lecture


Elsa Membre+ 29 805 messages
Amiereuse de Nouille <3 Zalakiss‚ 23ans
Posté(e)

bonjour tout le monde !

alors je propose un topic pour les lecteurs, dites le nom et l'auteur du livre en gras souligné , la particulartié et un court resumé du livre, j'ai fait l'exemple qui me concerne en bas

bonne journée !!!!!

"coups de theatre" de christian grenier

la particularité de ce livre est qu'il est ecrit comme dans un script de theatre plutot qu'en texte continu bien separé par des paragraphe et tout, la c'est separé en actes , bref l'histoire est que germain, inspecteur, dispose d'une stagiaire, durant la prise de contact, ils se trouvent un loisir commun ; le theatre ... or ce soir la, germain a prevu de regarder la retranscription televisuelle de 'meurtre en direct' qui est une piece de theatre, laure-gisele (la stagiaire surnomée logicielle) , elle aussi a prevu de regarder , le rideau se leve ... eclaire la scene ... Mathilda, actrice principale, est allongée sur le dos ... avec un couteau qui y est planté ... d'abord le public pense que c'est de la mise en scene, mais elle est bel et bien morte ... devinez qui va(vont) se charger de l'enquete ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité MoUtOnCaNaRd
Invité MoUtOnCaNaRd Invités 0 message
Posté(e)

LA DISPARITION de Georges PEREC

Sa particularité c'est que c'est un livre sans la voyelle "e" truc de dingue!!!

Pour le résumé je vous laisse découvrir, c'est un Roman Philosophique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Elsa Membre+ 29 805 messages
Amiereuse de Nouille <3 Zalakiss‚ 23ans
Posté(e)

sans la voyelle "e" ??? purée et il compte combien de pages ?

ps : on remarque sur sur deux lignes jen ai deja mis alors la sur un livre entier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ptiteathena Membre 816 messages
Forumeur accro‚ 41ans
Posté(e)

un sur deux de steve mosby

414yLTwY5FL._SL500_AA240_.jpg

C'est un grand jour pour Mark Nelson. Après avoir tout investi dans son travail, à la suite de la mort tragique de sa petite amie, il est nommé dans l'équipe de John Mercer, flic légendaire, qui vient de retrouver son poste après une longue dépression. C'est ce moment précis que choisit l'ennemi intime de Mercer pour réapparaître. Un tueur qui s'en prend aux couples et ne laisse qu'un des deux amants en vie. Lorsqu'il enlève une jeune femme et son compagnon Mercer et Nelson, n'ont que quelques heures pour les retrouver. Ce n'est que le début d'un puzzle cauchemardesque, aux pièces parfaitement ciselées. Les apparences sont en effet trompeuses et le plan du tueur se révèle peu à peu une manipulation machiavélique à l'intensité dramatique et au rebondissement final digne des plus grands thrillers.

j'ai adoré,ça se lit très vite,un peu entre seven et saw :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Maïwenn Membre+ 16 546 messages
Vache Normande‚ 35ans
Posté(e)

oh il à l'air top celui là!!

Je le note, merci petiteathena :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ptiteathena Membre 816 messages
Forumeur accro‚ 41ans
Posté(e)

vi pandore,il est vraiment génial,je suis certaine qu'un jour il sortira en film :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Daouda1973 Membre 133 messages
Forumeur inspiré‚ 70ans
Posté(e)

Eden,eden,eden de Guyotat

Ecrit il y a une trentaine d'années dans un contexte politique précis, celui de la guerre d'Algérie, et interdit de 1970 à 1980, "Eden, Eden, Eden" de Pierre Guyotat est une oeuvre d'une troublante vérité, qui semble se faire entendre comme une parole douloureuse d'aujourd'hui. Le grand désert, ses zones vivrières, pastorales, frontalières. La guerre, le viol de vivants et de morts, un crime passionnel, des incestes, la faim. Un bordel de femmes pour les soldats, un bordel de garçons pour les ouvriers, contigus et communicants : quelques heures d'une exaltation sexuelle sans précédent... Un roman terrifiant, longtemps censuré. "Je n'ignore pas que ce texte peut troubler, écrit Guyotat dans son livre Littérature interdite, mais la mesure la plus salutaire dans cet ordre des choses serait de replacer dans ses limites historiques, dès le primaire, le concept de représentation, donc de rendre au texte ce qui appartient au texte et d'en produire l'analyse la plus rigoureuse. La censure, fatalité liée à la fatalité de la représentation, se trouverait alors déplacée. "

Texte fort d une rare violence très difficile à lire.

Extrait

''Les soldats, casqués, jambes ouvertes, foulent, muscles retenus, les nouveaux-nés emmaillotés dans les châles écarlates, violets : les bébés roulent hors des bras des femmes accroupies sur les tôles mitraillées des G.M.C. ; le chauffeur repousse avec son poing libre une chèvre projetée dans la cabine ; / au col Ferkous, une section du RIMA traverse la piste ; les soldats sautent hors des camions ; ceux du RIMA se couchent sur la caillasse, la tête appuyée contre les pneus criblés de silex, d'épines, dénudent le haut de leur corps ombragé par le garde-boue ; les femmes bercent les bébés contre leurs seins : le mouvement de bercée remue renforcés par la sueur de l'incendie les parfums dont leurs haillons, leurs poils, leurs chairs sont imprégnés : huile, girofle, henné, beurre, indigo, soufre d'antimoine - au bas du Ferkous, sous l'éperon chargé de cèdres calcinés, orge, blé, ruchers, tombes, buvette, école, gaddous, figuiers, mechtas, murets tapissés d'écoulements de cervelle, vergers rubescents, palmiers, dilatés par le feu, éclatent : fleurs, pollen, épis, brins, papiers, étoffes maculées de lait, de merde, de sang, écorces, plumes, soulevés, ondulent, rejetés de brasier à brasier par le vent qui arrache le feu, de terre ; les soldats assoupis se redressent, hument les pans de la bâche, appuient leurs joues marquées de pleurs séchés contre les ridelles surchauffées, frottent leur sexe aux pneus empoussiérés ; creusant leurs joues, salivent sur le bois peint ; ceux des camions, descendus dans un gué sec, coupent des lauriers-roses, le lait des tiges se mêle sur les lames de leurs couteaux au sang des adolescents éventrés par eux contre la paroi centrale de la carrière d'onyx ; les soldats taillent, arrachent les plants, les déracinent avec leurs souliers cloutés ; d'autres shootent, déhanchés : excréments de chameaux, grenades, charognes d'aigles ....."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Elsa Membre+ 29 805 messages
Amiereuse de Nouille <3 Zalakiss‚ 23ans
Posté(e)

TOUT L'OR DU CIEL DE SUSAN MADISON

Le livre commence par le "passé" de Melissa, tout d'abord enfant limite traumatisée par son père,.. Ensuite, jeune fille épanouie, amoureuse d'un artiste.. Et encore après, veuve d'un homme insupportable.. On se retrouve dans sa vie, ou elle cotoie une libraire, et ou elle fait la connaissance d'une femme, Lisa. Elles deviennent assez copines, elle est enceinte. Son mari est assez dur à cerner, assez froid, il a pour passion graver les plus grandes montagnes des USA. Il doit s'en aller. Lisa fait une fausse couche, lui est introuvable.. Lisa "pète les plombs" après ça et le laisse tomber, elle s'en va. Sans donner de nouvelles, a personne. Pendant ce temps "la vie continue" sauf que le mari de Lisa dépérit.. Et que Melissa l'aide, jusqu'a ce que son amie libraire meurre brutalement, elle se sent couplable. Et c'est là qu'il y a un point commun entre Melissa et le mari de Lisa.. Ils finissent par "se connaitre mieux", et physiquement.. Sauf que Lisa réapparait.. La j'ai dit la moitié du livre, car il y a d'autres passages où on parle surtout des états d'esprits de chacun. Et j'adore ce livre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant