Aller au contenu

General Motors ou les recettes du miracle américain


Invité David Web

Messages recommandés

Invité David Web
Invités, Posté(e)
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

General Motors ou les recettes du miracle américain

En faillite en 2009, General Motors est à nouveau numéro un mondial. L'Europe peut-elle mettre en place la recette américaine pour son propre secteur automobile ?

De l'autre côté de l'Atlantique, c'est le secteur automobile qui a été jugé, en 2009, "too big to fail". Plus de 50 milliards de dollars d'argent public ont été injectés dans le premier constructeur mondial, General Motors (GM), et Chrysler pour éviter le démantèlement de l'industrie automobile américaine. L'opération, marquée par la nouvelle entrée en bourse de GM en novembre 2010 et le retour dans de solides chiffres noirs en 2011 (bénéfice d'exploitation de 8,3 milliards de dollars), a tellement réussi que trois ans plus tard, General Motors est numéro un mondial du secteur.

Au point que Sergio Marchionne, qui possède la double casquette de patron de Chrysler et de Fiat, suggère que la recette américaine, qui a déjà profité à une partie de la société qu'il dirige, soit aussi appliquée en Europe dont le secteur de production automobile, qui n'a pas été suffisamment adapté à la demande, souffre indirectement de la crise de la dette. Les usines européennes, si elles fonctionnaient jour et nuit, sont dimensionnées pour construire 11 millions de véhicules supplémentaires par rapport à la demande. Cette question est au centre des discussions des dirigeants des groupes présents à Genève à l'heure de l'ouverture du Salon de l'automobile.

Une faillite aurait été catastrophique pour le PIB américain

Pour se replacer dans le contexte du sauvetage de GM, qui a aujourd'hui retrouvé sa place de premier constructeur mondial, devant Volkswagen et Toyota, il faut lire les Mémoires de George Bush. L'ancien président américain, qui avait enclenché le processus de sauvetage, indique que, selon ses conseillers, la faillite des trois grands constructeurs GM, Ford et Chrysler aurait fait perdre plusieurs centaines de milliards au produit intérieur brut américain, coûté plus d'un million d'emplois et réduit les recettes fiscales de 150 millions de dollars.

Tout l'article.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité 1107tang
Invités, Posté(e)
Invité 1107tang
Invité 1107tang Invités 0 message
Posté(e)

L'état de GM lors de ça faillite était différent que celle des constructeurs européens actuellement. GM proposait majoritairement des gros SUV et des grosses berlines puissantes et pas économes. En Europe le marché à su s'adapter à la hausse du pétrole.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 34ans Posté(e)
Zecht Membre 155 messages
Baby Forumeur‚ 34ans‚
Posté(e)

Erreur de modèle, c'est le même que le notre.

L’état balance du fric dans un trou,

Un petit lien pour plus d'explication...

Pour trouver une Industrie à succès dans l'automobile j'irais plutôt voir du coté de la voiture du peuple :o°

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines après...
Membre, 63ans Posté(e)
caprepublic Membre 421 messages
Baby Forumeur‚ 63ans‚
Posté(e)

Le Tsunami Japonais y est pour beaucoup en affaiblissant ses concurrents!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×