Le terrorisme islamiste

ZUNGA Membre 90 messages
Forumeur en herbe‚ 44ans
Posté(e)

Un vrai encyclopedie ce MAZARINO ;);)

Dommage qu'il ne consulte que l'occidentalis !

Trés selectif le Mazarino? ;)

Palmares du terrorisme juif en seulement cinq ans. 1945-1950

PALESTINE 10/10/45 : La Haganah attaque le camp militaire britannique d'Athlit, où sont enfermés plus de deux cents immigrés juifs clandestins. Ces derniers sont libérés, alors qu'un soldat anglais est tué et plusieurs autres sont blessés.

PALESTINE 31/10/45 : Dans la nuit, la Haganah, le Groupe Stern et l'Irgun Zvai Leumi lancent l'opération ¿Nuit Wingate'. A Jaffa, une station radar et deux bateaux des garde-côtes britanniques sont dynamités, alors qu'un autre navire est endommagé dans le port de Haïfa. Dans un même temps, de nombreuses lignes ferroviaires sont détruites, ainsi que plusieurs gares, dont celle de Lyda (on dénombrera plus de cent quatre-vingts attentats à l'explosif contre le réseau de chemin de fer). Les quartiers-généraux du C.I.D. britannique de Jérusalem et de Jaffa sont attaqués par des commandos et dynamités. Pendant cette première nuit d'offensive générale de la résistance juive, les Britanniques perdent six hommes, alors que de nombreux autres sont blessés.

PALESTINE 27/11/45 : Jérusalem. Un commando de l'Irgun Zvai Leumi attaque, à la bombe incendiaire, le bureau britannique des enquêtes civiles. Pour couvrir leur fuite, les agresseurs laissent des mines derrière eux; cependant, l'armée les rattrape et un violent affrontement s'ensuit, au terme duquel huit soldats britanniques sont tués.

PALESTINE 27/12/45 : Tel Aviv. Une personne est tuée, suite à un raid de la Haganah contre un arsenal britannique.

PALESTINE 28/01/46 : Un commando d'une vingtaine de membres de l'Irgun Zvai Leumi, déguisés en soldats britanniques, attaque une base de la Royal Air Force et s'y empare d'un stock de deux cents armes.

PALESTINE 06/02/46 : Tel Aviv. Un commando de l'Irgun Zvai Leumi attaque un camp militaire britannique, tuant un officier et un soldat. Les agresseurs perdent quant à eux trois des leurs.

PALESTINE 25/04/46 : Des terroristes de l'Irgun Zvai Leumi attaquent un camp militaire britannique, afin de s'y emparer d'un stock d'armes. Sept soldats sont tués pendant le raid. Il y aura, par la suite, mille deux cents interpellations de suspects.

PALESTINE 18/06/46 : Jérusalem. Deux militaires britanniques sont blessés, alors que l'Irgun Zvai Leumi tente de les enlever.

PALESTINE 18/06/46 : Tel Aviv. En signe de représailles contre la condamnation à mort prononcée à l'encontre de deux de ses membres, l'Irgun Zvai Leumi enlève cinq officiers britanniques. L'un d'entre eux parvient à s'échapper, deux autres sont libérés, le 22 août, et les deux derniers recouvriront la liberté le 4 juillet suivant.

PALESTINE 22/07/46 : Jérusalem. Une bombe de forte puissance explose à l'intérieur de l'hôtel Roi David, bâtiment qui abrite le quartier général des forces britanniques. L'immeuble n'a pas été évacué, ce, malgré un avertissement téléphonique préalable émanant de l'Irgun Zvai Leumi. Il y a cent et onze morts et quarante-six blessés. Les Britanniques instaurent la loi martiale à la suite de cet attentat.

PALESTINE 09/09/46 : Tel Aviv. L'Irgun Zvai Leumi fait sauter un bâtiment occupé par l'armée britannique. Deux officiers sont tués et il s'ensuit cent et une arrestations dans les milieux activistes juifs.

PALESTINE 06/10/46 : Jérusalem. Un pilote de la Royal Air Force est assassiné, probablement par l'Irgun Zvai Leumi.

PALESTINE 08/10/46 : Un véhicule de l'armée britannique explose, en passant sur une mine posée par l'Irgun Zvai Leumi. Deux soldats sont tués et quinze autres blessés.

PALESTINE 30/10/46 : A Ras El Air, dans les environs de Jérusalem, un commando de l'Irgun Zvai Leumi attaque un terrain d'aviation de la Royal Air Force et y provoque d'importants dégâts. Six soldats sont tués et onze autres blessés.

ITALIE 31/10/46 : Rome. Un attaché-case, piégé l'Irgun Zvai Leumi, explose, sans occasionner de victime, à l'ambassade britannique.

PALESTINE 09/11/46 : Début d'une campagne d'attentats à la bombe, organisée par l'Irgun Zvai Leumi. Des engins explosifs sautent dans des gares, des trains et des lieux publics. Dix-neuf personnes trouvent la mort dans cette série d'attentats, dont onze membres des forces de l'ordre.

PALESTINE 17/11/46 : Une mine posée par l'Irgun Zvai Leumi explose au passage de Britanniques et tue quatre d'entre eux (trois policiers et un sergent de la Royal Air Force).

PALESTINE 02/12/46 : Des mines, posées sur plusieurs voies routières par l'Irgun Zvai Leumi, détruisent des véhicules de l'armée britannique, tuant cinq soldats.

PALESTINE 05/12/46 : Jérusalem. Un commando de l'Irgun Zvai Leumi attaque le domicile de Sir Evelyn Barker, commandant des forces britanniques en Palestine. Pas de victime.

PALESTINE 29/12/46 : Un major et trois sergents britanniques sont enlevés par l'Irgun Zvai Leumi à Nanthanya, Tel-Aviv et Rishon-le-Sion, par représailles contre la séance de fouet, subie par le Juif Benjamin Kimkhin. Ces quatre hommes sont à leur tour fouettés et ensuite relâchés.

EGYPTE 05/01/47 : Onze soldats britanniques sont blessés au cours d'une attaque du groupe Stern à la grenade menée contre un train qui transporte des troupes britanniques du Caire à Haifa.

PALESTINE 12/01/47 : Haïfa. Un camion piégé est lancé par le Groupe Stern contre un commissariat de police, tuant cinq policiers (deux Britanniques et trois Arabes) et blessant cent quarante autres personnes.

PALESTINE 26/01/47 : Jérusalem. Le banquier britannique Collins est enlevé par un commando de l'Irgun Zvai Leumi. En échange de la libération de leur otage, les terroristes demandent la suspension de la peine de mort prononcée à l'encontre de l'un des leurs. Les autorités britanniques acceptent et Collins est libéré par ses ravisseurs le 29 janvier.

PALESTINE 28/02/47 : En signe de représailles contre l'embarquement, vers Chypre, de Juifs entrés illégalement en Palestine, l'Irgun Zvai Leumi fait exploser une bombe contre la banque Barclay, provoquant la mort de deux personnes et en blessant cinq autres.

PALESTINE 01/03/47 : L'Irgun Zvai Leumi et le Groupe Stern font exploser une bombe contre le club des officiers britanniques de Jérusalem, ainsi que contre quinze autres cibles réparties sur tout le territoire, dont les casernes de Haïfa, Rehoveth, Beth Lid et Pardess Hana. Il y a vingt-deux morts et vingt-sept blessés et la loi martiale est établie le lendemain par les autorités britanniques, ce jusqu'au 17 mars.

PALESTINE 03/03/47 : Haïfa. Un commando de l'Irgun Zvai Leumi mène une attaque à la grenade un bureau militaire britannique. Pas de victime.

PALESTINE 05/03/47 : Jérusalem. En signe de représailles contre la déportation de réfugiés juifs entrés illégalement dans le pays, l'Irgun Zvai Leumi fait exploser une bombe, sans occasionner de victime, contre le bureau des taxations.

PALESTINE 08/03/47 : Tel Aviv. Un commando de l'Irgun Zvai Leumi attaque le quartier général des forces britanniques. Un soldat et quatre terroristes sont tués pendant le raid. Par ailleurs, d'autres commandos attaquent les camps militaires britanniques de Sarona et de Hadera sans, cette fois-ci, occasionner de victime. Un second raid, qui ne fera pas plus de victime, aura lieu le lendemain contre le camp de Hadera.

PALESTINE 12/03/47 : Jérusalem. Un commando de l'Irgun Zvai Leumi fait sauter le bureau de paye de l'armée britannique, tuant un soldat.

PALESTINE 13/03/47 : Jérusalem. Un commando de l'Irgun attaque le quartier-général britannique et le détruit à l'explosif.

PALESTINE 28/03/47 : Haïfa. Un commando juif fait sauter un pipeline de l'Iraq Petroleum Company.

PALESTINE 31/03/47 : Haïfa. L'Irgun Zvai Leumi dynamite des cuves de stockage de la Shell Oil Company. Les dégâts sont importants, mais il n'y a pas de victime.

CHYPRE 02/04/47 : La Haganah dynamite le navire britannique Ocean Vigour, dans le port de Famagusta. Pas de victime.

PALESTINE 08/04/47 : En signe de représailles contre la mort du terroriste juif Moshe Cohen, abattu par les forces de l'ordre, un commando de l'Irgun Zvai Leumi assassine un agent britannique.

PALESTINE 18/04/47 : Un commando de l'Irgun Zvai Leumi attaque les forces de l'ordre par représailles contre la pendaison, à Jérusalem, du terroriste juif Dov Bela Gruner. Deux soldats britanniques sont tués et deux policiers sont blessés. Un second commando attaque la cité de Nantanya. Enfin, les terroristes assassinent un citoyen britannique à Tel Aviv, toujours pour la même raison.

PALESTINE 20/04/47 : Tel Aviv. En signe de représailles contre l'exécution du terroriste Dov Bela Gruner, l'Irgun Zvai Leumi fait exploser plusieurs bombes, blessant douze soldats britanniques.

PALESTINE 22/04/47 : Une bombe de l'Irgun Zvai Leumi explose près de Rehoboth, à bord d'un train venant du Caire. Cinq soldats britanniques et trois civils sont tués et trente-neuf autres personnes blessées.

PALESTINE 25/04/47 : Sarona. Le Groupe Stern fait sauter un camion piégéa, tuant cinq policiers britanniques.

PALESTINE 26/04/47 : Haïfa. L'Irgun Zvai Leumi assassine le superintendant de police Conquest (cet officier avait la charge des enquêtes concernant les mouvements extrémistes).

PALESTINE 04/05/47 : Jérusalem. L'Irgun Zvai Leumi fait sauter un mur de la prison Saint-Jean d'Acre, permettant à deux cent cinquante et un prisonniers juifs et arabes de s'évader. L'armée intervient et ouvre le feu sur les fuyards, tuant seize d'entre eux (quinze Juifs et un Arabe) et en blessant trente-deux autres. Six gardiens britanniques sont également blessés. Vingt-trois prisonniers évadés seront repris. Par la suite, trois condamnations à mort seront prononcées.

ROYAUME UNI 04/06/47 : Scotland Yard intercepte vingt lettres, piégées à la gélinite, qui avaient été postées en Italie par le Groupe Stern. Ces envois visaient le Ministre des Affaires étrangères Ernest Bevin, ainsi que d'autres personnalités, dont Anthony Eden.

PALESTINE 09/06/47 : Ramat Gen. L'Irgun Zvai Leumi enlève deux policiers britanniques. Ces deux otages sont relâchés le 10 juin.

PALESTINE 28/06/47 : Un commando du Groupe Stern attaque des militaires britanniques, dans les environs de Tel Aviv, tuant trois soldats et en blessant deux autres. Cette attaque est accomplie en signe de représailles contre la mort d'un prisonnier juif de soixante ans, décédé dans un camp militaire britannique.

PALESTINE 29/06/47 : Herzliyya. Un commando du Groupe Stern attaque des soldats britanniques sur une plage, blessant quatre d'entre eux.

PALESTINE 12/07/47 : Nantanya. L'Irgun Zvai Leumi enlève deux sergents britanniques. En échange de leur libération, les ravisseurs exigent l'annulation de la peine de mort prononcée à l'encontre de trois des leurs. Le 30 juillet, les Britanniques pendent, à Jérusalem, les trois condamnés. Par représailles, l'Irgun Zvai Leumi pend, à son tour, les deux sergents.

PALESTINE 16/07/47 : Un véhicule militaire britannique explose, dans les environs de Nantanya, après être passé sur une mine posée par l'Irgun Zvai Leumi. Un soldat est tué et seize autres blessés.

PALESTINE 18/07/47 : Un véhicule militaire britannique explose en passant sur une mine, posée par l'Irgun Zvai Leumi, près de Nantanya. Un soldat est tué et sept autres blessés.

PALESTINE 22/07/47 : Haïfa. Une bombe posée par l'Irgun Zvai Leumi endommage un pipe-line de l'Iraq Petroleum Company.

PALESTINE 23/07/47 : La Haganah coule le navire britannique Empire of Lifeguard dans le port de Haïfa. Le même jour, Avashalon Haviv, Yaacov Weiss et Meir Nakar, trois membres de l'Irgun Zvai Leumi, sont pendus. Par représailles, les terroristes juifs enlèvent les sous-officiers Plaice et Martin et les pendent à leur tour, pour ensuite piéger leurs corps à l'explosif.

PALESTINE 26/07/47 : Jérusalem. Une bombe explose, tuant deux soldats britanniques et en blessant huit autres.

PALESTINE 05/08/47 : Jérusalem. En signe de représailles contre l'arrestation de trente-cinq dirigeants sionistes, l'Irgun Zvai Leumi fait exploser une bombe contre le Département du travail, tuant trois fonctionnaires britanniques.

PALESTINE 09/08/47 : L'Irgun Zvai Leumi fait débrailler un train près de Lydia, provoquant ainsi la mort du machiniste.

PALESTINE 26/09/47 : Tel Aviv. Des membres de l'Irgun Zvai Leumi attaquent une banque. Leur butin est de cent quatre-vingts mille dollars et quatre agents britanniques ont trouvé la mort pendant l'agression.

PALESTINE 29/09/47 : Haïfa. Plusieurs bombes explosent au quartier général de la police britannique, tuant dix personnes (quatre Britanniques, quatre policiers arabes et deux civils arabes) et en blessant quarante-six autres. L'Irgun Zvai Leumi revendique l'attentat et fait savoir qu'il s'agit de représailles suite aux mesures de déportation prises à l'encontre de réfugiés juifs.

PALESTINE 14/11/47 : Jérusalem. Deux policiers britanniques sont assassinés par une fraction du haganah.

PALESTINE 24/11/47 : Deux membres du Groupe Stern sont condamnés à la prison à vie par un tribunal de Jérusalem.

PALESTINE 12/12/47 : Des commandos de la Haganah attaquent les quartiers arabes de Ramleh et de Haïfa, tuant vingt-sept personnes (vingt Arabes, deux soldats britanniques et cinq Juifs).

PALESTINE 25/12/47 : Tel Aviv. Des hommes du Groupe Stern ouvrent le feu à l'intérieur d'un café, tuant deux soldats britanniques.

PALESTINE 29/12/47 : Jérusalem. L'Irgun Zvai Leumi fait exploser une bombe contre la Porte de Damas, tuant treize personnes (onze Arabes et deux policiers britanniques).

PALESTINE 04/01/48 : Jaffa. Le Groupe Stern fait exploser une bombe dans le bâtiment qui abrite le quartier général du Comité National Arabe, tuant quatorze personnes et en blessant plus d'une centaine d'autres.

PALESTINE 05/01/48 : Jérusalem. La Haganah fait exploser une bombe à l'intérieur de l'Hôtel Sémiramis qui abrite le quartier général arabe. Trente-six personnes sont tuées.

PALESTINE 05/01/48 : Safad. L'Irgun Zvai Leumi fait exploser une bombe, tuant quatorze arabe.

PALESTINE 07/01/48 : Jérusalem. Deux bombes sont lancées à la Porte de Jaffa, par des membres de l'Irgun Zvai Leumi déguisés en policiers. Huit Arabes sont tués.

PALESTINE 03/02/48 : Jérusalem. Le Groupe Stern assassine deux policiers britanniques.

PALESTINE 29/02/48 : Par représailles contre l'attentat du 22 février, rue Ben Yahuda, à Jérusalem, le Groupe Stern fait ex­ploser des mines au passage du train le Caire/Haïfa, tuant vingt-huit soldats britanniques et en blessant trente-cinq autres.

PALESTINE 31/03/48 : Le train le Caire/Haïfa déraille près de Haïfa au contact de mines posées sur la voie par le Groupe Stern. Quarante Arabes sont tués et soixante autres blessés.

PALESTINE 07/04/48 : L'Irgun Zvai Leumi attaque un camp militaire britannique, dans les environs de Haïfa et y tue sept soldats.

PALESTINE 09/04/48 : Deir Yassin. Deux cents cinquante-quatre civils, hommes, femmes et enfants sont massacrés par cent vingt terroristes de l'Irgun Zvai Leumi et du Groupe Stern.

ROYAUME UNI 03/05/48 : Colverhampton. Rex Farran est tué par l'explosion d'une lettre piégée. Cette lettre était, en fait, adressée à son frère Roy qui avait été acquitté pour le meurtre d'un membre de l'Irgun Zvai Leumi. L'attentat est revendiqué par le Groupe Stern.

PALESTINE 05/05/48 : En signe de représailles contre le renforcement de l'armée britannique en Palestine, un commando du Groupe Stern monte une embuscade contre des soldats, près de Nantanya, tuant quatre d'entre eux.

ISRAEL 07/07/48 : Jérusalem. L'Irgun Zvai Leumi enlève quatre employés britanniques de l'Electric & Public Service Corporation. Ces hommes sont accusés d'espionnage par les terroristes juifs.

ISRAEL 17/09/48 : Un commando de quatre hommes du Groupe Stern tend une embuscade contre la voiture du Comte suédois Folke Bernadotte, qui négocie à Jérusalem le plan de partage au nom de l'O.N.U. suite à la première guerre israélo-arabe. Les terroristes ont ouvert le feu vers la voiture et tué le Comte, ainsi que le colonel français André Sérot, observateur de l'O.N.U. Le Comte Bernadotte a probablement été assassiné parce qu'il envisageait une réduction du territoire israélien.

ISRAEL 20/09/48 : Le Groupe Stern et l'Irgun Zvai Leumi sont déclarés hors-la-loi par le gouvernement de David Ben Gourion, suite à l'assassinat du Comte Bernadotte.

Tu vois que le terrorisme n'est pas une invention islamique MAZ. Et je ne parle pas des masacres contre les civiles palestiniens car je te les listerais 1937 à 2006. 112 massacres ne visant que les enfants et les femmes arabes je te les listerais sur un prochain poste si t'es interessé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Ah ça y est ! On y vient ! On vomit sur Israël ! Vous remarquerez que moi je n'ai pas listé le terrorisme nationaliste arabe sinon il y aurait des pages et des pages à écrire sur le FLN algérien ! Non je me contente de lister le terrorisme islamiste qui n'a pour but que de vouloir

1) renverser les régimes dits impies

2) provoquer une terreur apocalyptique

3) restaurer le califat afin qu'on adopte tous bien l'islam "le plus pur"

Mais silver qui n'aime pas les lecteurs de géo (ou les lecteurs tout court d'ailleurs ;) ) voudraient faire l'autruche ou pratiquer la censure pour "ne pas heurter les sensibilités". Et il croit qu'il est normal que les zélateurs extrêmes d'une religion mettent le monde à feu et à sang de New York à Manille en passant par Le Caire parce qu'au XIIIe siècle l'Eglise catho a organisé la croisade des Albigeois ! Des difficultés de compréhension de la chronologie mon petit silver ? ;)

C'est tellement plus simple pour ceux de ton espèce de jouer aux matamores face aux dangers éteints (inquisition, nazisme) que d'ouvrir les yeux sur l'horreur contemporaine !

Et vous qui osez cracher sur les USA et les quelques armées occidentales (tsahal notamment) qui nous servent encore de rempart face au retour en force de l'obscurantisme religieux, réfléchissez donc quelle serait la situation s'il n'y avait plus le bâton américain pour mâter le plus possible ces fous de Dieu ! Vous croyez que ces derniers ne sont qu'amour pour l'Europe ? ;)

On préfère commémorer constamment la victoire sur le nazisme et nous seriner avec un "devoir de mémoire" hypertrophié mais mettre la tête sous le sable dès qu'il s'agit de définir l'ennemi actuel ! C'est bien silver, tu es le dernier représentant en date de l'ignoble esprit de Munich qui a toujours existé, hélas, dans notre pays ! Non ne reviens pas sur ce topic en effet. Va plutôt peigner les barbes de ceux de l'UOIF, héritiers (ou vitrine) des frères musulmans !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sousene Membre 2 092 messages
Awaarrrreee‚ 39ans
Posté(e)

Je suis d'accord avec toi Usagi, je prend simplement l'exemple marocain, prison tasmamarte, fusillade durant les manifestations ( du temps d'Hassan II )......FLN, gouvernement tunisien.......

Je tiens a signaler que ce sont des gouvernements et non des organisations caché, se sont eux les terroristes ( financer et armé par plusieurs pays occidentaux ), tu crois quoi mazarino, les armes poussent comme les patates, d'ou vient l'oseille, recolté durant les moissons ( petite blagounette, plante/argent ;) ), posé la question au algerien qui se sont refugié en france clandestinement, pour échappé au GIA ( qui ne sont pas plus barbu que toi ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Les Algériens victimes du GIA ne vont pas raconter des conneries sur les soit disants attentats montés de toute pièces par l'Etat algérien. Ca c'est de l'intox d'islamiste ! Sinon, évidemment qu'il y a des "rogue states" qui soutiennent le terrorisme islamiste, je l'ai déjà mentionné !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sousene Membre 2 092 messages
Awaarrrreee‚ 39ans
Posté(e)

Les Etats occidentaux protègent leurs intérêts en tentant de conserver les pantins et dictateurs déjà en places.

Mais les intérêts sont trop importants. Tout le monde en a. L'Etat français défend Total, Accor qui arrive, Peugeot, BGI (plus gros fabricant de bière en Afrique, détient les trois plus grandes marques éthiopiennes). Rappelons qu'à Djibouti se trouve l'une des plus grosses bases françaises dans le monde. Les USA défendent un pré carré qui s'agrandit (bases militaires dans l'est, contrats juteux de sécurité), les Anglais défendent leurs contrats de vente d'armes, les Italiens défendent le peu qui leur reste ici. Mais d'autres vautours sont en lice : l'Etat égyptien voulait démolir le barrage sur le Nil Bleu (financé par la France) dans le nord de l'Ethiopie, et qui a coupé l'eau. L'Etat soudanais veut raffermir son alliance avec le gouvernement éthiopien pour faire la guerre à l'Erythrée. L'Etat érythréen veut faire la guerre au gouvernement éthiopien actuel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Là tu me parles de luttes et de logiques étatiques traditionnelles ! Le terrorisme est sur un autre plan lui. Quelle société est proposée par ces groupes ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sousene Membre 2 092 messages
Awaarrrreee‚ 39ans
Posté(e)

Changement de scène : Bentalha, Relizane ou Sidi Hammed, pour nommer quelques localités en Algérie où ont eu lieu les massacres les plus affreux, des massacres qui ont fait à chaque fois entre 200 et 400 victimes : des femmes, des enfants et des vieillards égorgés, aux membres déchiquetés, éventrés. Horreur qui ne peut être exprimée par des mots. Selon les survivants, les agresseurs surgissent soudainement, la nuit, toujours environ une centaine, masqués, parfois habillés en militaire parfois en combattants afghans. D'une bestialité inimaginable, ils massacrent, apparemment au hasard, des familles entières. Puis ils disparaissent, et jusqu'à présent, aucun d'entre eux n'a été nommément identifié ou saisi.

Il est surprenant que les agresseurs se déchaînent ainsi des heures durant, en ayant le temps, non pas seulement de tuer leurs victimes, mais aussi de les déchiqueter, d'incendier les maisons, de réduire en cendres des villages entiers, d'exterminer les troupeaux... et il leur est même permis de réapparaître le jour suivant pour perpétrer un nouveau massacre. Visiblement, en Algérie, personne ne veut ou n'est en état de les empêcher de commettre ces crimes et de poursuivre leurs exactions. Et cela même quand, comme dans le cas de Bentalha, ils agissent en plein milieu d'une des plus importantes villes de garnison d'Algérie, c'est-à-dire dans une région où se trouvent, à quelques centaines de mètres les unes des autres, les casernes de la gendarmerie, de l'armée et de la Sécurité Militaire, en plus d'un Q.G. des unités anti-guerilla, d'une base aérienne militaire, d'une implantation militaire hautement surveillée, d'un centre hospitalier universitaire etc.

Comment est-il possible qu'aux portes d'Alger, sur une plaine contrôlable et présentant la plus forte concentration militaire, un fief des Groupes islamiques armés (GIA) existe depuis des années et d'oú ses membres terrorisent la population? Comment peuvent-ils avoir commis en août et en septembre plusieurs massacres et ainsi exécuté en une nuit entre 200 et 400 personnes sans qu'il n'y ait eu aucune intervention des forces de l'ordre?

Des survivants de Bentalha rapportent que l'armée était certes présente mais a observé le «spectacle» à une distance sûre. Les gendarmes et les gardes communaux auraient même été empêchés d'intervenir. Ils attirent par ailleurs l'attention sur le fait que des familles précises auraient été visées et décimées. Les agresseurs auraient exécuté leur «travail» en toute sérénité et certains auraient même été reconnus. Quelques uns des assaillants tués auraient été décapités par leurs complices et leurs têtes emportées afin d'empêcher leur identification. Dans d'autres cas, le gouvernement a empêché la diffusion d'informations sur l'identité des agresseurs, comme lors du massacre du 30 décembre à Souk El Had (près de Relizane) où apparemment 18 d'entre eux auraient trouvé la mort.

Il est par ailleurs frappant de constater que les massacres ont lieu dans des régions connues pour les sympathies de leurs habitants pour les islamistes et où l'AIS (Armée islamique du Salut), le bras armé du FIS (Front islamique du Salut) qui observe depuis octobre dernier un cessez-le-feu, compte de nombreux partisans.

Enfin, ce qui pousse à s'interroger, c'est le fait que les massacres se déroulent dans des lieux où la population n'a pas approuvé la création des milices ou bien n'est pas considérée comme assez loyale par les autorités pour que lui soit distribuée des armes. Un reporter de la BBC a affirmé que 200 hommes de Sidi Hammed qui avaient réclamé des armes, ne les ont obtenues qu'après le bain de sang. Dans les années 1992-93, de nombreux habitants des régions concernées par les massacres s'étaient vus confisquer leur fusil de chasse. Désormais, des responsables de l'armée donnent à entendre qu'il faut s'armer et combattre aux côtés des forces de sécurité ou quitter la région. Des villages entiers peuvent être bombardés, bloqués ou affamés, et des forêts être brûlées jusqu'à ce que les villageois se décident soit à partir soit à prendre les armes. Il leur faut choisir leur camp. Finalement, c'est la population qui est rendue responsable des massacres contre elle-même.

Interrogé sur ce qu'entreprend l'Etat pour protéger ses citoyens, un responsable politique a rétorqué: «Que fait le citoyen pour l'Etat? Pour arracher ses droits, il faut assumer ses devoirs» (Le Monde. 9.9.97) C'est-à-dire, s'engager activement dans la lutte contre le "terrorisme".

Qui tue ?

Cette question qui s'impose inévitablement est rejetée par le gouvernement et la presse algériens comme absolument éhontée. Elle n'a pas à être posée et ceux qui le font malgré tout sont suspectés de complicité avec les criminels. L'identité des coupables serait tout de même évidente, répond-on à ceux qui s'interrogent : ce sont les membres des sanguinaires GIA, qui veulent plonger le pays dans le chaos. Ceux-ci auraient d'ailleurs revendiqué la responsabilité des attentats et des massacres, et en outre plusieurs de leurs membres auraient été reconnus par des victimes.

Parfois les GIA sont présentés par le gouvernement comme des combattants, qui veulent punir la population pour avoir pris part aux élections ou pour leur avoir refusé son soutien. Aussitôt après, il est dit qu'il s'agit du dernier soubresaut de groupes terroristes qui ne veulent pas admettre leur défaite. Une autre fois encore, on affirme que les GIA recruteraient leurs membres parmi les chômeurs, ce qui expliquerait le réservoir pratiquement inépuisable qu'ils auraient à leur disposition. Tout jeune homme des quartiers moins aisés devient ainsi un égorgeur et un terroriste potentiel.

Les massacres les plus récents ont effrayé l'opinion publique en Europe. Après s'être laissée apaiser par le gouvernement algérien durant des années, voilà qu'on demande: qui sont les agresseurs? Et surtout: qui sont les commanditaires ?

Dans le cas du massacre au Chiapas évoqué ci-dessus, la version officielle des faits a été tout de suite mise en doute. Avec raison, l'opposition mexicaine, comme les médias internationaux, ont supputé sur un crime commis par des organisations paramilitaires. Avec sa stratégie de Counter-Insurgency, le parti gouvernemental vise à terroriser la population, à la contraindre à fuir ou à s'autoarmer et à affaiblir le mouvement de résistance zappatiste (suivant la formule : retirer l'eau au poisson). Dans cette affaire, il y va bien sûr avant tout des intérêts économiques de la classe dominante.

Dans le cas de l'Algérie, il semble moins opportun de s'efforcer à de semblables réflexions et de parler d'une stratégie de Counter-Insurgency. Par contre, les avis s'unissent dans un large consensus: il ne saurait être question d'autres responsables des massacres que les islamistes. Malgré les révélations les plus récentes d'anciens agents de l'Etat, il n'est pas admis de tenir en suspicion la version officielle des faits. Des agents de services secrets transfuges, des membres des services de sécurité de même que d'anciens hommes politiques et diplomates témoignent de l'implication des services secrets algériens dans d'innombrables attentats ainsi que des massacres. Ils ont livré des indications très sérieuses comme quoi les GIA étaient un instrument du pouvoir, les crimes commis en leur nom servant à jeter le discrédit sur le mouvement islamiste et à l'isoler de la population. Leur fonction consisterait dès lors à amener les gouvernements arabes et occidentaux à soutenir sans réserve la ligne dure du gouvernement et, finalement, à assurer les intérêts mafieux de certains généraux influents.

Si ces révélations étaient prises au sérieux, l'attention se porterait sur les innombrables discordances de la version officielle sur la «lutte contre le terrorisme» et susciterait des interrogations quant à la responsabilité de l'armée et des dirigeants dans les massacres. Jusqu'à présent, la guerre en Algérie aurait fait, selon des estimations, entre 120 000 et 200 000 victimes, 12 000 personnes disparues et plus de 30 000 autres détenues dans les prisons. Le président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH), Ali Yahia Abdennour, part du principe de trois sources de violence: les groupes islamistes, l'Etat et les groupes armés non identifiés. Comme quatrième source, il convient de citer les milices créées par l'Etat, comme l'évoque le rapport de novembre 1997 d'Amnesty International.

Pourquoi ce silence ?

Contrairement au mouvement zappatiste, qui se réfère à d'anciennes luttes de libération de gauche et qui défend les droits des indiens bafoués depuis des siècles, à travers la figure emblématique du Sous-commandant Marcos, les mouvements islamistes dans l'ensemble, et algérien en particulier, sont d'entrée de jeu stigmatisés sous des caractéristiques négatives. Le FIS, comme on l'entend dire le plus souvent, serait passéiste et réactionnaire. S'il était arrivé au pouvoir, il aurait en premier lieu jeté tous les principes démocratiques par-dessus bord, renvoyé les femmes à la maison et installé une dictature totalitaire à peu près comparable au régime de Pol Pot. Les membres du FIS sont portraiturés comme d'horribles barbares barbus ou des "épouvantails» drapés de noir. L'interprétation selon laquelle, au lendemain de son interdiction début 1992, le FIS aurait déclaré le «Djihad», la «guerre sainte» contre l'Etat, s'est imposée communément de façon rétrospective. Par la suite, les bouchers du GIA auraient été recrutés dans ses rangs.

C'est pourquoi, dans certains milieux démocratiques d'Europe de l'Ouest, s'est répandue l'opinion selon laquelle l'interruption des élections en 1991 et l'interdiction du FIS étaient fondées. Sans cela, le FIS serait ressorti vainqueur de ces élections, ce qui n'aurait apporté au pays qu'un bain de sang encore plus considérable. Qu'une victoire du FIS déstabilise les gouvernements dans les pays voisins a été également redouté. D'autant plus que les gouvernements européens, qui soutiennent avec leurs homologues arabes et américains, voulaient éviter un afflux de réfugiés algériens chez eux. Pour éviter la réalisation de ce scénario - présenté comme une vision cauchemardesque - d'une dictature verte qui supprimerait les libertés et la démocratie, les généraux qui ont fait le putsch de 1992 ont été considérés comme le moindre mal, d'autant qu'on les connaissait et qu'ils étaient, et sont encore, protégés par la France. Ces généraux qui, de fait, tiennent le sort du pays entre leurs mains depuis l'indépendance en 1962, ne sont pas seulement les garants des intérêts de l'Occident dans le pays. Ils s'avèrent aussi des efficaces exécutants des programmes d'ajustement structurel imposés par le FMI (Fonds Monétaire International). Un gouvernement civil et un parlement qui ne sont rien d'autre que des caricatures des principes républicains et des institutions démocratiques, doivent masquer le fait que, fondamentalement, c'est l'armée qui décide. Les gouvernements occidentaux acceptent ce jeu, soutirant des quantités toujours plus importantes de pétrole et de gaz naturel de ce pays.

Le FMI ordonne, les généraux exécutent

En Algérie, la plus grande part des entrées de devises est tirée de ces ressources afin de rembourser les intérêts des crédits engagés. L'effondrement de l'économie programmé à la fin des années 80 n'a pu être évité qu'avec l'aide de la France et du FMI qui, sous l'égide de son président français, Michel Camdessus, s'est montré particulièrement prévenant envers les généraux algériens. Des aides financières généreuses ont été mises à disposition: octroi de crédits; réechelonnement de moitié, au printemps 1994, par les Clubs de Paris et de Londres de la dette extérieure (30 milliards de dollars) que l'Algérie ne pouvait plus payer depuis 1991. Parallèlement, des investissements de plusieurs milliards affluent dans les secteurs stratégiques de la prospection et de l'extraction de gaz naturel. Ces «aides» de l'extérieur ne sont bien évidemment qu'une solution à court terme : les bailleurs de fond et les généraux espèrent surmonter cette période de transition «agitée» d'ici à ce que les restructurations prévues soient achevées.

Du fait de ces «réformes» économiques qui doivent donner le coup de grâce à l'économie d'Etat, des dizaines de milliers de salariés ont perdu leur travail et des centaines de milliers d'autres ne reçoivent leur salaire que de façon irrégulière (36 000 travailleurs du bâtiment, par exemple, n'ont reçu aucun salaire pendant un laps de temps allant de 1 à 14 mois). Les subventions de l'Etat ont été réduites de façon massive et le dinar constamment dévalué (jusqu'à 50%). Le niveau de vie, autrefois relativement élevé, a chuté à tel point que beaucoup de familles ne peuvent plus envoyer leurs enfants à l'école. La viande est devenue un produit de luxe et l'achat de lait pour les nourrissons de plus en plus un problématique. Des maladies éradiquées comme le paludisme et le typhus réapparaissent. Le pays, dont la population est jeune (75% ont moins de 30 ans), a un taux de chômage d'au moins 40%. Ces jeunes n'ont aucune perspective, car des branches entières de l'économie sont complètement démantelés.

Certes, optimiste, le gouvernement a annoncé une croissance de 5% pour 1998 mais seuls les secteurs de la production de pétrole et de gaz naturel sont véritablement rentables. Dans tous les secteurs, les fermetures d'entreprises sont à l'ordre du jour. De même, on privatise et rationalise à tout va. Cette année, même l'agriculture, jusque là largement étatisée, sera touchée. Cela n'est pas accepté sans protestations. Dans tous les secteurs de l'économie les grèves fleurissent, on a compté environ 200 grèves pour le seul secteur du bâtiment en 1996. Mais elles sont étouffées et occultées par une situation sécuritaire précaire.

Louisa Hanoune, présidente du Parti des travailleurs (trotskiste), a confié dans un entretien: «Je constate qu'à chaque fois que surgit - même avec hésitation - un débat politique, les massacres de la population civile augmentent à un rythme effrayant, comme s'il s'agissait de terroriser un pays tout entier. Un autre fait inquiétant, c'est que ces massacres ont quasiment tous lieu dans la plaine de la Mitidja, et une des conséquences de cette terreur, c'est que les survivants et les habitants des environs quittent leurs villages et leurs champs. A travers ce dépeuplement massif, des terres se libèrent, qui sont aujourd'hui propriété publique mais doivent être privatisées - cela aussi sur ordre du Fonds monétaire international, ce qui prouve le caractère criminel de sa politique. De là à l'idée que, dans ces massacres, il y va avant tout de la terre, il n'y a qu'un petit pas; c'est ce que pensent de nombreux citoyens».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Bravo pour ton pavé. Néanmoins, ce ne sont que des supputations. Je vais poser une question très simple :

Pourquoi l'Etat algérien organiserait des massacres de civils en faisant accuser les islamistes sachant que cette situation de guerre civile fait fuir les investisseurs et surtout les touristes et donc que l'économie en sort sinistrée ?

Autrement dit, à qui profiterait le crime ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hollowsam Membre 45 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

question facile quand on part du principe que le gouvernement algérien est corrompu

il faut relire la réponse plus haut qui explique "préserver les interets des etats occidentaux"

tout est question d'argent et d'interet economique, file un gros cheque a bouteflika et il laissera faire encore d'autres massacres, c'est exactement comme ca que l'occident controle l'afrique aujourd'hui : laisser faire les guerres civiles et les renversement de regimes du moment que les contrats et les accords sur le petrole et les diamants restent inchangés...

il ne faut pas croire que le terrorisme qu'on 'vend' a la tele aujourd'hui est plus dangereux que d'autres menaces qu'on cache volontairement

c'est juste pour se faire de l'argent,

tu crois vraiment que toute la force de loccident avec les USA au devant ne peut pas capturer un bedoin qui sappelle ben laden qui se balade quelquepart ??? il ne sera jamais capturé pour laisser les gens en alerte et prets a tout gober au nom de la guerre contre le terrorisme

je rappelle au passage que ce sont les USA qui vendaient les armes a ben laden en afghanistan pour sa guerre contre la russie, il n'était pas islamiste a ce moment la ? ou c'était un detail qui leur a echappé ?

qui l'a rendu aussi fort ? ce sont eux qui lont fabriqué de toute piece et aujourd'hui on vend les memes armes mais pour un autre combat cette fois, contre lui... ca ne vous parait pas louche tout ca ??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Oui je crois sincérement que l'Occident reste parfois impuissant devant des hommes assez déterminés pour s'enrôler comme kamikazes. Et je ne vois pas très bien en quoi le terrorisme sert les intérêts de nos pays !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sousene Membre 2 092 messages
Awaarrrreee‚ 39ans
Posté(e)

On peut appellé ca de la mauvaise publicité, disons que les generaux n'aimerai pas que les islamistes ( prenons le fils comme exemple ) viennent au pouvoir, sinon, ce searit une fin tragique pour eux ( generaux ), s'est pour cela que le gouvernement algerien aide le polisario contre le gouvernement marocain, car au maroc reside des resistants ( islamique ou pas ) contre le gouvernement actuel ( dont les generaux ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hollowsam Membre 45 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
Oui je crois sincérement que l'Occident reste parfois impuissant devant des hommes assez déterminés pour s'enrôler comme kamikazes. Et je ne vois pas très bien en quoi le terrorisme sert les intérêts de nos pays !

le terrorisme ne sert les intérêt de personne, même les kamikazes eux mêmes, qu'est ce qu'ils ont apporté à leur communautés ? (à part la honte et la mauvaise réputation...)

c'est juste que pendant certaines périodes et pour servir les interets économiques particuliers, certains pays ont fermé les yeux concernant la prolifération de ce fléau, entre autres aussi parceque ce que ça se passait loin

aujourd'hui tout le monde en parle car ça peut toucher nimporte quelle ligne de metro et nimporte quel moment

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Oui les USA ont fait une connerie en soutenant les moudjahidines et en finançant les futurs talibans et Ben Laden. Mais à l'époque il s'agissait de lutter contre le danger de l'URSS.

Qu'est ce que cela change que nos Etats ont fait des erreurs ? Nous avions parlementé avec Hitler aussi, ce n'est pas pour ça qu'il n'était pas un danger mortel !

Aujourd'hui, l'Occident ne finance certes plus le terrorisme islamiste !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hollowsam Membre 45 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

il reste qu'a espérer que les choses se calment pour le bien de tout le monde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ZUNGA Membre 90 messages
Forumeur en herbe‚ 44ans
Posté(e)
Aujourd'hui, l'Occident ne finance certes plus le terrorisme islamiste !

Ouf ça y est c'est fini et l'Occident est blanchit comme neige puis qu'il ne finance plus (dixit MAZ) le terrorisme islamiste. Il n'est plus responsable puisqu'il ne le finance plus à nous muslmans et arabes de ramasser la merde maintenant.

J'ai toujours dis que la ou il a de le merde il y a l'ombre de l'occident.

L'occident à ouvert le boite de pandore il doit aussumer aujourd'hui!

Vous n'êtes qu'au debut de vos peines mes amis (nous aussi mais on est habitués). le pire est à venir et il faut passer à la caisse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mazarino
Invité Mazarino Invités 0 message
Posté(e)

Tu nous promets l'apocalypse pour nos péchés zunga ?

Est-ce l'Occident qui a créé le fondamentalisme wahabite ? Est-ce l'Occident qui est responsable de l'émergence de chaque mouvement terroriste du Maroc aux Philippines ? Est-ce l'Occident ou bien des banques islamiques qui financent Al Qaida and co actuellement ? Est-ce l'Occident qui appelle à la restauration du Califat ? Est-ce l'Occident qui passe toute la sainte journée à ânoner et interpréter le Coran pour y trouver les versets justifiant le djihad ?

Bientôt tu nous diras que l'Occident est responsable du phyloxera et de l'appendicite ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hollowsam Membre 45 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

peut être que l'occident à laisser faire à un moment mais il ne faut pas dire que c'est de sa faute car l'origine de tout ca ce sont une bande d'extremiste en majorité analphabètes qui ont juste interprété qq phrases du coran soit disant incitantes à tuer les 'autres', qui sont malheureusement en général des civiles...

qu'est ce qu'ils nous font chier ces conards ils sont seuls contre le reste du monde (l'occident et leur communautés à qui ils font le plus de mal)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ZUNGA Membre 90 messages
Forumeur en herbe‚ 44ans
Posté(e)
Tu nous promets l'apocalypse pour nos péchés zunga ?

Est-ce l'Occident qui a créé le fondamentalisme wahabite ? Est-ce l'Occident qui est responsable de l'émergence de chaque mouvement terroriste du Maroc aux Philippines ? Est-ce l'Occident ou bien des banques islamiques qui financent Al Qaida and co actuellement ? Est-ce l'Occident qui appelle à la restauration du Califat ? Est-ce l'Occident qui passe toute la sainte journée à ânoner et interpréter le Coran pour y trouver les versets justifiant le djihad ?

Bientôt tu nous diras que l'Occident est responsable du phyloxera et de l'appendicite ! ;)

Ou étaient ces terroristes islamistes avant que les US et leurs amis ne proclament le Jihade en Afghanistan? Qui c'est qui les a encouragé à se multiplier en Arabie saoudite et au Pakistant et qui a financé leur incubation?

Avant la guerre Afghane le wahhabisme n'etait qu'une fraction minoritaire parmi les multiples doctrines islamiques et les actions Djihadistes etaitent quasi nules sauf quelques actions des fréres muslmans au sein de l'egypte contre l'occupation anglaise et certains gouverneurs de l'epoque mais ça restais loin d'être un phénomêne. Jusque là c'était trés contrôlable. Il a fallut que les US appelent au Djihad en afghanistant qu'ils financent la guerre et qu'ils laissent la region dans une totale anarchie aprés la fin de la guerre. Plus encore, tourne le dos aux mojahidines en les laissant pour compte aprés la guerres. La majorité des pays arabes ont refusés le retour des Afghans-Arabes ce qui a isolé ces jeunes guerriers entre l'afghanistant et le Pakistan au lieux de les réintgrer et les dissoudre dans leurs société natales. Tous ça avec l'accord des US et de loccident.

cest cette isolation qui les a poussé à se grouper et à inventer toute une culture basée sur leur propre compréhension de l'Islam. Jamais AL QAEDA n'aurait vu le jours si les jeunes combattants avaient regagné leurs pays sans problémes.

Est-ce l'Occident ou bien des banques islamiques qui financent Al Qaida and co actuellement ?

Dire que les banques islamiques financent Al QAEDA me fait vraiment poser des questions sur ton niveau du savoir!! ;)

Alqaeda pourrait se faire financer plus facilement par la maison blanche que par une seule des banques islamiques qui existent et qui appertiennent dans leurs quasi totalité à leurs pires enemies (les familles royales arabes).

Modifié par ZUNGA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lateth Membre 3 833 messages
lateth de pioche‚ 45ans
Posté(e)

c'est clair que si Massoud n'avait pas était abandonné, la face du monde en aurait été changée !!!

peux avant sa mort, il avait fait un voyage en europe pour nous prévenir, mais personne n'a su l'écouter

massoud.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Bougnoule lover
Invité Bougnoule lover Invités 0 message
Posté(e)

Histoire de remettre les pendules à l'heure:

Dieu ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Dieu aime les équitables.
(Coran, 60:8)
{... Ne trahissez pas, ne soyez pas excessifs, ne tuez pas un nouveau-né.}
Sahih Mouslim, #1731, et Al-Tirmizi, #1408.
Quiconque a tué une personne qui avait fait un pacte (de non-agression) avec les musulmans ne sentira pas l'odeur du Paradis, même si son parfum peut être senti à une distance équivalant à quarante ans.
Sahih Al-Boukhari, #3166, et Ibn Majah, #2686.
Les premiers cas à être jugés entre les gens au Jour du Jugement seront les cas d'effusions de sang.

Rapporté dans Sahih Mouslim, #1678, et Sahih Al-Boukhari, #6533

Et pour le fun :

Une femme a été punie pour avoir emprisonné un chat jusqu'à ce qu'il meure. é cause de cela, elle a été condamnée à l'Enfer. Elle l'avait emprisonné sans lui donner à manger ni à boire, et sans le libérer pour qu'il puisse manger les insectes de la terre.
Rapporté dans Sahih Mouslim, #2422, et Sahih Al-Boukhari, #2365.

Islamistes c'est vous qui le dites, musulmans? Sûrement pas!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant