Aller au contenu

Qu'est-ce qu'un reproche


existence

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
existence Membre 5 823 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)

Souvent je me suis demandé ce qu'était un reproche. Qu'est-ce qui peut donner tant de consistance à des paroles ?

Je me dis qu'un reproche est l'expression du désir que l'autre se fasse du mal à lui-même.

Et pour vous, c'est quoi un reproche ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Invité caupine
Invités, Posté(e)
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)

Pourquoi tu as mis ton sujet dans la section "religion" ?

Je t'en fait le reproche...j'aurai préféré en philo... :yahoo:

Cela dit, pour ma part, un reproche c'est une réponse à un manque d'attention...c'est lorsque l'on sent qu'une personne ne vous a pas écouté et compris...on lui reproche ce manque d'attention à notre égard.

C'est l'expression d'un désir inassouvie...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Créatrice en devenir, 35ans Posté(e)
Libébulle Membre 2 396 messages
35ans‚ Créatrice en devenir,
Posté(e)

Un reproche est fait pour inciter l'autre (ou soi-même) à s'améliorer, se rendre compte de ses erreurs, c'est une critique, constructive ou pas.

Il est souvent désagréable de se faire reprocher des choses, mais cela peut aussi nous aider à mieux vivre...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
existence Membre 5 823 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)
Pourquoi tu as mis ton sujet dans la section "religion" ?

Je t'en fait le reproche...j'aurai préféré en philo... :yahoo:

Ce n'est pas ce que j'appelle un reproche, mais plutôt une remarque... Je voulais le mettre dans une catégorie psychologie, mais il y en avait pas. Alors comme les reproches sont associés à la culpabilisation, et la culpabilisation à la religion, j'ai trouvé que religion c'était pas si mal.

Cela dit, pour ma part, un reproche c'est une réponse à un manque d'attention...c'est lorsque l'on sent qu'une personne ne vous a pas écouté et compris...on lui reproche ce manque d'attention à notre égard.

C'est l'expression d'un désir inassouvie...

Eh bien, comment peux-tu me faire le reproche plus haut, alors qu'il n'y a pas de question d'attention à ton égard. Pfff.

Pour l'expression d'un désir inavoué, oui effectivement. Le besoin qu'on soit attentif à soi est un besoin. Mais il y en a d'autres.

Un reproche est fait pour inciter l'autre (ou soi-même) à s'améliorer, se rendre compte de ses erreurs, c'est une critique, constructive ou pas.

Je ne crois pas qu'un reproche soit conçu pour que l'autre s'améliore. Je pense plutôt qu'il s'agit d'un refus de l'existence de l'autre tel qu'il est, d'une méthode agressive pour faire changer les choses sans se soucier du bien être de l'autre. On emploie le reproche quand on ne sait pas communiquer autrement, ou quand on ne comprend pas l'intérêt d'avoir du tact, d'exprimer ce que l'on vit soi-même, les besoins qu'on a, et quand on est pas capable de faire des formulation de demandes concrètes. Un reproche est alors une énergie emprisonnée.

Enfin, peut-être ne parle-t-on pas de la même chose.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité laeticiasonia
Invités, Posté(e)
Invité laeticiasonia
Invité laeticiasonia Invités 0 message
Posté(e)

Un reproche peut être quand on est mécontent, déçu de l'autre suite à sa réaction. Ils nous arrivent aussi de mal interpréter et de prendre pour reproches ce qui n'est qu'un constat, conseil, demande d'explications, différence d'opinions......, ce qui peut provoquer une incompréhension, une dispute.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
existence Membre 5 823 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)

Alors un reproche serait essentiellement l'expression du sentiment de contrariété de celui qui fait le reproche. Cela dit, c'est une façon particulière de l'exprimer, puisqu'on ne dit pas qu'on se sent contrarié, mais on remet en question l'action de l'autre ce qui est une exigence impossible puisque le passé n'est plus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité laeticiasonia
Invités, Posté(e)
Invité laeticiasonia
Invité laeticiasonia Invités 0 message
Posté(e)

Souvent on reproche à l'autre son comportement suite à une action qui est peut être passé comme tu dis mais qui intervient de nouveau si l'on exprime pas son mécontentement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité pocahontas59
Invités, Posté(e)
Invité pocahontas59
Invité pocahontas59 Invités 0 message
Posté(e)
Ce n'est pas ce que j'appelle un reproche, mais plutôt une remarque... Je voulais le mettre dans une catégorie psychologie, mais il y en avait pas. Alors comme les reproches sont associés à la culpabilisation, et la culpabilisation à la religion, j'ai trouvé que religion c'était pas si mal.

Eh bien, comment peux-tu me faire le reproche plus haut, alors qu'il n'y a pas de question d'attention à ton égard. Pfff.

Pour l'expression d'un désir inavoué, oui effectivement. Le besoin qu'on soit attentif à soi est un besoin. Mais il y en a d'autres.

Je ne crois pas qu'un reproche soit conçu pour que l'autre s'améliore. Je pense plutôt qu'il s'agit d'un refus de l'existence de l'autre tel qu'il est, d'une méthode agressive pour faire changer les choses sans se soucier du bien être de l'autre. On emploie le reproche quand on ne sait pas communiquer autrement, ou quand on ne comprend pas l'intérêt d'avoir du tact, d'exprimer ce que l'on vit soi-même, les besoins qu'on a, et quand on est pas capable de faire des formulation de demandes concrètes. Un reproche est alors une énergie emprisonnée.

Enfin, peut-être ne parle-t-on pas de la même chose.

Je suis d'accord avec toi, là-dessus : un reproche n'est pas fait pour que l'autre s'améliore, et qui faut-il être pour juger de l'amélioration ou pas. Un reproche, je pense que c'est une tentative de prise de pouvoir sur autrui.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité caupine
Invités, Posté(e)
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)
Ce n'est pas ce que j'appelle un reproche, mais plutôt une remarque... Je voulais le mettre dans une catégorie psychologie, mais il y en avait pas. Alors comme les reproches sont associés à la culpabilisation, et la culpabilisation à la religion, j'ai trouvé que religion c'était pas si mal.

Eh bien, comment peux-tu me faire le reproche plus haut, alors qu'il n'y a pas de question d'attention à ton égard. Pfff.

Pour l'expression d'un désir inavoué, oui effectivement. Le besoin qu'on soit attentif à soi est un besoin. Mais il y en a d'autres.

Ma remarque était une entrée en la matière, mais je me demande si il y a une grande différence entre le reproche et la remarque ?

En effet faire une remarque ce n'est pas souligner, mettre en avant, un peu comme un reproche indirectement ?

Le reproche exprime sans doute une frustration dont on tient la personne concerné pour responsable. La culpabilité est le sentiment qui peut en découler...ou pas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
existence Membre 5 823 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)
Ma remarque était une entrée en la matière, mais je me demande si il y a une grande différence entre le reproche et la remarque ?

Cela me donne l'impression que tu me mets des bâtons dans les roues.

Bien entendu qu'il y a une grande différence. Quand on fait remarquer quelque chose, on le propose à l'attention de l'autre, tandis que quand on reproche, on chercher à faire changer l'autre par la souffrance.

En effet faire une remarque ce n'est pas souligner, mettre en avant, un peu comme un reproche indirectement ?

Ben une remarque peut être un reproche déguisé, selon le ton de la voix par exemple. Ou bien on peut prendre comme un reproche une simple remarque parce qu'on ne supporte pas de se tromper.

Le reproche exprime sans doute une frustration dont on tient la personne concerné pour responsable. La culpabilité est le sentiment qui peut en découler...ou pas.

Oui.

Souvent on reproche à l'autre son comportement suite à une action qui est peut être passé comme tu dis mais qui intervient de nouveau si l'on exprime pas son mécontentement.

Oui, mais si on dit juste à la personne ne fais pas ça, cela n'a pas de légitimité à part la négociation dans le flou artistique ou bien l'ascendance hiérarchique.

Je suis d'accord avec toi, là-dessus : un reproche n'est pas fait pour que l'autre s'améliore, et qui faut-il être pour juger de l'amélioration ou pas. Un reproche, je pense que c'est une tentative de prise de pouvoir sur autrui.

Cela peut l'être. Ou bien l'envie de faire disparaitre la présence de l'autre, et les gens y réagissent souvent par la défensive.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité David Web
Invités, Posté(e)
Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Un reproche c'est quand quelqu'un que tu connais bien s'est éloigné et qu'il revient près de toi.

Sinon c'est aussi un moyen facile de se désolidariser, déculpabiliser, déresponsabiliser, etc... en rejetant tout sur l'autre, genre t'aurais pû faire attention avant de marcher dedans maintenant tu nettoies !!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité caupine
Invités, Posté(e)
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)
Cela me donne l'impression que tu me mets des bâtons dans les roues.

Bien entendu qu'il y a une grande différence. Quand on fait remarquer quelque chose, on le propose à l'attention de l'autre, tandis que quand on reproche, on chercher à faire changer l'autre par la souffrance.

Nan je n'ai pas voulu te mettre des bâtons dans les roues...ce n'est pas le genre de la maison... :yahoo:

j'ai été réellement surprise de voir attérir ce sujet en religion, car je ne suis pas sensible à la culpabilisation, donc je n'avais pas fait le raprochement.

Ne peut-on pas "reprocher" avec le but de faire souffrir auquel cas, c'est de la manipulation qui s'aparente plus à de la perversion. Et "reprocher" afin de pointer du doigt une chose qui peut paraitre inaperçue et que l'on aimerait mettre en évidence ?

Mais dans le 1èr cas, il ne s'agit pas de reproche, mais de manipulation mentale.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité caupine
Invités, Posté(e)
Invité caupine
Invité caupine Invités 0 message
Posté(e)

Merci de l'avoir mis en philo.... :yahoo:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité nonnina
Invités, Posté(e)
Invité nonnina
Invité nonnina Invités 0 message
Posté(e)

le reproche, c'est essayer de faire comprendre à son interlocuteur qu'il nous a blessé...mais, sommes-nous sur la même longueur d'ondes? n'y a-t-il pas le risque de ne pas avoir la même définition du reproche? ce qui blesse une personne, un mot, une attitude est peut-être fait ou dit sans mauvaise intention...donc, "à utiliser" avec beaucoup de prudence...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Marinelou
Invités, Posté(e)
Invité Marinelou
Invité Marinelou Invités 0 message
Posté(e)
Je me dis qu'un reproche est l'expression du désir que l'autre se fasse du mal à lui-même.

dans certains cas surement oui, le reproche veut blesser mais dans d'autres cas il veut aider.

Proverbe marocain :

"celui qui ne te dit pas que tu as une crotte de nez qui pend n'est pas vraiment ton ami"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
existence Membre 5 823 messages
Forumeur activiste‚
Posté(e)

Alors c'est faire remarquer, ce n'est pas un reproche.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×