Aller au contenu

broune

Membre
  • Contenus

    1 853
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de broune

  • Rang
    contrebasse du fofo
  • Date de naissance 29/07/1919

Informations Personnelles

  • Sexe
    Inconnu
  • Pays
  • Lieu
    En haut

Contact

  • Skype
    ambre.broune

Visiteurs récents du profil

44 681 visualisations du profil

A propos

Bon bon bon...

Manuel, souviens-t-en...

Lettre de Jean-Claude LEFORT , ancien député communiste à Manuel Vals, parue dans le journal l’humanité du 1er octobre 2013

"Quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t ’en: «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.» Par Jean-Claude Lefort, Député honoraire, Fils de Manouche.

Manuel, tu as déclaré hier soir, sur BFMTV, que la situation était très différente pour toi, relativement à celle des Roms, car ta famille espagnole était venue en France pour fuir le franquisme.

Tu as été naturalisé français en 1982. Franco est mort en 1975. Sept ans avant ta naturalisation. Quand tu es devenu français, il n’y avait donc plus de dictature en Espagne. Tu avais donc « vocation », selon tes mots, à retourner dans ton pays de naissance, en Espagne. Tu ne l’as pas fait et je comprends parfaitement, de même que je comprends totalement ton souhait de devenir français. Cela sans l’ombre d’un doute.

Tu avais «vocation» à retourner à Barcelone, en Espagne où tu es né , pour reprendre tes propos qui concernaient uniquement les Roms. Celui qui t’écrit, en ce moment, est un Français d’origine manouche par son père. Mon père, manouche et français, est allé en 1936 en 
 Espagne pour combattre le franquisme, les armes à la main, dans les Brigades internationales. Pour la liberté de ton pays de naissance, et donc celle de ta famille. Il en est mort, Manuel. Des suites des blessures infligées par les franquistes sur le front de la Jarama, en 1937. Je ne te demande aucun remerciement, ni certainement pas la moindre compassion. Je la récuse par avance. Je suis honoré en vérité qu’il ait fait ce choix, quand bien même il a privé ma famille de sa présence alors que je n’avais que neuf ans et ma sœur, dix-huit.

La guerre mondiale est venue. Et les camps nazis se sont aussi ouverts aux Tziganes. Tu le sais. Mais un nombre énorme de Manouches, de Gitans et d’Espagnols se sont engagés dans la Résistance sur le sol français. Ton père aurait pu en être. Il en avait l’âge puisque il est né en 1923. Georges Séguy et d’autres sont entrés en résistance à seize ans. Je ne lui reproche aucunement de ne pas l’avoir fait, bien évidemment. Mais je te demande le respect absolu pour celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance contre le franquisme, puis ensuite contre le nazisme et le fascisme. Contre ceux qui avaient fait Guernica. Et pourtant, à te suivre, ils avaient «vocation» à retourner ou à rester dans leur pays d’origine, ces «étrangers, et nos frères pourtant»…

Manuel, «on» a accueilli la Roumanie et la Bulgarie dans l’Union européenne alors que ces pays ne respectaient pas, et ne respectent toujours pas, un des fondamentaux pour 
 devenir ou être membre de l’Union européenne: le respect des minorités nationales. Sensible à cette question pour des raisons évidentes, je m’en étais fortement inquiété à l’époque. En tant que député, je suis allé à Bruxelles, auprès de la Commission, pour prouver et dire que ces pays ne respectaient pas cette clause fondamentale. On m’a souri au nez, figure-toi.

Et aujourd’hui, dans ces pays, la situation des Roms s’est encore aggravée. Pas améliorée, je dis bien «aggravée». Et ils ont «vocation» à rester dans leurs pays ou à y revenir? C’est donc, pour toi, une espèce humaine particulière qui pourrait, elle, supporter les brimades, les discriminations et les humiliations de toutes sortes? Ces pays d’origine ne sont pas des dictatures, c’est certain. Mais ce ne sont pas des démocraties pleines et entières pour autant. Alors toi, l’Espagnol devenu français, tu ne comprends pas? Fuir son pays, tu ne comprends pas? Toi, tu ne comprends pas que personne n’a «vocation» à rester ou revenir dans son pays? Sauf si tu es adepte de conceptions très spéciales, à savoir que ce qui vaudrait pour un Roumain ne vaudrait pas pour un Espagnol. Tu sais pourtant que le mot «race» va disparaître de nos lois. À juste titre car il n’y a pas de races, juste une espèce humaine. Et les Roms en sont.

La fermeté doit s’exercer là où se trouvent les responsabilités. Pas sur de pauvres individus qui n’en peuvent plus. Savoir accueillir et savoir faire respecter nos lois ne sont pas deux concepts antagoniques. Mais quand on est de gauche, on n’a pas la matraque en guise de cœur. C’est un Français d’origine manouche qui t’écrit et qui écrit au Français de fraîche date que tu es. C’est un fils de «brigadiste» qui se rappelle à toi. Souviens-t ‘en: «Celui qui n’a pas de mémoire n’a pas d’avenir.»

Pour l’heure, Manuel, j’ai la nausée.

Tes propos me font gerber, même pire.

Nos pères auraient donc fait tout ça pour rien ou pour «ça»?

Ils sont morts pour la France, Manuel.

Pour que vive la France.

Inclus «ces étrangers, et nos frères pourtant».

Article 35

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen

du 24 juin 1793

933038zad.jpg907278aspas.jpg462538aeroport.jpg

258105ogmno.jpg 193098arbre.jpg 465621manif.jpg

1%20%2820%29.gif

Tiens, c'est de la musique

13-4.jpg

Ah et ça aussi

818956wwwDjaziaSatour.jpg

"Peu importe que je fus le cancre ou le bon élève,

J'ai pas d'ancêtres, je serai pas la relève"

Zebda

19406055th.jpg

"S'ils sont égaux les hommes, c'est à quelle heure?

Je veux pas rater ce rendez vous du bonheur"

Zebda

[...]

"Elle s'approcha de lui avec une lenteur ivre,

pleine déjà de tout ce que son geste allait

bouleverser, ce geste qui renverserait l'ordre

des êtres et du temps, renverserait les siècles

des siècles, renverserait les marronniers

centenaires, les statues de pierre, les chaises

lourdes les idées reçues les leçons apprises,

elle s'approcha approcha son visage du sien dans

ces secondes éternelles ces secondes arrêtées

en arrêt devant cette merveille, cette chose

possible uniquement à deux, deux bouches deux

désirs deux langues deux vies deux visages

vis-à-vis l'un contre l'autre l'un sur l'autre

la peau pour la première fois au goût de la

peau de l'autre la peau inconnue contre la

sienne nouvelle, une première fois unique le

premier baiser le seul le sauveur révélateur

sublime échange unique communion goût du sang

et de la salive forme des dents force de la

langue douceur du bout de la langue épaisseur

violente surprenante de la langue goût du cigare

et du vin, goût nouveau les dents lisses les lèvres

agacées les lèvres entrouvertes refermées à

peine démesurées pleine à pleine bouche se vouloir

se demander se répondre avec les dents les langues

ce qu'elles disent en d'autres langues ça n'en finira

jamais pour que le premier baiser soit toujours le

premier la saveur du premier baiser à pleurer sous

les marronniers à ne plus avoir froid ne plus avoir

honte le premier baiser indifférent à la forme du

corps à l'âge de l'âme la traversée du désert le

premier baiser toujours désaltéré toujours la

première fois enfin enfin elle l'embrassa ses

yeux devenus flous trop proches chavirés les

cils tremblés les yeux fermés son regard à

elle dans son mystère à lui les yeux entrouverts

un bleu échappé repris donné clos un clignement

de bleu et puis les paupières encore timides

frémissantes la peau fragile des paupières

l’hésitation l'invitation, enfin enfin le premier

baiser le premier que l'on a osé toujours

étonné enfin prendre son visage dans ses

mains enfin le tenir dans ses mains enfin le

porter dans ses mains l'accueillir le recueillir

le visage aux cheveux de fille le visage mal

rasé le visage qui pique le visage d'homme qui

irrite dans ses mains le tenir enfin se goûter

se respirer respirer dans la bouche de l'autre

expirer le visage dans ses mains la langue sur le

palais les dents les lèvres la respiration du premier

baiser l'incroyable indécence la merveilleuse

indiscrétion la subite exploration soudain ce visage

dans ses mains dans sa bouche son nez contre

son nez faire confiance, de la main lentement

lentement lâcher la joue la pommette haute et

lisse, lâcher la barbe naissante, la main sur la

nuque oser, attraper le visage par-derrière les

doigts dans les cheveux fins sur la nuque longs

longs de fille, jouer les attraper infiniment la

main à plat sur le cou la forme du crâne infiniment. "

[...]

Véronique Olmi, La pluie ne change rien au désir

http://larzac.org/resister.html

http://synaps-audiovisuel.fr/mouton/

« Au théâtre, le corps a son mot à dire. On ne le considère pas comme le seul support de la tête pensante. Aborder jeune le théâtre, comme tous les arts, c’est comprendre qu’il n’y a pas que 2 et 2 font 4 et 4 et 4 font 8, mais que la vie est pleine de mystères, d’ombres, de lumières, qu’il y a des morts qui peuvent revivre avec une voix jeune et étonnée, que l’énergie peut changer la couleur d’un texte, que la mémoire peut être notre alliée, que la sincérité s’acquiert. Jouer la vie apprend à vivre. »

Philippe AVRON, comédien

Et comme le disait tonton ( pas le mien, celui de casdenor ): ne joue jamais aux cons avec des cons. Ils gagnent toujours!

1%20%2810%29.gif

Lion : Il apparait aujourd'hui que les porteurs de votre signe astrologique ne doivent en aucune manière porter de vêtements ou de chaussures en cuir. Si vous êtes déjà habillé(e) alors retournez vite chez vous pour vous changer.

http://zad.nadir.org

http://www.enercoop.fr

http://www.lanef.com

http://www.aspas-nature.org

https://france.attac.org

http://www.seashepherd.fr

http://fabrice-nicolino.com

http://sortirdunucleaire.org

http://www.criirad.org

etc etc etc etc

1%20%2810%29.gif

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité