connaissez vous une poésie difficile ?


karamati Membre 3 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

j'ai absolument besoin pour une dissert d'un exemple : une poésie difficile avec un language pas très facile a comprendre enfin bon vous voyez quoi ;) ! si vous poviez m'aider ce serait génial !!! merci d'avance. :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Lizz Membre 844 messages
Forumeur accro‚ 43ans
Posté(e)

Il faut impérativement que ce soit un auteur français ?

Non, parce que sinon il y John Milton...Pas mal dans son genre.

Mais c'est très joli.

Poète anglais du 17ème siècle.

"Le paradis perdu"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 43ans
Posté(e)

Je n'ai pas de titre de poème mais je peux te suggérer un auteur : Mallarmé est réputé assez hermétique car il souhaitait que ceux qui le lisent trouvent seul la clé de la compréhension de sa poésie. Sa poésie ne devait être accessible qu'à ceux dignes de la décrypter (si je me souviens bien de mes notes de fac ;) ).

A toi de trouver un poème...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
karamati Membre 3 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

merci beaucoup je vais essayer de me débrouiller avec vos réponses ... nan c'est pas forcément un auteur francais. En fait le principal étant que la poésie doit être complexe et pas facile à comprendre au niceau des figures de styles ou du vocabulaire. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bonus-salade Membre 1 681 messages
Plutôt Fantôme à Tic‚ 30ans
Posté(e)

juste une que je trouve simpa, perso c'est de la poésie ;) :

akh : Mes soleils et mes Lunes

Mes Soleils et mes Lunes (acoustique)

top

Pour mes soleils et mes lunes.

Pour mes soleils et mes lunes, j'emporterai, tous les soleils et les dunes

Tous les palais, les jardins, l'or ? Vu dans mes sommeils et mes plumes

J'rendrai aux nues, la pluie d'étoiles qu'est tombé sur terre

De la voûte céleste, moi sommaire poussière assise sur la croûte terrestre

Regard nébuleux ; car mes songes portent aux éthers

Point d'vue fabuleux ; insuffle l'air neuf, pur au cour d'mes feuilles et mes vers

Mansarde ouverte sur une cité d'lumière, l'horizon s'perd sur des tours

Et des dômes paisibles havre de paix pour des femmes et des hommes

Pour vous j'porterai une source pure, jaillit d'un rocher

Qu'jamais l'aventurier n'a touché, ni l'aîné pour ses sours et ses frères

Cavalier, fier, porteur d'amour au fond du Cypher

Chacune de mes prières, sert Dieu, perd maudit Lucifer

Dans la soie d'Samarcande, j'envelopperai mes douces pensées pour vous

Et votre mère panserait toutes mes blessures au cour d'mon âme et ma chair

N'voyez pas l'univers, comme une frontière entre l'sombre et le clair

Le sabre et le clair, catégories, des classes comme le notaire et le clerc

J'poserai au-dessus d'vos têtes un bouclier fait d'cuivre et de fer

Où Dieu scellera notre union éternelle comme le tonnerre et l'éclair

J'dépose ma vie à vos pieds j'n'en ai qu'une elle est chère.

Refrain (x2) :

Pour mes soleils et mes lunes, je ferai du futur une épure simple de lecture

Chasserai la peur et ses brumes pour que vos rêves restent ce refuge que le ciel murmure

Je paverai les rues d'élans de mon cour pour que vos pas soient surs,

Parce que chaque jour se fait rude par nature.

J'rentre de les deux pieds dans la tornade de mes nerfs, entre la plume et la pierre

Ma prose loge, esseulé j'ne sais quoi faire,

J'épelle votre nom entre 1000 qui m'viennent aux oreilles,

Egrène le temps plus précieux qu'une pierre rare, lumière rare,

Génère une rare paire, j'parle du cerveau du pieu, et d'ses deux hémisphères

A l'ombre des sycomores ! on philosophera sur la genèse et ses mystères

Comme un jeune faon pris par un aigle entre le bec et les serres

L'entrave et le fer, j'verrai vos chaînes et j'viendrai pour les défaire

J'lèguerai au fond d'une armoire un recueil métaphorique

Comme un adoubement, célébrant une nouvelle génération poétique

Un hiver, un d'ces mois rudes, où l'blizzard glace les rivières

Mon sac sera remplir de dattes et d'vent du désert

D'un rayon d'pulsar, d'une galaxie qui décline sous l'poids des âges

S'écroule sur elle-même, j'conterai cette histoire pour qu'elle m'aime

Longtemps reclus, dans l'fort discipline ascétique sévère

Difficile comme discerner, la démarcation entre le ciel bleu et la mer

Impact frontal et pontage, du contact polaire

Nos yeux s'croisent, comme les hauts jets d'matière au-dessus des taches solaires

Cette strophe, bien plus qu'une lettre vulgaire

Révèle une différence majeure, comme celle existant entre le sable et le verre

Levons nos cours à la gloire de lampes dans le jardin secret des pères

Où chaque seconde, passée, voit une pensée adressée à ses perles.

C'est une pensée adressée à mes perles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vorelberg Membre 4 messages
Baby Forumeur‚ 59ans
Posté(e)

SI TU RECHERCHE DE LA POESIE PAS TRES FACILE A LIRE OU A COMPRENDRE TU AS LE CHOIX AVEC DUDELLAY LES ANTIQUITEES DE ROME OU ROLAND DE RONCEVEAUX OU BIEN RONSARD EN POESIE FRANCAISE

VORELBERG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 43ans
Posté(e)

Je ne trouve pas que Ronsard est difficile à décrypter.C'est juste que l'orthographe a évolué depuis son époque.

Modifié par chirona

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Akoumou
Invité Akoumou Invités 0 message
Posté(e)

Tiens, je te donne ça, j'ai cru comprendre que c'était difficile à comprendre... peut-être tu peux disserter autour :smile2:

Pousse en avant ça crève la vie

Et d'autres lamentent leur envie

Il faut des couleurs pour ton lavis

Nuitard enfoncé dans ton Levis

Ton crucifix en torsades de vis

Un rien je te demande ton avis

Rien tu réponds être sans parvis

Et de rire je m'en vais mal servi

Tirlipompon pon arrivent les troubadours

Haletant résonnant comme des tambours

Et ils gonflent l'abdomen en un tour

Avec tout cet air volé aux alentours

Tapisserie telle une poterie sortie du four

Riment des mots pour copier la Pompadour

Elle est mise en scène la pièce sans détour

Mi fugue mi fa sol la si do

Un dièse pour faire rigolo

Si bémol et fait le gros dos

Il se penche sur le trémolo

Quel pauvre do sans poncho

Un autre aurait eu du sang chaud

Et c'est ainsi la musique sans show

Modifié par Akoumou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Filou75
Invité Filou75 Invités 0 message
Posté(e)

euh ben non j'en connais pas... sinon elle serait pas difficile ;)

c'est bon, je repars.... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant