Revues


Presse Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour à toutes et à tous,

Je sollicite votre aide afin de mieux comprendre le monde de la presse. En fait, des copains et moi cherchons à lancer une revue dédiée à l'actualité politique et économique.

Donc si quelqu'un d'entre vous a de l'expérience dans le domaine, je le prie de m'éclairer à ce niveau.

Comment procède-t-on ? Doit-on avoir un capital de départ important ? Doit-on nécessairement être un spécialiste pour toucher à des thèmes d'actualité ?

Merci de votre aide bien précieuse!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Zak B. Membre 586 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Bonjour,

La création et le lancement d'une revue nécessite un certain nombre de travaux préalables :

1) la définition précise des domaines, des intérêts et de la fréquence de parution de cette revue;

2) la précision des principes directeurs et de la ligne de conduite de cette revue;

3) la réalisation d'une étude de marché pour s'assurer de l'opportunité et de la pertinence de cette revue;

4) la mise sur pied d'un comité de rédaction, de direction et d'administration;

5) l'obtention des différentes autorisations nécessaires;

6) la recherche d'une imprimerie qui serait prête à imprimer cette revue;

7) la préparation du contenu de la copie numéro 0;

8) la préparation de 60 à 80 % du contenu des six premiers numéros dans l'hypothèse où il s'agirait d'une revue mensuelle;

9) la recherche des journalistes et des pigistes, etc.

Le rédacteur en chef devrait être un généraliste, une personne ''touche à tout''.

Il faudrait trouver un noyau de spécialistes qui feraient graviter autour d'eux plusieurs personnes ressources.

Il faut noter que la constitution du bassin d'auteurs est très délicate, car chacun d'entre-eux cherchera à maintenir la voie de la revue sous sa coupe et orientation. Ainsi, un auteur donné refusera généralement d'écrire dans la revue s'il estime qu'il y aurait dans cette revue des auteurs d'une autre pensée ou qu'il ne serait pas de son calibre.

Tant que la revue n'est pas connue et ne s'est pas assurée un niveau certain de notoriété, les auteurs de renom rechigneront d'y contribuer.

Il faudrait certainement un capital pour s'assurer le paiement des auteurs et surtout le financement de l'impression car aucune imprimerie ne vous pré-financera tant que la revue ne générera pas des revenus suffisants.

Zak B.

Modifié par Zak B.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Presse Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour Monsieur,

Permettez-moi de revenir sur quelques points.

Au point 2, vous parlez de ligne directrice. Or, dans notre cas, il n'y aura pas de ligne de pensée. Nous analyserons l'actualité sous le prisme d'une pensée de droite comme de gauche. Actuellement, la mode est au pragmatisme. Nous n'envisageons donc pas nous cantonner sous un angle d'analyse. Cela est-il souhaitable ?

Au point 8, vous mentionnez la nécessité de préparé 60 à 80 % des six premiers numéros. Comment serait-ce possible, puisque nous envisageons d'aborder des thèmes d'actualité ?

Vous parlez de recherche de journalistes au point 9. Nous n'entrevoyons pas recruter des journalistes pour les deux premières années. En fait, ce que nous comptons faire, c'est de donner la parole à des enseignants de niveau universitaire spécialisés dans des domaines en lien avec les thèmes d'actualités à commenter.

Notre rédacteur en chef est un expert en marketing. Il ne prétend pas avoir une large connaissance dans les domaines de la politique, de l'économie, et autres domaines connexes. Mais en contrepartie, il est en mesure d'élaborer des stratégies de vente, de distributions, de promotions élaborées et efficaces. Après tout, il est nettement plus préférable d'avoir un spécialiste de la vente qu'un généraliste, un homme à tout faire.

Quand vous parlez du refus d'un auteur d'écrire dans la revue s'il estime qu'il y aurait dans cette revue des auteurs d'une autre pensée, je ne partage pas votre pensée. Entendons-nous. Les auteurs choisis seront pour la plupart des enseignants de niveau universitaire. Je ne vois pas pourquoi un enseignant refuserait d'écrire dans la même revue que celle de son collègue ou de celui d'un autre departement.

Enfin, est-ce qu'un capital de 25 000 ¿ serait une mise initiale suffisante ?

Bien a vous,

Frederick

Modifié par Presse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zak B. Membre 586 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Rebonjour,

Au point 2, vous parlez de ligne directrice. Or, dans notre cas, il n'y aura pas de ligne directrice et de ligne de pensée. Nous analyserons l'actualité sous le prisme d'une pensée de droite comme de gauche. Actuellement, la mode est au pragmatisme. Nous n'envisageons donc pas nous cantonner sous un angle d'analyse. Cela est-il souhaitable ?

Vous venez, là, de formuler la ligne directrice de votre revue qui est d'être apolitique, ni de droite ni de gauche.

Au point 8, vous mentionnez la nécessité de préparé 60 à 80 % des six premiers numéros. Comment serait-ce possible, puisque nous envisageons d'aborder des thèmes

d'actualités ?

Les thèmes d'actualité ne relèvent pas uniquement du quotidien ou de la semaine. Ils s'étalent généralement sur l'année et même sur le moyen terme ( jusqu'à 4-5 ans.)

Il faut préparer 60 % du contenu qui couvrirait l'année et même le moyen terme. Le reste, c'est-à-dire les 40 %, serait consacré aux événements récents.

Vous parlez de recherche de journalistes au point 9. Nous n'entrevoyons pas recruter des journalistes pour les deux premières années. En fait, ce que nous comptons faire, c'est de donner la parole à des enseignants de niveau universitaire spécialisés dans des domaines en lien avec les thèmes d'actualités à commenter.

Mon terme de journaliste réfère à pourvoyeur d'articles.

Notre rédacteur en chef est un expert en marketing. Il ne prétend pas avoir une large connaissance dans les domaines de la politique, de l'économie, et autres domaines connexes. Mais en contrepartie, il est en mesure d'élaborer des stratégies de vente, de distributions, de promotions élaborées et efficaces. Après tout, il est nettement plus préférable d'avoir un spécialiste de la vente qu'un généraliste, un homme à tout faire. N'est-ce pas plus judicieux ?ž

Il y a du bon et du moins bon dans ce choix. Il faudrait éviter de donner à votre revue une finalité de vente pour la vente. La préoccupation marketing est importante, mais l'équilibre du portefeuille des articles à insérer dans un même numéro demanderait un rédacteur plutôt généraliste.

Quand vous parlez du refus d'un auteur d'écrire dans la revue s'il estime qu'il y aurait dans cette revue des auteurs d'une autre pensée, je ne partage pas votre pensée. Entendons-nous. Les auteurs choisis seront pour la plupart des enseignants de niveau universitaire. Je ne vois pas pourquoi un enseignant refuserait d'écrire dans la même revue que celle de son collègue ou de celui d'un département autre.

Vous ne pouvez pas puiser vos auteurs uniquement dans le monde universitaire. Il faut chercher d'autres voix, d'autres expériences.

La revue est à ouvrir aux universitaires, aux hommes d'affaires, aux politiciens, aux syndicalistes, bref à toutes les sensibilités.

Plus l'ouverture est grande, plus vous risquez de vous heurter à des gens qui accepteraient difficilement de côtoyer d'autres.

Enfin, est-ce qu'un capital de 25 000 ¿ serait une mise initiale suffisante ?

Seule une étude d'opportunité de la revue permettrait de se prononcer sur le montant de départ nécessaire.

Zak B.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant