Aller au contenu

  • (4 Pages)
  • « Première
  • 2
  • 3
  • 4


Note : - - - - - Comment aborder, voire apprécier une toile sans être un spécialiste ? Petit mode d'emploi tout simple à appliquer sans modération

30 juin 2015 - 11:10 #121

0
Si c'est juste pour toi, ta libre interprétation est suffisante, c'est ça l'art.
Si c'est pour avoir les connaissances afin d'en parler avec d'autres, potasse :dev: !

L'utilisateur est hors-ligne Mr-moore
Forumeur survitaminé, 24 ans


À l'Instant

10 septembre 2015 - 14:42 #122

0

Voir le messageThyia, le 12 octobre 2010 - 14:02, dit :

Il y a justement une différence entre observer et faire appel à sa sensibilité devant un tableau. Donc pas besoin d'être un expert, justement.

Mon post se voulait surtout simple et éducatif pour des gens qui savent observer mais qui se sentent démunis (en sensibilité artistique, notamment) face à ces ¿uvres. Auquel cas, en l'absence d'allant naturel face à la peinture, ces personnes peuvent tout aussi bien se baser sur leurs simples regards pour tenter d'aborder ce mouvement pas toujours évident qu'est l'art.





L'art ne fait pas toujours appel à notre notion du beau. Mais on peut tout aussi bien savourer ce qui n'est pas forcément beau de prime abord mais fait rejaillir des émotions que l'on peut craindre. Les exemples sont nombreux dans l'Histoire de l'Art. Même Goya pourtant peintre illustre aux nombreuses toiles magnifiques a peint des sujets rebutants.
Image IPB

L'Expressionnisme est d'ailleurs un des mouvements qui s'en est le plus rapproché, comme le Cri de Munch.

Image IPB




Et lorsque nous demeurons hermétique à une représentation contrairement à d'autres qui clament au génie, est-ce pour autant une absence d'art dans ce que nous livre l'artiste ?



Encore une fois, ceci n'est pas une méthode pour avoir de la sensibilité artistique ou pas, juste quelques moyens simples pour regarder une toile et en dire quelque chose sans pour autant être un érudit en la matière. :yahoo:

L'utilisateur est hors-ligne SABINE41
Forumeur alchimiste


10 septembre 2015 - 14:51 #123

0
OBSERVER c'est forcément ressentir; donc nous sommes dans le subjectif, l'art en general se mesure, comme s'il fallait le mesurer..... en terme de RESONNANCE émotionnelle; apres, les codes de modes, de snobismes,de spéculations d'intérêts... tout cela nous emmene loin de l'authenticité.Une connaissance artistique, technique peut bien sûr venir enrichir le ressenti; peignant moi même, il m'est arrivé de "vibrer" avec des œuvres dont je sentais les coups de pinceau; il doit en être sans doute ainsi pour un musicien, ou toute autre forme d'expression dont la connaissance vient renforcer l'émotion;

L'utilisateur est hors-ligne SABINE41
Forumeur alchimiste


17 septembre 2015 - 17:29 #124

0
coucou..bonsoir le post!!

l'émotion qui peut se dégager en regardant une toile est purement personnelle à chaque personne

c'est justement la sensibilité qui fait que la toile nous plait

par contre essayer de comprendre une toile,c'est une communion avec l'âme de l'artiste.. :)

ex_marianne64*


17 septembre 2015 - 17:33 #125

0
En regardant tout simplement.
ces gens qui se disent " spécialistes" mais savent même pas tenir un pinceau...... Les écoutez pas . Ils y connaissent que dalle.

Il suffit de regarder

L'utilisateur est hors-ligne kuna man   XBannisX
Forumeur alchimiste


17 septembre 2015 - 19:20 #126

0

Voir le messagekuna man, le 17 septembre 2015 - 17:33, dit :

En regardant tout simplement.
ces gens qui se disent " spécialistes" mais savent même pas tenir un pinceau...... Les écoutez pas . Ils y connaissent que dalle.

Il suffit de regarder


faut laisser l'émotion nous gagner ;)

ex_marianne64*


17 septembre 2015 - 19:47 #127

0
Mais oui! Et si un jour les gens du peuple ont besoin d'un spécialiste pour comprendre mes œuvres, alors bon sang , brûlez les toutes!

Car j'aurai échoué le travail de toute ma vie. La peinture c'est plus que les mots incomplets! ;)

L'utilisateur est hors-ligne kuna man   XBannisX
Forumeur alchimiste


20 septembre 2015 - 09:11 #128

0
la peinture c'est plus que les mots imcomplets...ravie...Kuma(sourire)

serait esce un blasphème de les bruler,je le pense...à moins que tu aurais aimé,te retrouver

dans le livre de Mr Baudelaire..."Curiositées esthètiques; l'art romantique:et autres critiques'

ce livre est un vrai trèsor,écrit d'une extraordinaire plume..


laissons les artistes dans leurs intimités et en regardant leurs toiles cette communion unique

:)

ex_marianne64*


06 janvier 2016 - 15:56 #129

0
Les formes artistiques et les courants sont multiples. L'art est avant tout le reflet de son environnement social et spatial. Il n'y a plus de nos jours, de dictat en art mais une totale liberté de styles et d'expression. Ce qui peut plaire aux uns déplait à d'autres. Si longtemps la notion du "beau" et "d'esthétique" étaient des valeurs de jugement et d'appréciation d'une production artistique, cela fait presque plus de 70 ans qu'elles sont niées au profit du sens.
Ce qui fait qu'une production artistique soit réussie ou non c'est ce qu'elle transmet, qu'elle révèle et suscite.Il ne s'agit pas de transporter celui qui regarde uniquement dans l'émotion mais de le questionner, le faire réagir, l'éveiller. Nul besoin d’être un érudit en art pour percevoir le sens et être ouvert aux questions que la pièce suscite. L'art est avant tout "expression" de tout ce qui fait notre humanité.On peut tout à fait apprécier une toile ou une sculpture, une installation sans être un spécialiste car l'art s'adresse à tous, il s'agit de perception et non pas pas de connaissances.
Pour savoir comment aborder une pièce artistique aujourd'hui, il faut l'aborder comme une fenêtre ouverte sur un questionnement, une remise en question; il faut la regarder comme une énigme à résoudre. L'émotion peut être présente mais pas obligatoirement c'est la pertinence du questionnement qui est important et révélateur.
J'espère avoir pu répondre à votre question.

L'utilisateur est hors-ligne slowlie
Forumeur balbutiant


04 avril 2016 - 10:48 #130

0
Ba une toile ya différentes façon de la voire, l'aspect historique d'abord (tout objet à une histoire) ça en générale faut s'y connaitre un peu, connaitre l'auteur, ce qu'il a vécu etc. Il y a également le contexte historique puisque chaque période de l'histoire avait ses techniques et ça te permet du coup d'aborder cette partie (qui je trouve est la plus intéressante) pour ce qui est du "beau" chacun à sont point de vue...je part du principe que rien n'est beau ou moche au départ, l'important c'est est-ce que cela te fait ressentir quelque chose quant tu le regarde, le reste n'est que subjéctivité

L'utilisateur est hors-ligne Molie44
Baby Forumeur


07 avril 2016 - 17:45 #131

0
Un tableau n'est pas sensé être abordable par tous. Chacun le voit à sa manière.
Il est parfois difficile de s'y intéresser. Peut-être faut-il se pencher sur les détails?

L'utilisateur est hors-ligne Mapoxass
Baby Forumeur


26 mai 2016 - 20:17 #132

0
Image IPB Je connais un peintre en bâtiment qui fait aussi bien et pour beaucoup moins cher .

Voila l'exemple même de foutage de gueule pour snobino-bobo-idiot-fortuné ...


Image IPB





Ça c' est autre chose .... Le génie crève la toile .

L'utilisateur est hors-ligne Maurice Clampin
Forumeur alchimiste, 70 ans


30 mai 2016 - 09:20 #133

0
Inutile d'être un spécialiste tu as juste à te laisser emporter par son univers

L'utilisateur est hors-ligne Lunesti
Forumeur balbutiant, 27 ans


22 juin 2016 - 08:30 #134

0
Je pensequ'en matiere - on aime ou on n'aime pas))

L'utilisateur est hors-ligne lotirim
Forumeur balbutiant, 33 ans


23 juin 2016 - 00:41 #135

0

Citation

Comment aborder, voire apprécier une toile sans être un spécialiste ?

1) La beauté est subjective
2) Une toile ne doit pas être belle, parce qu'elle est connut ou réaliser par un humain connu.
3) Le spécialiste connaît le contexte de réalisation de la toile, les différents symboles intégrer dedans par l'artiste, et les différents symboles rajoutés par l'interprétation farfelue de ceux qui veulent tout le temps voir des symboles partout... C'est un plus, pour d'avantage apprécier une œuvre (ça qualité), mais pas obligatoire.

L'utilisateur est hors-ligne Demonax
Forumeur forcené, 99 ans


29 juin 2016 - 06:33 #136

0
Euh... où qu'il est le mode d'emploi ?

:gurp:

L'utilisateur est en ligne chapati
Forumeur alchimiste


17 septembre 2016 - 21:07 #137

0
Il est clair qu'un artiste véritable ne créé pas pour les spécialistes, les experts, mais pour quiconque éprouve comme lui ou elle, de forts sentiments, et se trouve engagé dans une aventure spirituelle (pas nécessairement religieuse)au contact de l'oeuvre ou ce que l'artiste a essayé de garder d'un vécu , d'une rencontre. Ce sentiment, cette aventure ne se limiteront pas à une émotion passagère ordinaire; mais pourront transformer le témoin de l'oeuvre, au point qu'il ou elle ne sera plus exactement le ou la même qu'auparavant.
L'oeuvre d'art change la manière de vivre...rend plus sensible, plus vivant. Les spécialistes, les experts authentifient les oeuvres, les sélectionnent pour faire ou non partie du récit de l'histoire de l'art. Pourtant, telle oeuvre encensée à telle période, tombera dans l'oubli, et, inversement, telle oeuvre mineure deviendra majeure à une autre époque. Mais être transformé par une oeuvre; ce n'est pas la juger. L'artiste ne connaît pas le destin de son oeuvre...il ne peut pas s'adresser aux seuls spécialistes, ce serait du snobisme et être prétentieux, ce qui ne colle pas avec ce qu'est un véritable artiste.

L'utilisateur est hors-ligne mmm7
Baby Forumeur


18 septembre 2016 - 19:37 #138

0
.... Ce n'est donc ni aux experts, ni aux spécialistes de dicter ce qui est ou non de l'art. Néanmoins, ce qui revêt un caractère universel et singulier parmi la multitude d'oeuvres produites depuis que l'homme montre qu'il est un être différent des autres animaux, ne saurait être confondu avec le:
"oh ! ce tableau; je le mettrais bien au dessus du canapé, dans le salon; il irait très bien avec les tons de beige de la pièce !" L'art ne saurait être réduit à une fonction décorative et qui plus est si l'oeuvre en question procède d'une démarche artistique et non de la simple séduction que peut exercer une couleur, une forme ou une matière. Il ne faut bien sûr pas tomber, pour autant dans le: "c'est tellement moche; cela est assurément de l'art !". Malheureusement, notre époque contemporaine entre la pression industrielle dont le but est le profit et qui, sous couvert de "design" a la prétention d'annexer cette dimension humaine
: "l'art" (qui, naguère, était la religion, le rapport à la mort, au temps) et la sortie du ressemblant, de l'art contemporain, par l'abstraction, qui a imposé la lecture de l'oeuvre (activité conceptuelle) au détriment du sensible; on comprend très bien que peu se figurent aujourd'hui, ce qu'est cette dimension propre à l'être humain: "l'art". En outre la spéculation financière sur les oeuvres condamne plutôt à suivre le jugement des experts dont les avis sont consultés par un grand nombre qui voient là une manière d'échapper à l'impôt, gagner de l'argent, sécuriser un patrimoine (cela marche quand il s'agit de Picasso), ou perdre de l'argent en jouant (mais pas au casino). Le marché de l'art confère au goût de personnes fortunées, plus d'importance
qu'il ne le mérite (le temps fera son oeuvre ! les modes passent.) Qu'est-ce qui est le propre de l'être humain, parmi, la diversité des formes de vie connues ou existantes , sur le plan d'une production qui s'adresse à la sensibilité ? C'est justement de produire de l'inutile, qui devient pourtant , essentiel ! L'art en dit d'autant plus que le produit est inutile et précieux. Mettre en place le capitalisme, est , sans doute une oeuvre d'art qui en dit long sur l'être humain, notamment sur le plan pathologique, notre période, nous force à l'apercevoir. Bref ! rien ne nous interdit de poursuivre notre étonnement devant l'espèce humaine et ses oeuvres, sa puissance de création qui va plus vite que les autres formes existantes vivantes ou inertes dont la puissance est actuelle ou virtuelle.

L'utilisateur est hors-ligne mmm7
Baby Forumeur


18 septembre 2016 - 21:38 #139

0
...moi, depuis tout petit, j'étais en contact avec l'art, soit que mon milieu familial ait des oeuvres dans les habitations, soit que l'art soit valorisé,
et j'ai eu en cadeau des livres sur l'art. C'était mystérieux de s'y plonger, et puis c'était la possibilité de voir des femmes nues, c'était érotique.
Et puis j'ai trouvé que les histoires de l'art se répétaient les unes les autres, sans que je sache pourquoi tel peintre plutôt qu'un autre, car certaines oeuvres m'intéressaient, voire me plaisaient, d'autres; pas du tout, ou même m'effrayaient. Mon caractère me dirigeait vers l'art, du point de vue du beau
comme sensation. Les représentations de l'enfer de Bosch me fascinaient, mais cela me semblait conduire nulle part, une fantaisie gratuite, mais très imaginative. J'ai été ébloui par la faculté de donner l'illusion du réel, le phénomène de ressemblance parfaite chez Ingres où même la nature de l'étoffe
d'une robe, avec ses reflets, devient perceptible. (Il paraît que c'est le rendu de la carnation qui exige la plus grande virtuosité technique.)
La jeune femme à la perle de Vermeer de Delft, est , sans doute , un sommet , car le peintre, avant la photographie, a saisi un instant ...la seconde d'après...tout est autre...être se sentant observé et qui se retourne en dévoilant sa manière de sentir la présence de la personne qui la regarde... Léonard a sans doute représenté la félicité d'attendre un enfant vivre l'amour sur terre: la Joconde ...c'est ce que je perçois dans ce visage qui n'a pas besoin d'exprimer ce qu'il vit et contient comme son ventre qui rayonnent de joie: c'est cela, pour moi, le sourire de la Joconde.
La perspective d'une vie simple, heureuse, qui ne manque de rien. "Plénitude" . On n'a aucun mérite à aimer de telles oeuvres. Je ne peux confier tout ce qui m'a touché, parmi toutes les oeuvres représentées dans les livres ou visibles dans les musées. Cependant, comment ne pas confier l'importance pour moi, des paysagistes du 17, 18, 19ème, de Ruysdael à Turner . Ce moment si court de l'aventure de l'art où l'on va accorder à la nature non dénaturée qui disparaît sous les assauts de l'industrialisation, de devenir un motif non de la représenter, mais de la montrer, sa puissance, sa beauté.Auparavant, la nature servait de cadre au tableau, elle était au dernier plan ou symbolisée dans les illustrations religieuses. Elle n'est même plus un cadre pour montrer un prince, un noble, ou des scènes galantes; non ! Elle devient le sujet du tableau. Un nuage (Constable.) Le paysage comme état d'âme (Caspard David Friedrich), comme univers onirique, métaphysique disent, des commentateurs....correspondances entre monde terrestre et l'au-delà ? Mais la charrette de foin de Constable montre que sa méditation sur la lumière l'a conduit à inverser ciel et terre ou traiter la matière comme si elle n'était que lumière, en révélant que tout est lumière (ce que dit la physique de son époque et celle du début du 20ème siècle...à la fois onde et particule.) Constable nous restitue le monde à l'état de vibration. Si on se reporte à l'oeuvre du dernier Turner, Le réel semble devenir visible à la périphérie d'un centre éblouissant, par refroidissement de ce soleil où rien n'est discernable, univers incandescent comme chez Héraclite le philosophe présocratique. Quelques bâtiments , dans le lointain apparaissent dans la lagune de Venise, quelques gondoles, et la présence humaine est figurée par un rouge qui évoque bien plus le refroidissement du métal dans une forge que le sang. Révélation que nous sommes lumière, morceaux de soleil jetés dans l'espace, nous sommes plus près de ce nuage... déchirure dans le ciel, au couchant que chair. Ces peintres ont fait fondre la frontière entre vivant et matière...à l'épreuve du temps, tout se révèle être lumière. Il est logique que cela fût exploré par des peintres. L'évolution des idées en physique, les a, sans doute , influencés. La philosophie aussi, qui a mis le temps au centre de son sujet de réflexion. Ainsi, comme les fresques de Pompéi disparaissent sous les yeux des archéologues qui les découvrent, brûlées par la lumière...l'être humain s'est intéressé à la nature, juste au moment où il la perdait, il la dénaturait, sous l'effet de sa transformation par lui. On nous annonce 80% de la population mondiale urbaine, d'ici quelques années, une humanité arrachée à son milieu, détachée de son milieu, comme une expérience dans du formol. Est-ce que ces grands paysagistes ont trouvé un réconfort dans cette idée indienne des réincarnations à l'infini. L'être est devenir. "...tout se transforme " ? en peignant les effets lumineux, ces peintres avaient-ils conscience de faire voir et l'éphémère et l'essentiel ? Je n'ai pas consulté leurs notes, mais c'est mon hypothèse.
A vérifier ! En tout cas, leur oeuvre m'a imposé cette description de leur apport qui n'a pas la prétention d'être exhaustive, et peut-être n'est-elle que divagation, mais je suis heureux de vivre ainsi. Bon cheminement à tous.

L'utilisateur est hors-ligne mmm7
Baby Forumeur



  • (4 Pages)
  • « Première
  • 2
  • 3
  • 4