Sloterdijk : la France, un danger pour l'europe ?


Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
83e11f6a8e902b26a7736af7c3ea40d1Peter+Sloterdijk2+R.jpg

Sloterdijk : la France, un danger pour l'europe ?


Samedi 27 Décembre - 13:38

Pour la plupart des commentateurs, l'amitié franco-allemande est le socle de la paix en Europe. Pas pour Peter Sloterdijk, qui estime que les deux pays s'éloignent l'un de l'autre depuis 1945. Dans sa « Théorie des après-guerres » (Libella/Maren Sell), il observe que la France, contrairement à sa voisine, n'a pas fait son examen de conscience car elle a maquillé sa défaite en victoire. Une thèse provocante qui fera grincer pas mal de dents.



Le Point : A en croire Blandine Kriegel et Rudolf von Thadden, vous réclamez la fin du couple franco-allemand. Serez-vous le seul intellectuel à plaider pour la rupture le 8 juillet 2012 lorsque nous célébrerons à grand bruit le jubilé de la réconciliation ? Est-ce bien raisonnable ?

Peter Sloterdijk : Oui, c'est très raisonnable. Je joue en quelque sorte le rôle d'un avocat spécialisé dans les divorces et il me semble que c'est un métier parfaitement noble. Dans le cas d'un couple qui avait une longue habitude des relations autodestructrices, je préconise la discrétion dans les relations futures. Cela dit, je n'exclus pas de m'exprimer d'une façon légèrement plus modérée en 2012. Permettez-moi de rappeler que cet essai est issu d'une conférence que j'ai prononcée dans le cadre d'une énième rencontre franco-allemande-à laquelle assistaient d'ailleurs mes contradicteurs. La fameuse amitié franco-allemande est un fantôme inventé par les professionnels de la rencontre officielle. Il m'a semblé utile et même nécessaire de troubler ces routines autocongratulatoires. Car quels sont les rapports réels de nos pays au-delà du bluff des invités d'honneur dans les centres culturels ? Il y a les échanges économiques, un peu de tourisme et une grande indifférence réciproque, et c'est très bien comme ça.

En somme, vous recommandez la séparation, comme la plupart des gens raisonnables la recommandent aux Israéliens et aux Palestiniens. Vous exagérez un peu, non ?

La théorie des conflits montre clairement que les relations guerrières sont fondées sur une fascination réciproque. Il s'agit de désenchanter les peuples pour pouvoir repartir sur des bases plus raisonnables. Dans le cas de la France et de l'Allemagne, cette fascination a opéré durant deux siècles, de la Révolution française aux années 1950, quand Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, deux hommes d'Etat, ont initié ensemble un processus de refroidissement qui a permis de sortir de nos passions malsaines. Sans le savoir, Blandine Kriegel comme Rudolf von Thadden sont les symptômes d'une relation refroidie, voire tout à fait morte, car ils font du rapport entre les deux partenaires un objet académique, et l'académisation est toujours l'équivalent de la mort clinique. Autant dire que leurs objections ne m'impressionnent guère. Cela dit, je suis très surpris par la haine de la théorie que l'on observe de plus en plus souvent chez des gens dont le métier est de faire de la théorie.

Justement, pourriez-vous expliciter les fondements théoriques de votre analyse historique et politique ?

J'essaie de combiner deux théories de grande envergure. La première, française, est celle de René Girard sur la rivalité mimétique. La seconde est celle de Heiner Mühlmann, spécialiste allemand de ce qu'on appelle maintenant la neuro-rhétorique. Pour lui, les cultures sont en quelque sorte des animaux sauvages qui vivent sous la loi du stress, dans un état permanent de préparation à la guerre. Par conséquent, les lendemains de guerre sont pour toute culture un moment privilégié pour corriger son décorum, terme classique qui désigne le système des « bonnes manières » qui lui permet de se reproduire.


Propos recueillis par Elisabeth Levy
Suite de l'article...
Source: lepoint.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

je suis d'accord sur un point, c'est que la france a plus tendance a regarder la fin victorieuse du conflit et occulter la debacle de 1939...c'est normal comme reaction mais bon...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant