Aller au contenu

Une fleur nommée Jbara


Yavin

Messages recommandés

VIP, Posté(e)
Yavin VIP 32 683 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
saphia.jpg

Une fleur nommée Jbara


Vendredi 27 Juin - 18:36

A l'occasion du 13e Festival du livre de Nice (27-29juin), Le Point met en lumière une révélation. Cette année, Saphia Azzeddine, auteur de « Confidences à Allah » (éditions Léo Scheer). L'histoire d'une fille du Maghreb qui plaque son village pour tenter d'exister par elle-même à la ville. Brûlant et cru.




Saphia Azzeddine est sublime. Sublime, jeune et en noir et blancsur la jaquette de son premier roman, « Confidences à Allah », « un témoignage direct, cru, sur l'oppression des femmes, le portrait d'une jeune fille résolue à exister par elle-même ». A la lecture des premières pages, pourtant, l'horizon ne s'éclaire pas vraiment. D'emblée, le texte vous agresse, vous enrage, à tel point que l'on jure intérieurement que l'on n'ira pas au bout. Trop cru-on était pourtant prévenus-, trop odieux, fauve, insensé. Jbara, jeune Maghrébine aussi perdue que le village qu'elle habite, se fait violer en échange de son yaourt préféré, le Raïbi Jamila : « Chaque fois qu'il termine, j'ai comme du lait tourné qui coule entre mes cuisses.


630azzeddine.jpg



J'ai 16ans et je ne sais pas qu'on dit du sperme. On est pauvres, chez nous, le lait qui tourne, on connaît. Mais je m'en fous. J'ai mon Raïbi Jamila. ça me fait sourire instantanément. Lui, il s'appelle Miloud, il est marron, il est amer, il me débecte. » Ce n'est peut-être pas ce qui s'appelle « écrire », mais voilà qui vous enfonce durablement au fond de votre fauteuil. Et au fond de vous. Quelques dizaines de pages plus loin, la même Jbara tombe enceinte et, après avoir été tabassée et rejetée par son père, accouche seule au milieu de nulle part : « Je vomis. Je transpire. J'ai des contractions. Il est trois heures du matin. Je me cale par terre contre le trottoir et je pousse. Je pousse. Je pousse. Même les chiens me laissent abandonner mon enfant en silence. Il ou elle crie. Je m'essuie. Je ne regarde pas. Il ou elle crie moins. Je me bouche les oreilles. Je continue de m'en aller. Il ou elle ne crie plus. Je crie. » Fleur arabe réduite en pot-pourri, tout ça pour un yaourt à la grenadine. Peut-être qu'il est inutile de raconter la fin de l'histoire. La puto-bergère de 16ans devient grande, se prostitue, se fait attraper par la police, passe trois ans en cabane. Mais du fond de sa misère, peut-on le croire ? elle espère toujours en la miséricorde d'Allah. Et elle rend grâce : « Je veux te remercier, Allah, car Tu es le seul à ne jamais me contredire. ça fait du bien d'être écoutée. C'est pour ça que Tu es le plus sage. Merci, Allah. » A ce degré d'inhumanité, garder la foi est l'affaire des saints, des martyrs ou des héroïnes de roman.


Marine de Tilly
Suite de l'article...
Source: lepoint.fr
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×