Detachement familial vital pour moi mais dur pour ma fille de 7 ans


annais64 Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

bonjour,

J'ai besoin d'étaler ma vie pour que l'aide que je réclame soit le plus légitime possible. Merci de ne pas me juger si certains propos vous gène. (surtout à la fin de mon histoire).

Depuis toute petite, j'ai beaucoups souffert de problème de santé et j'ai toujours vécu dans une famille qui était fil à la patte depuis toute petite en m'empêchant de grandir comme bon me semblait. (soeur autoritaire, mère étouffante) avec un père ignorant sans amour pour ma mère. Par contre mon frère était la prunelle de mes yeux, il remplaçait mon père en quelque sorte et était mon pilier. Lui aussi n'aimait pas sa soeur qui est l'aîné. Il en ai venu lui aussi à boire suivre la bonne référence de mon père qui était vigneron.

Bref, dès que j'ai pû travailler et être indépendante, ma mère a fait une tentative de suicide car ma soeur était partie également pour vivre avec son mari. D'ailleurs elle a réussi à la fois à me faire revenir vivre à la maison et par la suite faire casser le couple de ma soeur qui est revenue vivre avec sa fille qui avait 4 ans à l'époque. Du coup je suis repartie car je n'avais plus ma place dans la maison, avec ma soeur qui me mettait la pression pour que je parte avec des critiques incessantes et de là jusqu'à ne pouvoir pas mettre ni mes pantoufles ni ma brosse à dent dans la salle de bain pour laisser la place aux affaires de sa fille. Je ne pouvais pas me doucher après le travail il fallait que je laisse l'eau chaude dispo pour sa fille. Pour vous dire que ma nièce à l'age de 6 ans m'a dit qu'ici ce n'est pas ta maison car j'étais revenue vivre chez mes parents par soucis financier. (Maison qui m'a été finalement donné mais dont je ne peux occupé car mes parents s'y trouve par contre ma soeur et mon frère dispose de leur logement dans le même mas sans avoir à payer ni de crédit ni de loyer). Puisque c'était le prix de la liberté à payer pour être bien alors je suis repartie. Ma soeur qui était devenue alcoolique et qui l'est toujours à ce jour, empêchait ma nièce de m'aimer. Jusqu'au jour (enfin je croyais) où elle avait besoin de moi pour que je lui donne un bout de terrain pour avoir l'autorisation de faire normalement un garage qui finalement sert de logement gratuit pour sa belle princesse de fille que je deteste tout comme sa mère. Qui n'ont fait que m'enfoncer quand j'était au plus bas de l'échelle. Et ma mère que je n'arrive pas à me défaire sentimentalement, parce qu'elle me tient en m'aidant financièrement et qui fait la pirouette en étant un jour d'un côté et un jour d'un autre.

Avant que je rencontre mon mari à l'âge de 33 ans, j'ai eu beaucoups de déboire ; déception amoureuse à la pèle,t.s., je m'étais même mise aussi à boire parce que je pensais que c'était le seul moyen d'arriver à vivre avec les problèmes, mais je suis très heureuse d'avoir réussi à m'arrêter définitivement. J'était très fragile. Mais avec l'aide de personne étrangère à ma famille, je m'en suis toujours sortie même si c'était dur, mais j'avais une fierté c'était celle d'y arriver seule enfin sans ma famille.

Lorsque j'ai rencontré mon mari, ma mère qui ne l'aimait pas du tout à tout fait pour nous séparé, mais on lui a tenu tête. Je suis tombé enceinte trois mois après l'avoir rencontré et je savais que cette fois-ci c'était le bon. (car j'ai choisi un homme qui ne fumait pas, qui ne buvait pas, et qui n'était pas un coureur de jupon) Bref un homme qui soit capable d'être un vrai mari et surtout un vrai père pour ma fille. Je vous dis pas le jour où j'ai accouché, il y a eu une scène à la chambre de l'hôpital entre ma mère et mon mari. (on n'était pas marié à l'époque, chose qui s'est faite 5 ans après). Jusqu'au 3 ans de ma fille j'était dans l'incapacité de la laisser ne serait-ce un jour, chez ma mère. Puis après à l'occasion d'un déménagement, ma fille n'arrivait plus à dormir seule dans sa chambre ; j'ai tout essayé veilleuse... rien n'y faisait mis à part de l'accompagner très longuement pour qu'elle s'endorme mais toute les fois à 3h du matin elle se reveillait avec des angoisses. Pour que mon mari puisse faire des nuits normale parce qu'il se levait tôt le matin, j'ai décidé de mettre un deuxième petit lit à côté de celui de ma fille et depuis je dors dans sa chambre. A partir de ces 3 ans j'ai réussi à cause de l'épuisement à la laisser des semaines entières chez ma famille car en bossant c'était dur de ne pas dormir. Et c'est de là que son équilibre a basculé. Je ne sais pourquoi elle accusait toute sorte de personne liée à la famille de mon mari de lui avoir fait du mal jusqu'à accusé son propre père.

