• billets
    7
  • commentaires
    17
  • vues
    10 860

Histoire: Premiere partie

Stoute95

68 vues

Donnez moi vos avis sur le debut de mon histoire :)

Un histoire

« N’avez-vous jamais désire devenir médecin ou avocat ? Cependant vous n’avez pas les diplômes nécessaires. Ne vous êtes-vous jamais demande ce que votre vie serait devenue si vous étiez plus loin dans vos études, si vous étiez plus muscle, plus intelligent, plus persuasif. Nos vie serait tellement mieux si nous pouvions choisir qui nous sommes, ne trouvez-vous pas ? Si vous aussi vous êtes parmi les 83% autres Français qui désire changer leurs vies, acheter des maintenant le nouveau logiciel, financer par le gouvernement, qui permet d’intégrer un monde virtuel dans lequel vous pourrez opérer celons VOS règles. Vous m’avez bien entendu. Cela est maintenant possible grâce à la nouvelle technologie développe par… »

L’homme continue de bouger dans la publicité, alors que Nathan détourne son attention de l’écran.

« Tu y crois toi, à ce nouveau programme ?

Son ami, Jason, qui écoutait le spot publicitaire d’une oreille distraite car il s’amusait à lancer des boulettes de papier dans la poubelle, se prenant pour Michael Jordan, son idole, s’interrompt dans son jeu et réponds

Disons que j’ai du mal à y croire. Je joue aux jeux vidéo, je sais comment ça marche, un monde virtuel, un personnage que tu crées celons tes envies etc. Mais j’sais pas, là c’est pour du vrai ! Le pingouin qui passe devant la TV est en train de nous dire que la technologie a tant évoluer que maintenant on peut vivre dans un jeux-vidéo. En gros c’est ça qu’il est en train de nous dire, celui-là.

T’as raison ça parait chelou quand même comme histoire. Mais bon n’oublie pas que c’est le gouvernement qui finance ce logiciel, ça m’étonnerais qu’il finance un projet bidon. Nathan jette un rapide coup d’œil à son téléphone et reprends. Bref je viens de recevoir un message d’Inès, elle veut que je passe la prendre avant d’aller en cours, je m’habille, tu te casses, et je vais la chercher.

Jason le regarde avec des yeux doux

Je ne peux pas rester, que je puisse voir tes beaux muscles qui font tant rêver ta douce ?

Arrêtes de me draguer, et bouges. Tu sais comment elle est si je suis en retard elle va m’en vouloir, et tu verras qu’en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire elle m’aura convaincu de lui acheter des Louboutins pour me faire pardonner !

OK, OK, cappice. N’oublie pas ton parfum, celui que je t’ai acheté pour ton dernier anniversaire. J’suis trop gentil tu ne me mérites pas honnêtement. »

Alors que Jason s’en va, Nathan achève leur discussion avec un « c’est cela oui, c’est cela oui ».

Trente minutes plus tard, Nathan est dans un café avec Inès. Ils passent leurs commandes et Inès, qui est de bonne humeur car Nathan n’était pas en retard, pour une fois, rigolent a ses blagues. Ils discutent tout en buvant leurs boissons : un chocolat chaud pour monsieur, rien de tel pour commencer la journée d’après lui, et un the « digestion légère » pour madame. Avec son the elle commande toujours un donuts car, comme pour beaucoup de femme, boire un thé le ventre vide lui donne des nausées.

Absorber par leurs discussions, les deux amoureux ne voient pas le temps passer. A un moment, Nathan lance un regard vers une des horloges accroches au mur du café. Ils sont en retard de dix minutes déjà, et ils savent très bien que Madame Largueux ne digère que difficilement l’absence de ponctualité a ses cours de Physique. Quand bien même elle serait dans un bon jour, cette mégère porte une haine prononces pour Nathan et Inès. Il est de leurs avis que Madame Largueux n’a jamais connus l’amour dans sa vie, ou qu’elle a dû souffrir d’une séparation douloureuse, pour les détester autant. La vérité est autre : elle ne supporte tout simplement pas de les voir s’embrasser à longueur de journée, et comme toute femme rancunière, elle leur fait payer leur manque de bonne conduite.

« Ca va gueuler » annonce Nathan alors qu’il paie la note au serveur.

En effet, en arrivant en classe vingt-cinq minutes en retard, Nathan et Ines n’échappent pas à une gueulante de Madame Largueux.

En retard, encore une fois. Mais cela ne m’étonne pas de vous deux. Vous étiez trop occupes à vous bécoter pour arriver à mon cours à l’heure je présume ?

Ce n’est pas cela madame Largueux, voyiez-vous je suis passés prendre Inès, et nous etions a l’heure jusqu’à ce que monsieur le principal ne nous empêche de nous garer sur le parking des professeurs. Il n’y avait plus de place dans le parking étudiant alors j’ai dû me garer a dix minutes de l’universite, d’où notre retard.

Nathan ne pensait pas une seconde que sa prof allait gobber son mensonge, mais le simple plaisir que lui procure une altercation avec Madame Largueux le rendit obliger de la provoquer. Finalement, ils ecopent de deux heures de suspensions directement après les cours, car de ce fait, les deux amoureux n’auront pas la chance de s’embrasser à leur guise puisque c’est elle-même qui est en charge des suspendus le mardi. Et voilà que le nouveau Batman leur passe sous le nez. Nathan avait invité Inès au cinéma ce même après-midi, mais leur plan tombe à l’eau à cause de cette madame Largueux. Une raison de plus pour les deux amoureux de détester cette femme.

Pendant leurs suspensions, Nathan et Inès discute avec d’autres élèves présents. La discussion tourne très vite sur le nouveau logiciel lancé récemment par le gouvernement, celui de la publicité.

« Alors vous y croyez-vous ? demande Nathan

Franchement ouais. Réponds Yassine, un ami de classe de Nathan. Mon oncle m’a dit qu’il connaissait un mec qui avait essayé en avance parce qu’il connait des personnes au gouvernement. Bref, d’après lui c’est ouf. Il dit que t’as l’impression d’être dans un rêve, mais que tu peux contrôler tes mouvements. Et comme ils disent dans la pub, tu peux même choisir ton apparence et tout. Moi j’ai envie d’essayer.

Un silence suit la remarque de Yassine. Nathan finalement brise le silence.

Ca me parait bizarre moi quand même. Je comprends pas trop en plus, ça sert à quoi au final. C’est censé être comme un jeu ?

En gros ouais, réponds Yassine.

Et tu fais quoi, tu vis simplement ta vie ou y’a de l’action. A la limite si je peux devenir comme Desmond dans Assassin’s Creed là je l’achète direct le logiciel.

Nan c’est pas ça le concept mec ! En gros tu peux choisir une vie différente, tu peux devenir un médecin, un archéologue. Tu peux être le prochain Einstein même, au moins madame Largueux aura un peu plus d’estime pour toi !

A ce moment madame Largueux lève les yeux, et voyant ses élèves s’engager dans une discussion plutôt animée, demande le silence.




6 Commentaires


On est pas censé pouvoir choisir notre vie? :sleep:

Ton premier paragraphe flingue les choses.

Oui oui, c'est de la fiction.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Oui mais tout le monde n'est pas ce qu'il aimerait etre, du moins exactement. D'ou le logiciel gouvernemental.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Mais ce n'est que le debut de l'histoire, il y a le reste qui arrive, et tout prends du sens un peu plus tard. Enfin je l'espere :p

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant