Aller au contenu

Humeurs vagabondes

  • billets
    11
  • commentaires
    18
  • vues
    604

L'estime


177 vues

L'estime de soi, savoir ce que l'on est, ce que l'on vaut. Se regarder dans une glace le matin et voir ce corps sans relief, trop ceci ou pas assez cela. Ce visage aux joues rondes et rouges qui ne dégage aucun charme, aucune sensualité, aux traits si fades et si insipides qu'il rendrait beau le visage le plus mutilé que l'on ait vu. Se dire que l'âge a fait des ravages, les excès de la vie aussi, le peu d'estime qu'on lui a apporté se voit dans chaque parcelle de ce corpus turpi. Voir les autres corps et se dire qu'on ne le supporte plus, que cette carcasse finirait bien à l'équarrissage comme la carcasse d'un bétail dont on ne veut plus.

L'estime de soi, savoir ce que l'on est, ce que l'on vaut quand on a entendu maintes et maintes fois son géniteur répéter que l'on ne vaut rien, que l'on est qu'un pauvre garçon sans intérêt. On a beau avoir un métier diplômé, des qualifications dans ses passions mais ne plus avoir confiance en ses qualités personnelles. Toujours se comparer pour tenter d'aller plus loin, vers la perfection, être exigeant avec soi même pour se dire qu'on ne vaut rien parce qu'on n'arrive pas aux objectifs fixés, comme pour donner raison à celui qui dit que vous ne valez rien. Se trouver nul et se recroqueviller sur soi et renoncer, encore et toujours renoncer.

L'estime de soi, savoir ce que l'on est dans les yeux des autres. L'altérité est une chienne qui ne vous laisse aucun droit à l'erreur. Vous avez construit une carapace pour ne pas montrer votre sensibilité, vos faiblesses dans votre estime personnelle. Et puis vient le temps du partage charnelle et se comparer encore et toujours, pas assez efficace même si votre partenaire vous dit que vous pourriez satisfaire n'importe quelle femme, mais vous doutez, vous pensez qu'elle le dit pour ne pas vous blesser...alors la séparation amène les rencontres d'un soir, d'une pulsion partagée mais qui n'aura pas de lendemain...car en fait votre "performance" n'est pas à la hauteur de la libido de votre nouvelle partenaire...alors vous vous rabougrissez encore plus sur vous même.

Au final, on se déteste, on se hait, pas besoin de quelqu'un en face pour vous rabaisser, vous êtes conscient de votre médiocrité...alors il y a bien l'amitié...oui l'amitié...on vous trouve toujours un "mec bien", mais un mec bien qui dort seul, qui ne sait plus ce qu'il vaut, mais l'a-t-il déjà su une fois dans sa vie ? A-t-il entendu une fois de la part de celles partageaient sa vie qu'il était quelqu'un d'important, essentiel pour elles ? Non jamais...a-t-il entendu une fois son père, ce référent essentiel de la construction, dire qu'il était fier de ce que vous avez fait ? Non jamais...a-t-il entendu ses amis lui dire qu'ils étaient heureux de l'avoir à ses côtés parce qu'il comptait beaucoup ? Non jamais...

Comment avoir de l'estime de soi quand vous ne savez pas ce que vous valez ? Comme s'aimer quand personne ne vous aime et vous le dit ? 

L'estime est un concept destructeur quand elle n'existe pas...quand ce que vous faites au quotidien n'a plus rien d'exceptionnel et vous rend invisible...

L'estime de soi devrait être estime par soi mais elle est avant tout estime par les autres dans une société qui ne vous estime pas, mais qui vous utilise.

1 Commentaire


Commentaires recommandés

À nouveau un texte qui fait mal, car il fait mouche... Cette estime que la société remplace par la question de si l'on vous estime utile ; ou tout du moins utilisable. Ce vide béant laissé par un père qui cherchait peut-être lui aussi à le combler, mais qui a fini par en creuser un autre gouffre à l'identique ; ce vide laissé par les rencontres de peau, comme pour s'en rassasier ou s'en enivrer, mais dans lequel les réverbérations se projettent avec un écho infini : "Vous êtes 'bien'."

L'abysse qui paraît toujours un peu plus profonde, comme une blessure dans la terre. Un trou.

Comment procéder à l'estimation ?

Comment ne pas le faire avec des yeux de juge, lorsque les autres — même ceux qui sonnent creux — semblent si pleins ? Et ici : une plaie.

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×