Aller au contenu

Pépé 5 ... le coming out !


Messages recommandés

Blaquière Membre 11966 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Pépé... le coming out !

 

-- Pépé a dit "En seconde (et aussi en première et en philo), le filles, ce fut le calme plat !"

Mais quel menteur ce pépé ?!

-- Non ! je ne suis pas menteur ! Juste j'ai oublié... Parce que ça n'avait plus d'importance.

La "faute" étant à mon Annie d'Alamo !

 

C'était exactement la chanson de Brassens :

 

'J'lui en ai bien voulu mais à présent"

j'n'ai plus d'rancune et mon cœur lui pado-o-nne

D'avoir mis mon cœur à feu et à sang

Pour qu'il ne puiss' plus servir à personne..."

 

En un mot, ce ne fut pas du tout le calme plat, mais désormais  je m'en foutais !...

En seconde ? Il y avait cette grande et belle blonde qui me regardait sans cesse. L'américaine ! Avec ses gestes, et sa façon de marcher maladroite si touchante parce que déjà trop grande avec encore le "pilotage" d'une petite fille. Et qui gravait au canif sur les bureaux des cœurs avec nos initiales ! Avouons que c'est osé pour une américaine ! Et moi imperturbable : mais quel crétin ! Elle a fini par sortir avec un des plus cons, bouffons et prétentieux du lycée le genre canaille, petite frappe qui plaît aux filles ! Mais qui était très en vu : elle le méritait vraiment !... Je ne dirais pas par dépit, mais comment ne pas l'espérer ? L'agneau de Dieu, l'Emmanuel, n'avait pas voulu d'elle et elle s'est jetée dans la gueule du loup ! Michèle était un grand Chaperon Rouge...

En première, c'était cette autre Michèle... Que j'avais totalement oubliée, pire : que je n'ai jamais vue ! Oui mais Je l'ai revue il y a un an ou deux, et elle m'a tout expliqué ! Je faisais son facteur à l'époque ! Un copain, Claude, plus vieux (pas le précédent des deux gouttes, un autre !) qui était déjà parti à l'armée... Il m'envoyait des lettres, avec le drapeau bleu-blanc-rouge, que je faisais passer à sa copine, ladite Michèle  qui était encore au lycée. Les deux cours, ou disons la partie garçons et la partie filles étaient séparées plus ou moins virtuellement. Ce n'était donc pas un travail bien difficile. Je lui faisais signe et en douce, je lui passais sa lettre... Puis un jour (je m'en souviens très vaguement...) Il y a eu un pataquès auquel j'ai rien compris ! Mon copain  n'a plus voulu envoyer ses lettres par moi, mais par un autre copain. J'avais compris (je crois) qu'il y avait de l'étrange dans cette affaire, mais pas plus. Quelques mauvaises langues avaient dû lui faire savoir à mon copain, que sa copine en "pinçait" pour moi ? Sans doute ? Moi j'étais innocent : totalement... hors jeu !

Et donc, il y a deux ans, la visite de cette Michèle du copain en question m'a tout révélé. Par une simple petite phrase :

"Qu'est-ce que tu étais beau quand tu étais jeune ! Tu en aurais eu du succès avec les filles si tu avais voulu !"

Ça m'a permis de reconstituer toute l'affaire : un "cold case" ! Ultra froid !

Je suis tombé des nues !

J'étais donc beau et ne le savais pas ?

J'étais trop beau et ne l'ai jamais su !

Je pourrais dire ; "bon je lui plaisais à elle... "

Mais pas que : Et la grande et belle américaine ?

Et après, en classe de philo, cette grande et jolie bourge dont j'ai oublié le nom ? Nous étions comme un couple ! Dans toutes les permanences nous nous retrouvions et nous étions inséparables... J'ai oublié son nom, mais pas son visage : blonde les cheveux frisés plutôt courts et les joues bien rondes, poupines. Très jolie, très réservée, très douce, la classe, quoi ! Elle était en première et moi en philo... Supériorité assurée, donc !  A part pour l'orthographe ! Flûte ! Les filles sont trop "bonnes", là... Certes, la philo ça l'épatait, et moi aussi sans doute, ma beauté naturelle  :smile2: (!) mais dans la marge de mon classeur j'avais écrit "Hurgence" Avec un "h" ! Elle me l'a fait remarquer... et je dois dire que ça m'a terriblement vexé ! Pensez donc plus de 50 ans plus tard, ce "h" m'est toujours resté en travers de la gorge ! Parce que... et c'est ma prétention grotesque : "moi, je ne me trompe jamais" ! J'ai refermé vivement mon classeur de philo, comme pour nier, comme pour cacher ma faute honteuse ! Et sans la corriger ! Non, je ne savais pas, je ne comprenais rien ! J'eusse dû la remercier et lui faire une bise à la joue ! Au lieu de ça je me vexais ! Bon, notre relation amicale ne fut  malgré ça même pas tranchée par cette "h" incongrue ! Elle tait si jolie... (pas la hache, ma copine !) et si douce. et si classe ! Je m'en veux de l'avoir oubliée si longtemps...

Mais là, je réalise : toutes les jolies bourges de la ville  ont donc flâché sur moi ?!!!

Mais j'ai raté ma vocation !

J'eusse dû faire Gigolo !

Quel couillon !

Au lieu de ça, J'ai fait philo ! Pourquoi bon sang et "pour leur plaire" me mis-je donc en tête de penser ?

Révélation

Quand il eût suffit que je LES niquasse ?!

 

Pardon, si je me suis soudain senti pousser des ailes !...

L’aveu bien que récent de la dite Michèle est à double tranchant : Car si j'étais (à l'imparfait) "si beau" quand j'étais jeune... c'est aussi qu'à présent.... ben, je ne le suis plus ! :gurp:

(Sans ça eût-elle osé le dire ?)

 

 

 

Modifié par Blaquière
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité sera-angel
Invité sera-angel Invités 0 message
Posté(e)

C est du pain béni de te lire !!! 

 

Ça fait remonter des choses !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blaquière Membre 11966 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Et puis, toutes ces années, comme en filigrane, il y a eu Noëlle...

Elle était sensé être l'amie de ce très bon copain qu'était Guy.

Jean en fait mais ainsi surnommé parce qu'il faisait du ski, chose assez rare à l'époque, comme Guy Perillat,  le skieur bien connu du moment. Je ne l'ai donc jamais regardée, Noëlle... Et pourtant, aujourd'hui encore; du coin de l’œil, je la connais toujours par cœur !

Grande, déjà. Mais au contraire de la grande américaine maladroite Noëlle était absolument élégante. Et d'une élégance sensuelle, lascive. Fine et souple du haut et presque lourde ou plutôt dense du bas. Coiffée à la garçonne, les cheveux assez courts : nul besoin de cet artifice du cheveux long pour être féminine. Des cheveux courts, plaqués sur le front mais tout bouclés. Une figure toute ronde, une bouche petite et très charnue, Des lèvres comme un fruit, de long cils et un regard brûlant de fièvre...

Noëlle était un Modigliani.

On ne s'est revus qu'une fois, 5 minutes. Nous avions plus de trente ans. C'était à la Fondation Maeght près de Nice...

-- Qu'est-ce que tu es devenue ? Tu fais quoi ?

-- La peinture, artiste...

-- Moi aussi...

On s'est regardés fascinés, si heureux de se revoir..

Ça n'a duré que 5 minutes, mais suffisamment pour que nous sentions que son mari comme ma femme étaient sur le champ particulièrement énervés par notre rencontre !

Les artistes même les doux font toujours un peu peur à leur entourage...

Modifié par Blaquière

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×