Aller au contenu

PASCOU Blog

  • billets
    4
  • commentaires
    44
  • vues
    3 220

Billets dans ce blog

La confiance.

Il y a une chose qui dirige ma vie, c'est  la confiance, tu sais celle où  tu peux te reposer et où  l' autre peux se reposer. Une sorte d' aire de repos sur une autoroute. Les gens qui m' entourent sont ainsi  j' ai vécu  dans un milieu où  c'est  la règle indispensable. On compte chacun sur l' autre, une famille. La moindre entorse et le lien est définitivement rompu. Et l' exemple  le plus parlant pour moi, c'est  l' enfant. Avec  sa naïveté  il vient vers toi ,

PASCOU

PASCOU dans Confiance.

11 novembre (reprise)

Visages figés et mouillés, parapluies retournés aux baleines apparentes, le vent de ce 11 novembre longeant les douves du château traverse et la place et les hommes.Les gerbes déposées sous la plaque de ces enfants morts , volent au vent comme pour balayer un passé douloureux.Les cols sont remontés, les chapeaux tenus sous des mains glacées.La place du château semble comme une photo de Doisneau, figée malgré ce vent d'ouest poussant une pluie dense fouettant les visages exsangues.La cérémonie

PASCOU

PASCOU

la mouche..suite.

Le lendemain, c'est vraiment par hasard que je retrouvais la Mouche, en pleine négociation magouille je pense. Ma main sur son épaule le fit se retourner d'un bond. - merde, préviens tu m'as foutu la trouille! - tu aurais des choses à te reprocher, j'y crois pas? - alors? - écoute la mouche, je vais avoir besoin de toi ! - j'ai pas de fric si c'est ça. - non rassure toi et ce n'est pas non plus sexuel . - oui, et bien je ne vois pas . - pas grave essaie de me suivre, et tu comprendra

PASCOU

PASCOU

gare suite +petite suite

Puis subitement l'envie d'un café me fit me lever et me diriger vers le fond du hall de la gare. Des militaires discutaient en attendant leur train, sans doute en avance comme moi. La machine à café était bruyante, mais elle me fit toutefois un café. Mon gobelet à la main je regagnai ma place quand le coup de coude d'un énergumène attifé comme un as de pique me le renversa d'un coup. J’attendais ses excuses, quand je reconnus la Mouche, je failli éclater de rire .Il avait un bonnet trop grand

PASCOU

PASCOU

×