqué d'Aureliane refit surface. Ainsi que la vision de l'esquisse d'un coup de pied et, il ne saurait l'expliquer pourquoi, le doux roucoulement d'oiseaux virevoltants dans un air et un cadre alpin.

Mais outre cette douleur sub stomacale, la gêne que ressentait Alan tenait plutôt de son unicité soudain retrouvée : il n'était présentement, et tout d'un coup, plus qu'un, alors que la dernière pensée qu'il avait de lui était un sentiment de multiplicité, d'un bouillonnement effervescent de son âme à différents stades de l'univers, du temps. Il n'arrivait même plus à appréhender ce qu'il avait embrassé alors.

Il se sentit comme diminué, handicapé, tronqué ... cette farouche frustration commençait à gagner son corps afin de se transformer en une panique fébrile, les poils de ses uniques deux bras commençant à se hérisser, une vague de froid déferlant de sous son unique peau ....

" - Cela va passer ..."

La voix de l'homme assis prêt d'Alan était grave, mais d'infimes tremolos de compassion semblaient poindre de la partition, cachés derrière les rondes de ses mots.

De la banquette du salon, Alan avisa l'individu, assis sur le fauteuil à côté de lui.

L'homme, forme élancée et sombre, gardait les yeux fermés et le visage terne. Il restait assis, impassible, aussi droit sur son fauteuil qu'une fleur fanée par la grêle : c'est à dire que si le dos de l'individu avait bien pour but de se maintenir droit, sa lourde tête semblait faire ployer ce dernier, qui ne paraissait finalement plus de force à s'opposer à ce poids mort.

Ses deux bras longilignes ne semblaient pas non plus très concernés par les désirs de rectitude du dos, et telles des branches mortes, pointaient leurs doigts noueux vers le sol.

" - Que ... que faites vous dans ... mon sal ... ?"

Nouveau grincement de contrebasse :

" - Nous ne sommes pas dans votre salon, Alan."

Il avait raison. Tels des feuilles mortes, des fragments, réminiscences de la vision d'Alan, se disloquèrent autour de lui, laissant place à un nouveau paysage, une chambre à l'architecture mi-florale, mi-boisée, où trônaient le lit qu'il occupait, et un large fauteuil que son interlocuteur avait l'air de ne pas trop vouloir déranger.

Il gardait toujours la tête penchée, et l'on aurait pu croire qu'il admirait avec ferveur les lattes du plancher, si une quelconque lueur blanche provenant de son visage avait permis d'entrevoir ses yeux. Et si la ferveur pouvait se frayer une quelconque signification dans l'aura dégagée par l'individu.

" - Et vous ê ..."

Les mots se perdirent derrière un grondement étouffé, pesant mais qui se voulait léger :

" - Pheld Wynn." Silence. Nouvelle mesure : "je suis un ménesternel."

"- Un qu ... "

"- Un ménesternel."

"- Et vous lisez dans les pensées ?"

"- Non. Je ne lis que les temps passés, et me fait témoin des temps qui passent."

Les derniers mots se répercutèrent sur le plancher, les murs, le lit, et Alan attendit l'affiblissement des dernières notes avant d'attaquer son solo :

"- Et où se trouve Yop! ? Et Dem'ange ? Et Auréliane ? (la douleur refit alors un bref sursaut, tel un coup de symbale). Et Elaïs, et cet oiseau étrange ? "

Enfin, Alan attaqua les dernières notes de son inquiétude : "Et les Ombres ?"

Nouveau silence. Nouvelle réponse des cordes :

" - Ne vous souciez pas des Ombres pour le moment. Vous avez fait ce qu'il fallait. Bien plus que ce que nous espérions. En tout cas, bien plus que ce que les livres ne pouvaient laisser présager ... Mais, bien sûr, elles reviendront."

L'homme avait relevé la tête, et ses yeux, deux boules noir de jais, fixaient avec lassitude Alan. Pas une lassitude irritée ou couroucée. Non, la même lassitude, blasée mais sereine, qu'éprouve le grincement d'une vieille et lourde porte.

" - Et où sont les autres ?

- A côté. Bien évidemment, ils parlent de vous. Ils ne sont pas d'accords, évidemment."

- Evidemment ?

- Ils craignent les Ombres. Ils craignent de se tromper. Ils savent qu'ils ne peuvent plus vraiment se le permettre, je crois. Ils se méfient d'eux mêmes.

- Et vous, vous n'êtes pas avec eux ?

- Moi ? Non, Je n'ai pas ma place parmi eux. Eux sont sages pour décider. Enfin, vous devez l'espérer. Ma mission n'est que de retranscrire l'histoire passée, et présente. Je ne détermine rien.

Je ne suis qu'un témoin du temps, comme je l'ai été autrefois."

Les douces percussions de la voix s'évaporent ...

Alan distingue alors nettement une autre musique, plus rythmée et saccadée, plus rock certainement : celle des vociférations des deux éternelles, des piaillements d'un oiseau, des atermoiements d'Elaïs et de la détermination ronflante de Yop!. Le son va crescendo, et le rythme des pas prend de l'ampleur. Le morceau se conclut par un unique coup de grosse caisse sur la porte, suivi immédiatement par un éclat de lumière qui vient inonder la pièce, laissant se détacher sur le seuil les silhouettes du groupe.

Sur sa chaise, dans son coin, le menesternel a retrouvé sa position originelle, partie intégrante du décor.

Modifié par Pheldwyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

Pheldwyn était entré dans la maison, Auréliane et Dem'ange le laissèrent rejoindre Alan. Il avait le pouvoir de pénétrer le passé pour en ressortir les mystères psycho-traumatiques. Alan devait les évacuer avant qu'elles ne puissent efficacement accomplir leur mission.

Pheldwyn le replaçait en un lieu certainement plus propice, à ce travail, et les deux s¿urs et Elaïs restèrent invisible jusqu'au signal du ménesterel ..

L'ombre de Dem'ange s'occupait de celle d'Alan, resté là, debout, les bras en croix, couvert d'ombres oiseaux, statiques, sous le charme de l'air jovial et alpin ?? Dem'ange pénétra la non-conscience de l'ombre d'Alan, fit cesser le chant. Les oiseaux tombèrent au sol, sans vie, et se désintégrèrent. L'ombre d'Alan parti à la vitesse de la lumière vers son corps lumière.

Dem'ang'ombre entendit alors Liligreycat miauler un air jovial et alpin !! ni une ni deux, ni trois d'ailleurs (bof) il fallait percer l'énigme de cette femme-chatte, elle se mis en connexion avec son mental, et lui demanda un entretien au sommet du platane d'où elle observait la scène.

Dans le même temps, les trois femmes nimbées d'une lumière divine flottaient presque devant Alan et le ménesterel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
xenops Membre 792 messages
Forumeur accro‚ 107ans
Posté(e)

Quand les oiseaux se désintégrèrent, il y eut un vacarme assourdissant ... suivi d'un silence venu des ténèbres. Dem'ange avait coupé le son du monde l'espace d'une seconde mais elle ne réalisa rien. Tout occupée à ses affaires, elle ne parlait pas à cet instant là...

Puis le son revint, et c'est à ce moment là que les trois femmes furent auréolées d'une lumière divine...

Xénops, perché sur son filao, avait vaincu ses ombres...Bon, Dem'ange l'avait un peu aidé, mais nul ne sut véritablement quelles combinaisons de puissances obscures ou célestes furent véritablement à l'¿uvre ce jour là ...

Xénops s'envola majestueusement, et l'on put voir que l'oiseau laissait derrière lui une trainée étrange : une espèce de « lumière¿matière », un peu comme de la lumière à l'état liquide, et chaque chose que Xénops frôlait devenait cette lumière étrange et le monde entier était en train de basculer dans une autre dimension..

.Yop, Elaïs, Alan, Demange,Auréliane, Liligreycat et le menesternel se mirent à disparaître.

-« Nous sommes en train de passer de l'autre côté, » s'écria Dem'ange !

- « De l'autre côté de quoi ? »rétorqua Elaïs qui fut au moins rassurée de s'entendre penser.

L'espace maintenant semblait comme une pâte molle...

De temps en temps, des flash de lumière venait percuter nos amis, et ça cliquait comme mille sapins !

Puis, tout devint plus stable, et le monde réapparut avec la maison d'Alan, la forêt et ses montagnes...seulement, tout semblait fait de cette lumière étrange qui donna à la terre l'aspect d'un petit soleil qui brillait dans l'espace.

Modifié par xenops

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
flav14 Membre 37 messages
Forumeur balbutiant‚ 20ans
Posté(e)

tener

Tome 5 : "Harry Potter et l'Ordre du Phénix"

Ce tome commence très fort : Harry est en pleine crise d'adolescence, il est sans nouvelles du monde des sorciers depuis la renaissance de Voldemort, lui et Dudley se font attaquer par des Détraqueurs en plein quartier Moldu...