Et c'est 3 ans après que j'ai compris que ma soeur y était pour quelque chose. A ces 6 ans (un an après un gros différent avec ma soeur et ma nièce dont je vous explique après) ma fille disait que c'était tata qui lui obligeait de faire des accusations mensongères parce que sinon elle la mettait en pension. Bref, un harcèlement moral pour ma petite puce, et elle ne me disait rien. A partir de ce moment je me suis mise à détester ma soeur avec sa fille du plus profond de moi même et il y a rien à y faire après tout ce qu'elles m'ont fait. Il faut dire que ma soeur est une personne qui sait se mettre toujours dans son sens les personnes avec elle, mais le problème est que quand elle a suffisamment bû à ne plus se rappeler de ce qu'elle dit ou elle fait, c'est là qu'elle est vraiement dangeureuse.

Quant à ma nièce il y a un an et c'est de là que tout a été fini, le jour où (par un très gros soucis qui a mis mon mari dans un état de nerf jusqu'à vouloir se tuer devant la petite), j'ai voulu faire faire garder ma fille ; ne serait-ce que 6 mois de temps pour qu'elle continue sa scolarité dans un environnement qui je pensait encore (à ce moment là) le plus équilibré possible. Je comptais épaulé mon mari qui avait de très gros soucis dans sa société, et qui était difficilement gérable avec la petite surtout en période de vacances de Noel. Et bien tout à été contre nous. Ma fille ne comprenait pas son père, et en a été beaucoup affectée.

La seule raison et explication que j'ai eu sur le coup c'est de dire, que de temps en temps les grandes personnes par grande souffrance dans leur coeur en arrivait à faire des bêtises, comme tata qui boit de l'alcool.

La petite n'est pas allée se mettre à dire ça à ma soeur, lorsque je l'ai mené chez ma famille ??... du coup ma soeur n'était pas d'accord pour s'en occuper entr'autre (car bien que je voulais que ça soit ma mère qui s'en occupe, toutefois celle-ci avec son âge (77 ans et atteinte de certains problèmes de santé) n'en aurait été pas capable seule) et je suis retournée la récupérer après l'avoir laissé 3 jours seulement.

Mon mari qui n'a pas réussi à maitriser ses impulsions. Moi qui était capable d'abandoner 6 mois ma fille. Bref, tout ce qu'à trouver de faire ma nièce c'est de m'écrire une lettre comme quoi les choses ne pouvaient pas se faire comme ça, qu'il fallait faire appel à la justice pour officialiser 6 malheureux petits mois à sa propre famille maternelle et qu'étant donné que la petite était dans un mauvais contexte de vie de toute façon qu'elle ne se génerait pas d'en informer les autorités. Que nous étions de mauvais parents pour la petite. bref... J'ai eu une réponse relativement froide et perspicace en relatant les faits du passé jusqu'au jour même.

J'ai desuite fait appel à une assistante sociale en lui expliquant notre situation désespérée pour se protéger des menaces de cette petite merdeuse qui ne sait rien de la vie difficile puisqu'à ces 25 ans elle a tout aujourd'hui sans avoir eu à faire le moindre effort et surtout sans savoir ce que c'est de trimer et depuis ce jour là c'est fini la coupure est vraiement faite, enfin je fais tout pour.

Depuis, un an j'interdit que ma fille aille chez ma famille, elle a 7 ans aujourd'hui mais souffre considérablement du manque de sa mémé (qui n'est pas une référence mais bon, elle l'aime et il n'ya qu'elle que je n'empêche pas d'aimer). Nous avons déménagez dans une région plus éloigné pour y construire notre maison, car les prix des terrains y étaient plus abordable. En ce moment, je reçois ma mère (dont j'ai l'impression qui m'aide que pour me faire du mal à travers ma fille) qui lui parle toujours de ma soeur et de ma nièce (puisqu'elles habitent toutes à côté). Et j'ai du mal à comprendre la capacité de pardonner même si le mal ne lui a pas été fait directement. Elle m'a dit aujourd'hui pour parler de ma nièce :

- Mais maman je l'aime, à moi elle ne m'a rien fait.

c'est comme un poignard que l'on m'enfonce dans le coeur.

J'arrive à comprendre que d'un côté sa réaction est dû à son âge et surtout à une certaine naîveté mais bien qu'en lui expliquant qu'elles m'ont fait beaucoups souffrir que si elle n'était pas tombé sur des parents solides, qu'à ce jour elle ne serait plus avec nous.

Je ne sais plus quoi faire, il me hâte que ma mère décède pour vraiement couper les ponts définitivement avec cette saleté de famille, c'est dur à lire (je sais) mais pourtant je vis le carcan en ce moment et je sans que je vais être un peu plus franche avec ma fille afin qu'elle fasse un choix. Où c'est sa mère qui l'aime où c'est une famille diabolique qui en l'a "caressant dans le bon sens du poil" la détruise. Ma fille est complètement déstabilisé.

Aidez-moi à avoir le meilleurs comportement pour ma fille car je craque.

Merci pour vos conseils par avance.

Ca m'a fait du bien de me vider.

a +

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité kaerlyon
Invité kaerlyon Invités 0 message
Posté(e)

bonjour :smile2:

Déjà, si parler t'as été positif, tant mieux ;)

pour le reste, te donner des conseils est un peu difficile, ne connaissant pas ta vie exactement. Je peux juste te donner mon ressentie par rapport à ton texte. Je pense que tu es trop "gentille", avec ta famille mais aussi avec ta fille.

Tu as vécu une enfance difficile mais tu as réussi à creer ton propre foyer. C'est ça le plus important. Si tu es sûr de ton mari, reposez vous l'un sur l'autre et faites abstraction du reste. A toi d'être plus ferme, avec ta mère en lui imposant certaines rêgles lorsqu'elle vient chez toi et ta fille aussi. Elle n'a pas à imposer sa volonté dans les histoires de ses parents.

Par expérience, je peux te dire que tu ne couperas jamais les ponts entièrement avec ta famille mais tu peux mettre certaines barrière entre elle et toi

Au début de tu parles de ton frêre, puis plus rien. Tu ne le vois plus ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mu39 Membre 558 messages
Forumeur forcené‚ 37ans
Posté(e)

Bon pas facile...Tu as été relativement solide dans tout cela.

Je vais pas m'attarder sur le passé!

Allons directement sur le présent et pour le moment sur ta fille!

Les enfants vont à l'école...se parlent...famille etc...

Ta fille a semble-t-il besoin de repère...et choisi de s'uniformiser.

Je pense qu'il est temps de parler a ta fille de la façon la plus impartial possible.

Ne fais pas l'erreur de vernir ta famille.

Ne la met à l'écart des problèmes que tu rencontres ou que ton homme rencontre au niveau de leur travail.

Je te dis cela car avec mon conjoint et moi -même avont eut de gros souci pro.

On a voulu éloigné nos filles...cela a changer leur comportement.

Mon contexte étant plus sain, ma mère m'a dit de tout leur dire. Biensûr, à leur niveau, ce ne sont pas des adulte n'ont plus.

Mais écarter nos enfants alors qu'ils ont besoin justement de faire parti de la famille en tant qu'individu actif est une erreur. Je m'en rends compte. Puisque j'ai suivi les conseils de ma mère et mes filles se sont apaisées et sont heureuses de participer dans la famille à leur niveau.

Ne te dis pas que ta fille est trop petite, les miennes ont 6 ans et 4 ans (la dernière à 2 ans donc je la compte pas là ^^).

Courage! Nos enfants souffrent quand nous souffrons. Et c'est le premier a vouloir nous aider , par des dessins qui remonte le moral, en faisant leur petit déjeuner, en faisant notre café, en voulant faire la vaisselle...etc...

Il est pas question de les faire grandir trop vite...il est pas question de se servir d'eux pour nous allèger dans nos tâches...il pas question de savoir q'il font bien ou non les choses.

Là, il s'agit d'apprécier un geste, un comportement qu'ils ont fasse à nous pour nous.

Courage, ta fille a besoin de toi et souhaite que toi et ton conjoint la considère comme une aide et non comme un boulet ou une personne trop fragile!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité joshdu76
Invité joshdu76 Invités 0 message
Posté(e)

Déjà laisse moi te dire que tu a beaucoup de courage pour avoir fait fasse a autant de méchanceté et de débilitée et que tu a bien plus de courage que ta soeur qui a besoin de picoler pour ne pas affronter la vie et se déffouler sur les autres pour évacuer sa haine , les gens comme elle sont pitoyable mais toi tu a un grand coeur , peut-être trop grand pour supporter autant de haine.

Pour tes relations mère/ fille je te conseille de consulté un psy pour enfants , certains font un boulot formidable et peuvent t'aider a mieux dialoguer avec ta fille , dans mon enfance j'avait une mère posséssive et j'était témoin de disputes conguguales (verbales) mais assez violentes et des conflits de voisinage tout aussi violent , l'école en a prit conscience assez tôt et j'ai rencontré un psy pour enfants et c'est utile pour l'enfant car il peut exprimer ce qu'il ressent et être écouter sans peur d'être jugé

Je te conseil aussi de pratiquer un sport et du yoga pour évacuer la pression que tu accumule depuis si longtemps (il faut pensser un peu a toi aussi) , d'ailleurs pourquoi pas avec ta fille et ton compagnon ? ça vous permèterait de renouer une complicité avec elle ...

Bon courage , je suit de tout coeur avec toi !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mu39 Membre 558 messages
Forumeur forcené‚ 37ans
Posté(e)

Encore un psy directe?????

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
annais64 Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merci à vous de m'avoir répondu ; ça donne de la baume au coeur de savoir que j'ai une réaction normale.

Ce midi, ma fille a parler de sa tante et a dit qu'elle voulait lui parler.

Je lui ai dit devant ma mère qu'elle faisait ce qu'elle voulait mais qu'elle connaissait la souffrance que j'avais quand j'entendais cela.

Ma mère a répondu qu'elle fera ce qu'elle voudra quand elle aura 20 ans.

Je n'ai pas voulu en rester là et ai refait un résumé bien précis devant toutes les deux pour raffraichir la mémoire, et j'ai dis que cela était ignoble de se servir d'un propre enfant si jeune pour atteindre sa propre mère. Que je n'embêtais personne, et de la laisser grandir harmonieusement sans la persécuter.

Je ne cache rien à ma fille et on est très complice mais la pauvre elle a une capacité de pardonner qui est incroyable. J'étais comme elle avant, mais dès que l'on a commencer à toucher à mon mari qui m'a beaucoup équilibré et par la suite à ma fille.

J'ai justement pour passer du temps avec elle, pris la décision d'aller toute les deux à walibi pour s'éclater pendant 2, 3 jours dans une dizaine de jours quand ma mère sera partie. Et comme mon mari travaille. Il m'a dit que ça nous fera du bien à toute les deux.

Pour parler de mon frère j'ai eu une déception depuis le jour où j'ai compris que de boire n'arrangeait pas les choses, et comme il était une référence pour moi que tout ce qu'il faisait était bien. Je n'ai plus pû le suivre dans sa direction et du coup j'ai dû faire une coupure sentimentalement ; disons que je me suis mise à l'aimer différement.

Si mon histoire pouvait aider des personnes qui n'arrive pas à s'arrêter avec l'alcool, je serais très heureuse d'accomplir un effet bénéfique à travers ce que j'ai vécu.

Je n'ai pas réussi à m'arrêter de suite, il m'a bien fallu environ 7 ans de reflexion, d'aide psychologique et d'essai pour mettre fin à cet univers infernal. On n'est pas bien et on rend les personnes qui nous aimes très malheureux.

Mais aujourd'hui c'est bel et bien fini et suis libérée.

Voila, ma fille aime sa famille dans son intégralité même si elle apporte des effets négatifs mais je ne peux aller à l'encontre de cela. Toutefois tant qu'elle sera à vivre sous mon toit, je ne peux pas faire comme si de rien n'était et lui donner l'opportunité qu'elle les revoie.

ca toujours était dit : On choisi ses amis mais pas sa famille. Et c'est fort heureusement qu'il y ait cet échapatoire.

Gros bisous à tout le monde et merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité joshdu76
Invité joshdu76 Invités 0 message
Posté(e)
Encore un psy directe?????

C'est utile parfois et je ne t'ai pas conseillier que ça relit bien , comme le fait de pratiquer une activité commune pour renouer des liens

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mu39 Membre 558 messages
Forumeur forcené‚ 37ans
Posté(e)

joshdu76 j'ai marqué cela car finalement c'est souvent les réponses qu'on lit.

Perso, cela me choque.

Biensur que j'ai lu ta suite.

Et visiblement anais a fait ce choix qui est très bien.

Je tenais simplement a réagir sur ce faites qu'aller voir un psy direct est pas forcément la meilleur chose à faire...surtout pour un enfant!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant