Aller au contenu

A Soloandsolo,

Noter ce sujet


Abu nuwas

Messages recommandés

Membre Posté(e)
Abu nuwas Membre 6 483 messages
Mentor‚
Posté(e)

Bsr, 

 

J'étais sur le point de vous répondre sur votre dernier envois qui m'étais destiné, et la je me suis aperçu que c'était verrouillé, bref, je voulais juste répondre suite a votre topic, comment un mensonge peut-il être innocent ? Et comment l'innocence peut elle escroquer ?, bref, je m'aperçois en faite que le mensonge proféré en toute innocence par un intervenant, et en toute légalité, à joué un rôle décisif dans le verrouillage de votre topic. 

 

a+

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre 61ans Posté(e)
jécoute Membre 2 532 messages
Baby Forumeur‚ 61ans‚
Posté(e)

Y a une MP pour ça :sleep:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité soloandsolo
Invités Posté(e)
Invité soloandsolo
Invité soloandsolo Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 2 heures, Abu nuwas a dit :

Bsr, 

 

J'étais sur le point de vous répondre sur votre dernier envois qui m'étais destiné, et la je me suis aperçu que c'était verrouillé, bref, je voulais juste répondre suite a votre topic, comment un mensonge peut-il être innocent ? Et comment l'innocence peut elle escroquer ?, bref, je m'aperçois en faite que le mensonge proféré en toute innocence par un intervenant, et en toute légalité, à joué un rôle décisif dans le verrouillage de votre topic. 

 

a+

Ce n'est pas très grave Abu, le topic a été fermé parce que faisant doublon avec le même sujet ouvert dans une autre rubrique une heure avant, parfois il faut savoir se plier à la règle, la parole à ceci de particulier qu'elle se déploie malgré tout là si ce n'est pas ici, j'étais bien raccord avec tes points de vus : ne pas prendre la lutte sociale au ras des affects quand ceux d'en face n'en n'ont plus, l'intransigeance supporte mal les effets d'apitoiement sur soi : avancer, penser, pas de quartier, l'innocence n'est pas synonyme de ramper, bien au contraire.

Modifié par soloandsolo
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité soloandsolo
Invités Posté(e)
Invité soloandsolo
Invité soloandsolo Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 2 heures, jécoute a dit :

Y a une MP pour ça :sleep:

Ce qui a commencé à s'échanger ici peut faire l'objet d'un sujet à part entière.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 149ans Posté(e)
Annalevine Membre 2 914 messages
Forumeur alchimiste ‚ 149ans‚
Posté(e)

Je pense que ce topic rebondit sur l’affaire Cirelli. 
Penser que Cirelli pourrait être un sociopathe c’est se rassurer à bon compte. Les hommes et les femmes qui possèdent un pouvoir de décision important, chefs d’Etats, de multinationales etc. ont d’abord un grand pouvoir.

Avoir un grand pouvoir exclut le sentiment, l’émotion, dans la plupart des cas. Quand le pouvoir devient absolu tant il est important il se débarrasse de toute considération humaine. Un pouvoir absolu conduit l’individu qui le possède à se donner des objectifs. Il vise un objectif. Et tout doit se plier à la réalisation de cet objectif. L’humain n’est plus alors qu’un facteur objectif qu’il va falloir utiliser, façonner voire supprimer pour atteindre l’objectif. Je dis supprimer ( dans certains cas ) si l’humain empêche la réalisation de l’objectif.

Ceux qui n’ont pas de pouvoir ou en ont peu se rassurent comme ils peuvent. Ils ont besoin de penser que le puissant se détermine par rapport à eux et non par rapport à un objectif. Ils pensent que le grand patron les licencie parce qu’il a un mouvement d’humeur, alors que pour ce patron ils n’existent que comme choses qui les entravent ou pas dans leur volonté d’atteindre leurs objectifs ( telle ou telle rentabilité  financière par exemple).

Ils pensent que Macron vise la justice sociale ( donc Macron  les aime ) alors qu’il ne vise qu’une économie financière doublée d’une idéologie : les retraités  doivent avoir des revenus nettement inférieurs aux revenus du travail.

Ces gens de pouvoir sont innocents : ils pensent être dans le bien quand ils se donnent des objectifs même quand ces objectifs n’incluent pas la sauvegarde de l’humain.

Ceux qui subissent sont aussi des innocents mais d’un autre type d’innocence. Ils sont besoin de penser que les maîtres se déterminent par rapport à eux, ils sont dans l’affectif. C’est une aubaine pour le puissant : il peut ainsi aller jusqu’à tuer des hommes et des femmes s’il le faut pour atteindre ses objectifs avec l’assurance que ses victimes seront consentantes.

 

 

Modifié par Annalevine
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité soloandsolo
Invités Posté(e)
Invité soloandsolo
Invité soloandsolo Invités 0 message
Posté(e)
il y a une heure, Annalevine a dit :

Je pense que ce topic rebondit sur l’affaire Cirelli. 
Penser que Cirelli pourrait être un sociopathe c’est se rassurer à bon compte. Les hommes et les femmes qui possèdent un pouvoir de décision important, chefs d’Etats, de multinationales etc. ont d’abord un grand pouvoir.

Avoir un grand pouvoir exclut le sentiment, l’émotion, dans la plupart des cas. Quand le pouvoir devient absolu tant il est important il se débarrasse de toute considération humaine. Un pouvoir absolu conduit l’individu qui le possède à se donner des objectifs. Il vise un objectif. Et tout doit se plier à la réalisation de cet objectif. L’humain n’est plus alors qu’un facteur objectif qu’il va falloir utiliser, façonner voire supprimer pour atteindre l’objectif. Je dis supprimer ( dans certains cas ) si l’humain empêche la réalisation de l’objectif.

Ceux qui n’ont pas de pouvoir ou en ont peu se rassurent comme ils peuvent. Ils ont besoin de penser que le puissant se détermine par rapport à eux et non par rapport à un objectif. Ils pensent que le grand patron les licencie parce qu’il a un mouvement d’humeur, alors que pour ce patron ils n’existent que comme choses qui les entravent ou pas dans leur volonté d’atteindre leurs objectifs ( telle ou telle rentabilité  financière par exemple).

Ils pensent que Macron vise la justice sociale ( donc Macron  les aime ) alors qu’il ne vise qu’une économie financière doublée d’une idéologie : les retraités  doivent avoir des revenus nettement inférieurs aux revenus du travail.

Ces gens de pouvoir sont innocents : ils pensent être dans le bien quand ils se donnent des objectifs même quand ces objectifs n’incluent pas la sauvegarde de l’humain.

Ceux qui subissent sont aussi des innocents mais d’un autre type d’innocence. Ils sont besoin de penser que les maîtres se déterminent par rapport à eux, ils sont dans l’affectif. C’est une aubaine pour le puissant : il peut ainsi aller jusqu’à tuer des hommes et des femmes s’il le faut pour atteindre ses objectifs avec l’assurance que ses victimes seront consentantes.

 

 

Ici tout est question de désir (une notion que développe largement Lordon), en simplification : le désir très légitime de vouloir être le dirigeant de la première société mondiale va aller de paire avec une organisation économique impliquant des personnes (salariés) n'ayant pas le profil désir que ce dirigeant obligé qu'il est, pourtant, de les employer pour parvenir à ses fins (parce que seul il ne peut) et les salariés devant travailler pour subvenir à leurs besoins.

Fin du schéma simplificateur et début des problèmes politiques complexes qui en découlent.

Du capitalisme depuis son essence libérale jusqu'au néolibéralisme, la notion de sociopathie vient en bout de chaine. La parole de Macron "Ceux qui réussissent, ceux qui ne sont riens" est d'une logique implacable depuis la dimension où il parle : il n'y a pas de place autre pour le désir que celle de réussir tel que défini dans le néolibéralisme ou n'être rien, c'est ça la sociopathie : il n'y a plus d'autre que l'entre soi. Là où auparavant il y avait compromis de désirs, même avec tension.

Il est donc important pour moi de ne pas ramener cela au ras de ses affects en réaction mais bien au niveau de la pensée politique.

Modifié par soloandsolo
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.
×