Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'colonies'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

2 résultats trouvés

  1. Les caricatures et les dessins humoristiques se sont nourris des fantasmes sexuels et exotiques liés aux colonies pendant un siècle. C’est un dessin on ne peut plus classique de la presse satirique de la Belle Epoque. Une femme blanche, visiblement une grande bourgeoise ou une aristocrate, chignon serré et collerette ajustée autour du cou, s'apprête à licencier son employé, un homme noir, muni d'un plumeau et entièrement nu, le sexe uniquement dissimulé par un tablier noué autour de la taille. Le dialogue s'installe entre les deux personnages dans le salon cossu, décoré de tentures : Lui : " Maîtresse a demandé bon nègre venir ?". Elle : "Rends-moi ton tablier… tout de suite !" Source et suite de l'article
  2. Bonjour, Sous Louis XV "le Bien aimé", mendicité et vagabondage étaient passibles d'arrestation puis d'envoi aux colonies. Les orphelins étant, quant à eux, confiés à des instituts de charité, tels l'Hôpital général, à Paris. Or, étrangement, comme du jour au lendemain dans la capitale, dès 1749 et plus encore en 1750, la police se mit à arrêter puis emmener des enfants qui jouaient dans la rue, ou allaient faire les commissions, ou marchaient sur le chemin de l'école (au nombre de 500 à Paris à l'époque). Choqués, les parents se soulevèrent : plusieurs émeutes très violentes et sanglantes éclatèrent. C'est d'ailleurs à partir de ce moment que Louis XV cessa d'être appelé "le Bien aimé". Il se trouve que ces enlèvements seraient directement liés à un gigantesque trafic d'enfants, dont l'Hôpital général était la plaque tournante. Dans les registres de cet établissement, aux mains des magistrats corrompus jusqu'à la moelle de Paris, étaient soigneusement consignées les entrées, puis les sorties (parfois avec un de leur proche, leur mère venue les chercher par exemple) de ces milliers de malheureux... Mais parmi tous ceux qui sortaient, des centaines disparaissaient totalement de la circulation ! Et on n'a jamais su ce qu'il était advenu d'eux. Or, il se trouve que les enlèvements d'enfants à Paris ont commencé après que Louis XV ait ordonné à l'archevêque de Paris d'aller enquêter dans cet institut géré par des "laïques", et d'y mettre de l'ordre. Il faut dire que l'entente n'était alors pas au beau fixe entre le Parlement et le roi, et que les magistrats, devenus rétifs, rechignaient à lui obéir. L'ignoble trafic interrompu, il fallait continuer malgré tout à pourvoir aux attentes des innombrables pédophiles dont grouillait le royaume. Mais revenons aux émeutes : les gens de "la livrée" y avaient ardemment participé. Les gens de la livrée, c'était l'ensemble des domestiques portant livrée. Parmi eux, sans aucun doute, un certain Robert François Damiens se sera volontiers mêlé, car sa fille, justement, a été enlevée en 1750. Mais qui est ce Mr Damiens ? Damiens est un grand et bel homme au service de Marigny, à Versailles. Son maître et ses familiers sont au courant de cet enlèvement, ils en parlent parfois dans les alcôves du palais royal. En 1757, le 5 janvier, un jour où il faisait très froid, lui qui n'avait jamais digéré cet enlèvement, et tout ce qui avait du s'en suivre, il perdit son sang froid et poignarda le roi dans le dos. C'était avec une petite lame, et Louis XV n'en mourru pas. Il ne sentit d'ailleurs même pas qu'il avait été transpercé par une lame, le ressentant comme un grand coup de poing. Damiens n'avait pourtant rien d'un insensé ni d'un fanatique, contrairement à ce qu'en dit Voltaire. Ce n'était pas un fou, c'était quelqu'un de très humain, et surtout pas manipulé, pas plus par les Jésuites que par les Jansénistes. C'était plutôt un père éprouvé et écoeuré. Pour son geste, il fut condamné à mort, et exécuté de la façon la plus abominable. L'écartèlement, après des heures de torture. Louis XV n'en avait pas demandé tant, qui avait demandé sa grâce dans un premier temps, puis qu'on l'étranglât simplement. Mais à chaque fois les magistrats s'y opposèrent, et comme le roi était faible, qu'il n'avait pas de caractère, et bien les magistrats purent faire comme bon leur semblat : à savoir lui infliger un supplice public pour faire peur à la foule. Tout le dossier juridique de l'infortuné Damiens fut truqué de A à Z par cette justice de pourris : escamotage des dates, des horaires, des interrogatoires... Inscription de séances qui n'ont jamais eu lieu sur les registres du Parlement... Suppression du signalement de l'enlèvement de la fille de Damiens dans les dossiers du procès, etc. etc.. Tout aura donc été fait pour que nul ne sache ce que ce Damiens avait à dire. On prétend en outre que Louis XV lui-même était pédophile, amateur de petites filles que lui fournissaient sa maîtresse -Mme de Pompadour- pour demeurer sa favorite en titre. Son règne n'aura en tous les cas pas été des plus glorieux en la matière. C'est qui plus est sous celui-ci qu'eut lieu l'affaire de la Bête du Gévaudan : des crimes en série de femmes, d'adolescents et d'enfants imputés à un loup de forte taille dans le Vivarais, le Gévaudan, le Velay, le Cantal et la Margeride... Or les loups ne déshabillent pas leurs victimes, ne font pas de scènes macabres avec leur dépouille, n'utilisent pas le tranchant d'une arme blanche pour les décapiter... Il est vraisemblable que des victimes aient été violées, et que ces crimes soient les actes d'un ou de plusieurs détraqués. Quoi qu'il en soit, on est en droit de se demander si la Révolution aurait eu lieu si le règne de Louis XV avait été un peu plus reluisant. (D'après les recherches minutieuses de Mme Marion SIGAUT, historienne, écrivain, auteure de La Marche Rouge, les enfants perdus de l'Hôpital général, et de Mourir à l'Ombre des Lumières).
×