Beaubourg


TitoVaudoo Membre+ 5 355 messages
Posté(e)

Dans une atmosphère endiablée de fête parigot-napolitaine, on chante, on danse, on chiale sur des histoires de canailles, de pourris dégueulasses et de clowns qui sentent sous les bras.

Il y a des accents de Jacques Brel, de Nino Rota, de Renaud ou de Paolo Conte. On entend du swing, des tarentelles, du rock ou du reggae. Beaubourg nous embarque pour un soir sur le pont d'un bateau ivre, emporté par la fougue, la nostalgie et l'amour¿un verre à la main.

En cinq ans, les sept musiciens de Beaubourg ont donné plus de 300 concerts et écumé les cafés théâtres et les scènes de Paris, de province et d'ailleurs, en brûlant littéralement les planches à chacun de leurs passages. Repérés par le Chantier des Francos en 2003, ils sont programmés aux Francofolies de La Rochelle, et séduisent dans la foulée le public de nombreux festivals, des Landes jusqu'au Pas de Calais en passant par le Centre. Depuis 2005 ils ont élargi leur public à l'Europe, en jouant en Ukraine et en Hongrie. Une chose est sûre, dès la première fois, Beaubourg accroche, enthousiasme, émeut sans distinction de génération ou d'origine. Les mélodies, simples et entraînantes, prennent le contre-pied de textes qui dressent, en français comme en italien, des constats souvent amers sur notre société et sur notre condition moderne. Un cocktail tragi-comique explosif qui fait mouche à tous les coups.

Chronique tirée du Myspace du groupe.

Mais je vous conseille de visiter leur site officiel.

Quelques chansons parmi mes préférées:

Gérard

Canaille

Michel

Napoli

Je pourrais toutes les poster, je vous laisse découvrir. Un texte cependant pour voir la qualité de leurs paroles:

Tout a commencé,

Je savais à peine marcher

J'ai très vite compris

Que j'étais condamné

Et si je voulais une chance

De ne pas pourrir ma vie,

Il fallait malheureusement

Que je quitte mon pays

Et c'est la mort dans l'âme,

La larme dans les bagages

Que seul j'ai entrepris

Ce périlleux voyage

Et mes couchers de soleil,

Ces caresses face au froid

Je m'absente souvent

Pour vérifier qu'ils sont là car

Je n'ai pas de femme,

Je n'ai pas d'ami

Je n'ai pas de maison,

Non, plus de famille

Mais je sais, nom de nom,

Qu'aujourd'hui

Si je suis là, ici,

C'est que j'ai mes raisons

Car j'ai connu la misère,

Celle qui frappe le ventre

Mais celle que je vis ici

C'est par la tête qu'elle rentre

Et si elle ne s'attaque pas

Au corps qui me porte,

Dieu sait qu'elle peut blesser

L'âme qui m'emporte

Les sourires ne me réchauffent plus,

L'amour j'ai jamais vu,

Il me faut des tonnes de rire,

Sans quoi je suis perdu

Utopie qui serre les poings

Et m'assèche les yeux,

Le pire c'est que tout ça pour moi

C'est ce qu'il y avait de mieux mais

Je n'ai pas...

Le coup de grâce arrive quand

Autour de moi

Je constate que ma détresse

N'émeut même pas

Elle fait peur, elle fait dire

Que je ferais n'importe quoi

Et pour éviter cela

Il faudrait qu'on me renvoie

C'en est trop, ma tête brûle

Je me sens humilié

J'aurai donc tout perdu

A vouloir essayer

De faire ce que, finalement,

Tout le monde espère

De sa vie quelque chose

Quelque part sur cette Terre, mais

Je n'ai pas...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité goldored
Invité goldored Invités 0 message
Posté(e)

c'est vraiment sympa!

merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant