Aller au contenu

Le pouvoir des banques


Titsta

Messages recommandés

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

Comme je compte bien un jour me lancer dans la politique, je m'entraine de temps en temps à faire de petit discours.

En voilà un, bien plus virulent que ceux que j'ai l'habitude d'écrire, mais que j'ai envie de partager.

On a donné de l'argent aux banques sois disant pour sauver les gens, ainsi que l'industrie de bien et de services.

Dans quelle connerie est englué le cerveau qui a émis l'idée qu'en donnant des sous à une entreprise, on allait enrichir ses clients ?

Alors que le bon sens le plus basique, enjoindrait plutôt à faire l'exacte opposé.

Car à n'en pas douter, l'idée était bien que nous, les particuliers comme les entreprises créatrices de richesses, clients des banques, en profiterions ?

Moi, je dis qu'à ce niveau de bêtise, avec les sommes mises en jeu, il devient vital de se poser sérieusement la question de l'indépendance de l'état.

Sommes-nous encore aux mains d'une démocratie ?

Ou les Hommes que nous élisons sont-il les esclaves d'autre chose que du peuple ?

S'il se révèle que oui, et tout les signes semblent clairement l'indiquer, il faudrait se rappeler que l'état, parce qu'il est démocratique, est seul à avoir la légitimité du pouvoir.

Et donc que ce pouvoir est légitime, même si son emplois, et son expression est souvent ni très apprécié ni très appréciable.

S'il est dépossédé de ce pouvoir, par les banques, il est temps de leur montrer qu'elles ne possèdent en réalité que des tas de billets, ni le pouvoir législatif de créer les lois, ni le pouvoir exécutif de la police ou de l'armé pour les faire appliquer.

Je n'appelle pas à la haine. Les humains, même si certains en profitent, ne sont pas responsable des défauts et de l'emballement d'un vieux système, qui les a bien aidé à sortir du moyen âge.

Mais, de manière a casser et remettre ce pouvoir au service du peuple et des états, et non le contraire ; j'en appelle, – et il est grand temps –, à ce qu'on s'active intelligemment et calmement, mais avec fermeté et détermination, au démantèlement et à la mise à plat du système bancaire !!

Nous leur avons laissé la liberté et le temps de se révoquer eux même, sans contraintes sérieuses.

Il est maintenant clair que la sagesse, la clairvoyance, et même le sérieux et la rigueur, a définitivement quitté cet univers, sombrant désormais totalement dans la décadence, (voir le ridicule et les aberrations des primes aux traders exceptionnelle, en cette année de crise qu'ils ont provoqué), attendant en s'en mettant plein la panse au passage, la dernière bulle fatale qui finira de fait par mettre fin au système !

Ne les laissons pas nous y entraîner.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

Allez, je poste la suite (J'ai continué tout seul ^^ C'était pas dans l'idée du discours, mais je critique pas un truc sans proposer une solution. C'est trop facile sinon. Et ça va un peu à l'encontre de mes principes.)

Je sais ce qu'on va me répondre.

On ne peut pas s'en passer... Un système bancaire, c'est l'épine dorsale d'une économie efficace...

Il faut de grand organisme financier mondiaux pour pouvoir fournir des services puissant et efficaces.

Sauf qu'il est illusoire à notre époque de réseaux informatique, de penser qu'une grosse entreprise est plus efficace qu'un réseau de petites.

Une grande entreprise est plus puissante, c'est une évidence !

Mais une puissance s'exprime toujours contre quelque chose, la question, c'est contre qui cette puissance s'exprime ?

Clairement, contre ses employés, ses sous-traitants, et dans le cas de grand monopole (c'est à dire dans tous les grands secteurs), contre les clients eux-même.

Pensons en vase clos. Dans un état, pensez vous qu'une entreprise plus capable d'exploiter ses employés, clients, fournisseurs, sous-traitant soit plus ou moins profitable à l'économie de l'état ?

La réponse est simple : économiquement c'est pareil.

Vu qu'on est en vase clos, le fait que l'entreprise exploite plus ou moins facilement clients et employés n'apporte pas plus de richesse à l'ensemble. C'est du simple bon sens.

Du point de vu arbitraire de la croissance, c'est pareil aussi. Car le salaire des employés contribue autant à la croissance que le prix de vente, ou le revenu des actionnaires par les bénéfices. Un transvasement des pouvoirs de l'un sur l'autre n'y changera absolument rien. (Mais je ne crois pas beaucoup en la croissance pour mesurer quelque chose de pertinent)

Et si on rentre dans les détails, je dirais même c'est même moins profitable à l'état, car la santé, le stress, "l'usure" engendré par l'exploitation importante a un coût social très lourd pour l'état :Consommation de neuro-dépresseur, c'est à dire de drogues pour tenir le rythme professionnel exigé (et c'est exactement pour ces raisons qu'on en distribue, pour qu'on puisse continuer à travailler), et trou de sécu... Et je ne parles pas de ce qu'il faut "réparer", ou entretenir après l'usure des gens.

Et je ne compte même pas le fait que des employés qui s'épanouissent dans leur travail apportent un travail de bien meilleur qualité aux entreprises qui les emploies, même si elles ne peuvent pas le mesurer dans leur comptabilité. Même si elle est partout pratiquée pour cause de concurrence de ces grands groupes, l'exploitation n'est pas la chose la plus rentable pour les entreprises elle-même.

Humainement, par contre, il faudrait se poser sérieusement la question du sens dans lequel on préfèrera que penche la balance de pouvoir, soit vers les gens réels (client ou employé), ou vers les entité abstraite nommé "entreprise" . Lesquels doivent être au services de l'autre ?

Si on sort du vase clos, face à cette idée qu'il est nécessaire d'avoir des entreprises puissantes (et non pas des réseaux de petites, efficace) on peut facilement présenter l'exemple des pays du tiers monde, dans lesquelles des industries très puissantes, comme Total, par exemple, sont très très présentes... sans que ça ne serve réellement ni l'état, ni sa population.

Il y est évident que l'importance d'une entreprise dans un état ne se mesure pas à sa puissance, mais plutôt à son utilité. Donc précisément, dans une certaine mesure, à sa faiblesse ! (et encore une fois, l'efficacité n'est pas la puissance)

é votre avis, quel serait la chose la plus rentable pour un pays d'affrique avec une réserve de pétrole. Une compagnie locale, plus faible que total, incapable d'exploiter la population, incapable de contraindre la sphère politique à ses vues, ou une "grande entreprise" puissante ?

Pour en revenir aux banques, quand je parle du démantèlement du système bancaire, je ne parles pas de la disparition des services qu'ils rendent !!

Ces services sont évidement nécessaires ! Et seuls les ignorants pensent qu'il faudrait les supprimer.

Mais ils pourraient être bien mieux rendu si les entreprises qui les proposaient n'avaient pas cette puissance. C'est à dire s'ils étaient obligé par leur faiblesse d'investir leur colossaux bénéfices dans l'efficacité, dans les services qu'ils rendent. C'est à dire précisément s'ils n'avaient pas la force de dégager de tels bénéfices !

ça aussi, c'est du bon sens, non ?

Je parle de l'affaiblissement du système, et de leur remplacement par un réseau bien plus efficace d'un grand nombre de petites entreprises (non délocalisable, et bien plus facilement réglementable par l'état, qu'un grand et puissant organisme bancaire totalement obscur).

Des entreprises individuellement bien plus faibles, et nettement moins capable d'exploiter leurs employés et clients, (les entreprises locales et les particuliers sur le territoire). Qui auront tout autant besoin des services proposé par les employés et partenaires actuels des grandes banques (je pense aux SSII ) )

Donc des entreprises offrant des services de plus grande qualité, et servant infiniment mieux l'économie de l'état dans son ensemble, qu'une grande banque qui n'hésitera pas à faire du chantage à la fuite de capitaux à l'étranger, pour rendre moins de service, payer moins d'impôt, et vous savez quoi ? Même recevoir des prêts à taux 0% que les états sont obligé, eux, d'emprunter à taux élevé (et ces intérêt qu'on va devoir payer par le déficit généré ne sont par remboursé par les banques... Pour ceux qui penseraient que les banques "remboursent")

Je dis ceci pour les banques, mais je le pense aussi pour la majorité des grandes entreprises.

Il est temps de passer à l'âge des réseaux d'entreprises, et de leur réglementation politique.

Une économie efficace, c'est une économie de petites entreprises en réseaux. Pas une économie de multinationales.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×