Aller au contenu

La fin du «Sarkoland»


Invité 187

Messages recommandés

Invité 187
Invités, Posté(e)
Invité 187
Invité 187 Invités 0 message
Posté(e)

La fin du «Sarkoland»

Les militants votent ce week-end dans les fédérations pour élire leur président. Dans son ancien fief, Nicolas Sarkozy n'est plus la référence absolue.

L'époque où les Hauts-de-Seine étaient le berceau du sarkozysme et Neuilly son épicentre est bien révolue. Dans la deuxième fédération des Républicains après Paris (13 000 adhérents) l'ancien président de la République ne règne plus en maître absolu.

Les maires et parlementaires n'hésitent plus à s'afficher pour ses rivaux. Huit d'entre eux s'apprêtent à annoncer en chœur leur soutien à François Fillon. Parmi eux, des pasquaïens qui avaient naturellement rejoint Sarkozy et ont pris leurs distances. Des comités Juppé ont fleuri dans pratiquement toutes les communes détenues par la droite. Bruno Le Maire, lui, a la cote auprès d'élus LR mais aussi des divers droite de Neuilly et Levallois. « On n'est plus dans l'amour aveugle de Nicolas », reconnaît un sarkozyste historique.

Les apparences seront néanmoins sauves dimanche avec l'élection sans surprise de l'eurodéputé Philippe Juvin — étiqueté sarkozyste — à la présidence de la fédération. « Mais sa priorité, c'est d'être ministre de la Santé d'un prochain gouvernement de droite, ce n'est pas le sarkozysme ! » persifle un parlementaire. Face à lui se présente un candidat de l'association Sens commun, furieuse que Nicolas Sarkozy ait annoncé dans son livre qu'il n'abrogerait pas la loi sur le mariage pour tous. Contre toute attente, ce parfait inconnu est parvenu à collecter 650 parrainages d'adhérents quand le candidat « officiel » en a rallié 1 150.

«Un vrai recul du sarkozysme»

Jeudi soir à Boulogne, une drôle de scène a marqué les esprits. Autour du député LR Thierry Solère, organisateur de la primaire de novembre, Bruno Le Maire et Alain Juppé ont fait tribune commune et se sont promis une compétition courtoise. « Nous n'avons pas des têtes à nous entre-déchirer », a plaisanté Le Maire. Et quand Solère a rappelé l'anniversaire de Sarkozy, qui était retenu ailleurs, des applaudissements juste polis lui ont répondu. « Jusqu'à l'été dernier, Nicolas était la référence pour les adhérents du 92. Disons qu'aujourd'hui, c'est un peu plus compliqué », admet le sénateur LR Roger Karoutchi.

...

5498355_11-1-1911392054_545x460_autocrop.jpg

LE PARISIEN

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×