Puis les évènements se précipitent. Le jeune sorcier apprend l'existence de l'Ordre du Phénix, une société secrète. Il doit faire face à un procès. Il rentre à Poudlard et découvre la nouvelle prof de Défense contre les forces du Mal, Dolores Ombrage, une femme tyrannique qui doit son poste à Cornélius Fudge.

De plus, personne ne croit au retour de Voldemort et prend Harry pour un fou... Et le Ministère "pète les plombs".

harry potter 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Curieux cet appel de Dem'ange... Comment cette âme étrange avait-elle repéré Liligreycat? La femme-chatte s'enorgueillissait d'être discrète, mais elle avait été repérée par Yop, puis par Dem'ange. "Décidément, je vieillis..." soupira-t-elle. Elle accepta la connexion de pensée avec cette femme puissante, la curiosité l'emportant sur la prudence, comme d'habitude. Soudain, une lumière aveuglante, le chaos. La connexion se rompit. Mais le calme revint aussitôt.

Elle se hérissa. Trop de puissances, trop de distorsions du temps et de l'espace: les choses s'accéléraient, il fallait faire vite. En attendant, les êtres qu'elle avait appelés à la rescousse ne venaient toujours pas! Elle gronda, puis maîtrisa sa colère et se concentra sur l'appel de Dem'ange, qui ne saurait manquer de se reproduire.

Modifié par Lili_greycat

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Planté dans cette ruelle iridescente et lumineuse, le Yop! d'ombre paraissait encore plus sombre que l'anus de Lucifer. Il avait fini d'absorber l'escadron d'ombre.

Il contempla le panorama avec une joie non dissimulée : l'oiseau avait fait son oeuvre. Il avait encore une fois bien respecté le contrat.

C'était rare, de nos millénaires, des entités qui savaient respecter un contrat moral. La parole était si vite donnée puis reprise.

La Yop! astrale, brune mais scintillante, descendit du ciel et vint se poser près du Yop! d'ombre.

- Alors, tu te la pètes, l'ami ? lança t-elle.

- Hmm... oui, un peu.

- C'est mon tour maintenant ! Dégage ! Va jouer au Trivial Pursuit avec les comètes !

Le Yop! d'ombre sourit de bonne grâce. Il s'était toujours demandé comment cette garce pinçante pouvais être aussi lui-même. Vraiment, sa multiplicité ne cessait de l'étonner.

Yop! d'ombre s'affaissa sur lui-même et disparut dans le sol. La belle Yop! de lumière décolla du sol et commença à planer vers le lieu du drame, suivant l'émanation cosmique d'Alan.

En chemin, elle fit le point.

Les ombres, cette fois, l'avaient vraiment eu dans l'os. Ils avaient joué la partie d'échec cosmique avec trois ou quatre coups gagnants. Encore un bon et c'était l'échec au roi.

A moins que les autres ne s'en mèlent.

Elle atterrit dans le salon, au milieu de la compagnie encore un peu groggy.

" Bonjour les filles ! " lança t-elle à Dem'ange et Auréliane qui poussèrent en même temps un soupir d'exaspération et pensèrent simultanément " Encore elle ! Je préfère vraiment son côté masculin !!"

Elle salua Elaïs d'un signe de tête, passa sa main sur le crâne de Pheld Wynn ("Salut vieille branche !" :snif: ) et s'assied à côté d'Alan.

" Vous êtes perturbé, mon grand ! N'ayez crainte, nous avons quelques heures de calme devant nous ! Vous allez pouvoir digérer tout ce fatras de mésaventures ! "

Elle leva la tête et sembla s'adresser au ciel : " Attention, petit oiseau ! Le chat rôde et il a faim !"

Elle croisa enfin les jambes, joignit les mains dans une attitude professorale et regarda les individus regroupés dans ce lieu et ce maëlstrom occulte.

" Bon, si vous avez des questions -hormis celle concernant mon changement de genre - allez-y !"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dem'ange
Invité dem'ange Invités 0 message
Posté(e)

- « Oui Dem'ange je suis bien là haut, mince ! je ne pensais pas que tu aies entendu mon chant moqueur devant la disparition des ombres !! »

- ta joie en a amplifié la puissance par les vibra-émotions

Une grande lueur coupa ce début de dialogue, Dem'ange soupira, les corps lumière avaient bien vaincu les ombres pour cette partie !! et sa part d'ombre restait intacte, elle était donc bien protégée, le chamane n'avait pas menti.

où est-elle passée ? Liligreycat semble avoir signé un pacte risqué avec des forces qui la laissent bien seule. Dem'ange capta son désarroi, la rejoignit. Cette femme-chatte n'avait pas que des côtés négatifs, Dem'ange attendit qu'elle parle sans la brusquer.

Dans la maison d'Alan, la Yop venait de faire son apparition !! pfftt ! celle-là, l'arrivée du ministernel l'a émoustillée, et la voilà qui rapplique avec ses grands airs.

« Vous avez des questions ?!?! »

- où est Yop! miss Yopette ? questionna Dem'ange en riant

- m'appelle pas comme ça, tu sais que je déteste !!

- justement, et moi n'aime bien

- grrrr

- « vous n'avez rien de plus intéressant à dire ? » Elaïs n'appréciait pas ce changement

Dem'ange repris la parole :

je pourrais tenter de nous rallier Liligreycat, elle ¿uvre contre les ombres aussi. Mais pour une autre force que la notre, et il y aura un risque si elle a accès au Livre du Temps.

Qu'en pensez-vous ?

Modifié par dem'ange

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

"Nous voulons le Livre du Temps."

Liligreycat sursauta: "Ah, enfin vous voilà, ce n'est pas trop tôt!" Les voix sifflèrent:

" - Nous n'avons pu entrer dans cet espace, mais il y a eu un changement qui nous a permis de te rejoindre.

- Je n'y croyais plus. Comment voulez-vous que je m'en sorte seule? Et ça presse: ils ont trouvé un candidat. Il a récupéré le Livre.

- Nous le savons, et nous avons déjà oeuvré contre Yop, le Maître du Livre."

Les voix tourbillonnèrent autour d'une Liligreycat fort surprise. Ces petites lumières ressemblaient à des lucioles qui parlent. Elles semblaient innoffensives.

" - Merci de m'avoir tenue informée! lança Liligreycat, vexée. Je me casse la tête à suivre Elaïs et vous avez déjà des informations!

- Il fallait faire vite, tu l'as dit toi-même. Malheureusement notre tentative de neutraliser Yop a échoué... et cet Alan Shore semble bien entouré.

- Bien fait! Vous croyez pouvoir vous passer de moi? Et bien, vous venez d'avoir la preuve que non. Et vous allez me payer ce zèle inconsidéré."

Liligreycat ferma ses paupières et joignit les mains. Elle feula. Un sifflement strident, qui ne semblait pas heurter ses oreilles, sembla monter de la terre. Les voix se turent et tombèrent sur le sol, leur lumière faiblissant.

" - Pitié! arrête!

- J'arrête, mais il faut que vous sachiez ce qu'il en coûte d'agir dans mon dos. Si vous m'aviez parlé de vos projets, j'aurais pu vous éviter une défaite. Je sais des choses sur Yop, que vous ignorez. Je ne peux réussir seule, mais vous n'avez pas assez de pouvoir... et surtout d'astuce, minables, pour l'anéantir. Maintenant, reprenons depuis le début. Que vous n'ayez pas pu entrer dans l'autre espace-temps, c'est bien ennuyeux. Quelqu'un joue avec, il ne faut pas qu'il recommence. Tout part d'Alan Shore: avant de vous attaquer à Yop, et de fanfaronner avec ces actions d'éclat stupides, bande de nulles, vous allez l'espionner et voir qui, exactement, le seconde et en faisant quoi. Puis vous me ferez un rapport et nous pourrons établir une stratégie pour nous débarrasser de Yop. Vous aurez alors le champ libre pour vous emparer de votre fichu livre."

Les voix murmurèrent plus doucement:

" - Nous t'obéirons. Guide-nous.

- Vous voyez la maison là-bas? Allez-y, et discrètement, si vous en êtes capables. De mon côté, je dois savoir ce que me veut une des protectrices d'Alan Shore."

Les "lucioles" s'envolèrent vers la maison. Les pupilles de Liligreycat s'agrandirent dans la nuit tombante, mais elle ne s'attarda pas à suivre le vol des voix. Elle entreprit d'escalader de nouveau le platane, avec une grâce toute féline. Dem'ange y était revenue, comme elle s'y attendait. Cette femme était impressionnante ; elle dégageait une aura particulière qui mit Liligreycat sur ses gardes. " Me voici de nouveau, Dem'ange. Pourquoi viens-tu pénétrer mes pensées? Je ne suis qu'une amie d'Elaïs, que tu as mis en grand danger. Dis-lui de rentrer à présent."

Dem'ange ne répondit pas tout de suite. Elle examinait la femme-chatte, un sourire mystérieux aux lèvres. Liligreycat claqua le bout de sa queue sur la branche. Elle sentait que cette conversation pouvait prendre l'allure d'un duel de magie... ce qui risquait de bousiller sa couverture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant