Aller au contenu

godverdom

Membre
  • Contenus

    44
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de godverdom

  • Rang
    Forumeur balbutiant

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. J'ai lu il y a deux, trois jours que l'on venait de sortir le premier prototype de steak fait à base de cellule souche (coût de production: 250.000 euros. Pas intérêt à rater la cuisson :-). Ca évoque un élément à intégrer dans la réflexion : le jour où l'homme n'exploitera plus certaines espèces (pour viande, cuir, fourrure, cosmétique, médicaments, etc...), il ne les élèvera très probablement plus (beaucoup moins, en tous cas). Est-il préférable que l'animal vive pour être/finir consommé ou qu'il ne vive pas ? Nombreux (dont moi) diront sans doute qu'il vive pour être consommé (quels sont les cas d'animaux qui se suicident ?...) mais dans le respect le plus élevé possible de leur bien-être. Mais, en prenant en considération les dures lois (quasi-naturelles) de l'économie qui s'imposent aux éleveurs, je crains fort que ce niveau de bien-être soit voué à être assez bas, sauf à en faire des produits de luxe. C'est glauque... Tiens, la viande d'agneau est-elle moins chère que de mouton ? Et la viande de veau moins chère que de boeuf ? Sachant qu'il faut les entretenir moins longtemps mais qu'il y a moins de "produit"...Les joies de l'économie en bon père de famille...
  2. Ouais bin chuis pas convaincu que l'ordre de la nature soit si bien ordonné que cela. Voyez les dérèglements climatiques actuels et, avant ca (pour évacuer la toute-responsabilité de l'homme), l'époque de la glaciation avec sa disparition des dinosaures. Le sens du monde qui fait apparaître plein d'espèces pour les faire disparaître d'un revers de la main, par l'effet d'une météorite ou autre, n'a pas toujours l'air très au point...
  3. @Grenouille Verte : Tu dis : "En théorie. En pratique, elle est peu combattue, car il est extrêmement difficile pour la police de distinguer prostitution voulue et prostitution forcée. C'est là le noeud du problème : la prostitution choisie permet de cacher, de dissimuler, la prostitution forcée." C'est donc devenu là l'essentiel de ton argumentaire si j'ai bien suivi. En se focalisant sur ce seul aspect, ca ne me convainc pas du tout, notamment parce que : - La pénalisation de la prostitution (de l'offre et/ou de la demande) ne la fera pas disparaître. Elle prendra d'autres formes, encore plus dangereuses pour la prostituée...Effet totalement contre-productif de tes "bonnes" intentions... - La pénalisation va justifier une hausse des tarifs (on peut à cet égard faire le comparatif avec la prohibition, al capone, etc...). Donc, gain plus important pour les réseaux pour un risque équivalent (sachant que la traite est déjà punissable actuellement)...De nouveau, effet totalement contre-productif des tes "bonnes" intentions... - A mon avis, l'essentiel de la difficulté de coincer les réseaux de traite n'a rien à voir avec la circonstance qu'il y a par ailleurs des prostituées volontaires. C'est d'abord et avant tout dû à la difficulté - bien compréhensible et malheureuse - pour la première concernée, la victime, de collaborer avec les autorités de poursuite, pour foule de raisons : menaces (in)directes (sur soi ou ses proches), contraintes diverses (coups et blessures, confiscation des papiers, séquestration,...), sentiment de honte, etc... On peut sans doute y ajouter le caractère très fréquemment international des réseaux, ce qui accroît la difficulté de démantèlement, pour des motifs juridiques, organisationnels, voire tenant à l'absence de volonté des autorités de poursuite du pays d'origine... Puis, comme dit avant, la pénalisation (a fortiori si ce n'est que des clients) ne fera pas disparaître la prostitution volontaire. Bref, ta proposition n'améliore pas du tout les possibilités de poursuite des réseaux de traite et autres proxénètes. Par contre, elle précarise la situation de toutes les prostituées (y compris celles que tu affirmes vouloir défendre) et augmentera sans doute même l'attrait pour les mafieux.
  4. @Grenouille Verte Il y en a plein, des infos sur le net à ce sujet..qui vont un peu dans tous les sens d'ailleurs, comme prévu.
  5. Et vous, ça vous dit de faire la différence entre rapport sexuel et viol par exemple ? Quand vous ferez preuve de logique vous cesserez peut-être de comparer éboueurs à prostitués ! Donc selon toi les éboueurs (qui ont tout mon respect, ce que je me sens obligé de préciser au cas où des cerveaux dans ton genre se méprendraient là aussi sur mon propos) font, eux, plus que très rarement ce travail non pas pour l'argent mais par plaisir... C'est l'info du jour, ça. Merci d'avoir élevé le débat. :gurp: Pour le reste, je vais pas réinventer la poudre : http://www.ledevoir.com/non-classe/6313/rendons-la-parole-aux-prostituees
  6. De tels effets catastrophiques n'ont pas été observés dans les pays où le client est pénalisé. Tape "effets de la pénalisation de la prositution". Nombreux brandissent ces risques de façon plus circonstanciée que moi (moins l'augmentation des viols sur d'autres que les prostituées que la dégradation des conditions de travail de ces dernières il est vrai) et plusieurs le constat de leur réalisation en Suède... Des statistiques fiables ? Faut pas rêver. C'est par définition un "chiffre noir", non recensable précisément, vu les facteurs de clandestinité.
  7. [quote name='existence' Le problème n'est pas là. Ce qu'il y a, c'est que l'absence de réponse à cette question est utilisée comme un argument pour l'existence d'un agent qui expliquerait le pourquoi. C'est une argumentation circulaire. On présuppose que la question a un sens pour en déduire qu'il faut trouver un sens. Cet argument n'est donc pas valide. L'absence scientifique de pourquoi n'est pas une lacune, c'est juste que la réalité est. D'ailleurs supposer qu'un dieu existe pour expliquer l'existence, c'est aussi circulaire, puisqu'à partir du moment où l'on considère qu'un dieu existe, on présuppose l'existence, et donc on peut alternativement supposer l'existence de l'univers sans supposer l'existence d'un dieu. >>> Je continue à penser que la question du sens de notre existence est intrinsèquement partagée (un temps au moins) par la plupart. Parce qu'à défaut, c'est une errance un peu creuse, notre vie se limitant à notre satisfaction égoiste (qui peut aussi passer par l'altruisme...par égoisme souvent) sans autre consistance en attendant que mort s'en suive. Pourquoi des créatures doués de conscience s'il n'y a pas au départ un (plusieurs) créateur(s) doué de conscience ? Une évolution cruelle au sein d'un univers ne résultant d'aucun état d'âme ? C'est le scenario le plus froid. Mais il est vrai qu'à voir les différentes pratiques religieuses au fil des époques, qui se distinguent sensiblement les unes des autres (certaines religions ayant impliqué des sacrifices humains, par exemple...), le moins qu'on puisse dire c'est que le créateur n'est pas doué en communication... Brrr, il fait glacial dans mon bureau tout d'un coup... Je suis curieux de savoir qui d'entre vous est ou n'est pas (ou oscille), dans son for intérieur, habité par cette "intuition" d'une vie après la mort...
  8. "Effectivement, mais il n'en est pas plus probable." >>> D'où la disqualification de l'athéisme comme négation d'un Dieu créateur. Match nul ! Pour le dire dans un langage qui permet d'atténuer quelque peu les tourments du supporter sportif (que je suis) s'étant aventuré par mégarde dans ces contrées hostiles :D. Et triomphe de l'agnosticisme. " je pense qu'il est plus probable que tous les univers possible existent" >>> J'ai peine à imaginer un univers dans lequel un troupeau de lions feraient dans leur froc en velours en voyant poindre à l'horizon la gazelle affamée... " le principe anthropique explique l'improbabilité de cet ajustement." >>> je vois pas trop pourquoi. C'est le fruit de l'évolution, à moins que tu contestes ce principe...Comme la joie de deviser avec vous est la résultante de la déclinaison (faite en quelques décennies seulement) de ce système au départ plutôt simple à saisir qu'est le système binaire. " nous sommes dans un univers capable de produire la complexité." >>> tu en es un bel exemple !
  9. "Là tu parles du dieu créateur. Celui là, on ne peut pas le vérifier en testant par l'expérience, on ne peut que faire des probabilités. Or il devrait être tellement compliqué pour avoir créé un monde si compliqué qu'il est encore moins probable que l'apparition spontanée de notre univers." Il peut s'être contenté d'avoir lancé la dynamique de l'évolution, d'avoir injecté le susbtrat... Voir à ce sujet le discours du pape Pie XII (quand même un chouia plus charpenté que les anathèmes de Pie X...): « Les preuves de l’existence de Dieu à la lumière de la science actuelle de la nature ». Dont question à la fin de l'article (du p'tit lait) ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Big_Bang Qu'il y ait eu le vide intégral avant que la matière se développe m'apparaît tout aussi inconcevable que l'apparition d'un grand architecte sortant du néant. Force est de constater qu'Einstein partage mon avis... :p
  10. Bin si, ca peut aussi être drôle !

    Tu peux comprendre ca, quand même ?!?! :-p

      aa
  11. Je partage totalement ce constat...N'est-il pas inhérent à la nature humaine de se demander ce qu'il est venu foutre dans cette galère ? En ce qui me concerne en tous cas, c'est une question lancinante : suis-je né pour mourir, bouffer des animaux, me reproduire et découvrir les tics à smiley de Théia :p en attendant la mort ? Logique qu'on tente de chercher la réponse à cette question en remontant à la source du processus de création de notre existence, non ? Mais je partage assez l'avis de Solinvictus que (pour ce que j'en sais) les religions (ni aucune autre idéologie) n'apportent guère de réponse satisfaisante... Mais bon, au moins, elles assurent l'immortalité, ce qui est un lot de consolation pas mal en attendant la réponse. :p
  12. @ Solinvictus <BR>C'est une belle réplique. <BR><BR>Figure-toi que j'ai hésité à écrire un passage sur (ce dont je me souviens de mes lointains cours de philo sur) l'administration de la preuve dans les sciences exactes (l'expérimentation, l'acceptation d'une théorie tant qu'elle n'est pas réfutée, etc...). <BR><BR>Je ne l'ai pas fait pour plusieurs raisons : <BR><BR>- d'une part, j'ai décidé de rester dans l'exercice de style de l'appréhension de ce sujet par le prisme du droit, parce que je trouve que c'est un angle d'approche qui parle quand même un peu; <BR><BR>- d'autre part, la question sur l'existence d'un ou plusieurs dieu(x) appelle je crois à se pencher plus sur le pourquoi de l'existence que sur le comment, à appréhender ce qui ressort d'une (ou plusieurs) intention(s), d'une (ou plusieurs) volonté(s). Cela ne s'aborde-t-il pas au moins autant (si pas plus) par le biais des sciences humaines que des sciences exactes ? <BR>- enfin, plus accessoirement, c'est lié au point précédent, j'avais déjà dit une bafouille (certes qu'en tentant de contribuer sans parti pris à la définition de l'athéisme) sur l'approche par le biais de l'expérimentation, qui est moins mon rayon... Si dieu(x) existe(nt), j'ai cru comprendre que pour ses tenants, c'était un (ou plusieurs) grand(s) cachottier(s) à l'égard de ses créatures...Dans ces conditions, il me semble que ca se présente mal pour confirmer ou réfuter.
  13. Pas d'accord. Il y a une prostitution volontaire. Evidemment très rarement par plaisir mais plutôt pour l'argent...Comme c'est le cas de nombreux autres métiers (éboueurs, ceux qui travaillent dans les égoûts, etc, ca vous dit ?). Si le regard de la société sur les prostituées était moins stigmatisant, ce serait déjà un grand pas. Elles remplissent une fonction sociale. Un cas parlant ? Je me rappelle avoir vu le reportage d'une prostituée qui avait loué ses services à un hémiplégique. Sans ça, il n'aurait eu que la veuve poignet...Total respect pour Madame. De nombreux viols ne sont jamais condamnés faute de plainte ou de preuve suffisante (sur la question de la preuve, voyez par exemple l'affaire DSK...). La poursuite des clients les augmentera. La clandestinité de la prostitution accroîtra la stigmatisation et diminuera la possibilité d'intervention des services sociaux. C'est la prostitution forcée et uniquement celle-là qu'il faut pénaliser.
  14. On dit prouver, absence de preuves, etc... Mais c'est quoi une preuve, pour vous ? De nouveau, en droit, les différents modes de preuve sont : -le serment (l'affirmation d'un fait favorable pour soi >>> le plus bidon des modes de preuve); -l'aveu (la reconnaissance d'un fait défavorable pour soi >>> on évacue ici); -l'écrit (voir les contes bibliques, par exemple); -le témoignage >>> il y en a un paquet, des témoignages, affirmant l'existence de dieu, que les tenants de l'inexistence doivent donc disqualifier...; -et, enfin, les présomptions, soit un faisceau d'éléments précis et concordants permettant de tirer d'un fait connu (la vraisemblance suffisante de) l'existence d'un fait inconnu >>> Le fait que l'espèce humaine ait de tous temps et dans toutes les civilisations été habitée par la croyance en un/des dieux peut constituer une preuve par présomption de l'existence de dieu. Encore un élément, en droit pénal, quand on dit que le doute profite à l'accusé, cela s'entend du doute "raisonnable", parce que le doute poussé à son extrême nous amène à douter de tout, hormis de notre existence (le cogito ergo sum de Descartes)... Tout ca pour dire que les tenants de l'une ou l'autre thèse brandissent la carte de "c'est pas prouvé", mais j'ai bien peur que la preuve exigée soit d'une intensité telle qu'elle s'apparente à la preuve impossible, celle que ne requiert pas l'institution justice, et pour cause... Je crains fort que soit le débat sur la preuve se contente de se focaliser sur des vraisemblances suffisantes, soit on peut clore le débat parce qu'on sait d'avance qu'il sera stérile.
×