La grève ? un devoir citoyen?

Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Les gens ne manifestent pas que pour le statut des enseignants chercheurs, perso je m'en tape de leur statut, ce que je trouve grave c'est qu'ils se retrouvent avec moins d'agents d'entretien, moins de secrétaires, zéro agents de sécu (si un étudiant se fait agresser, c'est les caméras qui le défendent ?), etc...

La masterisation des concours et la baisse du niveau qui s'en suit c'est un autre débat mais je trouve autrement plus préoccupant que les services de la fac soient ainsi bradés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

R4fale Membre 1 236 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)
Les gens ne manifestent pas que pour le statut des enseignants chercheurs, perso je m'en tape de leur statut, ce que je trouve grave c'est qu'ils se retrouvent avec moins d'agents d'entretien, moins de secrétaires, zéro agents de sécu (si un étudiant se fait agresser, c'est les caméras qui le défendent ?), etc...

La masterisation des concours et la baisse du niveau qui s'en suit c'est un autre débat mais je trouve autrement plus préoccupant que les services de la fac soient ainsi bradés.

C'est pas en bloquant que ça va s'arranger !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

La fac de ma ville n'est pas bloquée, merci de ne pas dire n'importe quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
un.etre Membre 593 messages
Forumeur forcené‚ 34ans
Posté(e)

Je ne veux pas jouer sur les mots mais c'est pas un devoir mais un droit. On ne doit pas faire greve mais on peut.....

Modifié par un.etre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
R4fale Membre 1 236 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)
La fac de ma ville n'est pas bloquée, merci de ne pas dire n'importe quoi.

Ben la tienne peut etre et tant mieux pour toi! Pas le cas de tout le monde

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)
Ben la tienne peut etre et tant mieux pour toi! Pas le cas de tout le monde

Tu sais que si ça ne te plait pas, tu peux aller te battre pour qu'elle soit débloquée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kaéliméa Membre 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour! j'ai internet depuis quelques jours maintenant et j'attendais cete occasion pour pouvoir discuter avec d'autre personnes échanger des avis etc ca fais plaisir.

Je sis menuisier de métier. ca fait 10 ans. Et en dix ansje n'ai jamais manifesté parce que malgrémoi je ne pouvais pas me permettre cet acte noble et ce devoir citoyen qu' est le droit de faire la grève. et d'ailleur ca n'est pas un droit c'est une liberté d'expression qui nous est propre! Je rspete ces gens qui descendent dans les rues pour montrer leur désaccord avec le haut de la pyramide.

Ce qui me sidere le plus ce sont ces polticiens qui croient avoir tout vu tout fais avec leur statistiques et leur théories.Ils balancent des chiffres aux médias qui les répètes comme un perroquet. Ils sont sorteent tous e la meme école alors leur méthode pour appater le prolétaire sont identiques. Tous c pour en venir qu'ils sont prets à nous écouter??!! Mais ils faut qu'ils arrete la bran.. Tout le onde sait pourquoi les gens descendent dans les rues !!! Pour moi c ni plus ni moins de la sourde oreille. genre "laissons les s'enflammer un peu et vont ce fatiguer"

J'ai l'impression que moralement ont a fait un bon en arriere de 300 ans avec le ptit roi qui se joues de ces paysans

Par ailleur si l'état ce dis etre social, Alors pourquoi n'aide t'elle que les banques?

Elle ne trouve pas un sous pour aider les associations qui sont sur le terrain

Elle ne donne pas un sous pour la sécu bien qu' un jour ou l'autre faudras bien payer

les gros et gras patrons tel que renault(dont le bénéfice à doublé malgré la crise financiere) s'en ettent pleins les fouilles et virent a tour de bras ...

Je crois que l'humanisme à disparu au profit de l'individualisme et le capitalisme

Liberté Egalité Fraternité se sont ternis au fil des années il tient qu'à nous de redorrer ces mots qui faisait de la France un grand pays.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Les gens ne manifestent pas que pour le statut des enseignants chercheurs, perso je m'en tape de leur statut, ce que je trouve grave c'est qu'ils se retrouvent avec moins d'agents d'entretien, moins de secrétaires, zéro agents de sécu (si un étudiant se fait agresser, c'est les caméras qui le défendent ?), etc...

La masterisation des concours et la baisse du niveau qui s'en suit c'est un autre débat mais je trouve autrement plus préoccupant que les services de la fac soient ainsi bradés.

Le nombre d'administratifs a baissé dans les facs ? Première nouvelle. Les postes ne cessent d'être créés depuis les années 80. Compare les effectifs sur 20 ans et tu verras une explosion de l'encadrement administratif. Or être en surrefectif est une très mauvaise idée car ceux désoccupés viennent corrompre ceux qui bossent. En revanche, les centres de recherche sont souvent les parents pauvres des dotations en personnel. Mais ça c'est la faute des secrétaires généraux.

Une solution pour un encadrement efficace et point trop ruineux (qui permettrait d'ouvrir les BU toute la nuit par exemple) : réserver nombre d'emplois à l'intérieur des universités aux étudiants, ce qui leur permettrait de financer leurs études autre part que chez mcdo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mu39 Membre 558 messages
Forumeur forcené‚ 37ans
Posté(e)

la grève n'est pas un devoir en soit! C'est un droit.

Il ne devient devoir qu'en extrême nécessité.

Dans tout les cas sans droit direct d'expression nous n'aurions pas les acquis qui nous avons a l'heure actuelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)
Le nombre d'administratifs a baissé dans les facs ? Première nouvelle. Les postes ne cessent d'être créés depuis les années 80. Compare les effectifs sur 20 ans et tu verras une explosion de l'encadrement administratif. Or être en surrefectif est une très mauvaise idée car ceux désoccupés viennent corrompre ceux qui bossent. En revanche, les centres de recherche sont souvent les parents pauvres des dotations en personnel. Mais ça c'est la faute des secrétaires généraux.

Une solution pour un encadrement efficace et point trop ruineux (qui permettrait d'ouvrir les BU toute la nuit par exemple) : réserver nombre d'emplois à l'intérieur des universités aux étudiants, ce qui leur permettrait de financer leurs études autre part que chez mcdo.

??

Bah pourquoi on supprime six postes dans l'UFR lettres et sciences humaines de la fac d'à coté de chez moi ? huhu.

Sans parler du fait que, je le redis, leur acceuil n'est ouvert que trois heures le matin. La question n'est pas d'être en sureffectif mais que le service soit rendu tout au long de la journée et pas sur une plage-horaire merdique.

On a également mis fin au contrat avec la sécurité, des IATOS vont sauter, etc... Je trouve pas ça normal. Déjà que leur fac est crade et pas super bien entretenue...

Moi je suis contre les emplois étudiants. Dans la majorité des cas ça les coule. Surtout s'ils bossent de nuit. La nuit c'est fait pour dormir, quand on étudie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

C'est marrant comme ceux qui veulent absolument voir des vertus dans la grève, même la plus stupide, proclament sans cesse que : "sans grève, pas de droits et privilèges".

Cette assertion est assez cocasse quand on sait que la grève a été légalisée, en France, en 1864, dans la phase libérale du Second Empire... sans obéir à aucun diktat de la rue. :smile2: Un Etat performant n'a pas besoin de porteurs de pancartes pour légiférer.

De même, ce n'est pas en cédant à la rue que Bismark instaure, à la fin du XIXe siècle, un système social relativement novateur dans le tout jeune IIe Reich. Les hommes d'Etat, là encore, n'ont pas nécesserairement besoin d'entendre beugler autour de feux de poubelles (quelle image d'épopée ! ;) ) pour développer des visions de l'avenir et décider d'orientations oeuvrant pour la gloire de la Nation.

Quant à voir un "devoir" dans la grève, c'est surtout celui des moutons de Panurge qui, face à chaque proposition, prononcent un "non" systématique. Qui se rappelle encore la "glorieuse grève" des étudiants, UNEF en tête, contre... la réforme LMD, c'est à dire l'harmonisation des diplômes européens. C'est beau les combats d'arrière garde !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Non bien entendu. La grève à elle seule ne suffit pas, ceci dit il faut admettre que parfois elle fut un moyen de pression efficace. Ca a filé un bon coup de pied au cul au Front Pipeau l'air pour lui apprendre à respecter ses promesses par exemple.

Ceci dit dans le cas présent, je pense que la protestation est plus que légitime, mais je ne crois pas à l'efficacité du mouvement social tel qu'il se déroule. Pour moi c'est avant tout une bataille idéologique, une bataille de conceptions antagonistes de la société, et pas seulement des réclamations précises, et il faudrait d'abord gagner les idées.

Après bon, les mecs ont encore trois ans pour le faire hehe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
??

Bah pourquoi on supprime six postes dans l'UFR lettres et sciences humaines de la fac d'à coté de chez moi ? huhu.

Sans parler du fait que, je le redis, leur acceuil n'est ouvert que trois heures le matin. La question n'est pas d'être en sureffectif mais que le service soit rendu tout au long de la journée et pas sur une plage-horaire merdique.

On a également mis fin au contrat avec la sécurité, des IATOS vont sauter, etc... Je trouve pas ça normal. Déjà que leur fac est crade et pas super bien entretenue...

Moi je suis contre les emplois étudiants. Dans la majorité des cas ça les coule. Surtout s'ils bossent de nuit. La nuit c'est fait pour dormir, quand on étudie.

Le Président et le SG décident de la répartition des postes à l'intérieur de l'Université. Ta faculté (ou UFR) n'a aucune personnalité juridique et elle ne possède pas de personnel en propre. Maintenant, je suis très étonné si tu m'annonces que ton Université voit la suppression pure et simple de postes d'ASU ou d'ITRF alors que le MInistère passe son temps à en accorder. Regarde les chiffres nationaux et compare l'évolution des effectifs entre 1980 et aujourd'hui : certaines Universités passent de 130 administratifs à plus de 500 quand leur nombre d'étudiants n'a pas même doublé.

Pour ce qui est de l'ouverture des secrétariats, c'est que le doyen (et le Président au dessus de lui) est un gros démago vis à vis des administratifs qu'il n'affecte pas intelligemment et à qui ils n'imposent pas des horaires d'accueil du public acceptables. Dieu merci, toutes les universités ne sont pas aussi désorganisées que la tienne.

Pour le travail des étudiants, plusieurs choses :

- Toutes les filières ne demandent pas le même investissement et la même charge de travail. Si le Droit mène à une quasi ascèse, les étudiants en psycho ne croulent pas sous les TD ni même le travail personnel. De plus, les horaires sont plus ou moins chargés en fonction des années d'études.

- Militer pour se consacrer uniquement aux études est bien joli mais certains étudiants n'ont pas de parents susceptibles de les soutenir (ou parfois des parents pingres ne voulant rien débourser) et sont bien heureux de pouvoir avoir un emploi salarié qui leur permette de connaître autre chose que le CROUS et des vacances à squatter chez la tante vieille fille qui vit à la campagne.

- Que l'Université réserve des emplois à certains de ses étudiants permet à ces dernier d'acquérir une expérience professionnelle, ce qui n'est pas forcément stupide. Cela peut même susciter des vocations de carrière dans l'administration.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Stahlgewittern
Invité Stahlgewittern Invités 0 message
Posté(e)

Oui, mais de jour le travail.

Il y a six suppressions de postes, je ne les ai pas inventé. Je ne sais pas à quoi ça rime mais le fait est que.

Pour les filières LLSH certaines sont effectivement des essaims de jean foutres, mais d'autres, notamment histoire, nécéssitent un investissement personnel conséquent si on veut arriver à quelque chose, notamment les concours d'enseignement (enfin... c'était du moins vrai jusqu'à cette année).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Non bien entendu. La grève à elle seule ne suffit pas, ceci dit il faut admettre que parfois elle fut un moyen de pression efficace. Ca a filé un bon coup de pied au cul au Front Pipeau l'air pour lui apprendre à respecter ses promesses par exemple.

Ceci dit dans le cas présent, je pense que la protestation est plus que légitime, mais je ne crois pas à l'efficacité du mouvement social tel qu'il se déroule. Pour moi c'est avant tout une bataille idéologique, une bataille de conceptions antagonistes de la société, et pas seulement des réclamations précises, et il faudrait d'abord gagner les idées.

Après bon, les mecs ont encore trois ans pour le faire hehe.

Cette crise n'est pas la première et ne sera pas la dernière.

L'un de ses ressorts fondamentaux est que le pouvoir d'achat des classes moyennes est en recul depuis deux ou trois décennies et que la consommation ne peut guère tenir qu'avec le crédit.

Que proposer face à cela ? D'accroitre le pouvoir d'achat pour courrir toujours plus vers une consommation effrenée et insensée ? Comme si la notion de croissance perpétuelle, dans un monde par essence fini (les produits miniers ne se régénèrent pas par magie), était autre chose qu'une aberration. Or que demandent les syndicats ? Un pouvoir d'achat qui ne recule jamais voire augmente. Et parfois les mêmes nous parlent d'écologie avec des trémolos dans la voix. :smile2:

La crise n'est pas française mais mondiale et a des causes certes conjoncturelles mais aussi structurelles. Quelle est la recette magique que devrait appliquer le seul gouvernement rançais, sommé par les porteurs de pancartes ? Quelle est la contre-proposition de Société développée par le million de porteurs de pancartes hier ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
TitoVaudoo Membre+ 5 355 messages
Posté(e)
Cette crise n'est pas la première et ne sera pas la dernière.

L'un de ses ressorts fondamentaux est que le pouvoir d'achat des classes moyennes est en recul depuis deux ou trois décennies et que la consommation ne peut guère tenir qu'avec le crédit.

Que proposer face à cela ? D'accroitre le pouvoir d'achat pour courrir toujours plus vers une consommation effrenée et insensée ? Comme si la notion de croissance perpétuelle, dans un monde par essence fini (les produits miniers ne se régénèrent pas par magie), était autre chose qu'une aberration. Or que demandent les syndicats ? Un pouvoir d'achat qui ne recule jamais voire augmente. Et parfois les mêmes nous parlent d'écologie avec des trémolos dans la voix. :smile2:

La crise n'est pas française mais mondiale et a des causes certes conjoncturelles mais aussi structurelles. Quelle est la recette magique que devrait appliquer le seul gouvernement rançais, sommé par les porteurs de pancartes ? Quelle est la contre-proposition de Société développée par le million de porteurs de pancartes hier ?

Une augmentation du pouvoir d'achat ne rime pas forcément avec une augmentation des richesses et de la productivité globales. Mais une répartition plus égalitaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Oui, mais de jour le travail.

Il y a six suppressions de postes, je ne les ai pas inventé. Je ne sais pas à quoi ça rime mais le fait est que.

Pour les filières LLSH certaines sont effectivement des essaims de jean foutres, mais d'autres, notamment histoire, nécéssitent un investissement personnel conséquent si on veut arriver à quelque chose, notamment les concours d'enseignement (enfin... c'était du moins vrai jusqu'à cette année).

Certains n'ont pas cours tous les jours et on peut imaginer un travail de nuit lorsqu'ils n'ont pas cours le lendemain. Les Universités pourraient aussi arrêter d'être autistes et concevoir des emplois du temps en tenant justement compte des impératifs du salariat. Ce qui marche dans certaines universités américaines n'a pas de raison d'être impossible à mettre en place en France. Et des BU qui ne ferment jamais, c'est un rêve pour tout étudiant, surtout quand il sait que c'est le cas dans des BU d'outre Atlantique, outre Manche voire outre Alpes (l'Italie est moins bordélique qu'on ne le croit).

Quant à la mastérisation des concours, comme toujours en France, la réforme est faite à la va vite mais son principe n'est pas forcément stupide. Quelle est la pertinence de concours très difficiles comme le CAPES ou l'agreg avec des programmes extrêmement pointus (pour ne pas dire des sujets têtes d'épingle) alors qu'il s'agit de sélectionner des enseignants de classes de collège et lycée et non des chercheurs qui interviendront en Master 2 ? Ces concours sont-ils gage de maîtrise d'une pédagogie élémentaire ? Le principe de l'école normale, à la rigueur, était plus logique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
R4fale Membre 1 236 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)

Une augmentation du pouvoir d'achat( des salaires entre autres) = une augmentation effective de la consommation = une courbe de la demande croissance= systematiquement une courbe de l'offre croissante ( l'offre s'aligne sur la demande ) = un cout de production et d'achat des matieres premiere accru = une augmentation durable des prix (les prix s'alignent sur l'offre) = a une belle grosse inflation = des grêves et encore des grêves!!

Deplus une augmentation des salaires = une diminution systematique de l'offre d'emploie = un taux de chômage augmenté

Une stagnation des prix avec augmentation de l'inflation ( crise) = augmentation du taux d'emploie = diminution du taux de chômage

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Une augmentation du pouvoir d'achat ne rime pas forcément avec une augmentation des richesses et de la productivité globales. Mais une répartition plus égalitaire.

Si cela était vrai, ce ne serait pas aux employés occupant un appart ou une maison, possédant 2 voitures par couple et possédant tout l'électro-ménager qui faisait fantasmer la ménagère des années 50, de manifester.

La notion de "répartition des richesses" est particulièrement floue et, étrangement, je n'entends que des gens proclamer que lesdites richesses sont mal réparties à leur égard. :smile2:

Une augmentation du pouvoir d'achat des classes moyennes ne viserait qu'à essayer de relancer la production industrielle. Mais c'est une course sans fin qui devra recourir à toutes les ficelles de la pub pour persuader qu'il faut consommer encore et toujours même quand on est déjà gavé. Si ça, pour les syndicats, ça constitue un contre-modèle de Société, je me permets de ricaner. Seuls les partisans de la décroissance proposent quelque chose de particulièrement novateur et qui possède une logique intéressante. Ce n'était absolument pas eux qui manifestaient hier.

Modifié par Simplicius

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
R4fale Membre 1 236 messages
Forumeur alchimiste‚ 29ans
Posté(e)
Certains n'ont pas cours tous les jours et on peut imaginer un travail de nuit lorsqu'ils n'ont pas cours le lendemain. Les Universités pourraient aussi arrêter d'être autistes et concevoir des emplois du temps en tenant justement compte des impératifs du salariat. Ce qui marche dans certaines universités américaines n'a pas de raison d'être impossible à mettre en place en France. Et des BU qui ne ferment jamais, c'est un rêve pour tout étudiant, surtout quand il sait que c'est le cas dans des BU d'outre Atlantique, outre Manche voire outre Alpes (l'Italie est moins bordélique qu'on ne le croit).

Quant à la mastérisation des concours, comme toujours en France, la réforme est faite à la va vite mais son principe n'est pas forcément stupide. Quelle est la pertinence de concours très difficiles comme le CAPES ou l'agreg avec des programmes extrêmement pointus (pour ne pas dire des sujets têtes d'épingle) alors qu'il s'agit de sélectionner des enseignants de classes de collège et lycée et non des chercheurs qui interviendront en Master 2 ? Ces concours sont-ils gage de maîtrise d'une pédagogie élémentaire ? Le principe de l'école normale, à la rigueur, était plus logique.

Pas réalisable pour tout les cursus universitaires!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant