Aller au contenu

Dissertation français


Volka

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
Volka Membre 3 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour,

J'ai besoin d'aide pour une dissertation dont je ne trouve pas le plan,

Sujet : Un scientifique a récemment déclaré : " Avec l'explosion d'internet et de l'ordinateur, le livre et la lecture sont mort ? Ils ne serviront bientôt plus à rien ! "

Plan que je pense :

I Le plaisir de l'odinateur

A Communications

B Outils

II La comparaison avec le livre

A ?

B ?

III Internet un bien pour un mal

A Bon cotés

B Mauvais cotés

Voilà c'est ce dont je pensais mais je trouve que c'est très mal répartit =(

Merci de m'aider dans votre plus profonde gratitude =)

Corentin

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 34ans Posté(e)
Big Daddy Membre 32 messages
Baby Forumeur‚ 34ans‚
Posté(e)

Alors moi j'aurais fait un truc genre ;

1 - Le livre mis a mal par internet

a) baisse des chiffres de ventes des maison d'édition et perte du média "papier"

(tu peut trouver des chiffres ou alors faire des exemples, wikipédia qui remplace l'encyclopédie,

twitter qui remplace le journal quotidien ou facebook et les mails qui remplace les courriers)

b) popularisation des language sms

(ca feras plaisir a la prof que t'en parle je pense :cray: )

2 - Internet, une suite logique du livre ?

a) internet facilité l'accès a la lecture et popularise l'écriture

(tout le monde peut tenir un blog ou participer a des forums et se faire lire ou lire.)

b) la littérature "classique as aussi sa place dans internet (Il ya beaucoup de moyen

de trouver des livres d'auteurs classique en téléchargement ==> livre électronique )

3 - Internet, une avancé technologique

a) Tu peut parler des réactions que les gens ont eu quand la télévision est apparue

(vidéo kill the radio star:) ) , tu peut parler de la réaction que les gens ont du avoir quand

la radio est apparue. Tu peut donc dire que a chaque avancé technologique dans les médias

les gens on peur que le média d'avant meure.

b) Tu peut finir sur les limites d'internet, pas du support physique, possibilité très fréquente de

perte de donnés.

Dis une phrase genre " Rien ne remplaceras pour certains l'odeur d'un vieux livre, et le toucher

d'une feuille de papier"

Voilou, en toute honnêteté je suis encore un peut bourré de hier xD, mais ca me semble pas trop mal...

Si tu copie ce plan, dis moi combien t'as eu par la suite :o

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Volka Membre 3 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merci beaucoup ! J'aime ce plan et je n'y aurais jamais penser =)

D'accord pas de problème dans 2 semaines je pense tu auras la note =)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur confit, Posté(e)
Enchantant Membre 12 817 messages
Forumeur confit,
Posté(e)
Bonjour,

J'ai besoin d'aide pour une dissertation dont je ne trouve pas le plan,

Sujet : Un scientifique a récemment déclaré : " Avec l'explosion d'internet et de l'ordinateur, le livre et la lecture sont mort ? Ils ne serviront bientôt plus à rien ! "

Plan que je pense :

I Le plaisir de l'odinateur

A Communications

B Outils

II La comparaison avec le livre

A ?

B ?

III Internet un bien pour un mal

A Bon cotés

B Mauvais cotés

Voilà c'est ce dont je pensais mais je trouve que c'est très mal répartit =(

Merci de m'aider dans votre plus profonde gratitude =)

Corentin

Bonjour Volka, (quelques idées en vrac)

Lorsque qu'une technique nouvelle de diffusion de l'information survient dans l'histoire, existe une sorte de fascination collective qui consiste à croire pendant un certain laps de temps que toutes les informations véhiculées par ce nouveau mode d'information sont le reflet de la vérité, la seule digne d'intérêt, la seule qui vaille.

Lorsque l'imprimerie fut inventé, l'accès aux livres fut diffusé, démocratisé, et conjointement sont apparue les pamphlets, qui se sont transformés très vite en journaux d'opinions.

Dans l'esprit de l'époque, les pamphlets provoquaient une sensation de liberté collective, puisque l'on pouvait dénoncer à loisir et en tout impunité, les excès des pouvoirs institutionnels, l'état et ses représentants politiques, la monarchie et ses monarques, l'église et ses clercs, la banque et les banquiers.

Les guerres, les révolutions successives, furent une prise de conscience aigue par les autorités que l'information était un brûlot hautement explosif et qu'il fallait nécessairement y mettre ordre.

En réaction donc, les autorités institutionnelles réagirent en appliquant la censure, puis en organisant conjointement eux-mêmes la diffusion de certains journaux officiels, seul canaux sensés débattre des sujets sérieux et importants, ceux de la collectivité.

Dans l'esprit public d'alors, la naïveté et la crédulité des peuples, toujours prompt à s'imaginer qu'il n'existe qu'une seule vérité, la dernière qu'on leur professe, surtout celle qui est sensé la rassurer, prirent fait et cause pour la presse officiel comme critère de la seule « Vérité ».

Quelques siècles plus tard, au début du 20ème siècle, entre les journaux sensés représentés la vérité institutionnel et les journaux populaires, des combats d'idées homérique prenant le peuple à témoin atteignirent des sommets, j'évoque ici le procès de la trahison supposé du capitaine Dreyfus qui ébranlèrent les certitudes dans le domaine de l'objectivité de la presse institutionnel.

Quelques décennies plus tard, la presse papier était confrontée à une technique nouvelle, la diffusion des informations par le truchement de la radio.

Même cause même effets que j'évoquais précédemment :

Lorsque qu'une technique nouvelle de diffusion de l'information survient dans l'histoire, existe une sorte de fascination collective qui consiste à croire pendant un certain laps de temps que toutes les informations véhiculées par ce nouveau mode d'information sont le reflet de la vérité, la seule digne d'intérêt, la seule qui vaille.

Lorsque la télévision dans les années 1960 se répandit dans les foyers, des scientifiques prétendirent que ce procédé était la mort du cinéma.

En fait il ne s'est jamais fait autant de film depuis l'émergence de la télévision.

Entre l'irruption de l'Internet et la disparition supposée du livre, de faire remarquer que chaque procédé s'installe dans une niche du marché qui lui est propre, le livre et la lecture sont loin d'être mort.

La preuve, Il n'y a jamais eut autant de livres édités depuis qu'internet existe. :cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Volka Membre 3 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merci bien vos arguments m'ont bien servit, j'ai fait 9 pages =) en Seconde sa va :cray:

Je vous transmet la note une fois que c'est corrigé :o

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×