Aller au contenu

Dropshipping: les arnaques des influenceurs visées par l’État.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Posté(e)
goods Membre 23 471 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Dropshipping: les arnaques des influenceurs visées par l’État.

DÉCRYPTAGE - Les adeptes du dropshipping sont accusés d’abuser leur communauté et de frauder le fisc. Bercy a décidé de taper du poing sur la table.

XVM5cc1e47a-9acd-11eb-9e49-b1d6452cf4f9.jpg

La révolte s’organise sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, les internautes s’agitent et appellent au boycott. Ils accusent certains influenceurs, aux centaines de milliers d’abonnés sur Instagram, Snapchat ou TikTok, d’arnaquer leur communauté en faisant la publicité de sites d’e-commerce douteux, spécialisés dans le dropshipping. Si ce système de ventes n’est pas illégal, il peut s’accompagner de pratiques commerciales trompeuses et déloyales, répréhensibles par le droit du commerce. Publicités mensongères sur les caractéristiques d’un produit, commandes jamais livrées, tromperie sur la marchandise et fausses promotions, des milliers de signalements arrivent chaque année sur le bureau de la répression des fraudes. Avec la crise sanitaire et l’explosion de l’e-commerce, les dérives se sont multipliées.

Mais 2021 devrait enfin réguler ce business lucratif. À commencer par la fraude à la TVA, estimée à 7 milliards d’euros par an dans l’Union européenne, révèle la Commission. «L’absence de régulation permet aujourd’hui à des opportunistes de créer des business sans doute très rentables, mais qui échappent à tout contrôle», regrette Pierre Calmard, directeur général de Dentsu France.

Problème d’immatriculation

Le dropshipping est un modèle hybride où un éditeur d’un site vitrine vend des produits qu’il n’a pas en stock. Il s’occupe de la présentation, du packaging (en y accolant parfois le logo de sa marque), de la livraison et du service après-vente. C’est une passerelle entre le fournisseur d’un produit et son acheteur, explique la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Vêtements, outils tech ou maquillage, le dropshippeur revend plus cher des produits achetés à moindre prix chez les géants de l’export, tels que Wish ou AliExpress.

Le phénomène a pris une telle ampleur que Bercy veut faire le ménage fiscalement. Un récent rapport de l’Inspection des finances révèle que 98 % des vendeurs de dropshipping n’étaient pas immatriculés à la TVA. Pour y remédier, une nouvelle notion sera introduite dans le code général des impôts. En juillet, la vente à distance sera reconnue, même si l’intervention du vendeur dans la livraison du bien est indirecte. Toutes les plateformes facilitant les ventes dans l’UE deviendront solidaires de la TVA. L’autre nouveauté, depuis le 15 mars, est le retrait du concept de TVA d’importation de «minimis» (de faible valeur). Désormais, tout bien inférieur à 150 euros devra faire l’objet d’une déclaration.

Mensonge à la promotion

Dans la galaxie du dropshipping, il faut distinguer les réseaux sociaux et les marketplaces (comme eBay, Amazon, Rakuten). «Ces dernières exercent un contrôle accru sur leurs vendeurs tiers, car les arnaques peuvent abîmer leur réputation», souligne Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. En revanche, certains petits sites de dropshipping ne passent que pas les réseaux sociaux, à travers des posts sponsorisés ou des partenariats avec des influenceurs jouissant d’une forte communauté. Les marges réalisées par les marques sont considérables, assurant au passage une rémunération maximale aux influenceurs. Un électrostimulateur abdominal vendu sur Wish à 20 euros se revend à 80 euros sur certains sites. Pourtant, l’influenceur assure que c’est «une bonne affaire» car, avec son code promotionnel, le produit passe de 130 euros à 80 euros. Les influenceurs n’indiquent pas faire la promotion de sites de dropshipping.

En cas de manquement aux règles, la DGCCRF dispose d’un pouvoir de sanctions. Parmi les arnaques les plus recensées, des marques de dropshipping qui mettent en avant un prétendu savoir-faire français et mentent sur la qualité d’un produit ou l’authenticité d’une promotion. En février, une enquête a conduit à la condamnation de la société Disinfluence. Cette dernière a dû payer une amende de 10.000 euros pour avoir indiqué des prix de référence qui n’avaient jamais été pratiqués. Mais également pour avoir usé d’un compte à rebours fictif pour presser le consommateur, suggérant que les stocks allaient s’épuiser. Globalement, il est difficile d’enquêter sur ces arnaques. Surtout quand les sites opèrent de l’étranger ou disparaissent en quelques semaines.

Source.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×