Aller au contenu

Faut-il la dissolution de génération identitaire ?

Noter ce sujet


Grenoblois38

Messages recommandés

Nouveau Posté(e)
Grenoblois38 Nouveau 5 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

:bienvenue:bonjour c'est une question que beaucoup de monde se posent faut il la dissolution de génération identitaire ou pas ??

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • January a modifié le titre en Faut-il la dissolution de génération identitaire ?
Annonces
Maintenant
Membre 73ans Posté(e)
Ximène Membre 1 293 messages
Forumeur alchimiste ‚ 73ans‚
Posté(e)

pour une poignée d'allumés du cigare , je trouve que ça leur fait trop d'honneur de les considérer comme une menace pour la République , les ignorer et sévir à chaque dérapage serait plus efficace !

  • Like 1
  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Au sens générique, la génération implique un groupe d'individus, faisant partie intégrante d'une catégorisation sociale . L'identité, c'est les caractéristiques spécifiques, d'un individu . Au sens philosophique, fondre l'individualité, au sens générique sociétal, c'est à dire global, pour un potentiel d'intelligence de vie, c'est entrer lentement et sûrement, dans la schizophrénie . La société, c'est un outil, et la somme de toutes les peurs et de toutes les projections d'individus malades, le savoir, le résultat de toute l'étendue de l'ignorance de l'humanité . 

Modifié par Noah le seul et unik
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 101ans Posté(e)
Ines Presso Membre 10 809 messages
Mentor‚ 101ans‚
Posté(e)
Il y a 7 heures, Grenoblois38 a dit :

:bienvenue:bonjour c'est une question que beaucoup de monde se posent faut il la dissolution de génération identitaire ou pas ??

Tu as un train, que dis-je tout un convoi de retard. :sleep:

Voilà sujet bouclé. D'autant plus que c'est un doublon.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/03/03/le-groupe-d-extreme-droite-generation-identitaire-dissous-en-conseil-des-ministres_6071823_823448.html

Génération identitaire dissous en conseil des ministres

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé en janvier son intention de dissoudre le groupe, lui reprochant un « discours de haine assumé » et son organisation en « milice privée ». 

Le Monde avec AFP

Publié le 03 mars 2021 à 12h53

 

Le ministre de l’intérieur l’avait annoncé, c’est désormais effectif. Le conseil des ministres a prononcé la dissolution du groupe d’extrême droite Génération identitaire (GI), mercredi 3 mars, a annoncé Gérald Darmanin dans un tweet.

L’association « Génération identitaire » a été dissoute ce matin en conseil des ministres, conformément aux instruc… https://t.co/ajSDs5jbkv

— GDarmanin (@Gérald DARMANIN) 

« Cette association et certains de ses militants doivent être regardés comme tenant un discours de haine incitant à la discrimination ou à la violence envers des individus en raison de leur origine, de leur race et de leur religion » et, « par sa forme et son organisation militaires », GI « peut être regardée comme présentant le caractère d’une milice privée », justifie M. Darmanin dans le décret de dissolution.

 

La procédure avait été lancée à la mi-février par le ministre avec l’envoi à l’association d’un argumentaire auquel GI avait jusqu’au 24 février pour répondre. Aussitôt, le Rassemblement national (RN) avait dénoncé une procédure « politique » et « une dangereuse atteinte aux libertés fondamentales ». Dans la foulée, GI avait organisé le 20 février, à Paris, une manifestation pour protester contre sa dissolution annoncée.

Brendon Tarrant « membre bienfaiteur »

Le décret de dissolution fait également état des « liens avec des groupuscules d’ultradroite dont [GI] reçoit un soutien logistique et qui défendent une idéologie appelant à la discrimination, à la violence ou à la haine au nom de théories racialistes ou suprémacistes ».

Il y est encore noté que l’association a reçu des dons de Brenton Tarrant, l’auteur de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande) qui avait fait 51 morts en mars 2019.

Lors de son audition, en avril 2019, par la commission d’enquête parlementaire sur les groupuscules d’extrême droite, Bruno Dalles, ancien directeur du Tracfin, organisme du ministère de l’économie chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, avait affirmé que Brenton Tarrant était « membre bienfaiteur » de GI.

Clément Martin, un des porte-parole du mouvement d’extrême droite dont le siège est à Lyon, a prévenu que GI allait déposer un recours « pour excès de pouvoir » devant le Conseil d’Etat. « Sur l’aspect purement juridique, nous sommes plutôt confiants. La question est de savoir si le Conseil d’Etat va faire de la politique ou va faire du droit », a-t-il dit. Il a évoqué également un « référé-suspension » et le dépôt de deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC).

« Autant qu’un crime politique contre la démocratie, une faute morale contre le peuple français », a réagi sur Twitter Gilles-William Goldnadel, un des avocats de GI, tandis que Philippe Olivier, conseiller de Marine Le Pen, a estimé sur le même réseau social que « cette dissolution arbitraire sign[ait] l’asservissement de la France aux mots d’ordre mondialistes ».

Pour sa part, l’association SOS-Racisme s’est félicitée, dans un communiqué, de la décision du conseil des ministres.

Occupation du toit d’une mosquée à Poitiers

Créé en 2012, Génération identitaire, dont le siège historique est installé à Lyon, revendique 2 800 adhérents mais le nombre de ses militants et sympathisants est plutôt estimé par les spécialistes à 800 tout au plus.

L’acte fondateur de GI fut l’occupation spectaculaire du toit d’une mosquée en construction à Poitiers en 2017 en scandant des slogans hostiles aux musulmans. Cinq militants du mouvement d’extrême droite ont été d’abord condamnés en 2017 mais relaxés en juin 2020 en appel pour ces faits, jugés prescrits.

La dissolution de ce groupe intervient alors que le ministère de l’intérieur a, ces derniers mois, déjà obtenu celle de trois associations proches de la mouvance islamiste (CCIF, BarakaCity et le collectif Cheikh Yassine), dans le sillage de l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, et du groupe ultranationaliste turc les « Loups gris ».

 

Modifié par Ines Presso
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Les copiés-collés ne changent rien au schmilblick, sinon aux analphabètes . :)

Modifié par Noah le seul et unik
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 76ans Posté(e)
rogmor Membre 463 messages
Forumeur activiste‚ 76ans‚
Posté(e)

On pourrait aussi dissoudre l'association des amis d'Eric Zemmour. Qu'en pensez-vous?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×