Blogamiq

  • billets
    17
  • commentaires
    49
  • vues
    134 140

fusion

miq75

449 vues

En rêve cette nuit, tu m'étais revenue

si belle dans mon lit, en légère tenue.

Tu avais délaissé ton homme pour me voir,

ma mie t'avais laissée sa place pour un soir,

alors nous profitions de cet instant tout doux,

fi de leurs permissions, nous les faisions jaloux.

Couché tout contre toi, je humais tes odeurs

le nez dans tes cheveux aux ardentes couleurs.

Là, du bout de mes doigts je goûtait la saveur

de tous tes arrondis, de toutes mes raideurs.

Ma main se faisant douce sur ta peau chaude et lisse

elle se prit à glisser, au départ de tes cuisses

des hanches vers tes seins, des tétons au pubis,

dans un mouvement long ou tous les corps frémissent.

Puis ce furent tes lèvres qui vinrent m'embrasser

à l'image de ton corps se couchant sur le mien

et dans ce face à face mes mains embarassées

trouvèrent enfin tes fesses et les saisirent bien.

Alors en dirigeant ton bassin si gracile

pour mieux juxtaposer ton ouverture fragile

à l'axe engageant de mon envie sensible

je vint nous proposer le plaisir indiscible.

Partageant le désir de cet enfournement

tu le fit s'introduire avec empressement

si bien que à mes mots et mes hahannements

se calquèrent bientôt tes doux gémissements.

Délaissant là mes lèvres pour mieux détailler

celui qui dans sa fièvre t'emmenait batailler

tu décolla ton buste, tu te redressa

et du regard du juste tu me caressa.

Et moi, agonisant, je fus pris de vertige,

tes seins chauds et tendus n'étant plus contre moi.

Je les voyais dansants, rythmants notre voltige

plaisirs suspendus à porté de mes doigts.

Ce n'est enfin qu'après de nombreux vas-et-viens

par mes mains désirés, entre fesses, hanches et seins

que je vit ton regard qui me fit oublier

où mes mains sans retard allaient rester liées.

Et c'est en pénétrant des plus profondément

dans tes yeux souriants aux signaux indécents

que nos oscillations, cris et regards pas sages

menèrent à l'explosion de tout ce paysage.

...

Après, je ne me souviens que d'avoir lutté pour fermer les yeux et quitter ton regard.

Seule me reste une question, qui trotte dans ma tête : n'était ce donc qu'un rêve ?


   Alerter


2 Commentaires


Commentaires recommandés

je ne sais si c'était un rêve, mais même si c'était le cas, il était beau, tendre et attentif; si ce n'était pas le cas, ta belle tu dois l'aimer tendrement.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant