Aller au contenu

Dictho

Membre
  • Contenus

    64
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Dictho

  • Rang
    Forumeur en herbe

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Reims
  • Intérêts
    Langue française et francophonie.

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Les politiques veulent toujours de nouveaux mots pour attirer l'attention et ce n'est pas toujours réussi : Dernièrement, certains déclaraient vouloir lutter contre l'ensauvagement des banlieues. Violences conjugales : Pour Muriel Robin, il y a encore « plein de Jacqueline Sauvage en France »
  2. Orchidée ou testicule ? Vous devez déterminer si ces noms avec orchi- ou orchido- concernent en médecine les testicules ou en botanique les orchidées. En effet, le nom de l'orchidée est dérivé du latin orchis, du grec ο ρ χ ι ς « testicule », puis « orchidée » d'après la forme de la racine (les tubercules jumeaux ressemblent à 2 testicules). Créateur Dictho Type Mode apprentissage Nombre total de questions 12 Catégorie Langue Française Envoyé 07/29/20  
    • Mode apprentissage
    • 12 Questions
    Vous devez déterminer si ces noms avec orchi- ou orchido- concernent en médecine les testicules ou en botanique les orchidées. En effet, le nom de l'orchidée est dérivé du latin orchis, du grec ο ρ χ ι ς « testicule », puis « orchidée » d'après la forme de la racine (les tubercules jumeaux ressemblent à 2 testicules).
  3. Lu au Journal officiel du 26 juillet 2020 : Tous les engins de déplacement personnel motorisés doivent être équipés d'un système de freinage de service et, dans certains cas précisés ci-après, d'un frein de stationnement. Dans les cas des engins pour lesquels un frein de stationnement n'est pas requis, des instructions permettant d'immobiliser l'engin à l'arrêt doivent être fournies dans le manuel de l'utilisateur. Les petites roues de support (non utilisées pour une conduite normale de l'engin et n'affectant pas le freinage) ne sont pas considérées comme des roues au regard du freinage. En savoir plus : https://beta.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042152816 Tous les engins de déplacement personnel motorisés doivent être équipés d'un avertisseur sonore constitué par un timbre ou un grelot dont le son peut être entendu à 50 mètres au moins. En savoir plus : https://beta.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042152832
  4. Dictho

    Trouvez la faute

    La langue française n'est manifestement une de ses priorités que pour les enjeux politiques de la francophonie.
  5. Cheval et compagnie Voyage parmi les mots ayant rapport aux chevaux. Créateur Dictho Type Mode apprentissage Nombre total de questions 8 Catégorie Divers Envoyé 07/28/20  
  6. Dictho

    Cheval et compagnie

    • Mode apprentissage
    • 8 Questions
    Voyage parmi les mots ayant rapport aux chevaux.
  7. Encore de nouveaux programmes scolaires, c'est la manie de les changer tous les cinq ans en moyenne. https://beta.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042157717 Les éditeurs de manuels et logiciels scolaires peuvent se frotter les mains. Pour l'instant, ces nouveaux programmes sont introuvables. https://www.education.gouv.fr/programmes-scolaires-41483
  8. On disait un connil ou conil, connin, conin pour désigner un lapin, conniller ou coniller pour fuir ou se cacher comme un lapin ou user de subterfuges. Une connillière ou conillière étant une garenne ou un clapier ou un subterfuge, une échappatoire. Le nom (un) connil ou connin vient du latin cuniculus « lapin ». Les termes plus connus sont une cuniculicultrice ou cunicultrice, un cuniculiculteur ou cuniculteur, pour une éleveuse, un éleveur de lapins domestiques. La cuniculiculture ou cuniculture étant l'élevage de lapins domestiques, une substance cunifuge faisant fuir les lapins sauvages et les lièvres. Peut-être connaissez-vous ces termes ? lapiner : pour une lapine, mettre bas. une lapinière : un lieu peuplé de lapins ; un clapier. un lapinisme : une fécondité excessive comparable à celle du lapin. un lapereau : un jeune lapin.
  9. un constable : en Grande-Bretagne et aux États-Unis, un titre donné aux officiers de paix, puis à leurs agents ; dans la marine impériale allemande, un maitre-canonnier ; dans l'armée impériale autrichienne, un artilleur. elle ou il est constabulaire : est du constable. un constabulaire : le gouverneur d'un château. Le nom (un) constable vient de l'anglais constable, désignant un officier engagé pour remplir des fonctions de police dans une paroisse ou une municipalité (parish ou petty constable) ou un personnage officiel chargé du maintien de la paix publique dans tout un district (high constable), ce terme étant une spécialisation d'emploi de l'ancien anglais conestable, connestable emprunté à l'ancien français (connétable). un connétable : un grand officier de la Couronne ; un commandant en chef des armées royales ; une fonction remplie au sacre du roi par un maréchal de France ; un titre donné lors de son avènement par Napoléon 1er. On lit madame la connétable. une connétablie : la juridiction du connétable, et plus tard des maréchaux, chargée de juger les crimes et délits des gens de guerre ; le personnel de la connétablie, les gens de guerre relevant du connétable et ayant des attributions d'ordre judiciaire. Le nom (un) connétable vient du bas latin comes stabuli littéralement « comte de l'étable » « grand écuyer » puis « chef militaire »
  10. Une contemptrice, un contempteur, c'est celle, celui qui méprise, qui critique violemment et avec mépris, qui ne tient aucun compte de quelque chose, ou qui dédaigne habituellement. Une personne contemptible mérite la contemption, le mépris, est méprisable. Un contemnement est un mépris, l'action, le fait de contemner. Contemner signifie mépriser, exprimer son mépris. Le verbe contemner est emprunté au latin classique contemnere « tenir pour négligeable, mépriser ». Le mot contempteur est emprunté au latin classique contemptor (de contemnere, voir : contemner) « qui dédaigne, qui méprise ». Le nom (une) contemption est emprunté au latin classique contemptio « mépris ».
  11. J'ai le même problème depuis une paire d'années (ordinateur de bureau de moins de cinq ans). Je dois systématiquement appuyer sur "reset" pour le faire redémarrer. Et ça fonctionne bien ensuite.
  12. Le service de l’instruction publique et de l’action pédagogique de la direction générale de l’enseignement scolaire vient de publier Grammaire du français Terminologie grammaticale. J'apprécie que la grammaire soit enfin présentée de manière cohérente et qui correspond à ma démarche. Mais cela sera-t-il efficace tant que les enseignants se contenteront de leçons visant à inculquer des certitudes ? Et pourquoi distribuer cette terminologie aux enseignants ? Cela empêche toute rectification et amélioration d'autant que cet ouvrage sera vraisemblablement utilisé par les parents pour reprocher tout écart à la norme. La véritable évolution serait un site internet ouvert permettant des compléments, un échange d'expériences et l'ajout de démarches basées sur l'appropriation de la langue. https://eduscol.education.fr/cid153085/grammaire-francais.html Par exemple, je remarque que la question que je pose depuis des décennies n'a toujours pas de réponse : comment analyser "Je suis dans le jardin." Voici deux extraits : La réponse qui me semblait convenir faisait référence à l'opposition complément essentiel / complément circonstanciel mais celle-ci n'a pas été retenue. On retrouve une affirmation erronée dans cette terminologie grammaticale : D'une part, il n'y pas que les verbes du premier groupe qui sont concernés. D'autre part le -s euphonique est très fréquent.
  13. Dictho

    Trouvez la faute

    Bonjour, Ce ne sont pas vraiment les fautes qui me dérangent. Je me rappelle qu'il y a plusieurs années, beaucoup ont abandonné l'idée de participer ou d'échanger car on leur reprochait leur faible niveau. Le véritable problème, me semble-t-il est que des médias comme France Info refusent de corriger leurs titres, et ne parlons pas du contenu des articles. Même l'Académie française fait la sourde oreille (voir ci-dessus)...
  14. Dictho

    Trouvez la faute

    En choisissant la forme déchèterie, l’Académie française a marqué sa préférence pour la forme la plus simple et la plus conforme à l’esprit de la langue. Force est de constater en effet que les termes féminins comportant le suffixe -erie et directement dérivés de substantifs en -et ne comptent qu’un seul t : c’est le cas de termes entrés dans l’usage depuis fort longtemps, comme bonneterie (XVe siècle), gobeleterie (XVIIIe siècle), mousqueterie (XVIIe siècle) ou parqueterie (XIXe siècle). Le mot billetterie, créé très récemment (1873), pour remplacer l’anglais ticketting, fait figure d’exception (la graphie billeterie, bien qu’elle ne soit enregistrée par aucun dictionnaire, est d’ailleurs assez largement usitée). D’autre part, l’Académie a tenu à ce que déchèterie comporte un accent grave afin d’en indiquer clairement la prononciation, conformément à l’esprit des Rectifications de l’orthographe de 1990 car, à la différence de la plupart des termes cités ci-dessus où deux prononciations du e sont possibles (è ou eu), le terme déchèterie ne connaît que la prononciation è. Précisons également que le terme déchetterie était à l’origine un nom déposé et que le choix de la forme déchèterie permettait, au moment où elle est entrée dans le Dictionnaire, d’éviter que l’usage de ce terme puisse être limité. Il faut néanmoins reconnaître que la forme déchetterie s’est très largement répandue dans l’usage : il est probable que l’Académie étudiera de nouveau le terme lors de la prochaine édition de son Dictionnaire et réfléchira à la possibilité de signaler les deux graphies. Académie française http://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue#28_strong-em-dchterie-em-strong
×