Maki's Back

  • billets
    6
  • commentaires
    19
  • vues
    828

L'entrée en matière.

Maki

16 vues

Mesdames et messieurs, voici l'entrée en matière amère d'un pauvre clown qui aimait la subtilité des jeux de mots incompris...

L'artiste monte sur scène, salue le public chaleureusement et commence son entrée en matière

Comme tout le monde le sait, l'entrée de l'artiste sur scène est -comme sa sortie- cruciale.

Imaginez l'artiste ratant son entrée, que vont penser les témoins de la scène ?

"Tiens ! Il a raté son entrée, ça promet!" tandis que s'il rate magistralement sa sortie, ils penseront "Il finit en beauté !".

Mais si son entrée est ratée me direz vous, ne risque-t-il pas de se faire sortir ?

Oui, mais encore faut-il qu'il n'ait pas déjà fait sa sortie ! Et si son entrée et sa sortie sont ratées ? Et bien, les gens penseront "c'est un raté !".

Et là attentions mesdames et messieurs ! Il ne faut jamais dire à un artiste après un spectacle "Vous avez tout fait rater !", il pourrait bondir sur vous tel un dératé.

Et croyez moi mesdames et messieurs, un artiste qui bondit comme enragé sur des spectateurs peut le devenir !

Alors j'entends déjà certains spectateurs au premier rang "Mais pourquoi ne pas interdire l'artiste dangereux ?".

Parce que tout est une question d'éducation. Un artiste bien élevé peut aboyer c'est certains, il peut montrer les incisives sans aucun doute, mais jamais oh non jamais il ne vous mordrait !

Regardez moi ! je suis polie, je suis franc et j'ai une éducation à toutes épreuves -malgré quelques ratés. Ne suis-je pas plaisant ?

Comme vous avez pus le constater mesdames et messieurs, mon entrée (en matière) est d'ors et déjà ratée. Que le monde se rassure, je compte bien me rattraper à la sortie.

Mais laissons là l'entrée (en matière, sous-entendus) et revenons à mon entrée (mon post, bien entendus !). Voici le plat de résistance (de mon entrée bien sûr, c'est-à-dire la partie principale de mon message).

Voici donc une petite fable de ma composition, vous m'en direz des nouvelles.

Un repas de famille,

Reproduit toujours,

Les mêmes situations,

Les mêmes discours.

Chaque personne ayant,

Ses propres qualités,

Ses propres défauts,

Le repas se poursuit,

Au grès des envies,

Au son des reproches.

Une vieille tante,

Salivant goulûment,

Se précipita avidement,

Sur la soupe brûlante,

Se cramant l'avant-bras,

Sur le fait-tout posé là.

Elle maudit de tout coeur,

La malheureuse cuisinière,

Qui avait eu la désobligeance,

De servir le met bouillant.

Moralité :

La précipitation et l'avidité,

Ne forme bon ménage que pour blâmer.

Merci, et à bientôt ! :D

ps : merci aux posteurs de commentaires, j'apprécie leurs critiques. Elles forment une participation très intéressante. :)




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant