les primés litteraires 2008 sont....


grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

Ca y est, nous sommes en novembre et les prix litteraires commence a pleuvoir sur les ecrivains

En effet, apres avoir semes des livres toutes l'annees (bon d'accord surtout en septembre avec notre chere et surtout nationale rentree litteraire) octobre et novembre est la periode ou nos auteurs favoris recoltent le fruit de leur labeur!

Donc voici les premier primes de cette annee!

  • Man Booker Prize (equivalent britannqiue du Goncourt)
    Aravind Adiga "Le tigre blanc"

Le tigre blanc, c'est Balram Halwai, ainsi remarqué par l'un de ses professeurs impressionné par son intelligence aussi rare que ce félin exceptionnel. Dans son Bihar natal miséreux, corrompu et violent, Balram est pourtant obligé d'interrompre ses études afin de travailler, comme son frère, dans le tea-shop du village. Mais il rêve surtout de quitter à jamais les rives noirâtres d'un Gange qui charrie les désespoirs de centaines de générations. La chance lui sourit enfin à Delhi où il est embauché comme chauffeur. Et tout en conduisant en driver zélé, au volant de sa Honda City, M. Ashok et Pinky Madam, Balram Halwai est ébloui par les feux brillants de l'Inde récente des nouveaux entrepreneurs. L'autre Inde, celle des trente-six millions et quatre dieux, celle des castes, des cafards, des taudis, des embouteillages monstres, des affamés, des éclopés et des laissés-pour-compte de la Shining India du XXIe siècle, finit par avoir raison de son honnêteté. Car, de serviteur fidèle, Balram bascule dans le vol, le meurtre et pour finir... dans l'Entreprise... Roman obsédant écrit au scalpel et à même la chair du sous-continent, Le Tigre blanc, conte moderne, irrévérencieux, amoral mais profondément attachant de deux Indes, est l'¿uvre du plus doué des jeunes auteurs indiens


  • Prix du jury Jean Giono
    Jean-Marie Blas de Robles "Là où les tigres sont chez eux"

« ¿ L'homme à la bite en pointe ! Haarrk ! L'homme à la bite en pointe ! fit la voix aiguë, nasillarde et comme avinée de Heidegger. Brusquement excédé, Eléazard von Wogau leva les yeux de sa lecture ; pivotant à demi sur sa chaise, il se saisit du premier livre qui lui tomba sous la main et le lança de toutes ses forces vers l'animal. é l'autre bout de la pièce, dans un puissant et multicolore ébouriffement, le perroquet se souleva au-dessus de son perchoir, juste assez pour éviter le projectile. Les Studia Kircheriana du père Reilly allèrent s'écraser un peu plus loin sur une table, renversant la bouteille de cachaça à demi pleine qui s'y trouvait. Elle se brisa sur place, inondant aussitôt le livre démantelé. ¿ Et merde !¿ grogna Eléazard. Il hésita un court instant à se lever pour tenter de sauver son livre du désastre, croisa le regard sartrien du grand ara qui feignait de chercher quelque chose dans son plumage, la tête absurdement renversée, l'¿il fou, puis choisit de revenir au texte de Caspar Schott. » Correspondant de presse à Alcântara, dans le Nordeste brésilien, Eléazard von Wogau reçoit un jour la biographie inédite d'Athanase Kircher, un célèbre jésuite de l'époque baroque. Fasciné par ce qu'il découvre, il se lance dans une sorte d'enquête qui va avoir bien des incidences sur sa vie privée. Jean-Marie Blas de Roblès tire de ce point de départ matière à une fresque fabuleuse. Roman palimpseste, récit ambitieux où se mêlent la démesure et l'érudition, Là où les tigres sont chez eux interroge brillamment la notion même d'écriture.


  • Grand prix de l'Academie marine
    Olivier Chapuis "Cartes des cotes de France"

Pour la première fois, un ouvrage est consacré à l histoire des cartes géographiques du littoral français, de leurs origines à nos jours (de 1500 aux années 2000), sur le pourtour de toute la métropole, îles et Corse incluses. De part et d autre de l estran - cette partie du rivage où la mer couvre et découvre au gré de la marée - les cartes marines et terrestres sont une invitation au voyage dans l espace et le temps des côtes de France et au sein d un art, celui de la cartographie, dans lequel notre pays excelle. Les chefs d oeuvre présentés dans ce livre ne valent pas seulement pour eux-mêmes, d un point de vue esthétique, scientifique et technique. Par la variété des thèmes proposés, ils disent aussi beaucoup de la formidable diversité géographique et culturelle de nos rivages, et des événements et des hommes qui les ont habités, en guerre ou en paix. C est enfin le tracé aujourd hui si familier de notre littoral que l on voit s affiner au fil des siècles, avec un effet de zoom jusqu aux détails les plus fins


  • Prix de la langue francaise
    Annie Ernaux pour l'ensemble de son oeuvre
  • Prix des lecteurs de Brive
    Claudie Gallay "Les deferlantes"

La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.


  • Prix des cinq continents
    Hubert Haddad "Palestine"

Quelque part en Cisjordanie, entre la Ligne verte et la " ceinture de sécurité " une patrouille israélienne est assaillie par un commando palestinien. Un soldat tombe sous le feu, un autre est enlevé par le commando bientôt en pleine déroute... Blessé, sous le choc, l'otage perd tout repère, en oublie son nom. C'est, pour lui, la traversée du miroir. Seul survivant, sans papiers, en vêtements civils et keffieh, le jeune homme est recueilli, soigné puis adopté par deux Palestiniennes. Il sera désormais Nessim, frère de Falastin, étudiante anorexique, et fils d'Asmahane, veuve aveugle d'un responsable politique abattu dans une embuscade. C'est ainsi que Nessim découvre et subit les souffrances et tensions d'une Cisjordanie occupée... Dans ce bouleversant roman, Hubert Haddad transfigure avec Falastin - moderne Antigone - toute l'horreur du conflit en une tragédie emblématique d'une grande beauté.


  • Grand prix du livre d'histoire
    Alain-Gilles Minelle "Pour l'amour de l'enfant roi"

Peut-on imaginer un couple plus improbable que la reine Anne d'Autriche et le cardinal Jules Mazarin ? Elle est tout, il n'est rien. Elle est la plus belle, la plus noble, la plus riche princesse d'Europe et règne désormais sur l'un des pays les plus puissants du continent. Lui, le fils d'un intendant lancé par une grande famille romaine, est sans noblesse, sans autre fortune à ses débuts qu'une incroyable faconde. Elle est espagnole, il est italien et, pourtant, c'est la France qu'ils vont gouverner ensemble, alors même que le royaume traverse une des plus grandes crises de l'Ancien Régime.

Alain-Gilles Minella tourne ici résolument le dos aux clichés les plus éculés : le faquin d'Italie, cupide et combinard, l'Espagnole dolente et sans personnalité... Dans un récit haletant et très documenté, il retrace l'histoire de ce couple uni dans le pouvoir et dans l'adversité par un véritable sentiment amoureux, l'assurance d'une mission à accomplir et l'ambition de faire de l'enfant roi, Louis XIV, le plus grand roi du monde.


  • Prix Mallarmé
    Jean Ristat pour l'ensemble de son oeuvre
  • Prix Senghor de la creation litteraire
    Gille D.Perez "le gout des abricots secs"

Nous tirions de grandes satisfactions d'être les derniers habitants de la résidence. Tous les autres avaient fini par partir. Le vieil homme s'appuyait contre mon épaule et nous cheminions lentement dans les étages, nous souvenant des travers de ceux qui vivaient là, de leur méfiance envers le vieil homme et sa femme parce que c'étaient des étrangers qui roulaient les "r" et qui écoutaient de la musique jusque tard le soir, et de leur animosité envers Véra et moi parce que nous étions l'unique jeune couple de la résidence. Nous marchions dans ces lieux sombres et déserts, hantés par de lointains accords de piano, et nous étions les seuls rescapés d'un naufrage, explorant l'île où nous avions échoué, rassurés de n'y trouver personne. Et si l'on nous avait dit que nous étions les deux seuls êtres humains encore présents sur la Terre, nous l'aurions cru volontiers et nous aurions fêté la bonne nouvelle d'une rasade de vodka. "

Nous attendons maintenant avec impatience la suite des prix decernes en Novembre tels que:

le Femina, le 3

le Medicis, le 5

le Goncourt, le 10

le Renaudot, le 10 (dix minutes apres le Goncourt!)

l'Interallie, le 18

:smile2:

Modifié par grododo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Plus qu'à faire un topic par livre ;)

Blague à part, le prix de l'académie de marine m'intéresse, c'est proche de mon sujet de maitrise d'histoire :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

en plus il a l'air tres beau

j'ai trouve ca marrant quand meme comme prix! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

Prix Femina 2008 est attribue a... Jean-Louis Fournier!

Avec son roman "Où on va Papa?"

Il recoit enormement de bonnes critiques, et il serait l'un des seuls romans francais a sortir du lot de la rentree litteraire (avec Amelie Nothomb et Jean christophe Grange)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

et voila le prix tant attendu, le prix Goncourt

et cette annee le grand gagnant est:

Atiq Rahimi :smile2: ;)

je l'ai vu a la tele et je suis ravie que se soit lui, c'est un vrai poete avec un charme fou! :o

Source: LePoint.fr

En 1984, à 22 ans, Atiq Rahimi était parti à pied de Kaboul pour rejoindre, après neuf jours de marche, l'ambassade française du Pakistan à Islamabad. Il racontait ce périple dans 1000 maisons du rêve et de la terreur (P.O.L, 2002). Vingt-quatre ans plus tard, c'est la prestigieuse académie des Goncourt qui récompense son premier livre écrit en français, Pierre de patience . Autre première : le sacre de la maison littéraire P.O.L, filiale de Gallimard.

Mais Rahimi a d'autres cordes à son arc. Docteur en études audiovisuelles à la Sorbonne, il a reçu un prix à Cannes en 2004 pour son premier film, Terre et cendres , adapté d'un de ses récits. Le cinéma l'influence : témoin, l'écriture au scalpel et très visuelle de son quatrième livre. Après le Russe Makine et l'Américain Littell, déjà couronnés par le Goncourt, voici l'Afghan Rahimi.

Suite de l'article

voici le resume

"Syngué sabour [sége sabur] n.f. (du perse syngue " pierre ", et sabour " patiente "). Pierre de patience. Dans la mythologie perse, il s'agit d'une pierre magique que l'on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères... On lui confie tout ce que l'on n'ose pas révéler aux autres... Et la pierre écoute, absorbe comme une éponge tous les mots, tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate... Et ce jour-là on est délivré"

il y a un meilleur resume avec le lien! :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)

et quelques minutes plus tard...le prix Renaudot pour:

Tierno Monénembo "Le roi Kahel"

Source ActuaLitte.com

v-6650.gifTierno Monénembo remporte le Prix Théophraste Renaudot avec Le roi de Kahel (Le Seuil). Par tradition, le nom du lauréat est donné au restaurant Drouant en même temps que le Prix Goncourt.

Doté d'aucun montant, ce prix fut créé en 1926 par dix critiques littéraires attendant la délibération du Goncourt. Deux livres sont désignés au cas où le lauréat du Renaudot aurait déjà le Goncourt. On a coutume de dire que le Prix Renaudot répare les éventuelles injustices du Prix Goncourt.

Tierno Monénembo, né le 21 juillet 1947 à Porédaka en Guinée, est un écrivain guinéen francophone. Il a rejoint la France en 1973 afin de poursuivre ses études. Nommé docteur ès sciences après avoir présenté une thèse en biochimie à l'université de Lyon, il a par la suite enseigné au Maroc et en Algérie.

L'auteur guinéen a publié de nombreux romans au Seuil, depuis Les Crapauds-brousse, qui l'a révélé en 1979, jusqu'à L'Aîné des orphelins (2000) et, plus récemment, Peuls (2004). Son dernier roman, Le roi de Kahel (261 pages), qui vient de recevoir le prix Renaudot, est paru en avril 2008.

Suite de l'article

et maintenant le resume:

"Au début des années 1880, Aimé Victor Olivier, que les Peuls appelleront Yémé et qui deviendra le vicomte de Sanderval, fonde le projet de conquérir à titre personnel le Fouta-Djalon et d'y faire passer une ligne de chemin de fer. On a presque tout oublié de lui aujourd'hui: il fut pourtant un précurseur de la colonisation de l'Afrique de l'Ouest et ses aventures faisaient le régal des gazettes de l'époque. Au cours de ses cinq voyages successifs, Sanderval parvient à gagner la confiance de l'almâmi, le chef suprême de ce royaume théocratique qu'était le pays peul, qui lui donne le plateau de Kahel et l'autorise à battre monnaie à son effigie. De ce personnage haut en couleur, Tierno Monénembo nous offre une foisonnante biographie romancée. L'épopée solitaire d'un homme, Olivier de Sanderval, qui voulut se tailler un royaume au nez et à la barbe de l'administration française... et des Anglais. "

:smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chirona Membre+ 3 432 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
et voila le prix tant attendu, le prix Goncourt

et cette annee le grand gagnant est:

Atiq Rahimi :smile2: ;)

je l'ai vu a la tele et je suis ravie que se soit lui, c'est un vrai poete avec un charme fou! :o

Source: LePoint.fr

Suite de l'article

voici le resume

"Syngué sabour [sége sabur] n.f. (du perse syngue " pierre ", et sabour " patiente "). Pierre de patience. Dans la mythologie perse, il s'agit d'une pierre magique que l'on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères... On lui confie tout ce que l'on n'ose pas révéler aux autres... Et la pierre écoute, absorbe comme une éponge tous les mots, tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate... Et ce jour-là on est délivré"

il y a un meilleur resume avec le lien! :mur:

J'ai également découvert cet auteur ce week-end en regardant "la grande librairie" sur France 5. C'est un véritable artiste puisqu'il fait de la photo et il est cinéaste. Pour son premier livre écrit en français, il réalise un coup de maître. Le sujet de son livre a par ailleurs l'air très intéressant. Je partage également ton opinion, Grododo, quant à son charisme :D . Je pense que c'est un auteur qui mérite d'être découvert surtout quand il se donne la peine d'écrire dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grododo Membre 2 344 messages
Forumeur alchimiste‚ 33ans
Posté(e)
J'ai également découvert cet auteur ce week-end en regardant "la grande librairie" sur France 5. C'est un véritable artiste puisqu'il fait de la photo et il est cinéaste. Pour son premier livre écrit en français, il réalise un coup de maître. Le sujet de son livre a par ailleurs l'air très intéressant. Je partage également ton opinion, Grododo, quant à son charisme :smile2: . Je pense que c'est un auteur qui mérite d'être découvert surtout quand il se donne la peine d'écrire dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle.

je l'ai decouvert comme toi!

et tu as tout a fait raison de souligner qu'il s'agit de son premier roman ecrit directement en francais! c'est vraiment un coup de maitre, avec toutes les subtilites et dangers de notre langue c'est fantastique!

quant a moi plus j'y pense plus je l'admire et tombe amoureuse!! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant