Aller au contenu

Munich a palestinian story


christine974

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
christine974 Membre 1 577 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

"Ce film qui retrace l'assassinat des athlètes israéliens aux JO de Munich en 1972 sera présenté au Marché du film du Festival de Cannes.

Pour le réalisateur, cette prise d’otages suivie de l’assassinat de onze athlètes et entraîneurs israéliens par des terroristes palestiniens du groupe Septembre noir, ne serait pas un acte terroriste mais un « incident international ».

Mieux encore. Sur le site Internet du Fonds arabe pour les arts et la culture – lequel a financé le film – on peut lire en guise de résumé du projet que huit « combattants de la liberté », dont l’un d’eux était l’ami d’enfance du réalisateur, ont pris en otage onze athlètes israéliens et que « tout s’est terminé lorsque les forces de sécurité allemandes ont donné l’assaut, tuant cinq Palestiniens et les onze israéliens "

.

http://www.causeur.fr/munich-a-palestinian-story-nasri-hajjaj-festival-cannes-38056.html

.

les européens ont tellement pris l'habitude de gober n'importe quoi venant de la part des pays arabes que l'on ne s'étonne plus de rien

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Esprit de contradiction, 44ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 345 messages
44ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

Quand je disais que les terroristes des uns étaient les héros des autres et vice versa.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Cruel Summer
Invités, Posté(e)
Invité Cruel Summer
Invité Cruel Summer Invités 0 message
Posté(e)

«Munich, a Palestinian story»: des terroristes transformés en héros?

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Cannes

Le 16 mai prochain, le film du réalisateur libanais d’origine palestinienne Nasri Hajjaj, Munich : a palestinian story sera projeté dans le cadre de l’accord entre le Festival international du film de Dubaï et le Marché du film du Festival de Cannes.

Ce documentaire entend donner la version palestinienne du massacre de Munich. Pourquoi pas. Si ce n’est que les différentes présentations du film laissent présager un conte qui pourrait bien transformer un massacre en une action de libération d’un pays fantasmé et, à l’instar de l’Unesco pour l’histoire culturelle et religieuse, réécrire cette fois-ci l’histoire politique.

On apprend en effet que, pour le réalisateur, cette prise d’otages suivie de l’assassinat de onze athlètes et entraîneurs israéliens par des terroristes palestiniens du groupe Septembre noir, ne serait pas un acte terroriste mais un « incident international ».

Mieux encore. Sur le site Internet du Fonds arabe pour les arts et la culture – lequel a financé le film – on peut lire en guise de résumé du projet que huit « combattants de la liberté », dont l’un d’eux était l’ami d’enfance du réalisateur, ont pris en otage onze athlètes israéliens et que « tout s’est terminé lorsque les forces de sécurité allemandes ont donné l’assaut, tuant cinq Palestiniens et les onze israéliens ».

Enfin, dans la présentation du Marché du film du Festival de Cannes, le terme « terrorisme » n’est mentionné qu’une seule fois et encore, entre guillemets, comme pour souligner le nécessaire recul à prendre à l’évocation de ce terme. Une façon claire d’en relativiser le sens et la portée. Toujours selon M. Hajjaj, les événements seront vus à travers les yeux des deux derniers « fedayins » (de l’arabe fidā’iyyn « martyrs ») qui ont pris part à l’opération et sont encore en vie.

Exit le documentaire. La propagande est en marche. L’utilisation d’une terminologie et d’une rhétorique résolument pro-palestiniennes, l’appréhension d’un tel acte comme une action de libération et non un acte terroriste, trahissent un tropisme politique qui efface irrémédiablement toute l’objectivité inhérente à un travail documentaire.

De la même façon, si la gestion de la crise a été mal préparée, mal suivie, mal exécutée par une police incompétente et des autorités politiques allemandes dépassées et peu enthousiastes, ce ne sont pas les forces de sécurité allemandes qui ont tué les onze athlètes et entraîneurs israéliens, mais bien les terroristes palestiniens qui les ont assassinés.

Oubliée la réalité sordide de cet acte terroriste…

...

2EF7CB3A00000578-3341784-image-a-49_1449005509566.jpg

http://www.causeur.fr/munich-a-palestinian-story-nasri-hajjaj-festival-cannes-38056.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
christine974 Membre 1 577 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Quand je disais que les terroristes des uns étaient les héros des autres et vice versa.

abattre des sportifs pendant les JO serait de l'héroïsme ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×