Les jours de Jim


TheGreenMonkey Membre 113 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

« Qui a vomis l'premier ? »

Le café est froid, la télé est en panne, il n'a plus baisé depuis huit mois, son réveil sonne à 5h du matin cinq jours par semaine et tout ça l'emmerde royalement.

Jim voulait devenir peintre avant de se rendre compte qu'il n'avait pas de talent et de baisser son froc, peine capitale des gens sans talent, il passe ses jours à curer les chiottes d'un building rempli de minables comme lui mais en mieux habillé.

La radio passait du slam, le nouvel art des cons, après les comédies musicales et le zouk.

« J'voudrai faire un slam car pour mes copains j'réclame :

Plus de coton dans les chaussettes en coton.

J'te d'mande pas d'chaussettes en laine mais juste pour qu'ils aient moins la haine,

Un peu plus d'polyéthylène.

Pas b'soin non plus d'polyester car comme l'dit ma copine Esther :

« Rien d'mieux qu'les chaussettes en coton et en hiver, t'as l'air moins... »

Il a éteint.

Aujourd'hui c'est samedi, il aime bien le samedi, le bar ferme plus tard et il peut y passer toute l'après-midi à mater la serveuse.

En refermant la porte, il a put apercevoir une dernière fois son salon, « je ferrai bien de faire le ménage un de ces jours » s'est-il dit.

Sid était déjà là, c'est le meilleur ami de biture de Jim.

Sid est mécanicien depuis toujours, en gros, il est déjà mort, pour arrondir ses fins de mois, il cambriole des grand-mères, une fois, il est tombé sur une dégourdie qui donnait de la voix, il a dut la poignarder puis, pour ne pas se faire pincer, mettre le feu à la baraque. Il s'est dit qu'il ne recommencerai jamais, on fait souvent ça après avoir fait une chose horrible, une sorte de laxatif pour remords.

Il ne l'a jamais raconté à Jim, tout comme le fait qu'au lycée, sous les douches après le cours de sport, il avait une forte envie de l'enfiler. Il faisait des pieds et des mains pour cacher sa queue en érection.

Jim s'est assis à coté, a commandé, toujours aussi étonné de constater qu'il boit autant, lui qui ne pensait commencer qu'après la signature d'un CDI où d'une demande en mariage, allumé une cigarette et lancé la discussion.

La conversation accompagnant les premiers verres est souvent terre à terre donc inintéressante : l'état de santé du chien, le boulot, l'actualité sportive, l'actualité tout court , etc...

Dixième verre.

« Mon chef me fais de plus en plus chier !

- C'est son métier.

- Il me laisse faire le sal boulot pendant qu'il se fait sucer par la secrétaire.

- Il a d'la chance

- Je vais l'descendre !

- Bonne idée.

- Mais il me faut un associer.

- T'inquiète pas ! Je t'aiderai.

- T'es un vrai pote Jim ! »

Sid joue le même couplet tous les soirs et son patron vit toujours, plutôt bien même. L'alcool nous fait dire un tas de choses trop belle pour être vraie c'est bien connu, d'ailleurs, n'est-ce pas complètement saoul qu'un alcoolique promet d'arrêter de boire ?

Au quinze, seizième verre, on passe par le passage obligé de la nostalgie, on se rappelle le bel age, tout ce qu'on faisait pour fuir la banale réalité avant de se rendre compte, de la fumé plein les poumons, que la réalité nous a rattrapé et que l'on est devenu le plus banal des hommes.

Au vingtième, on arrête, on ne dit plus rien, on ne pense plus, on s'en fou tout simplement et le lendemain, on se réveille en se demandant qui a vomis le premier.

> la suite <

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

formiste Membre 23 368 messages
Forumeur Méphistophélique‚ 30ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant