Laxisme générationnel + Echec de la mondialisation


cl4dou Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚ 35ans
Posté(e)

Il convient de rappeler simplement, pour les plus largués, que les états empruntent auprès de leurs propres épargnants (pour 50% actuellement en France), et à proximité des pays pétroliers (du moyen-orient entre autre) et de la Chine (le grand prêteur actuel). La dette de l'état Français est d'environ 1000 milliards d'euros et, de manière contingente, de 2000 millards (retraites des fonctionnaires actuels à payer, etc…). Celle des pays pauvres est de 2800 millards d'euros, quant aux états-Unis, la leur atteint les 8000 milliards de dollars. Le chiffre français – qui paraît arithmétiquement impressionnant – est tout à fait maîtrisable ; encore faut-il s'y prendre dès aujourd'hui…

Concernant la France, sa dette étatique représente 70% de PIB. Cependant, elle n'a pas créé d'emploi : on qualifie alors cette dernière de dette « mole » en comparaison avec la politique économique menée depuis 25 ans. Lorsque l'on s'endette pour préparer l'avenir (pour la construction d'autoroutes, de ponts, d'universités…), et qu'on est pas directement concurencé par l'étranger, la dette est efficace. En somme, lorsqu'on sait que la Chine nous classe au 47ème rang universitaire dans le monde, on peut se demander où est passé l'investissement… En réalité, notre dette est dangereuse structurellement car elle s'emploit à payer des dépenses courantes.

Les états-Unis sont dans une situation différente, indépendamment du faite qu'ils aient la planche à billet. Nous ne somme pas la monnaire de référence et devront pour la première fois rembourser la dette (d'antant, soit la France faisait banqueroute, soit elle subissait l'inflation : merveille économique qui permit l'acquisition de patrimoines réels par la population pendant les trente glorieuses). Les pays d'Afrique (on ne parle pas de Sud en économie ; chaque continent étant dans une situation différente) sont dans une contexture difficile entre autre à cause de l'occident et de leur mauvaise gestion de la décolonisaton, du taux de change, etc… Lorsque la mondialisation économique s'impose avant la mondialisation politique et démocratique, les flux à court terme pullulent, déstabilisant le pays. C'est ce qui s'est passé pour une grande partie de l'Afrique.

Hormis le débat philosophique classique (mais pas moins passionnant) sur l'immoralité de prêter à intérêt, certains prônent l'annulation de la dette du tiers-monde (CADTM). Malgré une apparente bonté, l'idée ne résolverai que peu de problème car les pays africains sont relativement peu endêtés mais c'est bien les habitants qui le sont. Et c'est là que la micro-finance intervient : comme disait Hésiode (premier a avoir consacré un livre sur le travail et ce dès le 8ème siècle avant J.-C.) « l'homme pour bien commencer a besoin de deux bœufs et une ferme… ». Si nous ne les avions pas forcés à « griller » les étapes, probablement que leur situation s'en trouverait moins désolante…

Enfin, il y a fort à parier que lorsque les états-Unis et la Chine s'occuperont de leurs propres retraités, de leurs problèmes économiques internes, le monde en sera boulversé (petit échantillon donné avec la crise des subprime). Investissons donc raisonnablement en Chine tant que la croissance nous le permet encore en espérant qu'ils injectent suffisamment d'euros dans leur économie pour que nous, jeune génération, n'ayons pas à payer l'effroyable laxisme de nos aînés…

Pourquoi la mondialisation crée-t-elle aujourd'hui tant d'antipathie, d'animosité alors qu'elle était élevée avec ferveur et engouement au début des années 1990? Certains disent que l'effet est d'ordre psychiatrique : les gens se portent mieux, mais ne le savent pas (!). Aberration involontaire ou démagogie préméditée? En réalité, la mondialisation est bien à l'origine de l'asymétrie mondiale : le FMI força même certains pays à ouvrir leurs marchés aux flux à court terme, pourtant très déstabilisants pour l'économie nationale (d'où l'incompréhension totale quand DSK publie son salaire annuel au lieu de parler des grands travaux à mettre en œuvre…). L'Afrique, pôle géostratégique pendant la guerre froide, est totalement délaissée après celle-ci ; pis, la mauvaise gestion de la décolonisation a permis l'installation de régimes dictatoriaux complaisants à l'égard d'une économie spéculative (attitude prévisible : quelques millions de dollars de plus-values allant directement dans leurs poches pour l'entretien mesquin et ignoble de leurs familles…). Les états africains sont alors peu endettés ; les habitants l'étant beaucoup plus (on perçoit ainsi l'utilité croissante de la microfinance aujourd'hui). La mondialisation économique n'aurait jamais du passer avant la mondialisation politique : plus simplement, les valeurs de la vie n'aurait jamais du être placées en deçà des valeurs économiques. Le renforcement de la propriété intellectuelle lors de l'Uruguay Round de 1994 a condamné des millions de personnes : obliger un africain à acheter des médicaments génériques au prix de leurs fabrications (10 000$ pour une année de SIDA alors que cette personne n'en gagne pas 500 dans l'année…), c'était envoyer à l'échafaud des millions d'êtres humains dépourvus de toute considération. La mondialisation apparaissait comme l'ange libérateur, elle se révèle aujourd'hui comme faucheur incontrôlable et incontrôlé…

Modifié par Chameaulo
retrait du spam

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

yanomami Membre 1 369 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

très intéressant cl4dou. Une précision, qu'appelle-tu la mauvaise gestion de la décolonisation, que le pays qui décolonise continue à aider le pays devenu indépendant ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cl4dou Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚ 35ans
Posté(e)

Une mauvaise gestion de la décolonisation c'est, pour moi, le faîte de ne pas avoir laissé un régime démocratique en place (évidemment certains événements ont boulversés le cours des choses...). Néanmoins, en Inde, malgré les massacres, l'Angleterre s'était tout de même efforcé de laisser une forme de démocratie (même partielle...).

Aujourd'hui, l'Inde a donc su dire NON aux flux spéculatifs, aux flux à court terme et on voit désormais la différence de croissance et les effets contrastés que la mondialisation a eu sur l'Inde en comparaison avec l'Afrique...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Baudelaire-21's Membre 1 165 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Je ne pense qu'il y'ai une volonté de l'UK de laisser une démocratie, elle a surtout voulu garder un partenaire commercial privilegier... l'UK est loin d'être un modèle de démocratie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant