Interview de Clint Eastwood - "J'avance seul"


Yavin VIP 32 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
clint-eastwood-berlin-2007-nicolas-guerin.jpg

Interview Clint Eastwood - "J'avance seul"


Dimanche 09 novembre - 10:21

Clint Eastwood, 78 ans, est sans doute le dernier grand cinéaste classique. Dernière preuve en date, « L'échange » (sortie le 12 novembre), le portrait magistral d'une mère qui affronte envers et contre tous la corruption des institutions. Interview.



Le Point : Comme « Mystic River » (2003), « L'échange » a pour point de départ la disparition d'un enfant...

Clint Eastwood : Oui, c'est le centre des deux films. Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi ce thème m'attire, mais les faits sont là. « Mystic River » était l'adaptation d'un roman. Ici, on a affaire à l'une de ces histoires vraies qui dépassent la fiction. J'y pensais tout le temps sur le tournage : Christine Collins a réellement existé. Elle a subi le choc épouvantable de la disparition de son fils, elle a été manipulée par la police qui voulait qu'elle reconnaisse un autre petit garçon comme le sien, on l'a enfermée dans un hôpital psychiatrique.

Comment avez-vous procédé pour être le plus fidèle possible à la réalité ?

Je me suis plongé dans la documentation existante, venue pour l'essentiel du Los Angeles Times, qui avait couvert l'affaire. Et puis je me suis rendu au ranch de Gordon Northcott, le tueur en série. La maison existe toujours, entourée de tout un quartier, alors qu'en 1928 c'était au milieu de nulle part. Evidemment, les voisins n'ont pas la moindre idée de ce qui s'est produit là... Le jour où nous y sommes allés, il n'y avait personne. On a vu le poulailler, peut-être le même que celui où Northcott enfermait les garçons qu'il kidnappait... Sinistre ! J'ai tenu à m'y rendre parce que j'étais touché par Christine Collins, par sa solitude. Dans les années 1920, une mère célibataire ne jouissait pas du même respect qu'une femme mariée. On a des photos d'elle avec le petit garçon qu'ils voulaient faire passer pour son fils. Il suffit d'un coup d'oeil pour voir que ce n'est pas lui !

Y a-t-il des points communs entre les Etats-Unis de la Grande Dépression et ceux d'aujourd'hui ?

Je suis tenté de vous répondre que non, d'abord parce que seuls les gens de mon âge ont gardé la mémoire des années 1930. C'était un autre monde. Je me souviens d'une visite à l'Exposition universelle de San Francisco. On y montrait un prototype de téléviseur, et personne n'aurait parié un sou sur l'avenir de cette chose ! J'ai d'ailleurs choisi une image proche du noir et blanc, parce que c'était ça, le climat psychologique. Impossible d'en donner une vision réaliste en Technicolor.

Vous préparez pour 2009 un film sur Nelson Mandela avec Morgan Freeman dans le rôle principal...

Mandela a été traité pendant des décennies comme un terroriste. Il a passé vingt-six ans en prison. Le film commence quand il vient d'être libéré et montre comment il devient président et travaille à la réconciliation des Noirs et des Blancs. C'est un hommage à l'impact que peut avoir un homme sur l'Histoire. Le film ne sera pas une hagiographie : il avait cette femme un peu folle, et quelques défauts. Son triomphe sur l'adversité est admirable justement parce qu'il n'était pas un saint.




Propos recueillis par Florence Colombani
Suite de l'article...
Source: lepoint.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Clint  Membre 126 messages
Forumeur inspiré‚ 27ans
Posté(e)

clint > all

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant