Autobiographie de ma non-vie

Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Voilà un texte que j'ai écris cette nuit et que je pense continuer un certain temps

Je me lève.

Ainsi qu'une nouvelle journée, une nouvelle semaine commence.

Enfin nouvelle est un grand mot, elles se ressemblent toutes tellement.

Toutes ne sont qu'éternelles répétition.

Toujours la même chose. Toujours la même chose. Toujours la même chose. Toujours la même chose.

Ces derniers jours me semblent d'autant plus répétitifs que je ne vis plus.

Je respire toujours, j'en suis certain puisque j'ai vérifié, mais je ne vis plus.

Non pas que je sois mort, je suis seulement absence de vie.

La répétition est déjà en soit une absence de vie, mais la répétition d'une absence de vie est encore bien pire.

Ces derniers temps je ne mange pas.

J'ai toujours été un grand mangeur, ayant la chance de garder la ligne avec une facilité écoeurante, mais depuis un an environ je ne mange pour ainsi dire jamais.

Je crois que j'ai fait 5 repas dans le mois.

Mais je n'ai pas faim, puisque je ne vis pas.

Et maintenant que j'y pense je ne dors pas non plus.

Je n'ai jamais été un grand dormeur, loin de là, mais jamais à ce point.

J'enchaine les nuits blanches par deux ou par trois, puis je dors 24 heures, pour ne plus dormir pendant trois jours.

Je ne perd pas de temps inutilement comme ça au moins, et celà me permet de ne rien faire plus longtemps.

Le pire, si l'on peut dire, c'est que je regorge d'énergie. J'ai toujours de l'énergie à revendre, même en ne dormant que très peu, mais là j'use de toute cette énergie dont je dispose, pour ne rien faire.

Heureusement d'ailleurs que j'ai tant d'énergie parce que ne rien faire fatigue et sinon j'aurai été obligé de dormir un peu plus.

Ce que je trouve drôle, c'est ma notion du temps qui est totalement détraquée.

Je ne vois plus les mois qui passent alors que je distingue les jours qui défilent.

Mais le plus étonnant est ma notion des heures. Je ne pourrai faire la différence entre une seconde et une heure tant je suis inactif, pourtant quand sonne 22 heures, même si je ne l'entends pas sonner parce que je n'ai rien qui sonne l'heure en fait, je le sais.

Et de 22 heures à 2 heures du matin, je suis conscient de chaque instant, comme si à ce moment là il se produisait quelque chose de si exeptionnel que j'en sois profondément marqué. Je ne me souviens plus trop de ce qu'il y avait avant que je devienne ce que je suis aujourd'hui, alors je ne sais même plus à quoi fait référence cet ancrage horaire en moi.

En tout cas, même si je ne fais rien, de 22 heures à 2 heures du matin, je ris et je me sens bien.

Je ne sais pas du tout pourquoi, mais c'est ainsi.

Parfois je me met à penser qu'autrefois, quand je vivais encore, je devais connaître un parfait bonheur dans cette tranche horaire.

Je m'imagine alors exerçant une quelquonque activité qui m'aurait rendu des plus enthousiaste ou une présence qui m'eu donné cette joie intense.

Mais je ne me souviens pas.

La seule chose dont je me rapelle clairement, c'est de ce qui m'a fait sombrer dans l'état de non-vie dans lequel je suis aujourd'hui.

Celà c'est passé il y a bien des années.

En fait je ne sais pas bien, mais je me dis que celà doit être il y a longtemps pour que je n'en sache plus rien.

Je disais donc qu'il y a bien des années, alors que j'étais jeune et inscouciant, je fus fauché en plein dans ma course vers le bonheur.

C'est la seule chose que je garde en mémoire, précieusement, j'y repense souvent, et chaque fois j'en pleure.

Je ne vis pas, mais je pleure énormément.

Toujours à cause de la même chose.

Oui je me souviens que j'étais heureux, je n'étais ni riche, ni beau ni même intelligent.

Mais j'avais autre chose, que je ne pourrai décrire, qui fait que j'étais si ce n'est au dessus la moyenne, en tout cas incomparable à celle ci.

Seulement il fallu que je tombe amoureux.

Oui tomber est bien le mot, car j'ai été frappé par cet amour inconditionnel d'une manière si violente et soudaine.

Rebel à ma façon, je niais l'existence de la plupart des grands principes de l'humanité, et l'amour n'était pas épargné.

Ce qui peut paraître étrange c'est que j'étais romantique et passionné sans croire en l'amour.

Enfin bref, ce jour là je ne compris pas encore ce qui allait se passer, mais la flamme destructrice de l'amour venait de naître en moi.

Je ne me souviens plus que de cette histoire, mais elle est ancrée en moi de façon si forte que je la revis sans cesse.

Je me pris rapidement de sympathie pour Elle, et je me mis à tenter de la séduire comme je le faisais toujours.

Néanmoins avec Elle la tache me sembla terriblement plus ardue.

Alors que parfois Elle me semblait acquise d'autres fois Elle me semblait perdue.

Je connais bien la technique qui consiste à feindre l'indifférance afin de perturber l'autre, j'en usais aussi et j'allais même jusqu'à en repousser les limites avec maestra; mais ce n'étais pas son cas.

On pourrait dire qu'Elle était indécise, mais ce n'était pas son genre.

Néanmoins, je finis par la conquérir.

Mais au lieu de sentir cette joie de la victoire récompense de tous ces efforts, comme à l'ordinaire, je me mis plutôt en peine à l'idée de lui faire subir le même sorts qu'aux autres.

Je n'étais pas cruel avec mes conquêtes, je me montrai au contraire doux et respectueux, et paradoxalement aux vues de mes convictions, j'étais même très aimant. Mais d'aucune ne parvenait à me retenir car je me lassais d'elles comme je me suis à présent lassé de la vie.

J'avais peur de me lasser d'Elle un jour.

C'est là que mon coeur s'enflamma mais je ne le su pas encore.

Je ne m'aperçu de mon amour pour Elle que le jour où je la quitta.

Avec Elle j'étais fou, toujours angoissé sans comprendre pourquoi, je m'inquiétait de perdre l'amour qu'elle me portait.

Craignant de la perdre, je décidai alors de la quitter, afin de garder cette maîtrise qui me semblait nécessaire à l'époque.

Elle fut ma seule rupture qui n'avait pas été causée par la lassitude.

Mais je n'y fit pas attention.

Les jours qui suivirent je me plongeais dans un état assez proche de celui d'aujourd'hui.

Mais fidèle à ma conviction que rien ne pouvait abattre une personne résolument décidée à être heureuse, je repris ma petite vie insouciante et joyeuse comme si de rien n'était.

Je n'avais pas coupé les ponts avec Elle, mais je ne les empreintais plus.

Néanmoins, il arriva qu'un jour Elle revint me parler.

J'en fut alors heureux et me réjouis de redevenir alors son ami.

Seulement pour la première fois, il me prit l'envie, voir même le désir, de la reconquérir.

Cette fois ci fut d'autant plus ardue que ce n'était plus la première et la surprise et le mystère qui me servaient bien souvent d'atouts n'étaient plus de mise.

Néanmoins Elle revint vers moi, m'embrassa et me dit alors cette phrase qui me secoua si fort que je l'entends encore parfois.

" Mes proches pensent que je ne devrais pas faire ça, ils disent que tu es une enflure qui ne fait que profiter de l'amour qu'on lui offre pendant un temps puis s'en débarasse.

C'est vrai que tu es comme ça, mais je t'aime tout de même.

Et au plus profond de moi, je pourrai espérer que tu changes pour moi, mais je n'y crois pas, on ne te changes pas toi. Mais je reviens tout de même parce que je t'aime tant, que même si ce n'est que pour un temps, je veux savoir que j'ai pu te rendre heureux."

Ce ne sont pas les mots en eux même qui me marquèrent, il est d'ailleurs possible qu'une autre m'ai tenu des propos similaire, mais je n'en sais rien.

Non ce qui me marqua, ce fut qu'Elle me dise celà.

Là, je compris alors que je ne pourrai plus me défaire d'Elle.

Ce qui me plut ce ne fut pas même son attachement et je ne me mis pas à l'aimer pour l'attention qu'Elle me portait.

Je me mis à l'aimer inconditionnellement sans savoir pourquoi.

Je ne compris pas, mais je su alors que je ne voudrais plus que son bonheur, même au détriment du mien, même si je n'étais pas là pour le voir.

Je ne vivais plus que pour Elle.

Et c'est pour ça que je ne vis plus, parce qu'Elle ne vit plus.

J'attends chaque jour qu'Elle revienne à la vie.

Qu'Elle sorte de son lit et me dise: "Il fait beau aujourd'hui. Le soleil n'est pas là, mais toi si."

Phrase au combien idiote et niaise, j'en conviens, mais avec Elle je me fous d'être idiot ou niais.

Mais il n'est pas un jour qui la sorte de la torpeur dans laquelle le coma la plonge.

Ce coma dont je suis seul responsable.

J'aimerai dire que j'ai oublié cette partie de l'histoire, mais il ne me sert à rien de mentir, car il est vain de se mentir à soi même.

Je me souviens aussi de ceci, je me souviens surtout de ceci.

Je me souviens d'Elle uniquement par rapport à ceci.

La preuve c'est que je ne me souviens pas de notre première rencontre et je ne me souviens que mal du temps passé avec Elle. Hormis quelques anecdotes, j'ai tout oublié.

Mais ça, je ne pourrais pas l'oublier.

Mais trêve de bavardage, l'heure n'est plus aux vieilles histoires.

Il est 22 heures, et même si je ne comprends pas comment ni pourquoi, je suis heureux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

lena1789 Membre 5 031 messages
Coquine à croquer ‚ 28ans
Posté(e)

Sans voix.

On ne fait pas de la bonne littérature avec des bons sentiments. Et tu as un style ô combien spécial qui me passionne et m'entraine sans que je m'en rende compte dans une course effrénée, à la lecture de tes mots et de tes maux.

Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Merci à toi.

Je n'aurai pu espérer pareille réaction.^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ratounette Membre 111 messages
Forumeur inspiré‚ 37ans
Posté(e)

j'ai trouvé ce texte très beau, j'aime bien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Merci.

Je suis content que ce texte plaise, parce que c'est sûrement l'un de ceux dont je suis le plus fier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ratounette Membre 111 messages
Forumeur inspiré‚ 37ans
Posté(e)

et tu peux l'etre sans conteste,

à quand la suite ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
virgule.6 Membre+ 71 339 messages
"Asilienne" de service‚ 53ans
Posté(e)

Très émouvant!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

La suite vient tout juste d'être terminée mais je pense attendre quelques temps avant de la poster.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

No comment.

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Physicien34
Invité Physicien34 Invités 0 message
Posté(e)

Texte intéressant, bien que très subjectif.

Cordialement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité bubble3002
Invité bubble3002 Invités 0 message
Posté(e)

salut kegeruniku

j'ai lu deux fois tes textes pcque j'y trouve une analogie, que je ne m'explique pas, avec un souvenir perso.

Ado un peu ''ecorche'', quand j'en avais ras le bol de mal comprendre la vie, je meditais jusqu'a ce que la fatigue aidant, je vois un point lumineux s'approcher pour finir en sourire. Alors je pouvais dormir, heureux.

Ca t'evoque qque chose?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité bubble3002
Invité bubble3002 Invités 0 message
Posté(e)

salut kegeruniku

j'ai lu deux fois tes textes pcque j'y trouve une analogie, que je ne m'explique pas, avec un souvenir perso.

Ado un peu ''ecorche'', quand j'en avais ras le bol de mal comprendre la vie, je meditais jusqu'a ce que la fatigue aidant, je vois un point lumineux s'approcher pour finir en sourire. Alors je pouvais dormir, heureux.

Ca t'evoque qque chose?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Euh non désolé.

Personnellement quand mon moral en prend un coup, j'essaie de prendre le temps pour penser à tout ce qui va bien, pour voir que ce qui ne va pas n'est que bien peu de chose.

je relativise le plus souvent.

Mais j'ai essayé de faire en sorte que chacun puisse se retrouver quelque peu dans ce texte, alors je suis content si tu t'y retrouves à ta façon.^^

Modifié par Kégéruniku 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité bubble3002
Invité bubble3002 Invités 0 message
Posté(e)

je suis assez d'accord avec le relativisme positif. Ca fait avancer les choses.

Au boulot...j'attend la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

:snif:

La partie 2 est déjà sur le forum. :snif:

La 3 et la 4 sont écrites, mais je ne les ai pas encore posté.

Mais je vais poster la troisième partie immédiatement. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Un petit up pour faire remonter la base.

5 parties sont disponibles pour l'instant.^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mistral gagnant Membre 3 967 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Je viens de lire ta première partie...

tu sais bien faire ressentir tes émotions,

c'est bien pour cela que chacun d'entre nous ,

retrouve un peu de soi , pas mal, émouvant aussi :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Merci.^^

C'est un peu la base de mon style que d'essayer de retranscrire des émotions du mieux que je peux.

Si le texte t'as plus n'hésite pas à me donner ton avis sur la suite.^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant