Aller au contenu
  • billets
    14
  • commentaires
    34
  • vues
    28692

Médiocrité de ce moi existentiel dont ce targuent les artistes !

lalibulle

498 vues

L’aube entrecroisée de fils d’ors les regardaient d’un œil lumineux, et les remous de l’eau allaient et venaient, comme le souffle d’un dormeur. Clo clop clop… saccadait le doux fracas de la mer sur le rivage. Ils fermaient les yeux et n’écoutaient pas cette douce complainte funèbre, aux notes encore ensommeillées. L’air frai, coulait sur leur corps insensibles, et leurs yeux perdus dans le bleu de l’eau et du ciel ne renvoyaient qu’une ombre pâle et morne. Autour, les oiseaux chantaient, la vie s’éveillait et peuplait de ses bruits et de sa présence une nature encore sauvage et fraîche. On voyait très haut, comme un ombre discrète de la lune, qui achevait de se retirer, définitivement. Le sable ondulait et crissait, le vent soufflait, et l’aurore s’agitait à les rappeler. Ils ne voulaient pas les entendre, et laissent le sel dévorer leur chair. La rosée perlait sur les feuilles, comme un pétale rouge naissait au coin de leur bouche. Mutant, l’océan les englobait, l’écume blanche lavait leurs membres sanglants et leurs esprits torturés. Calmes et glacés, apaisés, cadavres exquis qui couraient sur la mer entraînés par une vie folle et délirante, fondus dans le lointain horizon de la mort, agonisant dans le ballet multicolore de la mer aux reflets jaunes, rouges, violets. Ils naissaient.

Cette fois, c’était le soir, et le noir étouffant d’une nuit sans étoile se mêlait à celui de l’eau. Les fines ondulations blanchâtres qui faisaient encore vibrer la mer maussade, brillaient sous la lune. Tandis que le ciel s’obscurcirait encore davantage, les fines paillettes mousseuses des vagues mourantes se heurtaient à la froideur du cosmos. Il n’y avait aucun bruit hormis la lutte du terrible immortel. Haletant, et gémissant, l’océan expirait entre les mains de ses bourreaux. Il saignait de mille feux, et de ses plaies béantes on voyait jaillir ses tortionnaires. Comme une mère nourricière, une amante trompée, sacrifiée par ceux qu’elle avait portés en son sein, et nourrit de son amour. Une eau sale, grisâtre, sanguinolente, empoisonnait toute la nature atterrée, mordait la plage. La bouche bleu et glacée, translucides, et tremblant, ceux qui avaient voulu s’enfuir se voyaient rejetés par la marée en colère. Béats et gelés, ils regardaient le spectacle immonde de leur meurtre. A mesure que l’eau s’enfonçait dans la terre, emportant avec elle les derniers murmures d’une mer fiévreuse et folle, ils se dressaient sur le sable souillés. Le carnage de leur humanité, dépassés par l’angoisse de leur existence, fit d’eux des monstres.



Annonces
Maintenant

5 Commentaires


Commentaires recommandés

:blush: étonnant ce beau poème, quelle écriture ! c'est vraiment de la belle poésie.

Les descriptions font mouche et l'ensemble est touchant. SUPER.

Je vais essayer d'en faire un et si je le trouve réussi, je l'insérerai dans ce blog.

Atoutcoeur à Lalibulle.

ba

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

oh bonjour

tout c'est juste pour évacuer un bon coup, c'est pas très travaillé, ça n'a pas vraiment de mérite. Mais c'est gentil à vous

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×