Aller au contenu
  • billets
    10
  • commentaire
    1
  • vues
    664

9


azad2B

227 vues

Continuons notre Génèse revisitée, qui d’ailleurs aurait pu s’appeler : Le Petit Cathéchisme Revisité, en évoquant en vrac et sans ordre apparent une suite d’exemples dont vous n’aurez aucun mal à vérifier qu’ils sont largement commentés dans nos trois grandes religions. Tout tourne autour du thème le Bien vs le Mal et contribue à rendre très relatifs leurs définitions.Parlons un peu de Noé, la pièce centrale du Déluge. Deux versions s’affrontent :

1 - La cause du Déluge, fut la perversité de la nature humaine. Jehovah (le Dieu unique) demande à Noé de sélectionner sept paires d’animaux purs et une paire d’ animaux impurs. (les impurs étant ceux qui ont les sabots fendus et qui ne ruminent pas ainsi que ceux qui volent et qui ont plus de quatre pattes - ainsi la sauterelle dont certains raffolent quand elle est grillée, est impure). L’homme est pervers de nature, il convient de l’ éliminer. Cependant Noé, le juste se signale à Jehovah, qui le sauve.

2 – Le Déluge s’impose à cause de la corruption de l’espèce humaine et la violence semble universelle. Ici, ce sont les Elohîms qui décrètent la punition ( c’est à dire l’assemblée des Dieux). L’ordre donné à Noé est sensiblement le même. L’Homme a été corrompu (péché originel) mais il peut être racheté.

Après le Déluge, certaines conditions changent, en particulier l’interdiction de manger de la viande est abolie (sous certaines conditions) Visiblement on cherche à justifier l’ amour de la nourriture carnée, et de l’odeur des barbecues chérie des Elohîms. Et ainsi, justifier l’injustice faite à Caïn. Et on envoie l’arc en ciel en guise de réconciliation. On le sait : Dieux et dictateurs, ont la faculté commune de pouvoir faire ou défaire les Lois à leurs grès.

Certes Noé, nulle part n’offre de sacrifices aux autorités qui lui donnent des ordres. Mais les gens qui font de la Cabale (qu’ils soient juifs, chrétiens ou musulmans) ont découverts qu’il existe des proportions remarquables entre les dimensions de l’ Arche et celles du futur tabernacle et celles des différents temples de l’ Histoire du peuple Juif. Noé a donc suivi à la lettre des ordres divins, sans que l’on sache ni comment ni d’où ils venaient. (ce qui montre que Dieu l’unique et les Dieux multiples partagent des ambitions et des projets communs et peuvent les faire connaître aux Hommes sans qu’il soit nécessaire d’en faire des illuminés)

Contrairement à ceux qui descendront de lui, Noé était un juste qui sans flagorneries ni faux-pas, ni promesses ou lâchetés et de façon toute naturelle, suivra toujours la voie conforme aux désirs des divinités sans qu’il soit besoin pour eux de les lui rappeler et de le récompenser. On pourrait presque dire que s’il existe une Morale Universelle, il en était imprégné. Il vivra pour cela neuf cent cinquante ans, ce qui peut-être considéré comme une rare preuve de reconnaissance divine. Mais tous les hommes dits « justes » n’ont pas eus, cette chance. Ne mâchons pas nos mots, le sadisme notoire de Dieu est manifeste, et aucun de ceux qui le respecte ne pourra le nier, quand on voit ce qu’il fera subir à ce pauvre Job plus tard. A tel point que ce dernier devint malgré lui l’exemple type du jobard, ( autrement dit barjo) et je doute très fort qu’après la lecture des calamités qui accablèrent cet homme, il puisse exister un seul croyant qui, au mieux, conserverait une bonne opinion de ce qu’est en réalité son créateur. On retrouve d’ailleurs fréquemment les preuves de ce sadisme divin, en particulier dans l’histoire des dix plaies d’ Egypte où l’on voit après chacune des plaies, le Pharaon disposé à libérer le peuple Juif, décision qu’aussitôt Dieu détruisait en lui ‘endurcissant le coeur’. Autre exemple d’ injustice née des notions de Bien et de Mal, le cas de Tamar prostituée notoire qui épousa Juda, fondateur de l’une des tribus juive.

*voir le chapitre 5 du lien suivant : https://www.lautreparole.org/les-prostituees-dans-la-bible/

Tout cela laisse transparaître ce qu’il faut maintenant approfondir. S’il existe un Dieu unique, nous sommes autorisés à penser qu’il ne nous sera à jamais impossible d’espérer pouvoir comprendre ne serait-ce que la plus élémentaire de ses motivations. Cela clôturerait pour toujours toute discussion et on peut penser que cette conclusion est celle que les croyants ont, de façon instinctive, adopté. Mais cela, malheureusement rendrait aussi caduques tous les récits qui justement sont à la base de ce tte croyance dont ils se prévalent. En effet ces récits nous apprennent que Dieu a créé l’ Homme à son image et que celui-ci, lui ayant dérobé le fruit de la connaissance, ne fut plus après ce vol, la simple image d’un être unique placé au sommet de la Création pour glorifier Dieu, mais qu’il en possède également des attributs supérieurs, autrement dit, que devenu « comme un Dieu » il peut prétendre essayer de le comprendre. Et comprendre Dieu, cela commence par la possibilité de justement pouvoir dissocier « la particule Dieu » en particules plus élémentaires qui nous seraient plus accessibles.

Cela s’est manifesté par ce besoin impérieux qui habite l’ Homme, le besoin de connaissances et ses premières interrogations se manifestèrent dans la compréhension du Monde qui l’entourait. Face à la merveilleuse apparence d’organisation et d’harmonie qu’il découvrait et qu’il ne pouvait pas encore comprendre, il en vint à la conclusion tout à fait acceptable de l’existence d’une multitude de dieux, chacun spécialisé dans une discipline particulière. Et bien entendu plus tard les adeptes de cette croyance, en vinrent à inventer un Dieu unique.

De cela on en tire la conclusion élémentaire suivante. Si c’est l’Homme qui a créé Dieu, alors les Ecritures n’ont rien de divin et ne sont que le résultat d’une démarche intellectuelle humaine et les croyants qui s’appuient sur elles sont au mieux dans l’erreur, au pire dans le mensonge et dans son cautionnement. Et comme toute Religion révélée, ne peut que s’ appuyer sur des Ecrits, elles sont toutes mensongères. Ou alors et par corollaire, chacun de nous serait en droit d’ériger en Religion à part entière ce que son propre ego, appelez cela son âme ou son esprit, peu importe, lui dicterait.

On voit de tout cela que vouloir nier l’existence de Dieu, ou plutôt vouloir prétendre qu’il n’est qu’ une élucubration de l’ esprit humain ne même à rien de constructif.

Il faut réduire le champ des possibilités et le laisser en vie. Il est indispensable.

Donc, qu’il soit unique ou réparti en millions de divinités, Dieu est.

On en revient au péché originel. Il a effectivement été commis, il existe un arbre de Science, et qui en goûte le fruit voit ses yeux s’ouvrir. L’ Homme n’est donc pas le fruit d’une fluctuation des Lois de l’ évolution et cette merveilleuse faculté qu’il a de pouvoir décrypter les lois de la nature lui est venue en dérobant une partie du savoir Divin. Hors il se trouve qu’ entre toutes les qualités dont on se complaît à doter Dieu, il en est une qui qui s ‘appelle l’ omniscience. Dieu ne peut rien ignorer et son savoir qui est intemporel lui permet de ne rien ignorer du passé, du présent ou de l’ avenir. Ce qui laisse à penser qu’il savait qu’en plaçant en Eden un arbre désigné nommément comme étant l’ Arbre de la Science, il a donné à Adam l’occasion qu’il fallait pour que celui-ci, admirateur et adorateur de Dieu, fasse en sorte de se rapprocher de son créateur au point de vouloir lui ressembler.

Ne manquait que l’occasion.

Elle survint à ce moment de l’Histoire, quand Dieu, semblant trouver légitime l’ envie qu’avait Adam de posséder lui aussi une compagne, à l’instar de tout autre être vivant qu’il avait créé, lui accorda cette faveur. Cela coûta une côte à Adam. Que voulez-vous avoir pour une simple côte demanderaient de très mauvaises langues ? Surtout quand en principe la consommation de la viande vous est interdite, Adam à donc eu Eve. Et ce ne fut pas une trop mauvaise affaire.

En tout cas, en tant que premier locataire de l’ Eden Adam a enseigné à Eve les us et les coutumes du jardin ainsi que commandements qu’ils avaient à respecter. Et bien entendu, il la mis en garde contre l’attrait et les dangers que pourraient exercer les fruits de l’arbre dont il était question plus haut.

Et survint l’ épisode du serpent dont, bien entendu Dieu connaissait le résultat en vertu de son omniscience, mais qu’il laissa s’accomplir en raison de cette déviance morbide qui l’habite et que l’on retrouve constamment dans toutes ses actions : le besoin de torturer et de soumettre à l’épreuve tout individu qui a eu la malchance d’attirer son attention.

Et l’affaire est bouclée. L’Eden n’était qu’un appartement témoin et visiblement Dieu n’avait pas l’intention de le voir squatté éternellement par ces deux là qui lui ressemblaient un peu trop.

Et c’est là la véritable raison de notre éviction du Paradis Terrestre.

Continuons à grignoter encore un peu le capital de départ. Reprenons les thèses d’ Empédocle (cinq siècles avant notre ère) ou de Leucippe, un peu plus tard ou de Démocrite ou encore d’ Epicure. D’abord leur description du monde physique était tellement proche de ce que les physiciens modernes connaissent aujourd’hui, qu’il y a fort à parier qu’au début de ce que l’on appelle le Moyen Age, nous aurions déjà connu l’électricité et qu’aujourd’hui notre technologie serait considérablement plus avancée. Pour notre bien ou notre mal, je ne le sais pas. Mais c’est ainsi. Le rejet de l’ Atomisme et l’ adoption des théories ridicules d’ Aristote sont le fait de la Religion Chrétienne.

Et sur le plan spirituel, ces quatre philosophes avait une vision plus saine des divinités qui selon eux peuplaient l’ Olympe. Pour eux, les Dieux sont des êtres parfaits vivants dans la douce opulence tranquille qui sied à un Paradis et fantaisie leur est venue de vouloir créer un monde qui serait viable pour des êtres qu’ils auraient conçus semblables à eux-mêmes. Un désir de dieux devient immédiatement réalité et ils offrirent la terre à ses nouveaux exploitants avec un petit distinguo subtil par rapport à notre Dieu à nous : Ils ont dit aux Hommes, voici votre monde, prenez-en soin, ce que vous en ferez, ne dépend de vous, nous, on ne s’occupe plus de rien.

Sans rien enlever à nos dieux ceux de Démocrites, sont bien plus acceptables.

Une bonne quinzaine de siècles de notre histoire nous a été volé par le Christianisme qui avait tout prit en main.

Sans les Chrétiens, le droit d’enseigner qu’ils s’étaient attribués, eut été aboli. Ce droit permettait de déceler les individus les plus brillants, et d’en faire les lettrés et les puissants de demain, s’ils s’avéraient assez souples . Imaginez le résultat. Moi, je n’ose. Aboli également ce besoin malsain qu’ont tous les membres d’une famille religieuse de courir le monde en propageant la bonne parole. Ce qui certes n’aurait pas empêché certains territoires d’être conquis mais sans missionnaires, les chances de voir naître des colonies eut-été bien moindre. Là encore, je n’ose affirmer quoi que ce soit.

Mais ce qui est certain, c’est que ce n’est qu’ au début du 19 eme siècle que l’ essor de la Science a passé le point d’ inflexion qui a accéléré l’accès à la connaissance pure. Imaginez ce que nous saurons dans 15 siècles ! Voilà ce que nous a volé le Christianisme. Mais là encore, je ne sais pas si cela fut un bien ou un mal.

Revenons à ce Dieu misérable qui est le notre et contentons nous de faire des constatations.

Notre petit catéchisme à l’usage des gens qui veulent garder les yeux ouverts nous a appris que les tête de liste que Dieu s’est choisi comme chargés de mission furent quasiment tous des gens qui aujourd’hui moisiraient en prison avec des casiers judiciaires à faire sourire un patron de la drogue sud américain. Comment peut-on entendre des gens aujourd’hui oser dire que Dieu, n’est que bonté ? Même avec la meilleure volonté du monde, cela me semble impossible.

Et ceux-là qui croient encore aujourd’hui la chose possible, peuvent très bien feindre ignorer ces passages de la Bible qui appartiennent au patrimoine mondial mais surtout Juif , et prétendre que c’est de l’ Histoire ancienne car le Nouveau Testament a tout effacé des erreurs de jadis, et que Dieu s’est fait homme en la personne de Jésus. Mais c’est se voiler la face que de se rabattre sur un tel échappatoire. Car c’est délibérément oublier que ce Jésus était un bon connaisseur de la Loi Hébraïque et de l’histoire de son peuple et que par le miracle de la Trilogie, il était à la foi, Le Père, le Fils, et le … Cartel.

Modifié par azad2B

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×