Faut-il légaliser la polygamie ?


Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Tout d'abord, puisque c'est toi qui revendique l'instauration d'un nouveau contexte juridique en matière de droit de la famille, il me semble que ce soit à toi de prouver la légitimité de ta demande, il s'agit tout simplement d'une regle classique du droit français qui place le demandeur comme ayant le fardeau de la preuve :D . Nous pourrions aussi la bousculer, mais il s'agit là d'un autre débat :o .

Pour revenir sur l'avilissiment lié de manière intraséque à la polygamie, je crois que l'on ne peut éluder la question au vu des faits, qui justement jalonnent l'histoire de la polygamie.

Je suppose que tu connais la fameuse expérience du professeur Zimbardo sur l'univers carcéral, celle-ci avait démontrée que des gens tout à fait lambda, sans pathologies mentales particulières, placés au sein d'une institution pourtant tout à fait reglementée, se mettaient trés rapidement à agir comme le fesaient finalement les protagonistes habituels de l'institution. On pouvait alors en tirer la conclusion qu'une institution pouvait influer sur les comportements, peu importait les regles de droit auxquelle elle était soumise.

Il me parrait dés lors essentiel de vérifier si le statut polygamique n'engendre pas les comportements qu'on lui reproche, et ce, à juste titre, puisque que tous les systemes polygamiques ont jusqu'à présent conduit à la dévalorisation des époux(ses), et ce avant tout projet de légalisation.

D'autre part, tu opposes l'histoire de l'homosexualité, pourtant je ne pense pas que cela soit comparable sur le fond. Si sur la forme, il y a bien un rejet social subjectif pour les 2, sur le fond, le refus de l'homosexualité était basé sur des chimères, or , et je pense que tu en conviendras également, l'histoire de la polygamie et de la servitude qu'elle engendre pour les femmes n'en est pas une, les faits le prouvent. Maintenant, je te l'accorde aussi, ce n'est pas tant la polygamie qui créer cette diminution de la femme que les cultures qui l'encadrent. Mais n'y a-t-il pas un lien non négligeable de cause à effet entre les 2?

Dernière chose et non des moindres, ton départ de raisonnement s'appuyait sur le fait, que notre société actuelle avait des comportements polygames et qu'il faudrait dés lors les reglementer.Soit, mais encore faut-il que notre société ai réelement un comportement polygame et la, je ne partage pas ta vision des choses.

Nous ne nous comportons pas comme des polygames, mais comme des monogames à répétion. L'augmentation des divorces et la multiplication des familles recomposées n'est pas le signe d'un désir polygame mais effectivement le signe fort, d'un rejet du couple a vie et le désir affirmé d'avoir de multiples partenaires certes, mais pas en meme temps et pas sur du long terme, shéma qui ne correspond pas à celui du mariage polygame qui, bien qu'il permette un nombre tout de même limité de conjoints, part sur l'idée, d'un engagement au long cour.

Aussi, si nous nous comportions comme des polygames, le nombre des divorces n'aurait pas spécialement augmenté mais seulement celui des adultères.

En droit français, on n'est pas tenu à des preuves impossibles. Sinon prouve moi que l'homosexualité n'est pas une "déviance". Le terme de déviance étant peu objectif, on tournerait vite en rond.

J'ai tenté de démontrer que sur un plan juridique, l'interdiction aurait de plus en plus de mal à tenir.

Je vais quand même tenter de répondre à ta question. Tu sembles affirmer que polygamie = infériorité des femmes dans tous les exemples connus. C'est exagéré.

"Chez les Gourmantche, la première épouse a certaines prérogatives et un statut plus élevé que les femmes secondaires, elle répartit les tâches entre les coépouses, elle assiste seule son mari dans ses fonctions rituelles ; mais elle n'a pas une autorité absolue sur les autres femmes, et ses enfants ne jouissent pas d'un statut particulier. Chez les Wahenga du Nyassa, chaque épouse a sa propre maison et le mari va manger et passer la nuit successivement dans chacune d'entre elles, afin d'assurer l'égalité de chacune devant lui ; mais les fils se distinguent selon l'âge de leur mère ; le fils de la première femme doit se marier le premier ; le mari doit cultiver le champ de sa femme principale avant celui des autres, et il ne peut faire de cadeau à aucune sans avoir d'abord fait un cadeau de valeur équivalente à sa première épouse."

"La situation de la femme n'est pas inférieure dans les familles polyandriques. Chez les Tibétains, c'est elle qui est chargée des finances de la famille et elle sait jouer suffisamment bien des rivalités masculines pour dominer ses maris."

En Occident, les reines celtes d'Irlande à l'époque archaïque pratiquaient aussi parfois la polyandrie.

En conséquence, la soumission de la femme n'est pas intrinséquement liée à la polygamie. Elle ne résulte que de l'organisation en sociétés patriarcales. Or la France est de moins en moins une Société patriarcale.

Enfin, je ne suis pas d'accord sur le fait que la polygamie n'existe pas chez nous (et encore une fois, ne la pratiquant pas, je ne fais pas reposer la discussion sur mon exemple personnel). Elle n'est pas fréquente et n'est pas chiffrée car elle constitue un délit pénal (s'il y a mariage). Mais il existe des couples à trois tout à fait consentants. On a même un exemple littéraire quand Rousseau raconte ses rapports avec Mme de Warens dans les Confessions. Mais même si ce phénomène est très loin d'être majoritaire, pourquoi faudrait-il le cacher ? Quel pourcentage de la population pratiquerait le mariage homo s'il était permis ? Sûrement assez faible et, dans les années 50, on aurait dit dérisoire voire inexistant.

Encore une fois, c'est à celui qui interdit de justifier l'interdiction. :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
En droit français, on n'est pas tenu à des preuves impossibles. Sinon prouve moi que l'homosexualité n'est pas une "déviance". Le terme de déviance étant peu objectif, on tournerait vite en rond.

J'ai tenté de démontrer que sur un plan juridique, l'interdiction aurait de plus en plus de mal à tenir.

Je vais quand même tenter de répondre à ta question. Tu sembles affirmer que polygamie = infériorité des femmes dans tous les exemples connus. C'est exagéré.

"Chez les Gourmantche, la première épouse a certaines prérogatives et un statut plus élevé que les femmes secondaires, elle répartit les tâches entre les coépouses, elle assiste seule son mari dans ses fonctions rituelles ; mais elle n'a pas une autorité absolue sur les autres femmes, et ses enfants ne jouissent pas d'un statut particulier. Chez les Wahenga du Nyassa, chaque épouse a sa propre maison et le mari va manger et passer la nuit successivement dans chacune d'entre elles, afin d'assurer l'égalité de chacune devant lui ; mais les fils se distinguent selon l'âge de leur mère ; le fils de la première femme doit se marier le premier ; le mari doit cultiver le champ de sa femme principale avant celui des autres, et il ne peut faire de cadeau à aucune sans avoir d'abord fait un cadeau de valeur équivalente à sa première épouse."

"La situation de la femme n'est pas inférieure dans les familles polyandriques. Chez les Tibétains, c'est elle qui est chargée des finances de la famille et elle sait jouer suffisamment bien des rivalités masculines pour dominer ses maris."

En Occident, les reines celtes d'Irlande à l'époque archaïque pratiquaient aussi parfois la polyandrie.

En conséquence, la soumission de la femme n'est pas intrinséquement liée à la polygamie. Elle ne résulte que de l'organisation en sociétés patriarcales. Or la France est de moins en moins une Société patriarcale.

Enfin, je ne suis pas d'accord sur le fait que la polygamie n'existe pas chez nous (et encore une fois, ne la pratiquant pas, je ne fais pas reposer la discussion sur mon exemple personnel). Elle n'est pas fréquente et n'est pas chiffrée car elle constitue un délit pénal (s'il y a mariage). Mais il existe des couples à trois tout à fait consentants. On a même un exemple littéraire quand Rousseau raconte ses rapports avec Mme de Warens dans les Confessions. Mais même si ce phénomène est très loin d'être majoritaire, pourquoi faudrait-il le cacher ? Quel pourcentage de la population pratiquerait le mariage homo s'il était permis ? Sûrement assez faible et, dans les années 50, on aurait dit dérisoire voire inexistant.

Encore une fois, c'est à celui qui interdit de justifier l'interdiction. :o

Nan, c'est pas à celui qui interdit de justifier, c'est à celui qui se réclame d'un droit :D .

Je n'affirme pas que la polygamie tend à avilir les êtres ayant à se partager l'autre, je le constate par rapport aux différents retours officiels que nous avons de la polygamie et par constat personnel pour avoir eu l'occasion de voir le quotidien de familles polygames.

Juste pour revenir sur ton exemple de la polyandrie, ne me fais pas dire, ce que je n'ai pas dit :o je garde bien à l'esprit que polygamie englobe polygynie et polyandrie.

Sur l'existence ou non d'une polygamie dissimulée on est tous d'accord, cela existe, et sa criminalisation, n'empeche en rien d'établir un chiffre qui serait essentiel pour savoir s'il on doit légaliser ou pas. Mais pour moi, on parle d'un comportement tres minoritaire , et comme je te le disais dans ma dernière intervention, je pense que notre société, se comporte comme une société monogame sérielle, et non comme polygame.

Mais, je trouvais l'argument d'un comportement sociétal général nouveau tendant à la polygamie, plus percutant que celui qui avance, il y en a certain, donc on encadre. Car dans ce cas là, il y a de manière générale de nombreux comportements déviants du dogme posé, et leurs simples existences minoritaires au regard du droit qu'ils transgressent, justifierai dès lors, une légalisation du droit transgressé du seul fait que la transgression serait analysée comme une inadéquation du droit à la société qui le crée. Sur ce raisonnement, on dénature totalement l'utilité du droit de manière générale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Ah non certainement pas ! L'Homme dispose de droits naturels et leur limitation doit répondre à une justification. Partir du principe que c'est à ceux qui dénoncent une interdiction de démontrer son inanité (même s'ils le font) quand les tenants de sa perpétuation peuvent se permettre d'avancer "c'est comme ça et pas autrement" et se dispenser de toute justification est militer pour une Société totalitaire. :o

De plus, ne renies pas tes dires ! :o

Tu sous entendais que l'"avilissement" des femmes était inhérent à la polygamie.

"Pour revenir sur l'avilissiment lié de manière intraséque à la polygamie, je crois que l'on ne peut éluder la question au vu des faits, qui justement jalonnent l'histoire de la polygamie."

J'ai tenté de montrer qu'il n'en était rien puisque des exemples contredisent cette assertion. L'avilissement supposé repose uniquement sur une conception patriarcale des sociétés et se retrouve, dès lors, tout autant dans la monogamie. Peut être les exemples que tu as pu cotoyer étaient justement issus de conceptions patriarcales du couple.

Enfin, ton argument final de la minorité est irrecevable.

En 1789, quasiment 100% des couples avaient été unis devant le prêtre. Cela na pas empêché la loi d'instituer le mariage civil.

De même, l'homosexualité est très loin d'être majoritaire. Et pourtant, on n'hésite pas à légiférer sur elle.

En outre, quel serait le seuil de minorité à atteindre pour devenir légitime dans ses revendications ? 1% (c'est à dire déjà 600 000 personnes) ? 5% ? 15% ? QUI détermine ce seuil ? Des sages autoproclamés ?

Et quand bien même le chiffre (s'il pouvit être connu) était ultra minoritaire, tu oublies l'effet de l'interdiction sur la pratique. Certains hésitent peut être à franchir le pas pour ne pas braver la loi. Car pourquoi aurait-on été obligé de spécifiquement légiférer sur cette interdiction si ce n'était pour empêcher effectivement une pratique existante ? Or ce qui a existé peut revenir. Et ce n'est pas parce que c'est embryonnaire que la pérénisation de l'interdiction se justifie davantage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

En plus, il manie la provoc....

Arghhhhhhhhhhhh félon!!!!

Moi, proner une société totalitaire!!! moi renier mes dires!!!!!

Je te pourchasserai jusqu'à la fin des temps pour avoir oser ces immondes contrevérités, tu seras ensuite juger sur le bucher de tes vanités, écartelé sur la place publique et épiler poil aprés poils!

Moi, donner une argumentation irrécevable!!!

Bave aux levres, je ne trouverai de repos qu'aprés ... avoir été manger! :o

Je te répond tout à l heure quand je serais calmée :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Allons allons femelle ! Tu oublies que la miséricorde est justement un apanage masculin, de même que la sagesse. T'égarer n'est donc pas grave puisque je suis là pour te ramener sur le droit chemin et te guider vers la voie auguste ! Aussi inutile de te mettre martel en tête et t'arracher les cheveux puisque tu peux te reposer sur moi ! :o

De plus, tu confonds délicate enfant. Ce n'est pas sur un bûcher que je monte mais sur l'estrade où repose mon trône depuis lequel je contemple ce sympathique harem où tu te trouves ! Et promis, puisque l'arrachage de poils te préoccupe, je t'offrirai le meilleur esthéticien possible ! :D

Mais... Mais ?! Quel est ce radis que je reçois sur mon occiput ? Ah c'est une partie du repas d'Elaïs ! Bon appétit ma chère ! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Charlytiti Membre 273 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)
Moi qui vient d un pays qui jusqu a un temps pas loin autorisait la polygamie , je vois que c vraiment inacceptable vue les problemes juridique et administratives que ça raméne

heureusement que le maroc a sttoper ce type de mariage lagalmenet imaginez un homme n arrive méme pas a s occuper d un seul foyer qui en fera 4 ou plus hhhhhhhhhhh

la polygamie c est un pas vers les années de mille et une nuit

tu es beau !! Yusito !! :o

Tout d'abord, puisque c'est toi qui revendique l'instauration d'un nouveau contexte juridique en matière de droit de la famille, il me semble que ce soit à toi de prouver la légitimité de ta demande, il s'agit tout simplement d'une regle classique du droit français qui place le demandeur comme ayant le fardeau de la preuve :( . Nous pourrions aussi la bousculer, mais il s'agit là d'un autre débat ;) .

Pour revenir sur l'avilissiment lié de manière intraséque à la polygamie, je crois que l'on ne peut éluder la question au vu des faits, qui justement jalonnent l'histoire de la polygamie.

Je suppose que tu connais la fameuse expérience du professeur Zimbardo sur l'univers carcéral, celle-ci avait démontrée que des gens tout à fait lambda, sans pathologies mentales particulières, placés au sein d'une institution pourtant tout à fait reglementée, se mettaient trés rapidement à agir comme le fesaient finalement les protagonistes habituels de l'institution. On pouvait alors en tirer la conclusion qu'une institution pouvait influer sur les comportements, peu importait les regles de droit auxquelle elle était soumise.

Il me parrait dés lors essentiel de vérifier si le statut polygamique n'engendre pas les comportements qu'on lui reproche, et ce, à juste titre, puisque que tous les systemes polygamiques ont jusqu'à présent conduit à la dévalorisation des époux(ses), et ce avant tout projet de légalisation.

D'autre part, tu opposes l'histoire de l'homosexualité, pourtant je ne pense pas que cela soit comparable sur le fond. Si sur la forme, il y a bien un rejet social subjectif pour les 2, sur le fond, le refus de l'homosexualité était basé sur des chimères, or , et je pense que tu en conviendras également, l'histoire de la polygamie et de la servitude qu'elle engendre pour les femmes n'en est pas une, les faits le prouvent. Maintenant, je te l'accorde aussi, ce n'est pas tant la polygamie qui créer cette diminution de la femme que les cultures qui l'encadrent. Mais n'y a-t-il pas un lien non négligeable de cause à effet entre les 2?

Dernière chose et non des moindres, ton départ de raisonnement s'appuyait sur le fait, que notre société actuelle avait des comportements polygames et qu'il faudrait dés lors les reglementer.Soit, mais encore faut-il que notre société ai réelement un comportement polygame et la, je ne partage pas ta vision des choses.

Nous ne nous comportons pas comme des polygames, mais comme des monogames à répétion. L'augmentation des divorces et la multiplication des familles recomposées n'est pas le signe d'un désir polygame mais effectivement le signe fort, d'un rejet du couple a vie et le désir affirmé d'avoir de multiples partenaires certes, mais pas en meme temps et pas sur du long terme, shéma qui ne correspond pas à celui du mariage polygame qui, bien qu'il permette un nombre tout de même limité de conjoints, part sur l'idée, d'un engagement au long cour.

Aussi, si nous nous comportions comme des polygames, le nombre des divorces n'aurait pas spécialement augmenté mais seulement celui des adultères.

En droit français, on n'est pas tenu à des preuves impossibles. Sinon prouve moi que l'homosexualité n'est pas une "déviance". Le terme de déviance étant peu objectif, on tournerait vite en rond.

J'ai tenté de démontrer que sur un plan juridique, l'interdiction aurait de plus en plus de mal à tenir.

Je vais quand même tenter de répondre à ta question. Tu sembles affirmer que polygamie = infériorité des femmes dans tous les exemples connus. C'est exagéré.

"Chez les Gourmantche, la première épouse a certaines prérogatives et un statut plus élevé que les femmes secondaires, elle répartit les tâches entre les coépouses, elle assiste seule son mari dans ses fonctions rituelles ; mais elle n'a pas une autorité absolue sur les autres femmes, et ses enfants ne jouissent pas d'un statut particulier. Chez les Wahenga du Nyassa, chaque épouse a sa propre maison et le mari va manger et passer la nuit successivement dans chacune d'entre elles, afin d'assurer l'égalité de chacune devant lui ; mais les fils se distinguent selon l'âge de leur mère ; le fils de la première femme doit se marier le premier ; le mari doit cultiver le champ de sa femme principale avant celui des autres, et il ne peut faire de cadeau à aucune sans avoir d'abord fait un cadeau de valeur équivalente à sa première épouse."

"La situation de la femme n'est pas inférieure dans les familles polyandriques. Chez les Tibétains, c'est elle qui est chargée des finances de la famille et elle sait jouer suffisamment bien des rivalités masculines pour dominer ses maris."

En Occident, les reines celtes d'Irlande à l'époque archaïque pratiquaient aussi parfois la polyandrie.

En conséquence, la soumission de la femme n'est pas intrinséquement liée à la polygamie. Elle ne résulte que de l'organisation en sociétés patriarcales. Or la France est de moins en moins une Société patriarcale.

Enfin, je ne suis pas d'accord sur le fait que la polygamie n'existe pas chez nous (et encore une fois, ne la pratiquant pas, je ne fais pas reposer la discussion sur mon exemple personnel). Elle n'est pas fréquente et n'est pas chiffrée car elle constitue un délit pénal (s'il y a mariage). Mais il existe des couples à trois tout à fait consentants. On a même un exemple littéraire quand Rousseau raconte ses rapports avec Mme de Warens dans les Confessions. Mais même si ce phénomène est très loin d'être majoritaire, pourquoi faudrait-il le cacher ? Quel pourcentage de la population pratiquerait le mariage homo s'il était permis ? Sûrement assez faible et, dans les années 50, on aurait dit dérisoire voire inexistant.

Encore une fois, c'est à celui qui interdit de justifier l'interdiction. :o

oh yé o yé !!!! et il faut tout lire ????

En droit français, on n'est pas tenu à des preuves impossibles. Sinon prouve moi que l'homosexualité n'est pas une "déviance". Le terme de déviance étant peu objectif, on tournerait vite en rond.

J'ai tenté de démontrer que sur un plan juridique, l'interdiction aurait de plus en plus de mal à tenir.

Je vais quand même tenter de répondre à ta question. Tu sembles affirmer que polygamie = infériorité des femmes dans tous les exemples connus. C'est exagéré.

"Chez les Gourmantche, la première épouse a certaines prérogatives et un statut plus élevé que les femmes secondaires, elle répartit les tâches entre les coépouses, elle assiste seule son mari dans ses fonctions rituelles ; mais elle n'a pas une autorité absolue sur les autres femmes, et ses enfants ne jouissent pas d'un statut particulier. Chez les Wahenga du Nyassa, chaque épouse a sa propre maison et le mari va manger et passer la nuit successivement dans chacune d'entre elles, afin d'assurer l'égalité de chacune devant lui ; mais les fils se distinguent selon l'âge de leur mère ; le fils de la première femme doit se marier le premier ; le mari doit cultiver le champ de sa femme principale avant celui des autres, et il ne peut faire de cadeau à aucune sans avoir d'abord fait un cadeau de valeur équivalente à sa première épouse."

"La situation de la femme n'est pas inférieure dans les familles polyandriques. Chez les Tibétains, c'est elle qui est chargée des finances de la famille et elle sait jouer suffisamment bien des rivalités masculines pour dominer ses maris."

En Occident, les reines celtes d'Irlande à l'époque archaïque pratiquaient aussi parfois la polyandrie.

En conséquence, la soumission de la femme n'est pas intrinséquement liée à la polygamie. Elle ne résulte que de l'organisation en sociétés patriarcales. Or la France est de moins en moins une Société patriarcale.

Enfin, je ne suis pas d'accord sur le fait que la polygamie n'existe pas chez nous (et encore une fois, ne la pratiquant pas, je ne fais pas reposer la discussion sur mon exemple personnel). Elle n'est pas fréquente et n'est pas chiffrée car elle constitue un délit pénal (s'il y a mariage). Mais il existe des couples à trois tout à fait consentants. On a même un exemple littéraire quand Rousseau raconte ses rapports avec Mme de Warens dans les Confessions. Mais même si ce phénomène est très loin d'être majoritaire, pourquoi faudrait-il le cacher ? Quel pourcentage de la population pratiquerait le mariage homo s'il était permis ? Sûrement assez faible et, dans les années 50, on aurait dit dérisoire voire inexistant.

Encore une fois, c'est à celui qui interdit de justifier l'interdiction. :o

Nan, c'est pas à celui qui interdit de justifier, c'est à celui qui se réclame d'un droit :( .

Je n'affirme pas que la polygamie tend à avilir les êtres ayant à se partager l'autre, je le constate par rapport aux différents retours officiels que nous avons de la polygamie et par constat personnel pour avoir eu l'occasion de voir le quotidien de familles polygames.

Juste pour revenir sur ton exemple de la polyandrie, ne me fais pas dire, ce que je n'ai pas dit :o je garde bien à l'esprit que polygamie englobe polygynie et polyandrie.

Sur l'existence ou non d'une polygamie dissimulée on est tous d'accord, cela existe, et sa criminalisation, n'empeche en rien d'établir un chiffre qui serait essentiel pour savoir s'il on doit légaliser ou pas. Mais pour moi, on parle d'un comportement tres minoritaire , et comme je te le disais dans ma dernière intervention, je pense que notre société, se comporte comme une société monogame sérielle, et non comme polygame.

Mais, je trouvais l'argument d'un comportement sociétal général nouveau tendant à la polygamie, plus percutant que celui qui avance, il y en a certain, donc on encadre. Car dans ce cas là, il y a de manière générale de nombreux comportements déviants du dogme posé, et leurs simples existences minoritaires au regard du droit qu'ils transgressent, justifierai dès lors, une légalisation du droit transgressé du seul fait que la transgression serait analysée comme une inadéquation du droit à la société qui le crée. Sur ce raisonnement, on dénature totalement l'utilité du droit de manière générale.

tu ne peux pas engloger la polygynie et la polyandrie dans la polygamie !! ce sont 3 choses bien disctinctes !

Mais en polygamie !!! j'y suis jamais

En droit français, on n'est pas tenu à des preuves impossibles. Sinon prouve moi que l'homosexualité n'est pas une "déviance". Le terme de déviance étant peu objectif, on tournerait vite en rond.

J'ai tenté de démontrer que sur un plan juridique, l'interdiction aurait de plus en plus de mal à tenir.

Je vais quand même tenter de répondre à ta question. Tu sembles affirmer que polygamie = infériorité des femmes dans tous les exemples connus. C'est exagéré.

"Chez les Gourmantche, la première épouse a certaines prérogatives et un statut plus élevé que les femmes secondaires, elle répartit les tâches entre les coépouses, elle assiste seule son mari dans ses fonctions rituelles ; mais elle n'a pas une autorité absolue sur les autres femmes, et ses enfants ne jouissent pas d'un statut particulier. Chez les Wahenga du Nyassa, chaque épouse a sa propre maison et le mari va manger et passer la nuit successivement dans chacune d'entre elles, afin d'assurer l'égalité de chacune devant lui ; mais les fils se distinguent selon l'âge de leur mère ; le fils de la première femme doit se marier le premier ; le mari doit cultiver le champ de sa femme principale avant celui des autres, et il ne peut faire de cadeau à aucune sans avoir d'abord fait un cadeau de valeur équivalente à sa première épouse."

"La situation de la femme n'est pas inférieure dans les familles polyandriques. Chez les Tibétains, c'est elle qui est chargée des finances de la famille et elle sait jouer suffisamment bien des rivalités masculines pour dominer ses maris."

En Occident, les reines celtes d'Irlande à l'époque archaïque pratiquaient aussi parfois la polyandrie.

En conséquence, la soumission de la femme n'est pas intrinséquement liée à la polygamie. Elle ne résulte que de l'organisation en sociétés patriarcales. Or la France est de moins en moins une Société patriarcale.

Enfin, je ne suis pas d'accord sur le fait que la polygamie n'existe pas chez nous (et encore une fois, ne la pratiquant pas, je ne fais pas reposer la discussion sur mon exemple personnel). Elle n'est pas fréquente et n'est pas chiffrée car elle constitue un délit pénal (s'il y a mariage). Mais il existe des couples à trois tout à fait consentants. On a même un exemple littéraire quand Rousseau raconte ses rapports avec Mme de Warens dans les Confessions. Mais même si ce phénomène est très loin d'être majoritaire, pourquoi faudrait-il le cacher ? Quel pourcentage de la population pratiquerait le mariage homo s'il était permis ? Sûrement assez faible et, dans les années 50, on aurait dit dérisoire voire inexistant.

Encore une fois, c'est à celui qui interdit de justifier l'interdiction. :D

Nan, c'est pas à celui qui interdit de justifier, c'est à celui qui se réclame d'un droit :( .

Je n'affirme pas que la polygamie tend à avilir les êtres ayant à se partager l'autre, je le constate par rapport aux différents retours officiels que nous avons de la polygamie et par constat personnel pour avoir eu l'occasion de voir le quotidien de familles polygames.

Juste pour revenir sur ton exemple de la polyandrie, ne me fais pas dire, ce que je n'ai pas dit :D je garde bien à l'esprit que polygamie englobe polygynie et polyandrie.

Sur l'existence ou non d'une polygamie dissimulée on est tous d'accord, cela existe, et sa criminalisation, n'empeche en rien d'établir un chiffre qui serait essentiel pour savoir s'il on doit légaliser ou pas. Mais pour moi, on parle d'un comportement tres minoritaire , et comme je te le disais dans ma dernière intervention, je pense que notre société, se comporte comme une société monogame sérielle, et non comme polygame.

Mais, je trouvais l'argument d'un comportement sociétal général nouveau tendant à la polygamie, plus percutant que celui qui avance, il y en a certain, donc on encadre. Car dans ce cas là, il y a de manière générale de nombreux comportements déviants du dogme posé, et leurs simples existences minoritaires au regard du droit qu'ils transgressent, justifierai dès lors, une légalisation du droit transgressé du seul fait que la transgression serait analysée comme une inadéquation du droit à la société qui le crée. Sur ce raisonnement, on dénature totalement l'utilité du droit de manière générale.

tu ne peux pas engloger la polygynie et la polyandrie dans la polygamie !! ce sont 3 choses bien disctinctes !

Mais en polygamie !!! j'y suis jamais allée

Ah non certainement pas ! L'Homme dispose de droits naturels et leur limitation doit répondre à une justification. Partir du principe que c'est à ceux qui dénoncent une interdiction de démontrer son inanité (même s'ils le font) quand les tenants de sa perpétuation peuvent se permettre d'avancer "c'est comme ça et pas autrement" et se dispenser de toute justification est militer pour une Société totalitaire. :(

De plus, ne renies pas tes dires ! :(

Tu sous entendais que l'"avilissement" des femmes était inhérent à la polygamie.

"Pour revenir sur l'avilissiment lié de manière intraséque à la polygamie, je crois que l'on ne peut éluder la question au vu des faits, qui justement jalonnent l'histoire de la polygamie."

J'ai tenté de montrer qu'il n'en était rien puisque des exemples contredisent cette assertion. L'avilissement supposé repose uniquement sur une conception patriarcale des sociétés et se retrouve, dès lors, tout autant dans la monogamie. Peut être les exemples que tu as pu cotoyer étaient justement issus de conceptions patriarcales du couple.

Enfin, ton argument final de la minorité est irrecevable.

En 1789, quasiment 100% des couples avaient été unis devant le prêtre. Cela na pas empêché la loi d'instituer le mariage civil.

De même, l'homosexualité est très loin d'être majoritaire. Et pourtant, on n'hésite pas à légiférer sur elle.

En outre, quel serait le seuil de minorité à atteindre pour devenir légitime dans ses revendications ? 1% (c'est à dire déjà 600 000 personnes) ? 5% ? 15% ? QUI détermine ce seuil ? Des sages autoproclamés ?

Et quand bien même le chiffre (s'il pouvit être connu) était ultra minoritaire, tu oublies l'effet de l'interdiction sur la pratique. Certains hésitent peut être à franchir le pas pour ne pas braver la loi. Car pourquoi aurait-on été obligé de spécifiquement légiférer sur cette interdiction si ce n'était pour empêcher effectivement une pratique existante ? Or ce qui a existé peut revenir. Et ce n'est pas parce que c'est embryonnaire que la pérénisation de l'interdiction se justifie davantage.

on dit INTRINSEQUE ! pas intrasèque

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Bon 2 choses à Charlytiti :

Si tu veux participer à un topic, la moindre des choses est de lire in extenso les propos des intervenants. Si cela ne t'interesse pas, personne ne t'oblige à y participer.

La polygamie est le terme générique qui englobe polyandrie et polygynie. Tu prends n'importe quel dictionnaire et en particulier celui de l'Académie française et tu t'instruis sur la langue. Tu pensais que la polygamie était un terme ne recouvrant aucune réalité ? Quelle différence y aurait-il avec les 2 autres selon toi ? Et tout cela a été rabaché dans les premières pages du topic. :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pasiphaë Membre 245 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)

Qu'ils légalisent :o .... mais moi je "bute" toutes celles qui rentreront dans la chambre de mon mari (quand j'en aurai un !). Non mais !

Crimes passionnels qu'ils plaidront mes avocats devant la cour ... :o

La peine sera pas trop lourde ! :D

Modifié par Pasiphaë

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
vinzanity Membre 792 messages
Forumeur accro‚ 30ans
Posté(e)

C'est un peu ce que simplicius essaye d'expliquer. On est pas obligé, on a juste le droit. Comme si on proposait le mariage homosexuel et que tout le monde était obligé de se marrier homosexuellement (ca ne doit pas se dire... désolé)

Donc en gros ca donne juste le choix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
La polygamie est de fait légale (chacun fait bien ce qu'il veut). La question est donc plutôt : Faut-il officialiser la polygamie et lui donner des avantages (juridiques, financiers) ?

La polygamie n'est pas légale puisque le mariage avec plusieurs personnes constitue un délit pénal.

Tu rabaches (sans lire mes réponses puisque tu es incapable d'y répondre) que la légalisation de la polygamie ne sert de rien puisqu'on peut la pratiquer officieusement. En ce cas, pourquoi continuer de donner un cadre juridique au mariage puisque chacun a le droit de se mettre en union libre et pourquoi demander le mariage homo puisqu'on peut déjà vire à 2 mecs ou 2 femmes. Bref, toujours ton absence de logique proverbiale.

Si tu avais lu mon message, tu aurais tout de suite vu en quoi il répondait déjà à cette interrogation.

Les homos peuvent déjà pratiquer, la question du mariage homo est donc "Faut-il officialiser le mariage homo et lui donner des avantages juridiques et financier ?".

Et il en est exactement de même pour la polygamie.

Quant au sida, tu ne m'as pas expliqué pourquoi les taux de pays monogames étaient comparables à ceux du Swaziland (Afrique du Sud, Zambie, explosion en Chine). Tu vas donc nous sortir beaucoup de HS du même acabit ? Tiens, j'ai un scoop : la polygamie engendrerait une plus grande consommation de yaourts dans le couple puisqu'il y aurait plus de 2 personnes ! :o

Le lien entre polygamie et sida a été établi par un rapport de l'ONU, fait donc avec un certain sérieux. Tu ne réponds pas du tout aux problèmes soulevés par ce rapport.

Ta seule réponse est cet amalgame : d'autres pays par d'autres causes ont le même taux de sidéens, donc la polygamie n'est responsable de rien.

Le caractère illogique de ce raisonnement saute aux yeux : ce n'est pas parce que d'autres causes permettent la propagation du sida dans d'autres pays que la polygamie n'y contribue pas dans les pays où elle est officielle.

Je vais prendre un exemple simple : dans une forêt, il y a plein de chasseurs, dans une seconde forêt, il y a plein de renard.

Un chasseur accusé de faire disparaître les lapins pourra t'il raisonnablement prétendre que non, il n'y est pour rien, la preuve, dans la forêt avec plein de renards il n'y a pas plus de lapins ?

Je ne suis pas convaincue que vous défendiez votre position dans le bon sens en posant l'idée que la polygamie existe de fait. Car si la polygamie existe de fait, c'est l'argument principal de Simplicius, vous ne pouvez plus alors défendre l'idée du "contre".

En effet, il serait intolérable de laisser une situation connue et reconnue comme existante, hors de protection juridique et sociale.

Ex: l'euthanasie en France, il est pratiqué, c'est un fait reconnu, et la loi n'est pas appliqué lors que la justice s'y retrouve confrontée, laisser cette situation en l'état est scandaleux tant sur un plan de sécurité juridique, élément essentiel d'une démocratie digne de se nom, que sur le plan éthique.

La polygamie existe de fait et ce serait une atteinte aux liberté individuelles que de l'interdire.

De même dire que tout ce qui existe de fait doit être officialisé n'est valable que dans les nomenklatura communistes : l'état n'a pas à contrôler tout et à légiférer sur tout.

L'Etat a déjà légiféré pour que les enfants issus de pratiques polygames ne soient pas lésés. Les gens font ensuite ce qu'ils veulent.

Je ne vois moi, aucune raison de d'officialiser la polygamie.

Simplicius a d'ailleurs été complètement incapable de citer le moindre avantage a une telle officialisation.

On en revient toujours au même : Simplicius propose une loi qui ne servirait à rien (et qui serait potentiellement dangereuse).

Je ne comprends pas comment quelqu'un d'un minimum rationnel peut prétendre qu'il faut faire passer une loi sans en citer un seul avantage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

"L'orthographe est la science des cons"

Merci Charlytiti de ta superbe contribution au débat, la seule chose que tu m'auras apporté, c'est l'orthographe exacte du mot intrinseque, en échange Simplicius m'aura devancé pour t'expliquer le sens du mot polygamie et rapeller une des bases du savoir être dans un débat. Au fait, c'est pas "engloger" mais engloBer :o

Bon, passons aux choses sérieuses...Simplicius :o

Actorit incumbi probatio tres cher! le principe supporte quelques exceptions dans lesquelles ta requete n'entre pas! Mais, dans ma grande clémence envers ta mauvaise foi capricieuse, tu remarqueras que je ne te laisse pas seul dans ta tentative parfois réussie de nous faire légaliser ton fantasme ;) .

Je ne renie pas mes dires, en revanche, toi petit homme bleu, ne déforme pas mes propos! Tu me cites hors contexte, et tu le sais tres bien, j'ai posé la question de savoir si la polygamie ne pouvais pas de manière INTRINSEQUEUU engendrer des comportements avilissants... la phrase sur laquelle tu t'appuis voulais juste reprendre cette question. Question à laquelle il faut forcément répondre avant d'envisager sérieusement une légalisation, les exemples que tu cites toi même étant tout aussi, voir plus anecdotiques que les miens. Comme le démontrait l'experience de stanford, une institution et les fantasmes qui y sont liés peut tout à fait engendrer des comportements inattendus et ce, indépendament de l'éducation et du milieu culturel.

Enfin, ton argument final de la minorité est irrecevable.

En 1789, quasiment 100% des couples avaient été unis devant le prêtre. Cela na pas empêché la loi d'instituer le mariage civil.

De même, l'homosexualité est très loin d'être majoritaire. Et pourtant, on n'hésite pas à légiférer sur elle.

En outre, quel serait le seuil de minorité à atteindre pour devenir légitime dans ses revendications ? 1% (c'est à dire déjà 600 000 personnes) ? 5% ? 15% ? QUI détermine ce seuil ? Des sages autoproclamés ?

Et quand bien même le chiffre (s'il pouvit être connu) était ultra minoritaire, tu oublies l'effet de l'interdiction sur la pratique. Certains hésitent peut être à franchir le pas pour ne pas braver la loi. Car pourquoi aurait-on été obligé de spécifiquement légiférer sur cette interdiction si ce n'était pour empêcher effectivement une pratique existante ? Or ce qui a existé peut revenir. Et ce n'est pas parce que c'est embryonnaire que la pérénisation de l'interdiction se justifie davantage.

Le mariage civil a été instauré, parce que justement le modele unique religieux ne correspondait plus à la société en place et peu importait ce qui avait été fait avant, je n'ai jamais dis le contraire !

Par contre, ce que j'ai dit, et que je te repete, c'est que la loi instaure ce qui correspond le mieux a la philosophie ambiante de sa société, celle-ci étant l'expression de la volonté générale. J'en reviens donc à te redire que nos comportements actuels non rien de polygamique , mais restent par essence monogamiques en série. Tu as bien occulté mon pti passage sur ce point hein... :D

Mon argument final ne traitait pas de la minorité en fait, je me suis mal exprimée, méa culpa, ce que je souhaitais te dire, c'est que comme pour l'homosexualité, et ce peu importe le nombre, ce n'est pas parce que certaines personnes dérogent au droit en vigueur que l'on doit légiférer pour que leur pratique devienne légale et obtienne une sécurité juridique, mais parce qu'il y a nécéssité à le faire, nécéssité qui s'exprime par une obscoléscence de la regle, obsolescence dont les signes se font sentir au regard de la multiplication des fraudes à la regle et une forte réaction sociétale à son encontre...c'est ce qui s'est passé pour l'homosexualité.

Ce que je dis, c'est qu'un comportement déviant, et oui, pour le moment c'est déviant puisque illégal, pour devenir légal et entrer dans la norme en vigueur, doit rencontrer un consensus. Or, au regard des diverses réactions sur ce thème, il n'y a pas ni de consensus moral ni pratique généralisée. Alors, comment estimer que les pratiques polygames ont légitimité à être légalisées?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
La polygamie est de fait légale (chacun fait bien ce qu'il veut). La question est donc plutôt : Faut-il officialiser la polygamie et lui donner des avantages (juridiques, financiers) ?

La polygamie n'est pas légale puisque le mariage avec plusieurs personnes constitue un délit pénal.

Tu rabaches (sans lire mes réponses puisque tu es incapable d'y répondre) que la légalisation de la polygamie ne sert de rien puisqu'on peut la pratiquer officieusement. En ce cas, pourquoi continuer de donner un cadre juridique au mariage puisque chacun a le droit de se mettre en union libre et pourquoi demander le mariage homo puisqu'on peut déjà vire à 2 mecs ou 2 femmes. Bref, toujours ton absence de logique proverbiale.

Si tu avais lu mon message, tu aurais tout de suite vu en quoi il répondait déjà à cette interrogation.

Les homos peuvent déjà pratiquer, la question du mariage homo est donc "Faut-il officialiser le mariage homo et lui donner des avantages juridiques et financier ?".

Et il en est exactement de même pour la polygamie.

Quant au sida, tu ne m'as pas expliqué pourquoi les taux de pays monogames étaient comparables à ceux du Swaziland (Afrique du Sud, Zambie, explosion en Chine). Tu vas donc nous sortir beaucoup de HS du même acabit ? Tiens, j'ai un scoop : la polygamie engendrerait une plus grande consommation de yaourts dans le couple puisqu'il y aurait plus de 2 personnes ! :o

Le lien entre polygamie et sida a été établi par un rapport de l'ONU, fait donc avec un certain sérieux. Tu ne réponds pas du tout aux problèmes soulevés par ce rapport.

Ta seule réponse est cet amalgame : d'autres pays par d'autres causes ont le même taux de sidéens, donc la polygamie n'est responsable de rien.

Le caractère illogique de ce raisonnement saute aux yeux : ce n'est pas parce que d'autres causes permettent la propagation du sida dans d'autres pays que la polygamie n'y contribue pas dans les pays où elle est officielle.

Je vais prendre un exemple simple : dans une forêt, il y a plein de chasseurs, dans une seconde forêt, il y a plein de renard.

Un chasseur accusé de faire disparaître les lapins pourra t'il raisonnablement prétendre que non, il n'y est pour rien, la preuve, dans la forêt avec plein de renards il n'y a pas plus de lapins ?

Je ne suis pas convaincue que vous défendiez votre position dans le bon sens en posant l'idée que la polygamie existe de fait. Car si la polygamie existe de fait, c'est l'argument principal de Simplicius, vous ne pouvez plus alors défendre l'idée du "contre".

En effet, il serait intolérable de laisser une situation connue et reconnue comme existante, hors de protection juridique et sociale.

Ex: l'euthanasie en France, il est pratiqué, c'est un fait reconnu, et la loi n'est pas appliqué lors que la justice s'y retrouve confrontée, laisser cette situation en l'état est scandaleux tant sur un plan de sécurité juridique, élément essentiel d'une démocratie digne de se nom, que sur le plan éthique.

La polygamie existe de fait et ce serait une atteinte aux liberté individuelles que de l'interdire.

De même dire que tout ce qui existe de fait doit être officialisé n'est valable que dans les nomenklatura communistes : l'état n'a pas à contrôler tout et à légiférer sur tout.

L'Etat a déjà légiféré pour que les enfants issus de pratiques polygames ne soient pas lésés. Les gens font ensuite ce qu'ils veulent.

Je ne vois moi, aucune raison de d'officialiser la polygamie.

Simplicius a d'ailleurs été complètement incapable de citer le moindre avantage a une telle officialisation.

On en revient toujours au même : Simplicius propose une loi qui ne servirait à rien (et qui serait potentiellement dangereuse).

Je ne comprends pas comment quelqu'un d'un minimum rationnel peut prétendre qu'il faut faire passer une loi sans en citer un seul avantage.

Tu es toujours aussi borné et limité intellectuellement !

La polygamie est INTERDITE. Ce n'est pas ma faute si question droit tu as un niveau proche de l'ignorance absolue. Si tu déclares à n'importe quelle administration que tu vis avec plusieurs femmes (ou plusieurs hommes) et que tu demandes les avantages sociaux pour tes différents enfants, tu t'exposes à des poursuites diligentées par le parquet. Mais bon comme tu ne lis rien du tout, comment pourrais-tu comprendre quoi que ce soit ? La polygamie permettrait une EGALITE DES DROITS entre les différents conjoints : héritage, déclarations fiscales, possibilité d'invoquer le rapprochement de conjoint pour une demande de mutation etc... Des AVANTAGES JURIDIQUES liés au mariage. Tu comprends ce que tu lis désormais ? Légaliser = officialiser. Niveau linguistique juridique non plus tu n'es pas doué. Tu ne veux pas nous refaire ton show à citer le dico de l'Académie en te trompant ? :o

Comme tu es parfaitement incohérent, tu ne vois pas que ton faux argument peut être plaqué totalement pour récuser le mariage homo pour lequel tu milites. :o

Pour le sida, ton argument est niais. La polygamie n'engendre rien de plus que la monogamie avec partenaires multiples. Comme tu ne dois pas être au fait des choses, ce sont les rapports sexuels tout court qui développent le sida. Ton raisonnement est d'ailleurs discriminatoire. Dans les années 80, on disait que c'étaient les milieux homo qui le diffusaient. Je suis sûr que tu devais militer pour la pénalisation de l'homosexualité, pratique endémique du sida selon tes conceptions rétrogrades (puisque ton raisonnement sur la polygamie est du même acabit).

Enfin, on comprendra que pour toi le droit ne doit s'interesser qu'aux comportements qui te plaisent à toi. Tu es fait du même bois que les fanatiques religieux. :o

"L'orthographe est la science des cons"

Merci Charlytiti de ta superbe contribution au débat, la seule chose que tu m'auras apporté, c'est l'orthographe exacte du mot intrinseque, en échange Simplicius m'aura devancé pour t'expliquer le sens du mot polygamie et rapeller une des bases du savoir être dans un débat. Au fait, c'est pas "engloger" mais engloBer :D

Bon, passons aux choses sérieuses...Simplicius :(

Actorit incumbi probatio tres cher! le principe supporte quelques exceptions dans lesquelles ta requete n'entre pas! Mais, dans ma grande clémence envers ta mauvaise foi capricieuse, tu remarqueras que je ne te laisse pas seul dans ta tentative parfois réussie de nous faire légaliser ton fantasme :D .

Je ne renie pas mes dires, en revanche, toi petit homme bleu, ne déforme pas mes propos! Tu me cites hors contexte, et tu le sais tres bien, j'ai posé la question de savoir si la polygamie ne pouvais pas de manière INTRINSEQUEUU engendrer des comportements avilissants... la phrase sur laquelle tu t'appuis voulais juste reprendre cette question. Question à laquelle il faut forcément répondre avant d'envisager sérieusement une légalisation, les exemples que tu cites toi même étant tout aussi, voir plus anecdotiques que les miens. Comme le démontrait l'experience de stanford, une institution et les fantasmes qui y sont liés peut tout à fait engendrer des comportements inattendus et ce, indépendament de l'éducation et du milieu culturel.

Enfin, ton argument final de la minorité est irrecevable.

En 1789, quasiment 100% des couples avaient été unis devant le prêtre. Cela na pas empêché la loi d'instituer le mariage civil.

De même, l'homosexualité est très loin d'être majoritaire. Et pourtant, on n'hésite pas à légiférer sur elle.

En outre, quel serait le seuil de minorité à atteindre pour devenir légitime dans ses revendications ? 1% (c'est à dire déjà 600 000 personnes) ? 5% ? 15% ? QUI détermine ce seuil ? Des sages autoproclamés ?

Et quand bien même le chiffre (s'il pouvit être connu) était ultra minoritaire, tu oublies l'effet de l'interdiction sur la pratique. Certains hésitent peut être à franchir le pas pour ne pas braver la loi. Car pourquoi aurait-on été obligé de spécifiquement légiférer sur cette interdiction si ce n'était pour empêcher effectivement une pratique existante ? Or ce qui a existé peut revenir. Et ce n'est pas parce que c'est embryonnaire que la pérénisation de l'interdiction se justifie davantage.

Le mariage civil a été instauré, parce que justement le modele unique religieux ne correspondait plus à la société en place et peu importait ce qui avait été fait avant, je n'ai jamais dis le contraire !

Par contre, ce que j'ai dit, et que je te repete, c'est que la loi instaure ce qui correspond le mieux a la philosophie ambiante de sa société, celle-ci étant l'expression de la volonté générale. J'en reviens donc à te redire que nos comportements actuels non rien de polygamique , mais restent par essence monogamiques en série. Tu as bien occulté mon pti passage sur ce point hein... :(

Mon argument final ne traitait pas de la minorité en fait, je me suis mal exprimée, méa culpa, ce que je souhaitais te dire, c'est que comme pour l'homosexualité, et ce peu importe le nombre, ce n'est pas parce que certaines personnes dérogent au droit en vigueur que l'on doit légiférer pour que leur pratique devienne légale et obtienne une sécurité juridique, mais parce qu'il y a nécéssité à le faire, nécéssité qui s'exprime par une obscoléscence de la regle, obsolescence dont les signes se font sentir au regard de la multiplication des fraudes à la regle et une forte réaction sociétale à son encontre...c'est ce qui s'est passé pour l'homosexualité.

Ce que je dis, c'est qu'un comportement déviant, et oui, pour le moment c'est déviant puisque illégal, pour devenir légal et entrer dans la norme en vigueur, doit rencontrer un consensus. Or, au regard des diverses réactions sur ce thème, il n'y a pas ni de consensus moral ni pratique généralisée. Alors, comment estimer que les pratiques polygames ont légitimité à être légalisées?

Les "exceptions" que je cite ne sont pas des cas individuels au milieu d'une Société mais l'exemple de sociétés entières (les Tibétains, les Gourmantches, les Wahengas...) où l'on ne constate aucun avilissement. Ces "exceptions", comme tu dis, sont bien la preuve qu'il n'y a aucun avilissement intrinsèque. Si tu prétendais le contraire, je pourrais te répondre que puisque vers 1700 la monogamie n'empêchait pratiquement nulle part l'avilissement de la femme, la monogamie est intrinséquement pervertie. Ce que tu fais (et ce que je parodie) s'appelle un syllogisme perverti : "Les chevaux courent vitent. Achille court vite. Achille est un cheval." :( :(

Ensuite, nombre de réformes juridiques n'ont pas correspondu à "la philosophie ambiante". Du moins, cette "philosophie" n'était souvent l'apanage que d'une ultra minorité active. Mon exemple du mariage civil sous la Révolution est, à ce point révélateur. La Société, sous la Révolution, n'est aucunement déchristianisée dans son ensemble. Il n'est qu'à voir les réactions particulièrement violentes de la Vendée (et de poches contre-révolutionnaires innombrables comme dans le Midi) dès qu'on a voulu toucher aux prêtres. Ca a conduit à la guerre civile. Comme consensus, on fait mieux ! :(

Et pourtant, le Législateur révolutionnaire, représentant une haute bourgeoisie éclairée, est passé en force sur ce genre de principes. Considérant que c'est parfois la loi qui fait changer ou libère les comportements et non pas n'est qu'une validation a posteriori d'un consensus large.

Un exemple plus contemporain est celui de l'homosexualité. La Société y demeure très rétive jusqu'à il y a très peu. Et pourtant, c'est par le militantisme politique et la revendication que cette cause gagne du terrain. Mais organise un référendum et tu verras comment tout ce qui n'est pas centre urbain va voter contre le mariage et pour considérer que c'est une "déviance". A ce propos, j'adore le mélange illégal = déviant. :D

Jusqu'en 1946, le vote féminin était illégal. Donc il était intrinséquement déviant. CQFD. Voilà qui va plaire à grenouille le militant MLF. ;)

En conséquence, puisque les raisons de l'interdiction de la polygamie sont dépassées (le couple biblique n'étant plus la norme suprême), il est normal qu'à l'instar du divorce (institué sous la Révolution et à la pratique extrêmement rare à l'époque et voué à la réprobation jusqu'aux années 50), du PACS et peut être bientôt du mariage homo, ladite polygamie soit légalisée, c'est à dire (pour grenouille l'illettré) qu'il y ait une reconnaissance juridique et une possibilité de mariage. Afin de "faire changer les mentalités". :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

mais heuuu :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Elaïs ! Tu es échec et mat ! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

T'emballes pas, vire le mat, mais je t'autorise à maintenir l'échec :o pour le moment... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Couche de toi même ton roi avant de connaitre la déroute totale ! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Suis polyrois alors j'en ai plein :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Tu viens de déclarer la plus belle des adhésions à la polygamie ! :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)

Alors, polygame ou polygame pas. Je suis dans les startings blocks ! :o

Plus sérieusement, la question de la polygamie se posera lorsque les hommes et les femmes supporteront d'être partagé avec un autre partenaire ! Ce n'est pas le cas. J'essaie même pas d'en parler à ma femme. Et autour de moi, les séparations diverses et multiples trouvent bien leur cause dans le partage amoureux. L'humain est égoïste ; il ne partage pas, certainement pas l'amour. Un petit bémol pour les échangistes. Encore qu'il ne s'agit là que d'un échange momentanné, pour le coït, et amélioré la libido ! Quant à l'adultère, son essence est dans le mensonge. Les polygames éprouvent certainement un sentiment de supériorité et de domination. Et ceux qui partagent, y sont peut-être obligés, en tous les cas, ils en souffrent !

J'ajoute que ce sont les moeurs, les us et coutumes qui ont force de loi. Ce ne sont pas les lois qui obligent à des moeurs contraires à nos us et coutumes. La légalisation en question est donc superfétatoire !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Alors, polygame ou polygame pas. Je suis dans les startings blocks ! :o

Plus sérieusement, la question de la polygamie se posera lorsque les hommes et les femmes supporteront d'être partagé avec un autre partenaire ! Ce n'est pas le cas. J'essaie même pas d'en parler à ma femme. Et autour de moi, les séparations diverses et multiples trouvent bien leur cause dans le partage amoureux. L'humain est égoïste ; il ne partage pas, certainement pas l'amour. Un petit bémol pour les échangistes. Encore qu'il ne s'agit là que d'un échange momentanné, pour le coït, et amélioré la libido ! Quant à l'adultère, son essence est dans le mensonge. Les polygames éprouvent certainement un sentiment de supériorité et de domination. Et ceux qui partagent, y sont peut-être obligés, en tous les cas, ils en souffrent !

J'ajoute que ce sont les moeurs, les us et coutumes qui ont force de loi. Ce ne sont pas les lois qui obligent à des moeurs contraires à nos us et coutumes. La légalisation en question est donc superfétatoire !

Prouve le ! Car pour ma part, je ne déduis pas de mon cas particulier une vérité générale. Je ne suis pas homo, ce n'est pas pour ça que je nie l'existence de l'homosexualité.

Or comment expliques-tu les exemples innombrables de sociétés polygames ? :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant