Aller au contenu
  • billets
    61
  • commentaire
    0
  • vues
    41 431

Fabriquer son Glory Hole - (Episode 7)


Oncle_Julien

1 204 vues

:cool:

Glory Hole - (Episode 7)

Juliette est venue randonner avec moi

Vendredi soir, je reçois un appel téléphonique qui me confirme la participation de Juliette à ma randonnée "Glory Hole" du lendemain. Je m'empresse de confirmer ma randonnée. La météo, plutôt agréable, prévue pour le week-end, permettrait de passer un agréable après-midi. Juliette est cette jeune femme qui avait perdu ses clefs sous un de mes Glory Holes. Toute heureuse de les avoir retrouvé, grâce à moi, je devinais de sa part une certaine reconnaissance. (Voir l'épisode précédent).

Je proposais à Juliette de passer la prendre à l'endroit de son choix. Rendez-vous fut tout simplement fixé au départ du sentier. Nous allions donc parcourir mon circuit "Glory Hole" tous deux. J'arrive pour quatorze heure. Juliette, dans sa Toyota Yaris est déjà là. Je suis agréablement étonné par une ponctualité plutôt rare. Je gare ma voiture derrière la sienne. Elle sort de la voiture pour venir à ma rencontre.

Juliette est vêtue pour une randonnée. Un pantalon moulant, noir, qui met en évidence des formes sublimes. Chaussée de chaussures de marche, ayant passé un pull, la jeune femme porte à la main un petite sac à dos. Nous nous serrons la main. Juliette est grande, mince et plutôt belle. Ses longs cheveux châtains sont attachés en catogan. Le son de sa voix est très agréable. Nous mettons tous deux nos sacs sur le dos et nous nous mettons à marcher.

Sur le chemin, tout en bavardant, je découvre une jeune femme de trente cinq ans, divorcée, pleine d'humour et de dérision. Ce qui me passionne immédiatement c'est la culture générale de Juliette. Elle peut citer Oscar Wilde tout comme elle peut évoquer Gustave Courbet en me parlant de la ville natale du peintre d'Ornans. Je suis enchanté de me retrouver en si bonne compagnie. Nous pouvons donc rester dans des préoccupations intellectuelles et cérébrales. Les meilleures...

Juliette est à la fois amusée et charmée par mes créations murales. C'est suffisamment original pour susciter son intérêt. Je lui explique la genèse de chacun des orifices percés par mes soins virtuoses. Elle ne manque pas d'évoquer les petits plaisirs sous entendus derrière tous ces trous. En parfait gentlemen, je reste volontairement dans la vue de l'esprit et dans l'hypothétique. Qualités que semblent apprécier particulièrement la jeune femme.

A la septième station, je récupère, dans la pile, une planche en excellent état. Je la prend sous le bras. Il me faut remplacer la planche de la station onze. J'explique tout cela à Juliette qui est à se réjouir d'être, pour cette randonnée, mon assistante et ma partenaire. Nous arrivons à la station onze. Rapidement, tirant le matériel de mon sac à dos, je me mets à la tâche. La jeune femme, adroite de ses mains, m'aide avec une efficacité remarquable.

Nous arrachons la vieille planche vermoulue. Je dispose la nouvelle. Juliette la tient fermement. Je prends ma visseuse-perceuse Black & Decker, et je fixe la planche avec quatre vis.Puis, je perce le trou idéal de six centimètres de diamètre. La jeune femme me demande de quand date ma passion pour la création murale. Je lui explique ma toute première expérience, sur la Reeperbahn, à Hambourg, lorsque j'avais dix neuf ans, dans le sous-sol d'un Salon de Thé.

Juliette me raconte sa découverte de quelques Glory Hole dans quelques lieux "glauques". Toutefois ce n'est que la semaine dernière qu'elle a pu en comprendre le fonctionnement exacte. Accompagnée d'un vieil ami, marié, entrepreneur et "entreprenant". Elle en garde un souvenir mitigé puisque Jean-Claude, le vieil ami, est un "animateur précoce". Je lui propose une prochaine randonnée où je lui soumets l'idée de découvrir les longues joies que je sais offrir à mes partenaires. Partenaires exclusivement féminines, bien évidemment...

Une fois le travail terminé, je propose à Juliette de vérifier, si, du côté ou elle se trouve, tout est parfaitement fonctionnel. Je passe derrière la cloison, je glisse la "belle chose" par l'orifice destiné à cet usage. < C'est super ! > fait la jeune femme en éclatant de rire. Je reste ainsi un petit moment. Contractant mes muscles pour faire "bouger". < C'est absolument superbe ! > rajoute Juliette entre deux éclats de rire.

Je me réajuste et je rejoins Juliette. Nous continuons la tournée d'inspection. Nous arrivons à la station dix huit, le dernier Glory Hole du circuit. Je lui explique que c'est là, au pied de la paroi, que j'ai découvert ses clefs. La jeune femme me raconte sa seule et unique expérience devant le magnifique trou que j'ai percé là, avec amour, l'été dernier. J'en éprouve soudain une fierté plus grande encore.

Nous prenons le chemin du retour. Juliette m'invite à venir manger chez elle le lendemain, dimanche en soirée. Premier dimanche des vacances scolaires de la Toussaint. J'accepte en proposant de ramener le dessert. Une tarte aux noix de ma création. Excellent cuisinier, je suis également très bon pâtissier. Nous nous séparons devant nos véhicules respectifs. Je lui fais les trois bises bretonnes réglementaires. Nous nous suivons sur la petite route jusqu'à l'arrivée au rond-point...

____________________________

Tous droits réservés - © - 2015 - Depuis mon Blog -

blogentry-173856-0-54861400-1457259139_thumb.jpeg blogentry-173856-0-11725700-1457259162_thumb.jpg

Pour découvrir la proposition de ma belle admiratrice, il suffit de cliquer sur son image. Clic à gauche...

:cool:

L'utilisation, toute ou partie, d'un texte, (ou photographie) sans le consentement de l'auteur, constitue une violation de la propriété intellectuelle. Délit sanctionné par l'Article. L.335-2. du Code pénal.

La divulgation d'informations relatives à la vie privée, ou à l'identité, constitue un délit sanctionné par les articles 706-102-1 (Informatique) et 88-227 .

:cool:

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Invité
Ce billet ne peut plus recevoir de commentaires supplémentaires.
×