Aller au contenu
  • billets
    110
  • commentaires
    746
  • vues
    437 536

La sieste du dimanche soir

Jedino

39 vues

Installé posément, tu contemples.

Le hasard.

La noirceur d'un temple.

Une absence du phare de la vie.

Dis-moi, l'amie, tu as bientôt fini?

La philosophie devient si ample.

Il est tard.

Viens, viens. Où es-tu?

Je ne vois pas grand chose.

Je me sens un peu morose.

Est-ce le bruit qui s'est tu?

Le silence qui me tue?

L'espace est mince.

Le monde grince.

J'entends les battements de son âme.

Infâme !

Aveugle, j'observe le champ de mon impuissance.

Parler. Parler.

Parler à se taire.

Taire pour se parler.

Nul n'écoute.

Sinon le ver des coïcidences.

Celui-là même qui troue mes vers.

Qui m'indique que je suis deux pieds sous terre.

Qui, bientôt, festoiera de mon corps.

Mort, où es-tu? J'aime mon sort,

Le triple six du dé qui m'endort.

Encore.

Une bouffée. Un souffle de désespoir heureux.

Et j'avale la mort.


   Alerter


4 Commentaires


Commentaires recommandés

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité