youghortasalem

Membre
  • Compteur de contenus

    184
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de youghortasalem

  • Rang
    Forumeur inspiré
  • Date de naissance 05/08/1970

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    algerie
  • Intérêts
    aucun

Visiteurs récents du profil

1 034 visualisations du profil
  1. expliques pour que je ris avec toi
  2. puisque c'est toi qui le dit alors, nous sommes obligés d'opiner monsieur le grand savant et je pense que tu sais c'est quoi une coupe. ce n'est qu'une vue en coupe d'une partie de la montagne. pourquoi montrer la partie horizontale il faut simplement l'imaginer pas plus.
  3. Dans un autre verset, il a été révélé que Dieu a fait ce qui suit "et quant aux montagnes, Il les a , ancrées." (Coran, 79 : 32). Le mot arsaahaa dans ce verset signifie "enraciner, fixer, ancrer". De la même manière, Les montagnes fixent l'écorce terrestre en s'étendant au-dessus et au-dessous de la surface de la Terre aux points de jonction de ces plaques. De cette façon, elles maintiennent l'écorce terrestre et l'empêchent de dériver sur la couche de magma ou au sein des plaques elles-mêmes. En résumé, on peut comparer les montagnes à des clous qui maintiennent ensemble des morceaux de bois. Cette fonction fixatrice des montagnes connue dans le jargon scientifique sous le terme "isostasie", correspond à l'équilibre entre les forces "ascendantes" créées par le manteau et les forces "descendantes" créées par la croûte terrestre. Comme les montagnes perdent de la masse à cause de l'érosion, de la perte de terres ou de la fonte des glaciers, elles peuvent regagner de la masse grâce à la formation des glaciers, aux éruptions volcaniques ou à la reconstitution du sol. Ainsi, alors que les montagnes deviennent plus légères, elles subissent une pression de poussée vers le manteau, par la force de poussée produite par les liquides. Par ailleurs, lorsqu'elles deviennent plus lourdes, elles subissent une pression de poussée vers le haut par la force de gravité. L'équilibre entre ces deux forces est réalisé grâce à l'isostasie. Cette caractéristique stabilisatrice des montagnes est décrite en ces termes par des sources scientifiques : En 1855, G. B. Airy suggéra que l'écorce terrestre pouvait être comparée à des radeaux en bois flottant sur l'eau. Des morceaux de bois épais flottent plus haut à la surface de l'eau que des morceaux plus fins et de manière similaire, les parties épaisses de la croûte terrestre flotteront sur un liquide ou un substrat en plastique de plus grande densité. Airy affirmait que les montagnes avaient des racines profondes de roches de densité plus basse que les plaines n'ont pas. Quatre ans après la publication des travaux de Airy, J. H. Pratt formula une autre hypothèse… Selon cette hypothèse, les colonnes de roches situées sous les montagnes doivent avoir une densité plus faible, en raison de leur longueur plus importante, que les colonnes de roches situées sous les plaines et qui doivent être plus courtes. L'hypothèse d'Airy comme celle de Pratt impliquent que les irrégularités à la surface sont équilibrées par les différences de densité des roches situées sous les structures principales (montagnes et plaines) de l'écorce. Cet état d'équilibre est appelé "le concept d'isostasie".29 Aujourd'hui, nous savons que la couche rocheuse externe de la surface de la Terre est traversée par des failles et qu'elle est formée de plaques qui "flottent" au-dessus de la lave fondue. Etant donné que la Terre effectue une rotation très rapide autour de son axe, si ce n'était l'effet fixateur des montagnes, ces plaques se déplaceraient constamment. Dans un tel cas, le sol ne s'accumulerait pas à la surface de la Terre, l'eau ne serait plus retenue par le sol, les plantes ne pousseraient pas, et aucune route ni aucune maison ne pourrait être construite. En résumé, la vie sur Terre serait impossible. Cependant, grâce à la miséricorde de Dieu, les montagnes sont comme des pieux, et dans une large mesure, empêchent les mouvements des plaques terrestres. Le rôle vital des montagnes, qui a été découvert par la géologie moderne et la recherché sismique, a été révélé dans le Coran il y a des centaines d'années de cela comme un exemple de la sagesse suprême dans la création de Dieu. … Et Il a enfoncé des montagnes fermes dans la terre pour l'empêcher de basculer avec vous… (Coran, 31 : 10) ignorant ou imbéciles sont des propos diffamatoires, surtout pour des personnes que tu ne connaisses pas. et ce n'est pas seulement le mot d'ignorant qui fait mal, mais ce rire que tu affiches montre que tu te moques des personnes qui sont peut-être plus intelligentes que toi.
  4. Ces constructions médiatiques ont amplifié un phénomène de sentiment anti-africain qui reste minime dans la société algérienne. » « Ah, mais on n'est plus africains nous-mêmes ? ! » Les réactions ne se sont pas fait attendre. D'abord sur les réseaux sociaux justement, où d'autres Algériens ont tourné en ridicule le fameux hashtag, demandant notamment : « Ah, mais on n'est plus africains nous-mêmes ? ! » Des selfies avec des enfants subsahariens dans les rues d'Alger ou encore des rappels du racisme dont souffrent les Maghrébins en Occident saturent depuis plusieurs jours le Web algérien. c'est écrit pourtant dans ta propagande
  5. le fait de dire il n'y a pas plus raciste que...c'est du racisme. ils sont maltraités, vous en savez quoi?
  6. pour faire rire il faut avoir de l'esprit et surtout ne pas faire dans la dérision macabre. il s'agit d'une tragédie et non d'une comédie et vous en etes les commanditaires
  7. avec vos blindés, avions et sous votre haut patronage.
  8. ces syriens ont été expulsés du Maroc vers les frontières algériennes et l'Algérie les a accueillit. l'Algérie n'a jamais expulsé les syriens ou autres réfugiés. si vous venez en Algérie vous les rencontrerez partout.
  9. le Maroc est un pays touristique, ce n'est pas le cas de l'Algérie. entre citoyens marocains et algériens il n'y aucun problème. concernant les chiffres personne ne peut les connaitre. les frontières avec les pays du Sahel sont des passoires et le nombre d'Africains vivant en Algérie est inconnu . vous etes un pays développé et nous nous sommes du tiers monde. vous etes de loin plus riches alors soyez magnanimes et ne criez pas partout votre générosité. c'est votre chef de bande de criminels qui a crée tous les problèmes au moyen Orient, alors il est normalement de votre devoir d'y remédier.
  10. « Au lieu de renvoyer de force les réfugiés syriens dans une zone tampon aride et désertique, où leurs conditions de vie se dégradent, les autorités marocaines doivent de toute urgence leur apporter une aide humanitaire et autoriser les organisations humanitaires à se rendre sur place pour évaluer leurs besoins. Rien ne saurait justifier que l'on prive des réfugiés de l'accès à la nourriture et à l'eau », a déclaré Heba Morayef. Le 2 juin, les autorités algériennes ont annoncé qu'elles allaient accueillir les réfugiés syriens à titre humanitaire, autoriser le HCR à les aider et faciliter le regroupement familial pour ceux qui ont de la famille installée légalement dans des pays d'Europe. Cependant, les réfugiés ont peur d'aller en Algérie et veulent se faire enregistrer auprès du HCR au Maroc car quatre d'entre eux ont de la famille dans ce pays et souhaitent s'y installer. Les 21 autres espèrent au final demander un regroupement familial en Suède, en Belgique ou en Allemagne, où ils ont de la famille proche. Le 5 juin, une délégation algérienne composée de représentants du Croissant-Rouge algérien, de l'antenne algérienne du HCR et des autorités locales de la wilaya (préfecture) de Béchar s'est rendue dans la zone frontalière à proximité de Béni Ounif pour tenter d'apporter une aide humanitaire aux réfugiés. Les membres de la délégation sont restés du côté algérien de la frontière et ont appelé les réfugiés à venir en Algérie, leur expliquant qu'ils pourraient s'y faire enregistrer. Cependant, le groupe a choisi de rester du côté marocain de la frontière. Les autorités marocaines ne doivent pas mettre en danger la vie des réfugiés en les laissant piégés à la frontière dans des conditions difficiles et sans aide humanitaire. Elles doivent immédiatement leur permettre d'entrer dans le pays et d'exercer leur droit de demander l'asile auprès du bureau compétent du HCR au Maroc arrêtez de faire de l'intox et mentir, ces syriens ont été sauvé par l'Algérie et ce problème a eu un grand effet en Algérie. il faudrait savoir que le Maroc en veux à l'Algérie a cause de son soutien indéfectible au problème du Sahara occidentale et surtout pour la fermeture de ses frontières à cause du trafic de la drogue. « Au lieu de renvoyer de force les réfugiés syriens dans une zone tampon aride et désertique, où leurs conditions de vie se dégradent, les autorités marocaines doivent de toute urgence leur apporter une aide humanitaire et autoriser les organisations humanitaires à se rendre sur place pour évaluer leurs besoins. Rien ne saurait justifier que l'on prive des réfugiés de l'accès à la nourriture et à l'eau », a déclaré Heba Morayef. Le 2 juin, les autorités algériennes ont annoncé qu'elles allaient accueillir les réfugiés syriens à titre humanitaire, autoriser le HCR à les aider et faciliter le regroupement familial pour ceux qui ont de la famille installée légalement dans des pays d'Europe. Cependant, les réfugiés ont peur d'aller en Algérie et veulent se faire enregistrer auprès du HCR au Maroc car quatre d'entre eux ont de la famille dans ce pays et souhaitent s'y installer. Les 21 autres espèrent au final demander un regroupement familial en Suède, en Belgique ou en Allemagne, où ils ont de la famille proche. Le 5 juin, une délégation algérienne composée de représentants du Croissant-Rouge algérien, de l'antenne algérienne du HCR et des autorités locales de la wilaya (préfecture) de Béchar s'est rendue dans la zone frontalière à proximité de Béni Ounif pour tenter d'apporter une aide humanitaire aux réfugiés. Les membres de la délégation sont restés du côté algérien de la frontière et ont appelé les réfugiés à venir en Algérie, leur expliquant qu'ils pourraient s'y faire enregistrer. Cependant, le groupe a choisi de rester du côté marocain de la frontière. Les autorités marocaines ne doivent pas mettre en danger la vie des réfugiés en les laissant piégés à la frontière dans des conditions difficiles et sans aide humanitaire. Elles doivent immédiatement leur permettre d'entrer dans le pays et d'exercer leur droit de demander l'asile auprès du bureau compétent du HCR au Maroc arrêtez de faire de l'intox et mentir, ces syriens ont été sauvé par l'Algérie et ce problème a eu un grand effet en Algérie. il faudrait savoir que le Maroc en veux à l'Algérie a cause de son soutien indéfectible au problème du Sahara occidentale et surtout pour la fermeture de ses frontières à cause du trafic de la drogue. « Au lieu de renvoyer de force les réfugiés syriens dans une zone tampon aride et désertique, où leurs conditions de vie se dégradent, les autorités marocaines doivent de toute urgence leur apporter une aide humanitaire et autoriser les organisations humanitaires à se rendre sur place pour évaluer leurs besoins. Rien ne saurait justifier que l'on prive des réfugiés de l'accès à la nourriture et à l'eau », a déclaré Heba Morayef. Le 2 juin, les autorités algériennes ont annoncé qu'elles allaient accueillir les réfugiés syriens à titre humanitaire, autoriser le HCR à les aider et faciliter le regroupement familial pour ceux qui ont de la famille installée légalement dans des pays d'Europe. Cependant, les réfugiés ont peur d'aller en Algérie et veulent se faire enregistrer auprès du HCR au Maroc car quatre d'entre eux ont de la famille dans ce pays et souhaitent s'y installer. Les 21 autres espèrent au final demander un regroupement familial en Suède, en Belgique ou en Allemagne, où ils ont de la famille proche. Le 5 juin, une délégation algérienne composée de représentants du Croissant-Rouge algérien, de l'antenne algérienne du HCR et des autorités locales de la wilaya (préfecture) de Béchar s'est rendue dans la zone frontalière à proximité de Béni Ounif pour tenter d'apporter une aide humanitaire aux réfugiés. Les membres de la délégation sont restés du côté algérien de la frontière et ont appelé les réfugiés à venir en Algérie, leur expliquant qu'ils pourraient s'y faire enregistrer. Cependant, le groupe a choisi de rester du côté marocain de la frontière. Les autorités marocaines ne doivent pas mettre en danger la vie des réfugiés en les laissant piégés à la frontière dans des conditions difficiles et sans aide humanitaire. Elles doivent immédiatement leur permettre d'entrer dans le pays et d'exercer leur droit de demander l'asile auprès du bureau compétent du HCR au Maroc arrêtez de faire de l'intox et mentir, ces syriens ont été sauvé par l'Algérie et ce problème a eu un grand effet en Algérie. il faudrait savoir que le Maroc en veux à l'Algérie a cause de son soutien indéfectible au problème du Sahara occidentale et surtout pour la fermeture de ses frontières à cause du trafic de la drogue. c'est Amnesty internationale qui a publié cet nouvelle. l'Algérie n'est qu'un centre de transit vers l'Europe et lorsque les Syriens ne partent pas assez vite ils sont expulsés vers le Maroc ...pourquoi vous mentez vous n'avez pas honte?
  11. NOUVELLES MAROC ET SAHARA OCCIDENTAL RÉFUGIÉS Maroc. Des réfugiés syriens piégés à la frontière avec l'Algérie ont besoin d'aide de toute urgence 7 juin 2017, 17:22 UTC Les autorités marocaines bafouent leurs obligations internationales en matière de protection des réfugiés en bloquant un groupe de 25 réfugiés syriens dans une zone désertique à la frontière entre le Maroc et l'Algérie et en les privant de la possibilité de demander l'asile et de recevoir une aide humanitaire d'urgence, a déclaré Amnesty International. Ces Syriens, parmi lesquels figurent 10 enfants, sont bloqués depuis deux mois dans une zone tampon située sur le territoire marocain, à un kilomètre de l'oasis de Figuig, au Maroc, et à cinq kilomètres de Béni Ounif, en Algérie. Ils ont jusqu'à présent survécu grâce à l'aide et aux denrées fournies de manière informelle par des habitants de Figuig, avec l'aide de la police des frontières marocaine, mais cette aide s'est interrompue le vendredi 2 juin 2017 au matin, selon les réfugiés. La police des frontières marocaine n'a pour l'instant autorisé aucun groupe marocain de défense des droits humains ni aucune organisation humanitaire, y compris le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à se rendre sur place. « En refusant aux réfugiés syriens la possibilité d'entrer en contact avec le HCR, les autorités marocaines bafouent leurs obligations internationales. Ces personnes ont fui des massacres et des bombardements en Syrie et sont venues chercher la sécurité dans un autre pays ; les autorités marocaines doivent leur accorder le droit de demander l'asile », a déclaré Heba Morayef, directrice des recherches pour l'Afrique du Nord à Amnesty International. Dans une déclaration en date du 30 mai 2017, le HCR s'est dit profondément préoccupé par la « détérioration rapide des conditions pour ce groupe de réfugiés syriens vulnérables », appelant les gouvernements marocain et algérien à leur permettre de passer la frontière en toute sécurité. Le gouvernement marocain a jusqu'à présent soutenu que ces réfugiés ne se trouvaient pas sur son territoire. Amnesty International a examiné les données cartographiques et les images satellites publiquement disponibles, et a confirmé à partir des données GPS qu'ils se trouvaient bien en territoire marocain. Carte montrant la zone où 25 réfugiés syriens sont bloqués sur le territoire marocain à la frontière avec l'Algérie © Google Earth, CNES/Airbus Le HCR n'est pas présent dans cette zone frontalière et n'est autorisé à enregistrer directement les demandeurs d'asile que dans un seul bureau situé à Rabat, la capitale du Maroc. Dans d'autres régions du pays, les réfugiés peuvent aussi se faire enregistrer auprès de quelques partenaires locaux, mais aucun de ces partenaires n'est présent dans cette zone frontalière. Deux des Syriens bloqués souffrent d'hypertension et un autre d'une maladie rénale, mais les autorités marocaines ne leur ont offert aucun soin et ne leur ont pas permis de rencontrer les médecins qui accompagnaient les organisations marocaines de défense des droits humains qui ont tenté de se rendre sur place. Les réfugiés dorment dans des abris de fortune, qui ne les protègent guère des insolations dans une région où les températures peuvent atteindre 45 degrés, ni de la menace des attaques de serpents. Le groupe a d'abord gagné le Soudan depuis le Liban, puis a atteint la zone frontalière en passant par la Libye et l'Algérie. Les réfugiés ont tenté une première fois le 17 avril d'atteindre la ville marocaine la plus proche, Figuig, mais ils ont été repoussés dans la zone tampon par les forces de sécurité marocaines. Le 22 avril, les autorités marocaines ont publiquement accusé l'Algérie d'avoir forcé un groupe de Syriens à passer la frontière vers le Maroc. Le lendemain, les autorités algériennes ont reproché au Maroc d'avoir expulsé ce même groupe sur le territoire algérien. Dix membres du groupe qui avaient réussi à atteindre le centre-ville de Figuig dans l'espoir d'y demander l'asile ont été arrêtés par les autorités locales et la police des frontières marocaine et ont été renvoyés de force dans la zone frontalière le 5 juin. « Au lieu de renvoyer de force les réfugiés syriens dans une zone tampon aride et désertique, où leurs conditions de vie se dégradent, les autorités marocaines doivent de toute urgence leur apporter une aide humanitaire et autoriser les organisations humanitaires à se rendre sur place pour évaluer leurs besoins. Rien ne saurait justifier que l'on prive des réfugiés de l'accès à la nourriture et à l'eau », a déclaré Heba Morayef. Le 2 juin, les autorités algériennes ont annoncé qu'elles allaient accueillir les réfugiés syriens à titre humanitaire, autoriser le HCR à les aider et faciliter le regroupement familial pour ceux qui ont de la famille installée légalement dans des pays d'Europe. Cependant, les réfugiés ont peur d'aller en Algérie et veulent se faire enregistrer auprès du HCR au Maroc car quatre d'entre eux ont de la famille dans ce pays et souhaitent s'y installer. Les 21 autres espèrent au final demander un regroupement familial en Suède, en Belgique ou en Allemagne, où ils ont de la famille proche. Le 5 juin, une délégation algérienne composée de représentants du Croissant-Rouge algérien, de l'antenne algérienne du HCR et des autorités locales de la wilaya (préfecture) de Béchar s'est rendue dans la zone frontalière à proximité de Béni Ounif pour tenter d'apporter une aide humanitaire aux réfugiés. Les membres de la délégation sont restés du côté algérien de la frontière et ont appelé les réfugiés à venir en Algérie, leur expliquant qu'ils pourraient s'y faire enregistrer. Cependant, le groupe a choisi de rester du côté marocain de la frontière. Les autorités marocaines ne doivent pas mettre en danger la vie des réfugiés en les laissant piégés à la frontière dans des conditions difficiles et sans aide humanitaire. Elles doivent immédiatement leur permettre d'entrer dans le pays et d'exercer leur droit de demander l'asile auprès du bureau compétent du HCR au Maroc arrêtez de faire de l'intox et mentir, ces syriens ont été sauvé par l'Algérie et ce problème a eu un grand effet en Algérie. il faudrait savoir que le Maroc en veux à l'Algérie a cause de son soutien indéfectible au problème du Sahara occidentale et surtout pour la fermeture de ses frontières à cause du trafic de la drogue.
  12. Aller viens, on va tirer un coup, ça ira mieux... tu m'excuses mais cette phrase me parait trop vulgaire. de ma vie je n'ai jamais proposé, et c'est toujours moi qui fait le premier pas. je tâte le terrain et je vois s'il n'est pas miné. je ne sais pas après 25 ans de mariage, elle ne m'a jamais proposé, mais je sais quand elle a envie. des signes qui ne trompent jamais.
  13. il y a des personnes qui sont contre ces africains et d'autres qui sont pour . et la vidéo est à 100 pour cent pour. mais il y en a qui sont contre à cause du divorce de l'Etat concernant ce problème.c'est tout le problème. il y en a qui viennent uniquement pour mendier. je ne veux pas citer le nom du pays. tu es tout excusé et merci.
  14. tu dis n'importe quoi, tu es entrain de me pointer du doigt, alors que je n'ai rien dis de tel. tu es entrain de radoter.