Aller au contenu
  • billets
    20
  • commentaires
    27
  • vues
    107 904

zwijgen 15

casper2

129 vues

Encore. Cette fois encore, elles sont là. Elles arrivent sans que rien ne puisse les arrêter. Comme l'eau d'une rivière en colère et dont la crue est annoncée, elles montent inexorablement. Elles emplissent puis débordent de mes yeux. Mes larmes coulent peu à peu. Je ne peux les ravaler. Je ne veux plus les entraver. Il faut croire que désormais j'aime pleurer. Même si j'ai honte de cette image que l'on doit me prêter, celle d'un minable pleurnichard. Je suis un faible, un looser, une lavette...

Ma mère aussi l'a toujours dit. Déjà tout petit, je chialais tout le temps. J'étais un enfant chétif qui brayait sans arrêt. Pendant longtemps je l'avais occulté mais aujourd'hui il semble que cela me revient. J'aime pleurer. Je pleure pour un rien et ça me réjouis. Alors maintenant seul et allongé au creux de mon canapé, je sens que je pleure et j'en suis content. Je m'en réjouis d'autant plus que cette fois je ne pleure pas devant un film qui raconte une triste et belle histoire. Non, c'est pour autre chose, de plus subtil, de plus profond encore...

Je crois qu'au fond, j'ai beaucoup de chance. Peu de gens on dû pouvoir ressentir un tel état, une espèce de transe mélancolique. Je suis heureux de sentir mes larmes rouler le long de mes joues. Je les savoure une à une comme un cadeau offert par amour. Cette sensibilité exacerbée en cet instant est une nouvelle preuve de la puissance de mes sentiments pour toi. Je ne peux plus avoir aucun doute. Je suis si sûr de moi. Cela ne peut qu'amplifier le phénomène qui s'auto-alimente, l'émotion et la tristesse se conjuguent. Les larmes affluent. Je suis submergé. C'est énorme. Jouissif. J'en souris. Cette fois-ci je pleure à chaudes larmes tout en souriant. Je dois avoir atteint le summum, le nirvana du pleurnichard. J'adore...

Comment j'en suis arrivé là? C'est très étonnant finalement. Simplement une très jolie mélodie, des paroles que j'entends qui soudain me touchent directement et si profondément. Combien de fois l'avais-je entendue sans l'écouter vraiment? Des centaines de fois sans doute. Ma sensibilité a visiblement changé pour se mettre en phase avec les paroles de cette chanson. C'est un peu comme si j'avais mis mes pieds dans des traces qui s'emboîtent parfaitement. On dirait qu'elle a été écrite pour nous. J'ai l'impression que j'aurais presque pu l'écrire si j'avais eu une once de talent. J'en suis évidemment jaloux. Mais je la savoure en la redécouvrant ici et maintenant dans mon canapé. Je l'écoute. Je bois ces mots qui glissent sous les notes suaves, en me faisant si mal. Je la sens me pénétrer comme si elle coulait tel un poison dans mes veines. Chacun de ces mots me parlent. Ils racontent exactement ce que je ressens. C'en est même extraordinaire. Et mes yeux débordent...

Jamais, je ne l'entendrais plus comme auparavant. A chaque fois, elle va me transpercé le coeur. Mais plutôt que du sang, ce sont des larmes qui couleront. Mais j'adore ça. Je pense encore un peu plus fort à toi. Je t'imagine même me prendre la main, assise à mes cotés, puis me serrant dans tes bras. La chanson est terminée mais je continu de pleurer à la fois triste et presque heureux. Je souris et je pleure en même temps...

J'ai de la chance. J'espère qu'un jour toi aussi tu l'écouteras en pensant à moi...


   Alerter


1 Commentaire


Commentaires recommandés

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité