Aller au contenu

Haute-Saône : 10 personnes interpellées dans une affaire de travail dissimulé chez Gefco.

Noter ce sujet


goods

Messages recommandés

Membre+, Posté(e)
goods Membre+ 35 581 messages
Posté(e)

Haute-Saône : 10 personnes interpellées dans une affaire de travail dissimulé chez Gefco.

640x410_emmanuel-dupic-procureur-republique-vesoul-archives.jpg

Emmanuel Dupic, le procureur de la République de Vesoul.

Parmi les interpellés on trouve cinq cadres de la société de transport.

Le transporteur français Gefco est suspecté d’avoir bénéficié d’un système illégal de « prêt de salariés » par des entreprises polonaises et slovaques, employés dans des « conditions indignes » et pour un préjudice de 800.000 euros, a indiqué vendredi le parquet de Vesoul. Dix personnes, dont cinq cadres du spécialiste de la logistique Gefco, ont été interpellées depuis mardi dans le cadre de cette enquête pour « travail dissimulé » et « recours en bande organisée au service d’une personne exerçant un travail dissimulé », confiée à l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI), a précisé le procureur Emmanuel Dupic lors d’une conférence de presse.

Cinq de ces suspects ont été mis en examen : trois cadres d’une entreprise basée en Alsace, soupçonnés d’avoir créé deux sociétés en Slovaquie et deux en Pologne, qui auraient fourni des chauffeurs routiers étrangers à Gefco de manière illégale, ainsi que deux responsables de ces entreprises étrangères. « L’auteur principal de ce système, un responsable de l’entreprise alsacienne, a été écroué. C’est extrêmement rare dans ce type de dossier qu’il y ait une détention provisoire », a souligné le procureur. Les quatre autres ont été placés sous contrôle judiciaire.

Une enquête qui remonte à 2017

Par ailleurs, quatre responsables de sites Gefco implantés à Paris, en Haute-Saône et en Alsace sont en garde à vue et seront présentés samedi à un juge d’instruction à Vesoul en vue de leur éventuelle mise en examen, selon Emmanuel Dupic. Un cinquième a été testé positif au Covid-19. Les mis en examen encourent trois ans de prison et 45.000 euros d’amende. Les sociétés concernées risquent 225.000 euros d’amende.

Suite de l'article.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×