• billets
    9
  • commentaire
    0
  • vues
    4 522

LeBron James, la prophétie du "Chosen One" (3ème partie)

Michael Westen

227 vues

"I'm coming home."

"Je reviens à la maison."

A la surprise générale, c'est par ces simples mots que LeBron James annonce, au début de l'été 2014, son départ de Miami pour Cleveland.

"Mon histoire avec l'Ohio, c'est plus que du basket. Je ne l'avais pas réalisé il y a 4 ans. Maintenant si. Ce qui m'importe le plus, c'est de ramener un titre à l'Ohio."

Les Clevelanders explosent de joie. Les mêmes qui brûlaient leur maillot 4 ans auparavant et insultaient LeBron de lâche, de traître, se précipitent à la boutique pour reprendre un maillot, un bandeau, du King. Le roi est de retour, la prophétie, que tout le monde avait jeté aux oubliettes, pourrait finalement s'avérer juste. "The Decision number 2" comme elle est appelée, ravit tout le monde, sauf peut-être Miami. L'histoire d'un joueur qui quitte sa région pour gagner des titres ailleurs est banale, celle du champion qui y revient pour l'emmener au sommet, beaucoup moins.

hqdefault.jpg

LeBron sait qu'il ne pourra toutefois pas remporter un titre seul. A Miami, il formait un trio de choc, "Los tres amigos", avec deux superstars Dwayne Wade et Chris Bosh, amis proches de James. A Cleveland, ne reste que quelques joueurs prometteurs. Une bonne équipe. Pas une équipe taillée pour le titre. Mais l'arrivée du King bouleverse tout, et après quelques transferts bien sentis, les Cleveland Cavaliers passent en quelques semaines d'éventuel outsider, à favori logique de la conférence Est.

Et dès la première saison, Cleveland gagne des matchs. Beaucoup de matchs. Mais semble limitée collectivement, tant l'équipe repose sur James. D'autant qu'à l'Ouest des Etats-Unis, les Golden State Warriors de Stephen Curry écrasent tout sur leur passage, et c'est logiquement que la finale NBA oppose ces deux équipes.

Le suspense ne durera que peu de temps, les Warriors sont trop forts, trop bien organisés collectivement face à une équipe emmenée par une superstar mais entouré de jeunes encore inexpérimentés à ce niveau.

Les Cavaliers perdent la finale NBA 2015, et le spectre de la malédiction surgit à nouveau. A Cleveland, la défaite est d'autant plus douloureuse qu'elle fut précédée d'espoir. Autant ces dernières années, ils n'attendaient rien, autant en 2015, grâce au retour du Roi, et au parcours de l'équipe, ils s'étaient pris à rêver. Avant de chuter à nouveau.

Les fans des Cavaliers ne le savent pas encore, mais cet ascenseur émotionnel et cette défaite, sévère bien que logique, constitue les germes d'une victoire future. Un travail qui portera ses fruits l'année suivante, lors d'une nouvelle quête du titre.

La saison 2015-2016 part sur les mêmes bases que la précédente : à l'Est, Cleveland écrase la concurrence et fait figure de favori. A l'Ouest, Golden State fait face à des équipes bien plus fortes (Spurs de San Antonio, le Thunder d'Oklahoma City...) mais domine quand même très largement, au point de démarrer la saison par 24 victoires de suite, un record en NBA.

L'on se prend alors à rêver d'un remake de la finale précédente, d'un nouveau duel entre LeBron James et Stephen Curry.

Les Warriors bouclent la saison avec 73 victoires en 82 matchs, et établissent à nouveau un record en NBA. Stephen Curry est désigné meilleur joueur de l'année. (MVP) Et malgré un parcours compliqué en phase finale, ils parviennent à se débarrasser des Blazers de Portland, puis du Thunder d'Oklahoma City. Mais certains points faibles ont été révélés, et à l'Est, Cleveland, qui a atteint la finale sans aucune difficulté, compte bien prendre sa revanche sur son rival, et sur le destin...


   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant