Fraternité de Marc Weitzmann


leonarde Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Après Chaos, Marc Weitzmann revisite les liens filiaux et fraternels dans son nouveau roman, Fraternité.

Long monologue intérieur en trois temps et trois lieux, le narrateur, Francis, scientifique en biotechnologies réputé émigré à New York retourne dans la ville où il avait emménagé en septembre 1974. Cette ville, jamais nommée et haïe dès les premiers instants, on la devine en banlieue, défigurée par ses tours et « ses rues médiocres aux noms médiocrement totalitaires ». Quand son frère et sa mère s'accommodent de leur nouvel environnement, Francis et son oncle Shura, dandys égarés au milieu de l'architecture improbable, y sont immédiatement mal à l'aise. Entre les deux, il y a le père et son rire mystérieux.

Comment se construire dans un endroit que l'on déteste, dans une famille de gauche canada dry (qui a le goût de la gauche, qui ressemble à la gauche mais qui n'est pas de gauche), entre un père acteur au chômage, une mère aux élans pseudo humanistes et un frère avocat des grandes causes et des petites misères ? Exemple lointain, trop lointain, il y a l'oncle Shura, ses multiples femmes, son appartement dans les beaux quartiers, ses affaires louches et ses déboires judiciaires. Les pieds dans la boue (sa banlieue), la tête dans les étoiles (l'appartement de Shura boulevard de Courcelles), Francis construit une identité bancale, faite de fuite, de solitude et d'apparence.

Le temps du retour est le temps du bilan ; le père qu'il n'a pas accompagné dans la mort pour des raisons professionnelles, les frasques adolescentes pour meubler l'ennui, les rencontres amoureuses pour masquer la solitude, les amis qu'il a fréquentés sans les avoir vraiment connus, l'ambition en trompe l'¿il et l'exil pour fuir son milieu et conquérir la reconnaissance.

Fraternité mêle les récits, les époques, les modes narratifs (passant de la première à la troisième personne) dans un style entêtant où mises en abîmes et boucles s'entrecroisent. L'effet induit ¿ une profonde détresse teintée d'une once de mélancolie ¿ saisit le lecteur, mais parfois, le livre se perd en langueurs, trop statique dans la forme et, dans le fond, des chemins de traverse ¿ sous forme de digressions qui s'ajoutent à des digressions qui se surajoutent à des digressions - diluent l'intérêt du récit.

Cinquième roman hypnotique d'un auteur talentueux, Fraternité est comme toujours chez Weitzmann, un livre sur la quête d'identité, avec ¿ c'est une nouveauté ¿ une réflexion sur la banlieue, prosopopée et marqueur social ; et plus généralement marqueur identitaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité raph33
Invité raph33 Invités 0 message
Posté(e)

quel rapport entre le titre et la trame?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
New comer Membre 1 001 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Bonne question!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bandit Membre 3 651 messages
Cowboy, poor and lonesome...‚ 36ans
Posté(e)

J'ai vu une interview de l'auteur, ce livre à l'air assez sombre et pessimiste...

Le lien est que le personnage, vivant aux USA, revient en France et va voir son frère... L'auteur souligne qu'il a voulu montrer la réalité des liens en comparant le dit et le non dit. Il tente de montrer apparement la différence de deux monde en comparant les deux frères, celui qui vit pour lui sans s'impliquer et celui qui vit pour les autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant